Quand apprendre, c’est (sur)vivre…

Au cours de mes recherches pour le mémoire, j’ai découvert que l’ONU avait inclus l’éducation dans ses périmètres d’intervention humanitaire. L’éducation devient donc une stratégie de développement durable; un droit aussi vital que l’alimentation ou le logement. Pour près de 16 millions de réfugiés (HCR, 2015), l’éducation représente une opportunité – celle de survivre, de dire qu’on existe et qu’on fait partie de ce monde.

En tant que futurs enseignants de FLE et pour ceux qui s’intéressent à l’enseignement dans les camps de réfugiés, je crois que cette extension du paradigme et du champ opérationnel de l’éducation nous invite à repenser la didactique des langues. Une telle réflexion pourrait produire des notions clés nous permettant non seulement d’enrichir les concepts didactiques actuels de nouvelles définitions; mais également de répondre (à notre humble échelle) aux besoins existentiels d’une société qui se transforme sous nos yeux.


Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « Quand apprendre, c’est (sur)vivre… »

  1. Merci beaucoup Beya pour cette information qui me paraît décisive pour le futur de nos métiers… et surtout pour l’humanité dont une grande partie est toujours déplacée : et oui, les réfugiés ont besoin de savoir, d’enseignement, de la joie d’apprendre pour mieux vivre avec le monde tel qu’il va, voire pour le transformer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.