Une rencontre mémorable

Il était une fois dans une contrée lointaine, une jeune fille, étudiante de son état, qui fit un drôle de vœux:
–  Je m’engage devant les dieux, les océans, Facebook, Instagram et Twitter de me joindre aux âmes tourmentées qui hantent l’enceinte de la Sorbonne.
Encouragée par les détenteurs des lieux, l’étudiante ignorait quel sort déjouer et quel piège éviter pour sortir glorieuse de ce parcours universitaire psychédélique qui serait l’aboutissement de son rêve…
Hélas, passé l’enchantement de la découverte de Paris, son enthousiasme fondit peu à peu au gré des aléas de la vie parisienne et la difficulté de vivre loin de sa famille.

Plus d’une année plus tard, la compensation de ces sacrifices se profilait enfin, elle se concrétisait par l’opportunité d’exposer les fruits de son travail à travers un sujet de mémoire. La rencontre d’un mystérieux personnage qui serait sa muse et son maitre vint couronner sa joie d’avoir été choisie parmi bien des prétendants ; l’encadreur avait  brièvement  répondu  « OK Nora » à sa demande -fleuve- qui se voulait convaincante.

Il est 10 heures, c’est le jour-J, celui de la première prise de contact.

L’étudiante angoissée : Bonjour Monsieur.

L’encadreur : Bonjour… Vous êtes Nora.

L’étudiante souriante : Oui, je suis ravie de faire partie des étudiants que vous avez choisi d’encadrer.

L’encadreur : Écoutez Nora, certes je suis votre encadreur mais que les choses soient claires, ne comptez pas trop sur ma disponibilité.

L’étudiante gênée :  Oui je sais bien que vous avez des responsabilités énormes, je me suis intéressée à votre carrière et j’ai lu quelques articles de vous. Votre notoriété n’est pas sans relation avec mon choix.

L’encadreur malicieux :  « Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. » ça vous rappelle quelque chose Nora?

L’étudiante rougissante : Euh, ce ne sont pas des compliments factices, je suis réellement en admiration.

L’encadreur : Bon! trêve de verbiage bienséant. Passons aux choses sérieuses; votre sujet est intéressant comment comptez-vous l’aborder?

L’étudiante :  Voilà euh je pense euh

L’encadreur: Les grandes lignes Nora s’il vous plaît, vous l’avez bien dit, je n’ai pas beaucoup de temps.

Nora, lui expose son plan de mémoire et le lieu directement lié à son sujet, qui n’est autre que son pays d’origine.

L’encadreur s’exclamant : ça me rappelle des souvenirs…

L’étudiante surprise : Ah bon?!

L’encadreur pensif : On en reparlera plus tard, je compte sur vous pour être à la hauteur de ce projet qui peut s’avérer très intéressant. Nora, il faudra beaucoup lire et vous informer. C’est très important d’enquêter sur place pour rendre compte de la réalité le plus fidèlement possible. Un mémoire qui se contente de faire l’inventaire d’ouvrages ne peut rien amener d’innovant.

L’étudiante : Effectivement je compte travailler sur le terrain et en même temps, essayer de trouver des solutions pour répondre aux problèmes posés.

L’encadreur : Nora je vous conseille de vous mettre au thé ou au café pour relever le défis. Le plus important dans la recherche, c’est l’investissement personnel. Les bonnes résolutions de 2016 sont évidentes pour vous : travailler, travailler et encore travailler!

Nora après avoir eu cet entretien, tout en pensant au contenu de son mémoire et aux efforts qu’elle aurait à consentir, ne pouvait s’empêcher de se questionner sur cette phrase énigmatique prononcée par son encadreur; quels souvenirs pouvait-elle bien avoir rappelés à cet imminent personnage ?
Ainsi, pensa-t-telle brusquement à écrire une autre histoire de mémoire…


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.