Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet

Présentation du livre au centre du cercle de lecture “Constellation”

GDH-Atlas-livre_galerie_9782707322005

Georges Didi-Huberman
Atlas ou le gai savoir inquiet. L’Oeil de l’histoire, 3, 2011
L’Œil de l’histoire, 3
2011
384 p., 73 illustrations in-texte
29,40 €
ISBN : 9782707322005À quiconque s’interroge sur le rôle des images dans notre connaissance de l’histoire, l’atlasMnémosyne apparaît comme une œuvre-phare, un véritable moment de rupture épistémologique. Composé – mais constamment démonté, remonté – par Aby Warburg entre 1924 et 1929, il ouvre un nouveau chapitre dans ce qu’on pourrait nommer, à la manière de Michel Foucault, une archéologie du savoir visuel. C’est une enquête « archéologique », en effet, qu’il aura fallu mener pour comprendre la richesse inépuisable de cet atlas d’images qui nous fait voyager de Babylone au XXe siècle, de l’Orient à l’Occident, des astra les plus lointains (constellations d’idées) aux monstra les plus proches (pulsions viscérales), des beautés de l’art aux horreurs de l’histoire.
Ce livre raconte, par un montage de « gros plans » plutôt que par un récit continu, les métamorphoses d’Atlas – ce titan condamné par les dieux de l’Olympe à ployer indéfiniment sous le poids du monde – en atlas, cette forme visuelle et synoptique de connaissance dont nous comprenons mieux, aujourd’hui, depuis Gerhard Richter ou Jean-Luc Godard, l’irremplaçable fécondité. On a donc tenté de restituer la pensée visuelle propre à Mnémosyne : entre sa première planche, consacrée à l’antique divination dans les viscères, et sa dernière, hantée par la montée du fascisme et de l’antisémitisme dans l’Europe de 1929. Entre les deux, nous aurons croisé les Disparates selon Goya et les « affinités électives » selon Goethe, le « gai savoir » selon Nietzsche et l’inquiétude chantée dans les Lieder de Schubert, l’image selon Walter Benjamin et les images d’August Sander, la « crise des sciences européennes » selon Husserl et le « regard embrassant » selon Wittgenstein. Sans compter les paradoxes de l’érudition et de l’imagination chers à Jorge Luis Borges.
Œuvre considérable de voir et de savoir, le projet de Mnémosyne trouve également sa source dans une réponse d’Aby Warburg aux destructions de la Grande Guerre. Non content de recueillir les Disparates du monde visible, il s’apparente donc à un recueil de Désastres où nous trouvons, aujourd’hui encore, matière à repenser – à remonter, poétiquement et politiquement – la folie de notre histoire.

Cet ouvrage reprend, inchangé, le texte introductif du catalogue de l’exposition Atlas ¿Cómo llevar el mundo a cuestas ? – Atlas. How to Carry the World on One’s Back ? que Georges Didi-Huberman a organisée entre novembre 2010 et février 2011 au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid), exposition reprise au ZKM-Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karsrühe puis à la Sammlung Falckenberg de Hambourg, entre mai et novembre 2011.

 

La table des matières en pdf:

http://www.leseditionsdeminuit.com/images/3/revue_2691.pdf

Les premières pages:

http://www.leseditionsdeminuit.com/images/3/extrait_2691.pdf

Un entretien réalisé par la librairie Mollat (Bordeaux):

https://www.youtube.com/watch?v=u0-jhLbdCqk&feature=player_embedded

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Une réflexion sur « Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet »

  1. Les lectures effectuées au cours du cercle de lecture Constellation m’ont amenée à relire le roman de Michel Houellebecq, La carte et le territoire, Flammarion, 2010. En effet, le personnage principal de ce roman est un artiste plasticien qui dans son travail nous rapproche une fois de plus de la définition de l’Atlas selon Georges Didi-Huberman.
    Ainsi, au début de sa carrière, Jed Martin compile toutes les photographies qu’il effectue ayant pour sujets les objets manufacturés:
    “A l’époque de son entrée aux Beaux Arts de Paris, Jed avait abandonné le dessin pour la photographie.(…)Les dossiers suspendus, les armes de poing, les agendas, les cartouches d’imprimante, les fourchettes : rien n’échappait à son ambition encyclopédique, qui était de constituer un catalogue exhaustif des objets de fabrication humaine à l’âge industriel.”
    Puis plus tard, il tombe en arrêt devant une carte routière et entame un nouveau travail dans lequel il photographie et retravaille des cartes géographiques:
    ” L’essence de la modernité, de l’appréhension scientifique et technique du monde, s’y trouvait mêlée avec l’essence de la vie animale. (…) on sentait la palpitation, l’appel, de dizaines de vies humaines, de dizaines ou de centaines d’âmes-les unes promises à la damnation, les autres à la vie éternelle.”
    Ici, l’artiste utilise un objet qui est la carte et le travaille afin de nous faire part de sa vision du monde; son oeuvre prend sens dans la sublimation du regard que l’on peut porter sur une carte comme objet à visée scientifique.
    Marie Berger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.