Production orale et émotions

Compte rendu de l’article :

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange ».

Le présent article analyse des situations de difficultés, vécues par des personnes expatriées en France, dans la situation de communication exolingue. Il vise à saisir différentes émotions ressenties et leurs causes.

L’auteure souligne tout d’abord que les personnes expatriées vivent une situation exolingue parfois « éprouvante ». Malgré leur souhait de s’intégrer à la société française, il leur est difficile d’entrer dans l’échange oral. Lorsque la communication échoue, ce moment d’interaction peut être fortement marqué par l’émotion.

Cette difficulté vient de nombreux facteurs. L’auteure cite en premier lieu la complexité des processus cognitifs qu’exige la production orale : l’alloglotte doit mobiliser des connaissances pragmatiques tout en traitant des données linguistiques. Comme le souligne l’autuere, lorsque l’on produit un énoncé, il est impossible de faire attention à tous les aspects de production orale : l’attention porte sur uniquement un des niveaux, tels que phonétique, syntaxique, ou pragmatique. Les enquêtes menées par l’auteure auprès de personnes expatriées montrent que quand ils se focalisent par exemple sur les aspects articulatoires, il leur est difficile de garder le fil de leur pensée. Beaucoup d’entre eux témoignent également que « la recherche du mot correct en mémoire lexicale provoque la perte des autres niveaux » (ibid. : 163).

Les connaissances linguistiques et culturelles limitées de l’alloglotte provoquent non seulement des difficultés mais aussi des émotions fortes. En effet, cela diminue la possibilité d’exprimer son identité. L’auteure affirme que « l’échange est un risque important qui met en jeu une image de soi et une image de l’autre » (ibid. : 160). Les personnes interrogées par l’auteure expriment leur sentiment de « perte d’identité ». En effet, pour eux, leur capacité d’expression et leur positionnement identitaire sont fortement liés. Ils ressentent même « le sentiment de régression » et expriment leur impression de ressembler à un enfant à cause de leur lexique limité en langue cible.

L’auteure remarquent également que l’alternance des prises de parole peut constituer des difficultés. Comme elle le dit, « les échanges verbaux français sont très rapide et le discours se chevauche » (ibid. : 164), d’où la difficulté pour les alloglottes qui ont besoin de temps pour produire des énoncés. Les personnes interrogées expriment qu’ils ont l’impression de « ne jamais pouvoir saisir leur tour au bon moment » (ibid. : 163).

Certains actes de paroles peuvent entraîner des difficultés notamment lorsqu’il s’agit d’un acte qui entre en conflit avec la culture d’origine de l’alloglotte. Les résultats des enquêtes menées par l’auteure montrent par exemple le fait d’argumenter peut être un registre difficile pour ceux qui viennent d’un pays où l’harmonie est privilégiée.

Les difficultés ne se limitent pas dans la production orale. La compréhension, plus précisément l’interprétation des données situationnelles de l’échange, pose également des problèmes. Selon les enquêtes menées par l’auteure, les éléments prosodiques entraînent particulièrement des difficultés dans l’interprétation des contenus émotionnels d’un message. Face à une courbe mélodique plus accentué, par rapport à la prosodie de sa langue maternelle, on peut mal interpréter le contenu de l’énoncé en question, on peut avoir l’impression d’être agressé ou que l’interlocuteur est en colère. Cette interprétation venant de l’aspect prosodique s’opère de façon inconsciente « selon une grille de lecture inconsciente relevant de la culture d’origine » (ibid. : 165). Pour l’interprétation pertinente, il est ainsi indispensable pour les alloglottes de se libérer de leur grille d’interprétation qu’ils adoptaient sans le savoir dans leur propre culture.

L’auteure souligne que, au-delà du niveau linguistique ou pragmatique, les difficlutés que peuvent rencontrer les personnes expatriées touchent directement « la qualité des relation avec autrui » (ibid. : 168). C’est là où ils ressentent l’émotion la plus forte. Toutefois, « suspendre le jugement spontané » (id.). émanant de la culture d’origine pour pouvoir percevoir de nouvelles modalités dans la culture d’accueil peuvent être des clés qui sont susceptibles de résoudre leurs problèmes complexes.

Référence

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange », Lidil, n° 48, http://lidil.revues.org/3325, consulté le 21 mai 2016.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Production orale et émotions »

  1. Ton article est très intéressant Sayaka. Dommage que je ne l’ai pas vu avant de rendre mon mémoire mais ca me donne toujours envie de lire l’article que t’as consulté. Oui la langue étrangère fait surgir des émotions ambiguës. Pour un débutant expatrié je pense qu’il y a plusieurs facteurs qui font que les émotions négatives surgissent. Le déclassement social avant tout, le fait d’être loin de ses amis et de sa famille et par conséquent isolé, le fait de ne pas avoir passé par l’étape de résilience sont quelques uns. Je ferai l’inverse en te conseillant de lire un article de H. Guvercin sur les émotions positives que la langue maternelle fait surgir. Il est disponible sur : http://www.fountainmagazine.com/Issue/detail/Mother-Tongue-The-Language-of-Heart-and-Mind

    1. Merci Olga pour ton commentaire,
      et pour ta proposition sur l’aspect inverse, c’est très intéressant !
      Je n’y avais pas pensé.
      Merci encore !

Répondre à Olga Kourntidou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.