Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (« « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un « faire carnets » pour « faire recherches » (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations » – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la « contextualisation », notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire « l’acteur-réseau »

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, « directeur », et lui préfère « maître »: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

17 réflexions au sujet de « Ouvrir la recherche avec Bruno Latour »

  1. J’ai nommé mes quatres carnets ainsi:

    1. Journal: tenir un journal de tous les mouvements qui font tous partie des données, de tout ce qui s’est passé au cours de la recherche, sans les classer, trier et orner, pour laisser des traces des recherches.

    2. Arborescence: classer toutes les entrées par catégories qui sont reliées intérieurement.

    3. Le pont entre l’enquête et la rédaction: tâtonner sans cesse avant de réussir la rédaction, réfléchir à force de brouillons.

    4. Réaction: réflexion sur les réactions des acteurs qui a un sens pour moi.

    Jieqiong CHEN

  2. Voici mes 4 carnets de recherche formulés selon ma vision et en se basant sur les textes de Bruno Latour :
    1er carnet : Mon journal de routard : il sera une sorte d’agenda et de tableau de bord qui m’accompagnera pour noter tout fait en rapport avec mon sujet de recherche, il sera une sorte de caverne d’Ali baba autrement dit un trésor de connaissances diverses et variées.
    2ème carnet : Mon classeur d’idées : après la collecte des informations, je me propose de les classifier par thème et par ordre d’idées, selon des fichiers contenant chacun des données qui gravitent autour du même sujet.
    3ème carnet : Réflexion et mise en relation : dans ce carnet on commence a transcrire les idées sur un brouillon pour mettre en relation les différentes données récoltées. Ça restera un travail très primaire et non fini mais qui aidera à sauvegarder les idées dans une sorte de couveuse le temps qu’elles mûrissent.
    4ème carnet : Rédaction et comptes redus : arrivé à cette phase je devrais mettre au propre les idées bien réfléchies et organisées. La critique est importante à ce niveau car des germes d’idées perdues peuvent ressurgir à la dernière minute, d’où l’internet de soumettre son travail à autrui pour une relecture.

  3. La méthode de Latour : 4 carnets sinon rien !

    Selon Latour, en sociologie, la meilleure façon de rester objectif est « de tenir un journal de tous nos mouvements », ce qui concrètement, se traduit par la création de quatre carnets ayant chacun des rôles déterminés. Ainsi, pour l’exercice, j’ai moi aussi renommé les quatre carnets de Latour avec des dénominations qui me plaisaient : Mon mémoire jours après jours, Ma bibliographie, Essais d’écriture et enfin, Mon mémoire : réactions et appréciations. Cependant, je ne voudrais pas contredire Bruno Latour, et ses carnets sont sûrement très utiles, mais j’ai une petite objection à leur faire. En effet, ayant déjà fait un mémoire de recherche en M2, pour lequel je n’ai pas fait de carnet de recherche, je peux assurer que tout s’est bien passé, et je pense également avoir réussi à garder une bonne objectivité. En fait, à la limite, on pourrait dire que j’avais un carnet qui correspondait à Ma bibliographie, puisque je gardais toutes les documentations et articles que je trouvais dans un dossier « Favoris » sur internet. Pour ce qui est du reste, je notais sur des feuilles toutes les infos utiles, que je mettais ensuite dans un classeur dédié à mon mémoire. Après, peut-être ai-je une méthode un peu bordélique qui pour un travail plus long peut ne pas être adéquat, mais dans ce cas précis du mémoire de M2, je ne pense pas que les carnets soient fondamentalement utiles, ni que cela implique que la sociologie ne soit pas faite pour moi.

  4. J’ai également nommé mes quatre carnets :

    1. Journal ( ce que j’ai fait )

    2. Bibliographie ( ce que j’ai absorbé et collecté )

    3. Brouillon ( ce que j’ai écrit )

    4. feed-back ( ce que j’avais consigné a été déployé )

  5. Pour les quatre carnets, je les ai nommé ainsi:

    1. Traces sur terre: prendre des notes de ce qui s’est passé durant la recherche, surtout les informations primitives, comme si on tenait un journal. Il s’agit d’un point de vue plus ou moins objectif des choses, ainsi le choix de l’expression « sur terre ».

    2. Tiroir des mots clés : recueillir des entrées pour but de les enchaîner au fur à mesure de la recherche, tout en notant sous chaque entrée des citations intéressants, des livres ou articles à voir…

    3. Gribouillage: laisser agir l’intuition, laisser parler le génie… n’hésite pas de faire des dessins pour relier des idées..

    4. Odeur de terre: ce que réagit les acteurs dans le terrain de recherche. Leur expériences, leur sentiments sont un odeur qui se répand et a une influence (ou non) sur nos actions.

  6. Je pense à nommer mes quatre carnets de façon présente ci-dessous:
    BROUILLON DE TRAVAIL: pour but de sauvegarder toutes les traces de ma recherche, les essais, les recueils, etc.
    BIBLIOTHÈQUE: Classer toutes citations que je citerai, noter des articles, des ouvrages, des sites, des magazines, etc. Tout ce qui est utile pour ma recherche.
    IDÉES ET BRAINSTORMINGS: Toute idée qui m’inspire et que je ne pas encore où placer dans mon mémoire, je les garde dans ce carnet.
    FEEDBACK: les conseils de mon directeur ou de mes camarades, autoréflexion sur ma recherche, tout retour utile.

  7. Nous étions environ 25 personnes à assister à cette première partie, introduction et mise en bouche du séminaire de monsieur Serge MARTIN traitant des aspects méthodologiques des mémoires, stages et terrains.

    Il présenta succinctement les critères d’évaluation du séminaire, ce sera une note concernant les différents carnets ou notes sur des journaux de séminaire.

    Pour ce faire une idée sur ce qu’il attend de nous, il nous invita d’abord à lire quelques extraits d’un ouvrage de Mr Bernard Latour, sociologue. « Changer de société. Refaire de la sociologie », Paris, La Découverte, 2006 (extraits p. 194-197) » (à vérifier sur la liste bibliographique donnée par Mr Serge Martin)
    Aussi nous invite-t-il à trouver une nouvelle énonciation de quatre carnets de recherche, qu’il nous demande de tenir le plus régulièrement possible.
    Pour faire plus amples connaissances, il invite les étudiants chercheurs à rédiger une fiche permettant une description succincte de nos parcours respectifs.
    Après avoir lu les extraits du texte de Bernard Latour, quelques propositions de ré-énonciations des carnets a été faite par différents étudiants.
    Pour le premier carnet : j’ai proposé Journal de Bord, ce à quoi il m’a été répondu que c’était une bonne ré-énonciation dans le sens où dans le mot journal il y a l’aspect daté sous-jacent qui est selon Serge Martin, très important. Un repère à la fois spatio et temporel permettant de noter jour après jour nos impressions, ce que nous abordons au fur et à mesure des journées de séminaire. Ce que Muriel Molinié nomme Journal du séminaire qu’elle nous invite également à tenir.
    Latour suggère quatre carnets, selon les habitudes rédactionnelles de chaque étudiant chercheur, certains pourront préférer quatre carnets physiques distincts, d’autres préféreront créer quatre dossiers sur leur ordinateur, d’autres encore préféreront le bon vieux classeur avec ses quatre intercalaires. Selon les facilités et habitudes personnelles et/ou professionnelles de chacun. Il nous faudra opter pour une solution rédactionnelle.

    Me concernant et sans doute par déformation professionnelle, je préférerai la création de quatre carnets sous forme de dossier sur ordinateur. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde, il faut simplement que je n’oublie pas de les sauvegarder sur une clé USB. Afin de continuer à travailler le plus facilement possible et le plus régulièrement possible à l’élaboration de ces journaux de recherche.

    Concernant la ré-énonciation du second carnet :

    j’ai pensé à le titrer « le petit poucet », ce qui n’a pas manqué de faire rire le professeur, qui me demande d’ailleurs pourquoi ce titre, ce à quoi j’ai répondu, que le petit poucet sème, récolte des petits cailloux pour ne pas se perdre, on collecte, on sème et on récolte des informations pour ne pas se perdre dans les concepts et angles de vue de recherche.
    Troisième carnet : brouillon, (j’ai proposé : esquisse)
    Quatrième carnet : feed-back (celui qui permettra d’articuler les trois précédents) pour l’élaboration rédactionnelle du mémoire à part entière.

    J’avoue que la mise en place de ces quatre carnets me semble en effet judicieuse. Reste à installer une discipline de rédaction quotidienne relative à ce que l’on vit dans les différents séminaires, les lectures que l’on parcoure, les idées que l’on peut dégager, les pistes réflexives afin de dégager l’énonciation d’une problématique en relation avec nos axes et ambition de recherches.

    J’ai particulièrement apprécié ce cours, car nous abordons des aspects méthodologiques essentiels. La question de départ m’a aussi interpellé. Quel sorte de chercheur sommes-nous, comment nous définissons nous par rapport à d’autres chercheurs ? Comment inventer sa recherche ? Etc.

    Ce positionnement en tant que chercheur est en effet très important. Il déterminera peut-être la manière d’aborder et d’énoncer une problématique.

    Il nous demande ensuite de relever dans le texte de B.Latour, une expression que nous ferions nôtre cette année, et relever une aspérité ou une difficulté dans le texte qui nous semble intéressante de partager avec nos collègues chercheurs.

    La phrase que je retiens : « tout fait partie des données : tout depuis le premier coup de téléphone à un informateur potentiel, le premier rendez-vous avec le directeur de thèse, les premières corrections, le premier usage d’un moteur de recherche, la première liste d’éléments à cocher dans un questionnaire. »

    L’aspérité du texte que je retiens (en bas de la page 97): « nos comptes rendus textuels doivent répliquer, cultiver, induire et exprimer. Le travail consiste à déployer les acteurs en tant que réseaux de médiations »
    Quelle réplique et comment répliquer ? Cultiver quoi précisément ? Induire certes mais de quelle manière et pour ce qui concerne l’expression des idées, des réflexions, des questionnements, comment en rendre compte tout en tenant compte des théories déjà développées par nos pairs ? Quelle touche personnelle ? Et comment l’exprimer de manière claire ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Etc.

    Comment rendre compte d’un terrain professionnel, pragmatique en terme scientifique ? Telle est la grande question à laquelle je me heurte, en effet l’interruption de mes études me demande aujourd’hui de transposer des expériences concrètes en concepts didactiques.

    C’est un challenge que je souhaite relever mais je demeure perplexe, interrogative, quant à ma capacité à d’une part, engranger des termes scientifiques en un minimum de temps et deuxièmement, l’utilisation de ces termes pour rendre compte d’un terrain qui m’habite depuis six ans maintenant.
    Bref, des doutes, quant à mes capacités de rétrospective de mes expériences en termes scientifiques dans un contexte théorique plus large.

    Je ne manquerai pas d’exprimer cela aux différents professeurs que je rencontre au fil des séminaires auxquels je participe. Il me semble important en effet d’en parler afin que je sois le mieux guider et accompagner possible dans cette perspective de recherches dans laquelle je m’engage cette année et les années à venir…

  8. J’ai toujours travaillé avec un carnet lorsqu’il s’agissait de faire une recherche préalable à l’écriture. J’admets néanmoins avoir trouvé l’idée des quatre carnets un peu étrange. A mon sens, cette démarche donne une image artificielle au travail de recherche. Un agenda, une bibliographie, un cahier de brouillon et un dossier de presse; ces différents cahiers à ouvrir ne compartimentent ils pas un travail de recherche qui est en réalité construit autour de va et vient continus entre sources, réflection, rédaction ? Est-il possible d’ordonner tout ce processus en le divisant en quatre catégories distinctes ?
    L’idée d’ouvrir plus d’un carnet pour traduire ce processus intellectuel de la recherche me semblait donc irréalisable en pratique et donc désuet. La quantité de sources et de contacts m’a cependant rapidement submergée alors que je ne suis qu’au début d’un long travail de recherche. La solution ne serait-elle pas alors de s’inspirer de l’idée de Latour sans pour autant l’appliquer à la lettre, d’adapter l’objet de mes différents carnets à la façon dont ma propre pensée se construit ?

    1. j’aime bien votre doute critique : il est vraisemblable que les carnets (ou le carnet et son organisation spécifique) s’inventent (s’inventeront) en cours de recherche, d’écriture…

      1. Je suis d’accord avec ces deux commentaires. Le remaniement du système de carnets durant le temps de la recherche me paraît primordial notamment pour pouvoir exprimer « sa voix » dans le projet en question. Il est bon de le rappeler, un mémoire n’est pas seulement un classement de sources ni un compte-rendu de la recherche mais un produit personnel qui reflète les questions et les démarches de l’auteur.

        Comme Angèle Poisson, j’ai été surprise par le nombre de carnets. Je suis moi aussi déjà submergée par la quantité de sources et d’idées qui me parviennent, que ce soit pour le travail de recherche du mémoire ou pour tous les autres travaux de recherche. J’applique depuis plus d’un mois maintenant la théorie des carnets de Bruno Latour. Je pense que les résultats seront positifs puisque selon moi, la pratique amène à l’appropriation de cette théorie. Pour en revenir à la proposition de M. Latour, les trois premiers carnets (que j’ai nommé Mon agenda –journal ; Le classeur de ma recherche et Oser le brouillon !) me paraissent fondamentaux. En revanche, le quatrième (Comptes-rendus des critiques et encouragements) pourrait être optionnel. En effet, si vos carnets sont numériques comme les miens, le système de révision sur Word permet d’ajouter commentaires et encouragements dans les trois premiers carnets en fonction des thèmes.

        Par ailleurs, j’aimerais lancer un débat en répondant à ces deux commentaires. Angèle Poisson nous explique que créer autant de carnets donne un côté « artificiel » à la recherche. Je pose alors la question : ne pensez-vous pas que toute recherche est artificielle même sans l’utilisation de carnets ? Si l’on comprend l’adjectif « artificiel » comme ce qui est contraire à la nature et construit par l’homme, alors toute recherche est pour ainsi dire artificielle. De plus, si l’on se focalise sur le mémoire ou la thèse, les découpages standard laissent apparaître une réflexion particulièrement construite où le côté artificiel de ce produit fini est poussé à l’extrême. Mais tout cela n’est qu’une opinion parmi tant d’autres. Je vous repose donc la question : ne pensez-vous pas que toute recherche est artificielle?

  9. Bonjour,

    J’ai moi aussi songé à donner un nom à ces quatre carnets afin qu’ils deviennent un peu plus personnels :

    • AU FUR ET A MESURE : tout ce qui, jour après jour, peut être impliqué –de près ou de loin– dans ma démarche de recherche.
    • CATALOGUE : la boîte magique ! Une bibliothèque spécialisée qui ne serait faite que pour moi ! De quoi lire : des ouvrages, des articles, des sites etc.
    • PEREGRINATIONS : un voyage intérieur complexe. Mettre sur papier tout ce qui peut me passer par la tête. Essayer.
    • FEEDBACK : un mot qui a beaucoup de sens pour moi, qui désigne toutes formes de retours qu’ils soient positifs ou négatifs.

    Si je devais retenir une phrase de cet extrait de Bruno Latour je ferais probablement le même choix que Carla :

    « Si vous ne souhaitez pas prendre de notes et vous appliquer à les écrire, la sociologie n’est pas pour vous : ce sont les seules façons d’accéder à un peu d’objectivité ».

    Cette phrase me rappellera que le travail a déjà commencé (on remet bien trop souvent les choses à plus tard !), qu’il n’est jamais trop tôt pour prendre des notes et être attentif et que la curiosité, la rigueur et un travail régulier me mèneront jusqu’à la soutenance.

  10. Un titre pour les 4 carnets :
    1) « Cahier de bord »
    2) « Carnet de sitation »
    3) « Brouillon »
    4) « Feedback »

  11. J’apporte également les titres à mes quatre carnets

    1. Recueil du Jour

    Comme il est important de sauvegarder toutes les traces initiales de la recherche, ce Recueil du Jour a pour objectif de recueillir de la façon massive et quotidienne toutes les informations primitives en se déplaçant au cours des terrains. Ce ne sera pas un vrai recueil au sens littéraire dans lesquel les datas sont joliement rassemblés et catégorisés, mais il aura la même fonction qu’un recueil quelques années plus tard lorsqu’on aura besoin de le consulter pour savoir comment l’étude a été conçue dès le départ.

    2. Bibliothèque Personnelle

    Sans doute, ce carnet sert à classer toutes les entrées de la façon raffinée et catégorisée. Avec l’évolution au niveau du nombre des données collectées, les catégories dans un moment seront sous-catégorisées dans un autre.

    3. Cahier d’Inspirations

    Les idées lumineuses peuvent nous arriver à tout moment, un espace pour les réserver est toujours à privilégier. Des essais d’écriture que ce soit spontané, improvisé ou réfléchi, l’impulsion ou la tentative à commencer à écrire mérite de laisser ses traces dans ce cahier.

    4. Retour et Réaction

    Est-ce que notre écrit, nos comptes rendus ont produit des effets ? Lesquelles ? Des erreurs ? Lesquelles ? Comment nous pouvons l’améliorer pour apporter plus de valeurs en eux-même et aux lecteurs ? « L’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue…Cela signifie plutôt qu’une nouvelle négociation s’engage dans la composition du monde commun ».

    WEI Xudong

  12. À mon tour je désire partager ici en quelques lignes les titres de mes carnets numériques et quelques idées:

    1er carnet : Mon agenda –journal


    Selon Bruno Latour, même des années plus tard, les procédés exacts de recherche qui ont permis à l’élaboration de problématiques, d’arguments et de réponses doivent être connus et reconnus. C’est pour cela que je nomme mon premier carnet « agenda-journal » car comme nous l’indique Latour ce premier carnet est un « carnet de bord » quotidien qui, selon moi a la double fonction d’agenda et de journal. Ainsi, on peut prévoir à l’avance ce que l’on va rechercher ou lire un certain jour (fonction d’agenda) mais on peut aussi relater ce qu’il s’est passé pendant la recherche ce même jour ou un autre jour (fonction de journal).

    2ème carnet : Le classeur de ma recherche


    C’est avec ce deuxième carnet que l’on voit l’utilité du numérique puisque selon Latour, le second carnet est un véritable classeur de données collectées. Je me propose donc de classer par thèmes les informations collectées dans différents fichiers.

    3ème carnet : Oser le brouillon ! Oser la réflexion! Oser l’originalité !

    
Latour nous prévient des mauvais résultats si l’on ne jette pas sur le papier les idées spontanées et si l’on ne rédige pas la réflexion et les pensées construites en rapport avec notre recherche. Ce titre au rythme ternaire m’encourage à ne pas avoir peur d’oser durant ma recherche pour ainsi laisser place aux idées quelles qu’elles soient : spontanées et/ou construites !

    4ème carnet : Comptes rendus des critiques et encouragements

    
Latour nous l’explique : « L’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue : le nouveau compte rendu ajoute son action performative à toutes les autres, ce qui produit aussi des données ». Grâce à ce carnet, nous comprenons les atouts de notre travail de recherche, les erreurs, s’il y en a, mais aussi comment rendre le travail meilleur, plus intéressant, plus discutable et plus agréable aux intéressés et aux lecteurs.

    →Une phrase que je retiens de cet extrait de Bruno Latour ?


    « Mais les idées, les paragraphes, les métaphores et les astuces littéraires peuvent surgir de façon inattendue au cours d’une étude ; si on ne leur réserve pas une place ou un débouché, ils seront perdus ou, pire, ils viendront gâcher le dur labeur d’accumulation des données en mélangeant le métalangage des acteurs et celui de l’observateur ». (Latour 196). Je retiens cette phrase car il met arrivé plus d’une fois, en effet, de perdre les germes de pensées en rapport avec mes deux premiers mémoires d’autres formations. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai tout particulièrement travaillé le titre de mon troisième carnet de recherche pour contrer cette mauvaise habitude de ne pas tout noter. Comme Latour nous l’explique, tout peut aider à l’élaboration du projet. Certaines idées peuvent même être utilisées plus tard. Donc, rappelons-nous : tout est important et rien ne se perd !

    →Une phrase pour mes camarades : 


    Je souhaite ici ajouter une phrase de Latour pour vous conseiller et vous encourager chers camarades : 


    « Il serait maladroit de croire que le travail se divise en une première période, au cours de laquelle on se contenterait d’accumuler des données, suivie d’une seconde, au cours de laquelle on commencerait à écrire ».
 Nous venons, pour la plupart, de formations françaises où le brouillon n’est pas coutume et c’est pour cela que j’aimerais insister tout particulièrement sur le système du brouillon. Au lycée et à l’université, en France, nous rendons dissertations, commentaires, essais etc. en une seule fois. Il n’y a pas de système de brouillons et je le regrette fortement car l’élève ou l’étudiant qui n’a pas obtenu une bonne note à son devoir reçoit cette note comme une punition puisqu’il n’a pas la chance de retravailler son devoir. Cette punition peut aussi lui enlever le goût et l’intérêt envers la matière. Outre ces effets néfastes, nous n’avons pas l’habitude du système de brouillons qui est maintenant à mes yeux extrêmement important. Dans d’autres pays, comme aux Etats-Unis, par exemple, l’écriture de brouillons fait partie du mode d’évaluation dans certaines classes, à l’université et surtout dans les départements de lettres, langues et sciences humaines. Je conclue donc ce commentaire avec cet encouragement à l’initiation au brouillon: Initions-nous chers camarades !

    Clémence Burckel

  13. Si je devais donner, à mon tour, un titre à chaque carnet proposé par Bruno Latour pour débuter la recherche, je dirais:

    1. Idées préliminaires (il s’agit des idées a priori : elles viennent toujours avant d’autres idées qui évoluent à leur tour mais ne seront jamais définitives. Il serait même intéressant qu’à la fin de notre mémoire, nos idées soient discutables et discutées par nos futures pensées dans le domaine)
    2. Absorption (toute l’information que l’on absorbe en lisant, en regardant, en écoutant. Sorte de compte-rendu en vrac, mais où sont pointées les informations et les idées les plus intéressantes, en gras, en rouge, pour pouvoir s’y retrouver)
    3. Tentatives (C’est là qu’on met en lien nos idées préliminaires avec les informations absorbées par notre contact avec les gens, les textes, le terrain… on lie et on délie, on confronte les textes entre eux-mêmes, la théorie et la pratique empirique.)
    4. Influence, action (notre écrit, notre participation dans un terrain, nos comptes rendus de lectures ont-ils changé quelque chose ?)

    Une phrase de ce texte que je prends pour slogan, non seulement de cette année de recherche mais pour n’importe quel questionnement qu’on a envie de faire aboutir:
    « Si vous ne souhaitez pas prendre de notes et vous appliquer à les écrire, la sociologie n’est pas pour vous : ce sont les seules façons d’accéder à un peu plus d’objectivité. » p.197
    En effet, nos recherches devraient s’efforcer de collecter toutes nos impressions sur le réel (qu’elles soient des bribes, des interrogations, des étonnements…) pour essayer d’en saisir une partie : celle qui nous intéressait au début ou celle qu’on découvrira en chemin. Le travail d’écriture, que ce soit le brouillon ou la mise en phrase, doit être systématique et régulier et consiste en la partie la plus importante du travail. Nous trouvons notre parole au fur et à mesure que nous l’esquissons et nous pensons, finalement, ce que nous écrivons.

    Les aspérités ou les limites du texte se dégageront peut-être de la pratique et utilisation de ces carnets…?

  14. Bonsoir,
    Comme prévu j’apporte des réponses aux questions posées par notre enseignant concernant le texte de Bruno Latour:

    • Donner un titre au 4 carnets
    1- Le journal de l’enquête
    2- Triage et organisation de l’information
    3- Ébauches et pistes d’écriture
    4- Productivité et feed-back des protagonistes

    • Relever une formule que vous feriez vôtre pour cette année.
    « Après tout, Archimède n’avait besoin que d’un point fixe pour soulever le monde ; Einstein n’équipa ses observations que d’une régle et d’un chronomètre, pourquoi aurions-nous besoin d’un équipement plus lourd pour ramper à travers les conduits sombres et étroits tracés par des termites aveugles ? »
    Justifier : Je vois cette formule me suivre durant toute l’année dans la mesure où elle encourage chaque étudiant dans la conduite de son entreprise scientifique. De même que la tenue de carnets de bord est très importante bien qu’elle paraisse de première vue assez rudimentaire.

    • Relever une aspérité- difficulté du texte.
    « Le lecteur sera peut-être déçu de voir que les grandes questions que nous avons étudiées jusqu’à présent sur la formation des groupes, les formes d’existence qui nous font agir, la métaphysique et l’ontologie doivent être abordées à l’aide de ressources aussi prosaïques que des petits carnets qu’il faut avoir sur soi pendant la procédure totalement artificielle du travail de terrain et des enquêtes. Mais il a été averti au préalable : il n’y a rien à découvrir de plus grandiose, et il n’existe pas de raccourci. »
    Justifier : Usage de termes ou de tournures (« les formes d’existence qui nous font agir, la métaphysique et l’ontologie doivent être abordées à l’aide de ressources aussi prosaïques »), qui nous paraissent alourdir le texte et lui ajouter de la difficulté. Ces termes pourraient renvoyer tout simplement aux faits sociaux, aux phénomènes sociaux, à l’homme en général.
    Cordialement,
    C.Anissa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *