Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL

 

Dans la salle Athena de la Maison de la recherche rue des Irlandais, les doctorantes de la Sorbonne Nouvelle s’apprêtent à prendre la parole pour présenter leurs recherches, des travaux qui mettent en parallèle les notions de contexte/contextualisation et historicité/historicisation. Nos chers professeurs ont endossés une nouvelle casquette, un rôle dans lequel on les connait peu : celui de chercheurs.

Une fabrique de l’histoire pour la didactique des langues et des cultures, voilà l’intitulé de cette journée d’étude. En tant qu’étudiante de master, presque infiltrée dans ce congrès d’experts, j’avais l’impression d’assister à une fabrique de la didactique elle-même.  Bien qu’il ait soulevé plus de questions qu’il n’en a résolu, cet échange de réflexions entre spécialistes  a certainement apporté à son humble échelle, une contribution importante à une problématique centrale. Les notions de contexte et d’historicité sont très présentes dans les recherches en didactique ces dernières années. Comme nous l’a rappelé madame Valérie Spaëth en ouverture, la globalisation a été un phénomène accélérateur qui a participé à la prise en compte des contextes dans un paradigme post-colonial où les territoires, les peuples et les minorités se revendiquent et se redéfinissent, tout comme les histoires collectives et individuelles. Les enjeux sont cruciaux car  producteurs de connaissance. Ils appellent de ce fait les didacticiens à se positionner d’un point de vue éthique et épistémologique. La didactique des langues a un pan interventionniste qu’il ne faut pas négliger — il s’agit d’une « action dans l’histoire » pour reprendre l’expression de madame Valérie Spaëth. 

Comment concevoir contexte/contextualisation et historicité/historicisation en didactique des langues ? Il faut d’abord ouvrir ces questions à d’autres champs disciplinaires. La démarche du DILTEC était intéressante à ce niveau, car le laboratoire a fait appel à des experts dans des champs divers, comme monsieur Gilles Siouffi, historien de la langue française. Une approche pluridisciplinaire est en effet nécessaire pour appréhender cette vocation interculturelle et anthropologique de la DDL.
D’autre part, il faut se rapprocher de la notion de présentisme tel que la définit François Hartog, historien et directeur à l’école des hautes études en sciences sociales à Paris. Invoqué à de nombreuses reprises durant cette journée d’étude, le présentisme s’interroge sur les temporalités qui structurent les phénomènes historiques. C’est un présent omniprésent qui permet d’envisager les modalités de construction des connaissances et des communautés humaines. Le didacticien se trouve aussi  au coeur de temporalités enchâssées (transmission, enseignement, apprentissage) dans un présent continu qu’il faut pouvoir déconstruire à l’aide notamment de variations d’échelle. Ainsi, l’historicité se présente comme un outil qui permet de mieux aborder ces questions de temporalités.

Il me semble que les notions d’historicité et de contexte sont complémentaires et convergentes à condition qu’on considère la contextualisation comme une méthodologie de recherche et non comme un outil de description. La contextualisation doit permettre au chercheur de situer sa propre recherche, c’est-à-dire situer son travail d’un point de vue méthodologique, historique, culturel, institutionnel, etc, mais aussi son propre positionnement éthique et épistémologique car il est lui même un sujet conditionné par son contexte, son environnement (notion de double historicisation, individuelle et collective de Pierre Bourdieu). 

Pour vous renseigner sur ces questions d’histoire en DDL, voici quelques références bibliographiques citées durant  la journée d’étude: 

BLOCH Marc (1949).. Apologie pour l’histoire ou métier d’historien. Paris, A. Colin (Cahiers des Annales, n° 3). Disponible sur http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.blm.apo

BOURDIEU Pierre (1992). Les règles de l’art, Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

DE CERTEAU Michel (2002) Les chemins de l’histoire, Bruxelles, Complexe.

ELIAS  Norbert (1993). Engagement et distanciation. Paris : Fayard.

HARTOG François (2003) Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

 


Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL »

  1. Un grand merci pour ce compte rendu passionnant et les références données en fin de parcours. Il faudrait ajouter comme référence essentielle concernant la notion d’historicité l’ouvrage de Henri Meschonnic, Modernité, modernité (1988), Folio/Gallimard, 1993. Il faudrait aussi aller du côté des ouvrages de Michèle Riot-Sarcey et, par exemple, de son Procès de la liberté paru en 2016 à La découverte dont la dernière partie est méthodologique et très éclairante sur toutes les notions abordées dans cette journée à laquelle je regrette beaucoup de n’avoir pu participer. Merci encore, Beya !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.