Une question posée à Amin MAALOUF

Le 20 Mars 2016…

Amin Maalouf

Je me suis réveillé vers 9h. J’ai pris mon petit-déjeuner et je me suis mis en route vers 10h pour aller voir le fameux écrivain Amin Maalouf  dans le cadre d’une rencontre organisée par la librairie « Le Divan » située au sud de Paris.

Après une longue attente avec 4 livres d’Amin Maalouf à la main, c’était finalement mon tour pour faire signer les livres.

Dans ma vie, j’ai toujours entendu des gens dire :

  • « Amin Maalouf écrit en français parce qu’il connait le français mieux que l’arabe. »
  • « Amin Maalouf s’exprime mieux en français, c’est pour ça il choisit le français. »
  • « Il adore le français ! Le français c’est son amour. »
  • « Il ne connait pas l’arabe aussi bien que le français. »

Je défends toujours l’idée que n’importe quelle personne vivant dans n’importe quel pays  étranger ne peut pas connaître la langue du pays mieux que sa langue maternelle et ne peut pas préférer comme langue d’écriture dans ses livres. Tout le monde me dit sans exception : « Pour les écrivains francophones, ce n’est pas comme ça. Ils préfèrent le français parce qu’ils connaissent mieux que leurs langues maternelles! ».

Pour vérifier ce propos banal, j’ai demandé à Amin Maalouf pourquoi il écrit en français. Voilà le dialogue;

Moi : Monsieur, j’aimerais bien vous poser une question.

Maalouf : Oui bien sur.

Moi : Pourquoi vous écrivez en français ?

Maalouf : Ah.. C’est une bonne question. Quand j’ai commencé à écrire dans une revue arabe, j’écrivais en arabe parce que c’est aussi ma langue maternelle. Après je suis venu en France en 1976. Mais au début j’ai continué à écrire en arabe ici mais à un moment donné j’ai du écrire en français à cause de l’environnement. Si l’environnement vous oblige, vous écrivez dans la langue de l’environnement. C’est simple..

Moi : Donc vous avez écrit en français pour être reconnu?

Maalouf : Oui mais on peut être reconnu dans n’importe quelle langue.

Moi : Dans votre cas, c’est le français ?

Maalouf : (Sourire)..

—————————————————-

Le dialogue m’a montré quand même que Amin Maalouf n’écrit pas en arabe ce n’est pas parce qu’il ne connait pas l’arabe aussi bien que le français mais parce qu’il y a d’autres raisons à lui… L’arabe, il le connait, il a fait des publications en arabe mais à cause de « l’environnement », il écrit en français… Ce n’est pas une question d’amour pour le français mais c’est tout simplement une question d’intérêt : combien de personne va lire Amin Maalouf s’il écrit ses livres en arabe ? ou bien, combien de personne va lire s’il écrit en français ? C’est un peu ça.

Donc, ce n’est pas la peine d’être plus Amin Maalouf que Amin Maalouf pour le défendre.

A bon entendeur…

 


Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement étudiant doctorant à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

6 réflexions sur « Une question posée à Amin MAALOUF »

  1. Va savoir pourquoi, ton article m’a fait penser à l’Eurovision. Une émission télévisée, où chaque artiste de pays européen s’affronte lors d’un concours. Sans grand étonnement, la plupart d’entre eux ont chanté en anglais, « pour l’environnement »..

  2. Merci Olga pour ton commentaire. C’est très enrichissant ce que tu as mentionné dans ton commentaire. J’ai trouvé l’article dont tu as cité le nom. Voilà le nom complet :  » Les approches plurielles des langues et des cultures
    – des outils au service de l’accueil des apprenants migrants »

    J’ai également vu la citation d’Amin Maalouf reprise par Candelier à la page 6, comme tu as bien mentionné. Merci beaucoup encore une fois pour ton partage très pertinent pour ce sujet.

    Selon moi, la vérité doit être dite. Chacun a sa réalité mais la vérité, il y en a une seule. Dans le cas d’Amin Maalouf, et bien d’autres écrivains non-francophones, en « vérité » ils n’ont jamais oublié leurs langues maternelles, une fois apprise, mais en « réalité » ils écrivent en français pour des raisons diverses.

    Je pense qu’aujourd’hui on s’intéresse plutôt à la « réalité qu’à la « vérité »..

  3. Ton article est génial Alper car il évoque tellement des sujets polémiques, d’émotions, des sentiments et de souvenirs surtout pour nous les « ayant une autre langue maternelle que le français mais vivant en France ». Dès que j’ai lu ton article ça m’a rappelé la citation que j’ai trouvé dans un article de M. Candelier et qui prouve ta position correcte et démontre que Amine Maalouf n’a pas oublié sa langue maternelle au contraire il l’aime et l’apprécie toujours, le français étant un choix venant de l’environnement francophone. « Si celui dont j’étudie la langue ne respecte pas la mienne, parler sa langue cesse d’être un geste d’ouverture, il devient un acte d’allégeance et de soumission (1998:53) Amin Maalouf cité dans l’article de M. Candelier p. 6« Les approches des langues et des cultures -des outils au servie de l’accueil des apprenants migrants » .

  4. Amal et Laura, merci beaucoup pour vos commentaires.

    D’abord pour Amal;

    Je pense ( je le vois d’ailleurs dans ses livres ) que Amin Maalouf aime le français et aime écrire en français. Je vois ce lien amical, sincère et amoureux entre le français et Maalouf. Mais quel que soit le lien, il ne peut pas empêcher un écrivain d’écrire en sa langue maternelle. Amin Maalouf connait bien l’arabe, il a passé son enfance dans un environnement arabophone. Il a publié des choses en arabe mais en 1975 où la guerre civile au Liban a éclaté, Amin Maalouf est parti en France. Donc rien n’est sans raison. Je ne questionne pas le choix d’Amin Maalouf entre l’arabe et le français mais la vérité doit être dite, elle a été dite d’ailleurs par Maalouf lui-même.

    Pour Laura;

    Je comprends ton point de vue mais dans le cas d’Amin Maalouf, c’est un peu différent. D’abord il ne faut pas oublier qu’il n’est pas européen mais il est arabe d’origine libanaise. Ses parents sont, eux aussi, arabophones. Il a rédigé ses publications en arabe auparavant. Il n’a jamais oublié sa langue maternelle. Même quand j’ai parlé avec lui ce jour-là, il avait un fort accent arabe dans sa prononciation. Il ne prononcait même pas les mots comme un français de « souche ». C’est-à-dire qu’il n’est jamais loin de sa langue maternelle. Pour des écrivains issus d’un père et d’une mère venant de deux différents pays européens, le choix de langue d’écriture n’est pas un si grand problème parce que les langues, les « cultures » et les mentalités se ressemblent ( attention je ne dis pas identique mais semblable ). Pour un écrivain européen, prenons ton exemple de Kiko Herrero, écrire en français mais pas en espagnol n’est pas du même degré de difficulté de choix pour un écrivain espagnol et pour un écrivain venant d’Orient.

    En plus, Amin Maalouf n’a pas oublié sa langue maternelle. C’est un point capital qu’il ne faut pas oublier.

  5. Merci à tous les deux pour vos réflexions. On pourrait également évoquer le cas de Cioran qui, bien qu’étant roumain, a écrit ses oeuvres les plus connues en français…
    Personnellement, je dirais que je ne sais pas si c’est le cas d’ Amin Maalouf ou pas, mais je pense que l’on peut perdre la maîtrise de sa langue maternelle, surtout à l’écrit, dans le cas qui nous occupe, après une longue période de vie dans un pays étranger. Je connais, personnellement un écrivain pour qui je suis sûre que c’est le cas car il me l’a dit lui-même : il s’agit de mon ami Kiko Herrero, qui a publié récemment un livre de mémoires sur l’Espagne (« Sauve qui peut Madrid », éditions P.O.L.) en français. Ce madrilène de cinquante-trois ans vit en France depuis plus de trente ans et bien que l’espagnol soit sa langue maternelle, il s’est senti incapable de faire une version espagnole de son ouvrage lui même, ayant finalement commandé celle-ci à un traducteur castillan…
    Par conséquent je pense qu’il est important, pour nous les expatriés, d’entretenir notre langue première en permanence lorsque ce n’est pas celle du pays où nous habitons, pour ne jamais oublier nos racines, c’est à dire notre enfance…

  6. Merci Alper pour ton billet.

    J’ai été également ravie de voir également l’auteur ce même jour pour un dédicace de son nouvel ouvrage « un fauteuil sur la seine ». Tu as pu le lire ?

    Effectivement, une des raisons pour lesquelles je me suis précipitée pour voir Maalof est le fait qu’il est arabophone. La question de notre identité partagée m’a certainement enflammée. Il est vrai qu’il écrit en français, il est vrai que ses ouvrages sont traduits en arabe, mais je pense, comme c’est le cas pour moi, qu’il reste un des rares écrivains étrangers qui ont pu trouver une place parmi les grands écrivains français.

    Donc, je suis d’accord avec toi, la langue primaire et l’identité « maternelle » de quiconque ne peuvent pas être remplacées. En revanche, je ne pense pas qu’il soit obligé d’écrire en français. Il aurait pu écrire en arabe et puis en français. Surtout maintenant quand il devient célèbre ! Il aurait pu recourir à sa langue maternelle. C’est pour cette raison que je pense qu’il y un lien fort, d’amour et de passion entre lui et le français loin de toute question de lieu ou d’environnement.

    Ce qui m’intéresse personnellement, c’est plutôt sa capacité linguistique à écrire en français. Il serait intéressant, en tant de didacticiens, de questionner un jour l’auteur sur son parcours d’apprentissage de la langue française. Peut-être tu lui poseras du nouveau la question avec son nouvel ouvrage :).

    Merci encore pour ton billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *