Aperçu des études sur l’acquisition d’une troisième langue hors de Chine

D’après Lindqvist, les premières études concernant la perspective trilingue datent des années 1970 et 1980, lorsque l’approche de l’acquisition des langues n’avait pas véritablement été établie. Et depuis la fin des années 1990, « Les recherches en acquisition tri- ou plurilingue ont connu un essor et forment un domaine important au sein des recherches en acquisition d’une langue seconde » (Lindqvist, 2006 : 2).

 

Après l’année 2001, Kellerman différencie l’acquisition de la deuxième langue (désormais AL2) et celle de la troisième langue (désormais AL3) dans l’ouvrage Cross-Linguistic Influence in Third Language Acquisition, Psycholinguistic perspectives : « Cross-linguistic influence is one of the areas in which first and second language acquisition are clearly differentiated, and this statement can be applied to the distinction between second and third language acquisition » ( Cenoz & Jessner, 2001 : 2).

 

Cenoz et Jessner indiquent également dans cet ouvrage que l’intérêt pour AL3 a des fondations sociolinguistiques et psycholinguistiques (Cenoz & Jessner, 2001). La perspective sociolinguistique met l’importance sur le statut de langues en présence (régionale, minoritaire, officielle, ect.) et sur les types d’interactions dans lesquelles interviennent les interlocuteurs. Nos études dans ce mémoire se limitent chez les apprenants dont l’acquisition du français se déroule dans les milieux guidés ou semi-guidés, plus précisément dans l’université. De ce fait, nous ne prenons pas spécifiquement l’attention sur les facteurs sociolinguistiques. Du côté de la perspective psycholinguistique, «third language acquisition research presents specific characteristics derived from the fact that third language learners are experienced learners and also because bilingual and multilingual individuals present a different type of competence as compared to that of monolinguals» (ibid: 1). L’apprenant peut ainsi employer les stratégies d’apprentissage de leurs langues préalablement acquises et les développer et pourrait, en même temps, rencontrer une situation différente pour l’AL3 que pour l’AL2.

 

En effet, AL3 est un phénomène plus complexe que l’AL2 : l’apprenant ayant deux langues a deux systèmes potentiellement influencés l’un par l’autre (L1 ⇋ L2). « second language acquisition research has mainly focused on transfer phenomena from the L1 to the L2 without paying enough attention to the other possible relationship» (Kellerman, 2001: 2). Tandis que pour un apprenant ayant trois langues, « Two other bi-directional relationships can take place in third language acquisition » (ibid. : 2): L3 peut influencer L1 et être influencée par L1 (L1⇋ L3). Il existe également une possibilité d’influence translinguistique entre L2 et L3 (L2 ⇋ L3).


Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *