Vous allez sûrement reconnaître

Le praticien-chercheur

[…] il faut que je vous fasse une confidence. Je suis en train de faire une recherche-action sur l’implication des enfants dans leur apprentissage d’une L2 et je souhaiterais que vous m’aidassiez à leur écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à leurs pieds.

Le Professeur de Didactique

Fort bien.

Le praticien-chercheur

Cela sera socio-constructiviste, oui.

Le Professeur de Didactique

Sans doute. Sont-ce des tâches que vous voulez proposer?

Le praticien-chercheur

Non, non ; point de tâches.

Le Professeur de Didactique

Vous ne voulez que des exercices ?

Le praticien-chercheur

Non, je ne veux ni tâche ni exercice.

Le Professeur de Didactique

Il faut bien que ce soit l’un ou l’autre.

Le praticien-chercheur

Pourquoi ?

Le Professeur de Didactique

Pour la raison, monsieur, qu’il n’y a, pour enseigner, que des tâches ou des exercices.

Le praticien-chercheur

Il n’y a que des tâches ou des exercices ?

Le Professeur de Didactique

Non, monsieur. Tout ce qui n’est point tâche est exercice et tout ce qui n’est point exercice est tâche.

Le praticien-chercheur

Et quand je leur propose de faire un film d’animation à partir d’un livre jeunesse, qu’est-ce c’est donc que cela ?

Le Professeur de Didactique

Une tâche.

Le praticien-chercheur

Quoi ! quand je propose : « Faisons un film d’animation à partir d’un album jeunesse », c’est une tâche ?

Le Professeur de Didactique

Oui, monsieur.

Le praticien-chercheur

Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je fonctionne par tâche sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela.

 Inspiré du Bourgeois gentilhomme de Molière, scène VI, acte II.

80426597_pPhoto : Stéphane Boularand

 

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


4 réflexions sur « Vous allez sûrement reconnaître »

  1. Je suis d’accord avec vous, chers collègues. Ce sont des notions assez complexes. Cette discussion me fait penser à un texte publié par Christian Puren (« La didactique des langues-cultures comme domaine de recherche »). Ce chercheur a publié le champ sémantique de l’« AGIR EN DIDACTIQUE DES LANGUES-CULTURES » très intéressant et entièrement disponible sur : http://s9577412bcd03c8a2.jimcontent.com/download/version/1390757845/module/5764996851/name/013_Agir_champ_semantique.pdf.

  2. D’après moi, la distinction entre tâche, exercices, projet, scénario, est ambigüe. L’emploi des termes dépend de la position du praticien-chercheur.

    En ce qui concerne les définitions, il existe des exercices situés dans le contexte, même si de nature répétitive, qui sont caractérisés par CECRL comme tâche « cible ». Il y a également des notions supérieure à la tâche, par exemple le projet ou scénario, qui pourrait se présenter sous forme de l’enchaînement des tâches « cible » et « pédagogique », par exemple l’exemple de faire un film d’animation à partir d’un album jeunesse. Mais on se demande quelle est la limite entre ces termes ? Quelle est la différence entre UNE tâche et DES sous-tâches ? Je crois que ce cadre théorique de « exercice, tâche et projet » ne soit pas figé, et doit dépendre du choix épistémologique adopté par le praticien-chercheur, qui adopte pour sa recherche une définition qui lui semble le plus pertinent en fonction du contexte pédagogique.

    1. Tu as tout à fait raison Yigong. Mine de rien j’ai mis beaucoup de temps à choisir la cinquantaine de mots qui se trouvent dans ce texte. Les notions de tâche, exercice, projet sont bien complexes peut-être tout autant que celles de prose, vers et rime…

      1. Aussi, oserai-je dire, ces termes comme ceux de poésie, vers, rime… et prose (!), n’ont-ils guère d’intérêt si l’on oublie le poème – je veux dire l’expérience vive et relationnelle de l’apprentissage-enseignement, laquelle n’est pas réductible ni au projet, ni au scénario ni à la tâche et à ses sous-composantes… laquelle demande à chaque fois de penser les relations en cours en tenant le continu du cognitif et du langagier, du politique et du didactique, du social et du personnel… Pas facile ! mais c’est le défi fait à la didactique des langues ! Comme disait Bruno Latour, il faut “refaire de la sociologie” et ici “refaire de la didactique” non en projetant sur des réalités déjà constituées du didactique mais montrant comment le didactique se modifie sans cesse dans les associations expérientielles toujours imprévues que les apprenants et les enseignants inventent… Bref, il faut chaque fois refaire de la didactique…

Répondre à Gabriela Jacoby Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.