Question de perception (billet dialogué)

L’extrait d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de mémoire.  C’est une question de perception ?

P :… Et avez-vous une idée plus claire de ce que vous voulez écrire ? Enfin, Que voulez-vous transmettre ? Quelle est la problématique de votre mémoire ?

E : Pour moi, un cours de langues ne ressemble en rien à un cours magistral. Il n’y a aucune comparaison. L’ennui et la fatigue ne doivent pas exister à l’intérieur d’une salle de classe.

P :   (Avec un ton sérieux) Vous affirmez qu’un cours magistral est ennuyeux ?

E : … Oui biensûr ! Mais attention ! Pas tous, je dirais un 90%. Ça se voit, lorsqu’on est assis derrière un bureau ; surtout comme ceux de la Sorbonne rue Saint-Jacques.

P : Il se peut que des étudiants qui assistent à un cours magistral s’ennuient facilement ; cela dépend de leur intérêt. Je peux culpabiliser la technologie ! Maintenant, tous sont plus distraits qu’avant. Vous croyez que les intervenants et maîtres de conférences ne nous rendons pas compte que les étudiants qui ont un ordinateur portable en classe sont en train de chater ou de consulter Facebook pendant tout le séminaire ? Franchement, il faut être aveugle pour ne pas voir ça…

E : …Mais, vous vous êtes demandé pourquoi on le fait ? Il y a ceux qui diraient : « C’est grâce à la technologie que je ne m’endors plus dans les salles de classe lorsque le cours est ennuyeux ». Il faut que dans un cours de langue se soit à l’inverse. L’enseignant doit attirer l’attention des apprenants en se servant de la technologie. Ce n’est pas le sens contraire qui doit primer.

P : Très bien, je vois que vous êtes décidé à changer le monde ! Vous voulez révolutionner l’enseignement, vous !

E : Mais non, pas à changer le monde, mais à aider à changer les mentalités de ceux qui se résistent aux changements, « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas » vous savez. En fait,  vous comprenez ce que je veux dire, n’est-ce pas ?

P : Tout à fait, mais cette comparaison entre un cours de langues et un cours magistral euh, c’est hors de question. Là, vous parlez de deux choses complètement différentes. Sachez-le !

E : Oh, désolé ! Mais, c’est ce que je ressens et si la comparaison ne vous a pas plu, je vous demande de m’excuser. Ça n’a pas été mon intention… euh …  vous faire sentir mal. Je ne suis pas mauvais. Vous savez!

P : Vous ne réalisez pas à quel point votre commentaire m’affecte. Je suis maître de conférences depuis l’âge de 27 ans. Une époque où la technologie n’était pas encore développée ; une époque où les livres étaient les seules sources de nos recherches, il fallait lire pour apprendre ; une époque où la transmission des savoirs se faisait avec peu de technologie et plus de sagesse, et les choses étaient bien faites et peut-être mieux qu’aujourd’hui…

 

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts


5 réflexions sur « Question de perception (billet dialogué) »

  1. Edilberto, ce serait bien de trouver un meilleur titre car tous ceux qui écrivent ce type de billet pourrait mettre le même…
    Par ailleurs, je trouve que le dialogue ne porte pas vraiment sur la recherche mais dérive sur des impressions de “cours”… ce qui n’est pas négligeable mais je ressors un peu déçu car, d’une part, la référence à Marc Bloch n’est pas compréhensible puisque l’appel de note n’apparaît pas dans le texte et, d’autre part, le lien vers un autre carnet n’est pas actif (il faut utiliser le bouton d’activation en mode brouillon). Ceci dit, le débat est ouvert et je vois que Betty a vite réagi : bravo ! Dernière remarque : il faut utiliser les correcteurs orthographiques dans word…

    1. Encore une fois merci pour vos remarques M. Martin. Effectivement, mon dialogue ne porte pas sur la recherche, mais quand je l’ai entendu, il m’a paru intéressant de le publier. Il a existé, c’est un dialogue réel. Quant à la référence à Marc Bloch, alors là, j’ai voulu résumer avec ses mots, ce que j’avais déduit de cette conversation où les deux intéractants défendaient d’une manière passionnée leur point de vue sur comment devraient être pour chacun d’eux, un cours de langues et un cours magistral. Je l’ai effacée pour éviter de tromper les lecteurs.

  2. Je peux certifier que je me suis déjà ennuyée plus d’une fois à un cours de langues , et qu’au contraire, j’ai apprécié plusieurs de mes cours magistraux.. Ne rejetons pas la faute sur les nouvelles technologies, c’est au professeur de rendre le cours interessant ! Néanmoins, je trouve que tu as raison quand tu dis que les deux sont peu comparables, dans la mesure où, dans les cours magistraux, les étudiants sont passifs alors que dans un cours de langues, comme son nom l’indique, on doit (est censé…..) utiliser sa langue (l’organe).

    1. Tu sais, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai écrit ce billet et je regrette n’avoir pas enregistré cette conversation pour vous la faire écouter. Quand à l’ennui, cela dépend peut-être de la
      motivation de l’élève/étudiant?

      1. Oui, bien sûr que la motivation est à prendre en compte. J’imagine bien, que si les profs devaient se remettre en question à chaque fois qu’un de leurs élèves utilisaient son téléphone portables, ils auraient déjà tous démissionné.. !

Répondre à Céspedes Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.