Et si on jouait aux réfugiés !

dsc_0285
Enfant sahraoui vivant dans les camps de réfugiés près de Tindouf

Alors que j’effectuais quelques recherches sur l’enseignement aux enfants dans les camps de réfugiés, je suis tombée sur un outil pédagogique du HCR qui présente un jeu de sensibilisation à la réalité des réfugiés. Les joueurs sont regroupés en plusieurs familles et chacune de ces nouvelles familles va faire l’expérience du « passage »: de la fuite, à la traversée de la frontière, jusqu’au rapatriement.

Je reste perplexe face à cette initiative. J’en comprends l’intérêt  » pédagogique » : ce jeu permet de comprendre une réalité qui nous est si proche et si étrangère à la fois. Néanmoins, cette expérience passe par le malaise et la douleur. Il s’agit d’une mise en scène de la souffrance humaine. Le jeu a un côté paradoxal car il permet l’identification et la prise de distance à la fois… Puis-je réellement comprendre l’exilé en reproduisant son parcours dans un environnement sécurisé ?

D’un point de vue éthique, il y a quelque chose qui me dérange dans l’idée de « jouer au réfugié » — que penserait un réfugié en voyant ces personnes «  privilégiées » rejouer sa vie ? La détresse humaine est-elle un jeu ?

Qu’en pensez-vous ?

http://www.unhcr.ch/fileadmin/user_upload/unhcr_ch/Service/PASSAGES_FR_11-2012__1_.pdf


Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

6 réflexions sur « Et si on jouait aux réfugiés ! »

  1. Merci Beya d’avoir abordé ce sujet. Je ne savais pas auparavant que des scènes pareilles peuvent se jouer dans les écoles. En tous cas, je suis contre cela. Il faut certes faire une sensibilisation, mais pas une simulation. Si j’étais une maman, je ne souhaiterais pas que mon enfant se mette dans la peau d’un réfugié. Cela est pour moi négatif pour deux raisons principales. Premièrement, cette scène ne va pas lui apporter grand chose. Deuxièmement, je suis contre le fait l’on mette en scène la souffrance d’un enfant réfugié.
    Il faut rappeler que le réfugié est une personne qui souffre. L’article que tu as joint énumère les sentiments affreux que peut ressentir un réfugié: colère, frayeur, angoisse profonde, abandon, honte, trahison, abattement, alternance espoir et déception. Donc, à mon avis il faut plutôt chercher des moyens afin d’apaiser sa douleur, et ne pas la revivifier en la mettant en évidence.
    Par rapport à la question que tu as posé sur la possibilité de comprendre l’exilé dans un environnement sécurisé, je peux te dire que l’on ne peut pas comprendre l’exilé, ce dernier ressent des sentiments affreux que lui seul peut expliquer.

    1. Merci pour ta réponse Tassadit, nous sommes bien d’accord ! Je suis curieuse de savoir s’ils ont testé ce jeu et si oui, quels étaient les retours. Je vais essayer de les contacter pour le savoir. En tant que parent mais pas seulement ! Même en tant que personne, je ne souhaite pas simuler cette souffrance, je n’en suis pas capable et plutôt que de jouer au réfugié, il faudrait plutôt les aider !

  2. J’ai déjà vu en milieu scolaire des exercices de sensibilisation aux situations de handicap, ça n’était pas du tout négatif, mais ça n’était absolument pas présenté dans les termes ni « jeu » ni « simulation » et surtout je me souviens parfaitement que les personnes qui intervenaient auprès des collégiens prenaient le temps de préciser que ce n’était qu’une sensibilisation et pas une simulation etc. Bref, rien à voir avec le document que tu as joins, qui part certainement d’une intention similaire mais dont la mise en forme me semble, personnellement, choquante.

    1. Merci Zoé pour tes commentaires ! La sensibilisation au handicap ne me dérange pas si on ne « joue » pas au « handicapé ». Je pense qu’il y a en effet d’autre manière que la simulation et le jeu pour sensibiliser les gens. Dans le document du HCR, on explique qu’il faut faire attention aux émotions des participants et arrêter si cela devient trop difficile.  » Le réfugié peut-il arrêter de jouer, lui ? » voilà ma première réaction (quelque peu hypocrite) face à une telle injonction. La lecture de parcours, d’histoires de vie et autres témoignages me semblent beaucoup plus saisissants et formateurs que le fait de jouer au traumatisme.

      1. oui, j’ai vu cela aussi… je suis absolument d’accord avec toi, mais on en a parlé tout à l’heure, même si on n’a pas eu beaucoup de temps pour échanger ! à l’occasion j’espère !

  3. bonjour Beya, je viens d’aller lire le document dont tu as mis le lien, je suis sidérée. On comprend l’intention, mais on dirait que les personnes qui ont rédigé n’ont à aucun moment pris conscience de la maladresse des formulations et surtout du problème que pose leur proposition (que tu soulignes) et qui est évident ! On dirait que ce jeu de simulation est abordé et formulé comme si cela ne soulevait aucun problème, c’est sidérant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.