Intervention de Mortimer M. Guiney au colloque du 04/12/2017 « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis »

Mortimer M. Guiney est un enseignant chercheur, il a obtenu son doctorat en philosophie à l’université de Yale, en 1987,  sa thèse portait sur « La dissertation dans la littérature comparée sur les théories du roman du début du XXe siècle ».  Depuis ses recherches sont axées sur « La littérature française des XIXe et XXe siècles, littérature comparée et études culturelles, enseignement de la langue française ».

Ce colloque était consacré « aux études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités »,  Mortimer M. Guiney nous évoque la crise de l’enseignement du français langue étrangère aux Etats-Unis. Il nous illustre cette crise par une liste de chiffres plus au moins déconcertants. En effet, en 1960 : le nombre d’étudiants inscrits en cours de français était de 229, 640. En 1968, le nombre a légèrement augmenté à 386. 694 et en 2013, le nombre d’étudiants inscrits en cours de français a baissé quantitativement de 10% soit 197. 757.

Il nous explique les raisons de cette régression, entre autres parce que à l’école primaire, le taux d’enfants inscrits en cours de langue étrangère est de 1/5, en outre, la grande majorité de la population finissent l’apprentissage de la langue étrangère qu’ à 14 ans. Les deux langues étrangères privilégiées sont l’espagnol et le français, bien que la littérature fait partie de l’enseignement obligatoire, elle n’est cependant pas intégrée dans l’enseignement de la langue étrangère. Mortimer M. Guiney précise que  les universités offrent aux étudiants la possibilité de suivre des cours de français et que les inscriptions se déroulent spontanément et sans contraintes et présentent même une volonté de l’étudiant à vouloir poursuivre cet enseignement afin de choisir plus tard une spécialité. Il ajoute que rarement sont les étudiants qui commencent l’apprentissage du français à l’université.  Dans cette perspective, il nous expose 5 types d’enseignements dispensés par  les études françaises  en 2007 :

– La langue et la littérature française.

– La langue et la culture.

– Le français professionnel.

– Les études francophones.

– La littérature et la culture francophone.

Les étudiants sont libres de choisir les cours qu’ils souhaitent suivirent parmi les  enseignements qu’ils leur sont proposés et à cet égard, Mortimer M. Guiney substitue à l’expression « l’art pour l’art », l’idée « de choix pour le choix ». Mortimer M. Guiney, conclue en disant que l’étude de la littérature française est « une forme de protectionnisme », qu’il présente comme « un principe de l’exception culturelle » et dont le rôle est primordial.

Il va s’en dire que les inscriptions en cours de français langue étrangère aient considérablement diminuées et sans doute par rapport au manque de motivation de la part des étudiants à suivre cet enseignement et la complexité de la langue française.

Bibliographie

GUINEY  M. M. (2017), « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis », Colloque : « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités », Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

http://www.kenyon.edu/directories/campus-directory/biography/mort-guiney/ : consulté le 02/01/2018.


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

3 réflexions sur « Intervention de Mortimer M. Guiney au colloque du 04/12/2017 « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis » »

  1. Très intéressantes informations, merci de nous faire un résumé de cette communication. A-t-il évoqué la place des autres langues étrangères dans l’enseignement aux USA et l’intérêt des citoyens américains pour ces langues, sachant qu’ils parlent la langue la plus répandue dans le monde ? Mais sur le dernier point, il a raison, une langue représente une culture et une autre conception du monde, en apprendre une, francaise ou autre, est importantissime ne serait-ce que pour mettre en perspective ses acquis.

    1. Oui Jean Marc, il a fait référence à une inscription accrue en cours de langue étrangère, en 2013, il a listé une dizaine de langues dans l’ordre : »espagnol, français,langues des signes américaines, allemand, italien, japonais, chinois, arabe, latin, russe. » Il précise que l’espagnol compte plus de « 50% des effectifs ».Cela étant, comme la communication n’a duré que 30 minutes, il n’a pas pu approfondir la place de ces langues dans les enseignements sauf pour le français. Voilà, j’espère avoir éclairé un peu ta question.

      1. Merci beaucoup, en espérant qu’il y aura d’autres communications sur ce sujet cher à Mme Spaëth : politique(s), promotion(s) et diffusion des langues.

Répondre à Jan-Mark Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.