La recherche: un travail collectif

La pré-soutenance de nos mémoires le 11 mars nous a obligés à structurer notre problématique et le stade où on en est ainsi que de mieux connaître le sujet des autres. Un moment rassurant dans le sens où on a vu que personne n’a terminé de penser, de lire, de chercher ; un moment extrêmement intéressant aussi où on a compris que malgré qu’on mène ce travail seul (et dans ce deuxième semestre où les échanges sont ponctuels, on a d’autant plus cette impression de solitude) le chemin dans lequel on avance est plein de ponts qui nous amènent sur les trajectoires des autres.

J’ai choisi le groupe qui est passé à 11h35, qui comprenait les présentations de Maude Capman, d’Anissa Cheggour, d’Ayuna Contoli et de Wei Xudong pour examiner ces liens qui se sont tissés dans les petits groupes prévus par Serge Martin mais aussi inévitablement dans le groupe plus large du master.

Le lien le plus évident qui semblait à l’œuvre entre les quatre sujets était celui d’une interrogation sur l’accompagnement d’un certain support ou média en classe : Maude se penche sur l’intérêt de l’utilisation de la photographie d’art en classe de langue, sur les avantages qu’elle représente, sur ce qu’on peut envisager comme activités à partir de ce support. Anissa et Ayuna s’interrogent quant à elles à l’intérêt de manier les TICE en classe et aux atouts que le numérique peut apporter en classe de français. Wei Xudong étudie la place de la chanson en classe de FLE à travers une réflexion plus large sur la place de la chanson dans la société française et la société chinoise.

Il est intéressant de remarquer que les quatre sujets développent des questions qui au fond, sont tout aussi nécessaires dans l’espace d’enseignement qu’est le cours de français que dans la société. Que sait-on des bienfaits de la photographie d’art ? De l’utilité des espaces virtuels ou encore de ce que peut apporter l’activité artistique du chant ? Peut-être que la classe est le lieu privilégie où on peut le mieux analyser ce que ces domaines culturel peuvent apporter. La classe est une sorte de petite société à elle-même, dans laquelle chaque apprenant a son histoire et sa propre expérience des supports qui intéressent ces étudiants, les confronter à ces réalités va sans doute faire émerger les cultures et les historicités particulières, favorisant ainsi l’échange et l’expérience d’apprentissage entre les différents élèves et ce, d’autant plus, dans une classe de FLE, où les différences de langues, d’origines et d’identités se mélangent.

J’ai particulièrement été touchée par le lien indéniable qui se créé, à mon avis, entre le sujet de Maude et celui de Colline Rosdahl : cette dernière travaille sur comment inclure la diversité venue du mélange de langues et d’identités des migrants ou fils de migrants qui forment souvent la classe. Or comment inclure davantage qu’en permettant aux apprenants d’exprimer leur intériorité et leur prisme culturel à travers leur interprétation d’une œuvre d’art ? Il s’agit d’un pont pour faciliter la communication entre les apprenants autour ou avec un objet qui est finalement lui aussi un regard différent sur le monde : celui du photographe. On peut imaginer la richesse des échanges que cette activité d’interprétation photographique peut produire.

Pour finir sur ce moyen de communication et cet art qu’est la photographie, je dirai quelques mots d’une exposition photo qui se tient en ce moment à la Maison Européenne de la Photographie, dans le Marais : Grégoire Korganow a photographié pendant des années l’intérieur des prisons de France. Portant un à ce monde inconnu de la société, on pourrait dire que son travail est à cheval entre la recherche esthétique et une volonté d’informer. Évitant volontairement de photographier les individus qui les peuplent il photographie ainsi davantage l’espace et les mouvements qui y ont lieu, faisant advenir la vie dans la quiétude de l’enfermement. Des photographies intéressantes, sans doute, pour mener une réflexion en classe sur la liberté et sa privation : des notions qui seront tout à fait multiples selon la culture des apprenants…

Grégoire Korganow, « Prisons », MEP, jusqu’au 5 avril 2015

http://www.mep-fr.org/evenement/gregoire-korganow-prisons/

 

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts


Une réflexion sur « La recherche: un travail collectif »

  1. Merci beaucoup Carla pour cet article. C’est toujours très enrichissant de lire quelqu’un qui parle de mon sujet avec des mots qui sont les siens. Cela ouvre sur d’autres réflexions, d’autres façons de voir. Bizarrement le lien entre le travail de Coline et le mien ne m’avait pas sauté aux yeux mais en te lisant je me dis qu’effectivement c’est indéniable.

    La question de l’expression de l’intériorité est vraiment intéressante. Je sais que certains enseignants ne sont pas pour l’expression de ce qui relève du personnel de la part des apprenants : ils tendent à penser que la démarche est délicate et qu’elle peut créer un certain malaise. Pour ma part, il me semble que certains contextes se prêtent relativement naturellement à l’expression de ce qui peut être considéré comme plus ou moins intime. Le discours sur l’art fait d’après moi partie de ces contextes. Catherine Muller qui a travaillé dans le cadre d’une observation participante pour étudier la photographie comme déclencheur d’interaction orale en classe de langue explique d’ailleurs que les enquêtés ont tendance à raconter spontanément leur histoire. Je pense que la réelle interaction, la situation de communication authentique, commence au moment ou chacun donne un peu de sa personne et parle en temps que lui-même.

    Muller, C. 2012. « La photographie, un outil anthropologique en classe de FLE : Le rapport à l’autre dans les commentaires des apprenants », In Dervin, F. & Fracchiolla, B. (dir.)

Répondre à Maude CAPMAN Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.