Quatre carnets pour un plus grand carnet.

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h ».

C’est parti.

Lorsque les idées affluent, lorsque les expériences passées refont surface et apportent avec elles un flot d’hypothèses et de questionnements, lorsque les lectures s’entrecroisent, se disent et se contredisent, il peut sembler compliqué de faire émerger une problématique de mémoire intéressante.

C’est pourquoi il faut écrire. Il faut écrire ce que l’on a lu hier, ce que l’on en pense aujourd’hui et ce que l’on va en faire demain. Il faut écrire pour se souvenir, pour parler avec soi-même, pour créer la recherche.

Bruno Latour, sociologue, s’intéresse aux processus de recherche. Il a ainsi écrit sur le rôle de l’écriture dans la recherche et nous propose d’écrire dans quatre carnets¹.

Ce que nous faisons, ce que nous entreprenons est noté dans un premier carnet qui constituera un journal de bord de la recherche.

Les données collectées dans le cadre de notre projet de recherche sont consignées dans un deuxième carnet.

Le troisième carnet laisse peu de place à l’organisation méthodique en réunissant dans un seul écrit nos idées, nos lumières, nos doutes, nos questionnements et nos réponses.

Enfin, le quatrième carnet rassemble les commentaires extérieurs, les réactions de nos pairs, de nos tuteurs, de nos amis, sur notre projet de recherche.  Il s’agit ici de décrire et d’écrire l’empreinte que notre recherche laisse sur notre entourage.

Quatre carnets pour un plus grand carnet : le mémoire a commencé.

1. Bruno Latour, 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie,  Paris : La Découverte, p. 194-197.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts


Une réflexion sur « Quatre carnets pour un plus grand carnet. »

  1. Je trouve très juste le rythme qui se dégage de ton billet. Les phrases courtes ne sont sans rappeler toutes les injonctions de production et les longues phrases, les méandres de ce labyrinthe qu’est le recherche. Ne perdons pas le fil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.