Le mémoire m’a tuer.

« Vous devez déposer votre mémoire au secrétariat, le 6 juin. »

L’échéance finale arrivant dans deux semaines, j’ai pensé qu’il était grand temps de faire le bilan de ces mois de rédaction.

Le titre explicite de l’article laissant place à peu d’imagination, je tiens tout de même à faire part de mon expérience, et ainsi, faire savoir à celui/celle qui se trouverait dans la même situation, qu’il/elle n’est pas seul(e). Nous sommes, au minimum, deux.

Sans prétention, aucune, je n’ai jamais rencontré de grandes difficultés tout au long de ma scolarité. Passant d’une classe à une autre sans jamais avoir à me soucier du redoublement ou des rattrapages. Même s’il faut avouer, qu’au cours des deux années de master, pratiquer le « tout à la dernière minute » m’avait fait couler de bonnes sueurs froides.

Sachant bien avant d’intégrer ce master 2, que ce mémoire devait faire une centaine de pages, j’avais comme projet de l’orienter vers la sociolinguistique africaine, à défaut de la didactique. D’ailleurs, je savais qu’en choisissant, la République démocratique du Congo, mon pays, comme terrain d’étude, cela m’impliquerait davantage.

J’avais saisi qu’en vivant au 21ème siècle, toutes mes idées et questionnements avaient déjà été traités, sans pour autant être résolus. Qu’à cela ne tienne, j’avais pour ambition d’être une chercheuse, pas celle de trouver.

Voilà pourquoi, pour ce mémoire, j’avais pris d’excellentes résolutions : cesser toute forme de procrastination, faire et suivre des plannings sensés et rencontrer régulièrement la personne censée me diriger. De beaux objectifs, en somme.

En toute honnêteté, je peux dire qu’à quelques exceptions près, je les ai tous honorés. Le problème est apparu quand il a fallu mettre en forme ces idées. Parce qu’à la question « comment rédiger un mémoire  ? » , ma réponse restait la même : « J’sais pas. »

La plupart m’ont conseillé un plan se déclinant en trois parties : cadre théorique, analyse de corpus et enfin, discussion. Ils ont aussi affirmé que le nombre de pages importaient peu, à partir du moment où elles étaient de qualité. Soulagement.

Sans méthode, mais en m’inspirant de divers mémoires que j’ai pu lire, je suis finalement arrivée au bout de ce cadre théorique. Après avoir passé plus d’un mois dessus, je me sentais libérée, délivrée d’un poids, et pensais que le pire était derrière moi. Que nenni.

Corpus en main, je me disais que la partie suivante irait beaucoup plus rapidement et surtout, que je n’aurais plus besoin de lire autant. A vrai dire, j’avais même pensé finir ce mémoire en avance. C’est dire.

Je pouvais être à la bibliothèque de 10 à 19 heures sans être capable de rédiger une page entière. Sans comprendre pourquoi, ni comment, je stagne. Le pire dans tout cela, c’est que j’ai des choses à dire, mais mises bout à bout, elles forment un amas de non sens.

Très inspirée pour ma troisième partie, j’ai préféré mettre de côté l’analyse et y revenir plus tard..

Je me souhaite beaucoup de courage pour la suite, et à toi (vous ?) aussi.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


5 réflexions sur « Le mémoire m’a tuer. »

  1. Je vous remercie pour vos conseils. Écrire ne me suffisait plus, j’ai donc privilégié le “repos intellectuel” pendant quelques jours, ce qui m’a plutôt bien réussi !

  2. Merci Betty d’avoir partagé ton expérience qui est en quelque sorte similaire à la mienne. Personnellement j’ai passé les premiers deux mois à faire des recherches et à essayer de rédiger mon introduction qui j’ai supprimée en début avril et que je devais recommencer. Je me souviens que pendant un mois je me culpabilisais de ne pas avoir terminé et envoyé mon introduction à ma directrice de mémoire . Je pense que le plus important c’est d’essayer d’écrire et de progresser dans la recherche meme si on rencontre sans cesse des difficultés (mais c’est ça le but d’une recherche non?! essayer de surmonter les difficultés et trouver les réponses à nos questions). Une recherche est longue et dure à faire surtout quand on ne l’a jamais fait auparavant. Je te souhaite bon courage ma Betty!Tu y arriveras j’en suis sure!

  3. Merci de partager ton expérience. Cette phrase m’impressionne, et d’après moi, reflète le souci de tous ceux qui en cours de rédiger leur mémoire : toutes mes idées et questionnements avaient déjà été traités. C’est très fréquent qu’après avoir fouillé la littérature, une idée luit brusquement, mais une fois que l’on le tape dans le Google Scholar, on est déçu de nombreuses publications déjà traitant ce sujet. Pourtant au fur et à mesure, j’accepte cette banalité de l’idée, de thématique, même de la méthodologie. Il faut avouer que ce que l’on cherche à montrer dans le mémoire est déjà prouvé par des intellectuels précédents. Cependant, il ne faut pas oublier que le phénomène humain est complexe, la théorie applicable dans leur terrain est-elle valable dans le mien ? Sinon, pourquoi pas aller vérifier ? Même si cette vérification semble bête, mécanique en prenant la même méthodologie déjà employée dans d’autres terrains. On y ajouterait notre expérience, nos données, ainsi que nos perspectives. C’est le mémoire !

  4. Merci Betty de partager ton expérience qui m’a beaucoup soulagée !! Il m’est également arrivée de passer une journée à la bibliothèque sans n’avoir écrit une seule phrase!! J’ai déjà parlé de ce problème à mon directeur de mémoire et il m’a dit “N’ayez pas peur de réécrire le chapitre (ou même le mémoire en entier!!)”. Au début je me disais que c’est impossible mais finalement je trouve que parfois cela nous aide afin d’écrire mieux et clarifier ses idées!
    En tout cas je te souhaite également un bon courage:)!!!

  5. Je comprends ta situation! Je pense que le plus important est d’écrire et oui, éventuellement, passer à une autre partie, un autre thème qui nous inspire le plus pour ne pas paniquer, être bloqué-e et finalement ne plus écrire. C’est exactement ce qui m’est arrivé pour mon cadre théorique. Pourtant, mon entourage me disait “écris, écris, tu verras la cohérence plus tard”. En tout cas, bon courage à toi aussi.

Répondre à GUO Yigong Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.