Quartette à quatre feuilles

Une méthode… voilà ce que recherche l’étudiant de M2 qui doit rendre son mémoire en juin (du moins s’il est optimiste). Quel intérêt y a-t-il à suivre des chemins déjà tracés(1), lorsqu’on peut écrire les siens ? C’est là toute la proposition de Bruno Latour. La recherche scientifique n’est pas un itinéraire ; il ne s’agit pas de se rendre d’un point A à un point B, il faut constituer un réseau de pensée. Latour suggère alors de tenir quatre carnets dans lesquels inscrire ses différents mouvements : de la documentation de son évolution personnelle aux effets produits sur les acteurs de la recherche, en passant par la collecte et le classement méticuleux de l’information et les tentatives embryonnaires de rédaction.

Quatre carnets… Latour éveille notre curiosité ! Pourquoi parler de carnet ? Un seul carnet n’est-il pas suffisant ? Je crois que ce qui fait la spécificité du carnet, c’est qu’il libère l’écriture. Il est personnel, donc d’une grande flexibilité. Cette liberté de ton amène le chercheur à trouver sa voix, l’écriture dans laquelle il appréhende son sujet et se définit lui-même.

Un carnet est aussi un mouvement, car il se fait et s’écrit en continu. Il n’est pas un écrit parachevé mais un processus d’écriture. Cet aspect évolutif se retrouve dans la démarche même de la recherche scientifique : les mots sont comme des données qui poussent en désordre (pour reprendre la formule de Didier Delahais). On les trie, on les classe et on les réactualise au fur et à mesure de nos découvertes et expérimentations. Enfin, le carnet est une médiation. C’est un « je » qui s’écrit et qui écrit les autres, un « je » qui traverse autant qu’il est traversé par des expériences, un « je » dans un réseau d’observations et de relations. Le chercheur se doit dès lors de tenir plusieurs carnets, un seul ne suffirait pas à saisir la richesse et la complexité de son objet d’étude. Chaque carnet fait l’écho d’une posture spécifique. Les différents points de vue adoptés lui permettent d’avoir une vision globale de son sujet et de trouver sa voix parmi les nombreuses voies empruntés pour constituer ce réseau de pensées.

L’écriture du mémoire est en ce sens un quartette. Il s’écrit en quatre feuilles(2) et se joue à quatre voix.

1  méthodos en grec signifie « qui suit le chemin »

2 du latin quaternum, carnet signifie « cahier à quatre feuilles »

 


Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Quartette à quatre feuilles »

  1. Oh ! merci Beya pour cette réflexion musicale sur la recherche et cette très belle glose du texte de Latour jusqu’à faire entendre ce que nous recherchons tous : notre voix de chercheur dans un chœur de la recherche (alors pourquoi pas avec les Beatles) ! Merci de mettre la référence de Didier Delahais pour ceux qu ne connaissent pas et encore bravo !!! Nous reviendrons ensemble (!) sur le « je » prochainement… mais vous amorcez merveilleusement la réflexion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *