Comment interpréter un énoncé ?

Après avoir organisé un projet du mémoire : échange linguistique franco-japonais entre les étudiants universitaires, je me suis intéréssée à la notion d’ « Acte de langage ». C’est parce qu’elle montre la pertinence de l’énoncé par rapport à une circonstance. Dans mon cas, les participants avaient des difficultés à maîtriser le langage par rapport au contexte en langue cible. Ils ont souvent mélangé le langage soutenu et familier pendant les sessions.

Ainsi, voici un résumé concernant cette notion dans cet article.

Acte de langage

Cette notion a été présentée par un philosophe anglais, John Langshaw Austin dans son ouvrage, Quand dire c’est faire = How to do things with words (1962, 1970). Sa recherche a été suivie par d’autres chercheurs tels que Daniel Vanderveken, professeur à l’université de Québec, et John Searle, professeur à l’université de Californie.
Les études d’Austin ont montré l’existence des énonciations qui

A) ne « décrivent », ne « rapportent », ne constatent absolument       rien, ne sont pas « vraies ou fausses » ; et sont telles que
B) l’énonciation de la phrase est l’exécution d’une action (ou une partie de cette exécution) qu’on ne saurait, répétons-le, décrire tout bonnement comme étant l’acte de dire quelque chose.
(Austin, 1970, 41)

Un des exemples qu’Austin présente dans l’ouvrage est le « oui » que les nouveaux mariés disent au cours de la cérémonie du mariage. Cette énonciation ne fait pas le reportage du mariage : ils se marient. Cependant cet énoncé réalise l’action du mariage. Austin nomme ce type d’énonciation, une énonciation performative. (ibid.41) Afin que ce type d’énonciation réalise l’action, Austin souligne que les circonstances jouent un rôle indispensable. (ibid.43) Comme dans l’exemple, la fonction de cette énonciation, « oui », se limite au mariage. Il est possible de voir le lien entre l’énoncé et le contexte à partir de cette recherche. Cette perspective occupe une place centrale pour édifier l’étrangeté dans les interactions de notre corpus.

Jusqu’ici j’ai présenté l’étude d’Austin à propos d’une seule énonciation par un seul locuteur. Cependant, Austin a approfondi cette recherche en prenant en considération l’influence de l’énonciation sur l’interlocuteur.

Locutoire, Illocutoire, Perlocutoire
Austin nomme l’acte d’énonciation comme « un acte locutoire ». Ainsi un tel acte effectué par un locuteur signifie qu’il produit une énonciation. Il est important de retenir que l’acte locutoire se limite à la forme. Car c’est « l’acte illocutoire » qui apporte le sens de cette énonciation. Le troisième acte est « l’acte perlocutoire » qui signifie l’effet final de l’énonciation. (ibid.112-15)

Je prends un exemple :
Il y a deux personnes (A et B) dans une salle. A dit, « il fait froid » à B qui est à côté de la fenêtre ouverte. Dans cette circonstance, l’acte locutoire est « il fait froid ». A émet cette énonciation à B en espérant qu’il ferme la fenêtre. Ainsi en effectuant l’acte locutoire, A produit également un acte illocutoire. Cet acte apporte implicitement le sens d’une demande pour fermer la fenêtre. En tant que récepteur de ce message, il est possible que B comprenne que cette énonciation est faite pour lui demander de fermer la fenêtre. Dans ce cas là, cette compréhension de B est l’effet de l’acte perlocutoire.

Afin que A réussisse à faire fermer la fenêtre par B grâce à l’énonciation de « il fait froid », il y a quelques facteurs à considérer. Premièrement, il est quand même important que B soit à côté de la fenêtre. Comme nous l’avons expliqué, l’acte de langage choisit la circonstance. Deuxièmement il faut que B soit capable d’interpréter l’énonciation d’A comme une demande. Dans l’exemple, A dit « il fait froid » au lieu de dire de manière directe « peux-tu fermer la fenêtre? ». C’est parce que la notion d’acte de langage montre la complexité des choix d’énonciation et la complexité des façons d’interpréter la parole.

Bibliographie
Austin, J.L.(1970). Quand dire, c’est faire How to do things with words. Paris : Edition du Seuil.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts


2 réflexions sur « Comment interpréter un énoncé ? »

  1. Haruna, c’est fascinant de penser à tous ces actes de langage dont tu parles. A ce sujet, il y a une vidéo qui pourrait t’intéresser : https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/la_theorie_des_operations_enonciatives_antoine_culioli.7883

    Il s’agit de l’intervention de Antoine Culioli à Toulouse pendant laquelle il reprend une série de concepts liés aux opérations énonciatives. J’espère qu’elle te sera utile.
    Bon travail et merci pour ce billet très intéressant.

    1. Gabriela,
      Merci beaucoup pour ton commentaire avec la vidéo très intéressante!!! Depuis que je me suis appuyée sur l’ouvrage d’Austin, c’est vrai que je fais plus attentions à mon choix d’un énoncé:)

Répondre à Gabriela Jacoby Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.