Goscinny : l’homme aux mille voix

« Lorsque j’ai entendu dire : le métier de scénariste est à la portée du premier imbécile venu, j’ai su que j’avais trouvé ma voie »

– Goscinny

 

René Goscinny (1926-1977) est un homme de lettres français. Rendu célèbre surtout pour son implication dans la BD (bande dessinée), il fut ainsi un scénariste très prisé et le rédacteur en chef du journal Pilote[1]. Le MAHJ (Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme) lui consacre une exposition jusqu’au 4 mars 2018. Cette exposition riche de dessins, planches et textes originaux, en racontant son histoire, propose ainsi un éclairage sur son humour, expliqué grâce à ses multiples héritages – judaïque, américain et français –, mais ce sont aussi mille autres facettes qui rendent le personnage si passionnant et attachant.

Né en France de parents juifs alors fraîchement immigrés d’Europe de l’Est, Goscinny passe son enfance en Argentine et ses jeunes années d’adulte aux États-Unis. De 1945 à 1951, fasciné par le dessin et le cinéma, il se lance dans l’aventure de la bande dessinée. À New York, il rencontre notamment Harvey Kurtzman, futur créateur de Mad[2], dont l’esprit corrosif influencera beaucoup Goscinny.  En 1951, Goscinny retourne en France tenter sa chance. Là, après une courte carrière de dessinateur et de directeur artistique, il se consacre au scénario (et conséquemment aux dialogues) pour le neuvième art[3]. Il travaille alors avec les plus grands dessinateurs de la scène franco-belge, comme Bob de Moor, André Franquin ou Victor Hubinon, mais c’est surtout sa collaboration avec Morris, créateur de Lucky Luke, qui le propulse au rang de scénariste comique numéro 1 de la scène francophone. En 1959, avec quelques amis, il fonde l’hebdomadaire Pilote pour lequel il créera les personnages d’Astérix, du Petit Nicolas ou d’Iznogoud, respectivement avec les dessinateurs Albert Uderzo, Sempé et Jean Tabary ; il engage aussi de nouveaux graphistes, tels Claire Bretécher, Cabu ou Gotlib. Avec Pilote, il fait franchir à la BD franco-belge le pas qui la séparait du monde des adultes (ses scenarii pour Astérix, les Dingodossiers[4] ou Iznogoud sont ainsi truffés de références inaccessibles aux enfants, abordant culture, histoire, politique ou faits de société). En 1974, il quitte la rédaction de Pilote pour se focaliser sur l’écriture. Trois ans plus tard, il décède, à seulement 51 ans, victime d’une crise cardiaque lors d’un banal test d’effort…

De Paris à Paris (lieu de naissance et de décès), Goscinny connaît mille vies. De nationalité française, bercé dans une culture judaïque, élevé en Argentine, émigré à New York, il est tour à tour dessinateur, directeur artistique, scénariste (pour la BD et le cinéma), écrivain, journaliste, réalisateur de films (surtout des adaptations de ses BDs) ou encore patron de journal. Ces expériences, les rencontres subséquentes, son ouverture sur le monde et son plurilinguisme, Goscinny les restitue dans une œuvre riche de sujets – voix et thèmes. Protéiforme, son œuvre comporte scénarios, dialogues, nouvelles, paratextes… Un dialogisme Goscinnyen se fait ainsi jour : scénariste, il offre une voix à ses dessinateurs ; dialoguiste, il fait parler leurs personnages ; éditeur, il permet à de jeunes talents de s’exprimer ; il va jusqu’à donner la parole aux animaux, Jolly Jumper et Rantanplan[5] en tête. Ces rencontres nourrissent à leur tour l’imaginaire de Goscinny, qui offre à ses lecteurs un univers foisonnant, où se mêlent histoire, culture, société. Ainsi, l’histoire, qui le passionnait, nous fait voyager en Gaule, au Califat de Bagdad ou au Far West, rencontrer Jules César, Cléopâtre ou les Dalton, revivre les Mille et une Nuits ou la Ruée vers l’Or ; son amour pour la culture au sens large lui en fait multiplier les références, allant de l’emploi de locutions latines à l’intrusion d’acteurs de cinéma (caricaturés) dans ses aventures, en passant par un goût pour la franche rigolade bien franchouillarde ; la contemporanéité n’est pas en reste avec le personnage du Petit Nicolas, mais surtout à travers les productions de ces jeunes dessinateurs qu’il lance et qui transforment Pilote en un magazine plus en phase avec la société d’alors (autour de 1968).

Quant aux procédés narratifs qu’emploie Goscinny, qu’apportent-ils, et comment sont-ils nés ? L’humour, le dialogisme ou la distanciation historique présents dans son œuvre lui permettent d’adopter une posture de neutralité et de porter sur le monde un regard critique (volontairement ou non). Ainsi, il aborde les relations parents-enfants dans le Petit Nicolas, traite de l’ambition politique avec Iznogoud, ou donne à Idéfix[6] une conscience écologique. Le rire goscinnyen est une constante de son œuvre. Ce que dit Hélène Hoog, la commissaire de la rétrospective, est que la typographie a eu une influence sur le processus créatif de l’auteur. Initié à cet ensemble de techniques dans l’imprimerie fondée par son grand-père maternel, il en retient nombre de possibilités applicables à l’écriture : disposition du texte, jeux de lettrages ou interchangeabilité des caractères[7]. Conséquemment, Goscinny s’interroge sur les possibilités d’exprimer du sens et, jouant de la langue française, il va créer un langage unique entre langue populaire et langue érudite : il invente le langage d’un enfant (le Petit Nicolas), multiplie les calembours (notamment dans Iznogoud) ou cite des auteurs classiques (Astérix). L’œuvre goscinnyenne fait écho aux conceptions de Walter Benjamin (1991) pour qui les cultures ne doivent pas être catégorisées ; ainsi, la culture savante n’est pas supérieure à la culture populaire et raconter des histoires de façon apparemment anodine (en choisissant le recul – humoristique ou historique) est aussi porteur de sens.

 

Artisan de la brièveté de par ses dialogues ou textes courts, René Goscinny propose une œuvre qui, dans son ensemble, forme un tout où la multiplicité des voix qui s’y font écho façonne un univers riche et foisonnant. Ses multiples influences et collaborations, son amour de la culture française ou sa volonté de faire évoluer la bande dessinée vers un public adulte vont l’amener à développer le métier de scénariste, faisant montre d’une grande maîtrise de la langue française et d’un talent d’humoriste hors pair. L’univers goscinnyen ne se résume pourtant pas à un art populaire mais va bien au-delà, comme le souligne le titre de l’exposition, en permettant au lecteur de discerner, en deuxième lecture, un point de vue critique sur la société ; réalisant cela, Goscinny se pose ainsi en moraliste et en philosophe.

 

 

Références

Benjamin, W. (1991). Le narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov. Dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), pp. 249-298. Paris. Gallimard.

René Goscinny. Au-delà du rire. Exposition (27 septembre 2017 – 4 mars 2018). Paris. Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme.

Pour en savoir plus

www.bedetheque.com (site généraliste sur la bande dessinée)

Chatenet (du), A. (coord.) (2017). Au-delà du rire. Paris. Hazan. (catalogue de l’exposition)

www.institut-goscinny.org (site officiel consacré à René Goscinny)

Notes

[1] Pour en savoir plus sur Goscinny et les auteurs et œuvres cités dans cet article, voici deux sites fort utiles : institut-goscinny.org et bedetheque.com.

[2] Magazine de BD satirique américain s’adressant à un nouveau public : les adultes.

[3] Autre désignation pour « bande dessinée ».

[4] Album de BD satirique dessiné par Marcel Gotlib.

[5] Animaux apparaissant dans la série Lucky Luke.

[6] Le petit chien d’Obélix, fidèle ami d’Astérix.

[7] Influence évidente dans les albums d’Astérix où des lettrages spécifiques viennent appuyer l’origine de tel ou tel personnage ; ex : quand un Goth s’exprime, les caractères utilisés sont proches du gothique, etc.

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts


4 réflexions sur « Goscinny : l’homme aux mille voix »

  1. Merci Jan-Mark pour cette présentation épurée de Goscinny, en parcourant ton article, je découvre un personnage aux multiples facettes et ce qui a en particulier retenu mon attention, ce sont les différents concepts que tu as cités et qui alimentent ses œuvres, notamment, celui du dialogisme où il met à profit ses talents artistiques au service de la scène.

    1. Merci pour le lien, je vais l’écouter a.s.a.p.
      Voici sur le même sujet de la conférence un entretien de Gotlib sur Goscinny, paru dans l’Express : https://www.lexpress.fr/styles/mode/gotlib-les-dingodossiers-perec-et-l-humour-juif_474683.html.
      Gotlib, par ailleurs, fait l’objet d’un texte de Perec dans « Cantatrix Sopranica » ; et une réflexion très intéressante sur ce recueil se trouve ici : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2006-4-page-1153.htm.

Répondre à Serge Martin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.