Les comptines : un outil d’apprentissage

Mon projet de mémoire ne sera pas la continuité de mon travail commencé l’année dernière, en effet cette année j’ai décidé de travailler sur les comptines. Les comptines sont appréciées des enfants car bien avant qu’ils deviennent des élèves celles-ci font déjà partie de leur univers, de leur quotidien. Avant l’entrée à l’école, elles créent un lien privilégié entre la mère et son enfant et j’aimerais montrer que ce lien se poursuit dans le cadre scolaire. Les comptines plaisent par leur caractère ludique mais elles sont aussi un moyen pour les enfants d’entrer dans les apprentissages grâce à leurs caractéristiques: les sons, les rimes, le rythme musical etc.

Dans ce projet je souhaite me centrer sur cette question : Comment les comptines favorisent-elles l’acquisition du langage en cycle 1 et 2, plus particulièrement en grande section de maternelle?

 Pour pouvoir répondre à cette question ma tutrice m’a suggéré de trouver un corpus de comptines ou alors de constituer ce corpus moi-même en sélectionnant les éléments que j’aimerais pouvoir analyser. Je suis en train de rechercher un corpus de 5 à 6 comptines pour pouvoir réaliser un travail lors de mon prochain stage à Cambremer auprès des élèves de moyenne et grande section. J’aurai pu choisir de travailler avec les petites ou moyennes section car le développement du langage oral est tout aussi important mais mon choix s’est finalement tourné vers les grandes section pour plusieurs raisons. Dans un premier temps je souhaite travailler sur la conscience phonologique et la grande section est le niveau le plus adapté pour cela, car il prépare à la lecture et l’écriture qui seront davantage développées en CP. Je cible mes recherches et mon travail sur l’étude des sons et donc l’étude des rimes qui sont très présentes dans les comptines. Dans un second temps j’aimerais travailler sur le corps humain.

Lors de mes recherches je me suis aperçue qu’il n’y avais pas réellement de séquence à partir d’une comptine, en effet la comptine est utilisée lors d’une séance ou alors certains enseignants l’utilisent en tant que lecture plaisir et n’en font pas un réel objet d’apprentissage. Je me suis alors demandépourquoi les enseignants utilisent-ils les comptines sur les temps calmes plutôt que comme objet d’apprentissage? Comment peut-on la rendre plus utile pour obtenir une progression?

Marine Laubin

Bibliographie

– Goëtz-Georges Marie, Apprendre à parler avec des comptines, Retz, Paris, 2006.

– Besche Gisèle, Avec mes oreilles et ma bouche, avec mes yeux, avec mes doigts, Éditions de l’école, Paris, 1976.

– Arelo Andy & Delalande Julie, Cultures enfantines, Presses universitaires de Rennes, 2010

– Bruley Marie-Claire & Painset Marie-France, Au bonheur des comptines, Didier jeunesse, Paris, 2007.


3 réflexions sur « Les comptines : un outil d’apprentissage »

  1. Dans le cadre de ma recherche pour mon TER, je m’intéresse également à l’utilisation des chansons et des comptines à l’école maternelle, et donc aussi au fait qu’elles favorisent le développement de la conscience phonologique chez l’enfant. J’ai deux ouvrages à te proposer:
    – Ecoute et Regarde, Lucette Champdavoine, Nathan, 1993: celui-ci consacre toute une partie sur les phonèmes (GS) et propose des séquences à partir de comptines
    – Des chansons pour mieux parler, J.Gudin, S.Perron-Croix, Bordas, 1976 : il date un peu mais est très intéressant pour l’étude de la conscience phonologique
    Si tu ne les as pas déjà consultés, j’espère que ceux-ci t’aideront pour ton mémoire.
    Bonne continuation!
    Michèle Cavoit

  2. La comptine semble offrir à l’enseignant un outil adapté aux apprentissages dans le sens où la elle est riche dans sa diversité. Chaque comptine est caractérisée par une prépondérance du rythme, des rimes et d’un aspect numérique mais on peut dire qu’il existe plusieurs types de comptine qui permettent d’aborder les différents domaines de la grande section. Il existe des comptines spécifiques pour jouer avec les mots et particulièrement avec les sons puisque ce sont celles-ci qui t’intéressent pour ton mémoire. Elles vont permettre, grâce à la multiplication des rimes, des allitérations de travailler sur la prononciation, l’articulation, l’écoute…nécessaires à un meilleur développement de la conscience phonologique des élèves. Il existe des comptines à caractère onomatopéique (Am stram gram) mais sont dépourvues de sens.
    Je te conseille un ouvrage d’Odile Trémouroux Kolp qui classe les différents types de comptines.
    Trémouroux Kolp, O., Le chemin des comptines, ed. Labor et Fides.

    Allirol Marie

  3. A cette adresse, un compte rendu du livre d’Arleo et Delalande que vous avez judicieusement mis dans votre bibliographie:
    http://strenae.revues.org/716
    Il faudrait ajouter l’article de Marie-Claire Martin, “Les comptines dedans dehors”, paru dans le Français aujourd’hui n°114 qui fait bien le tour du domaine en termes de corpus et d’approches. Ce numéro est à la BU de l’IUFM.
    Ne pas oublier Baucomont, Les comptines de la langue française chez Seghers.
    Une bibliographie en littérature jeunesse sur les comptines à cette adresse:
    http://www.apple-paille.com/contepourenfants/bibliodiscocomtinesenfantinesjeuxdedoigts.pdf

Répondre à Allirol Marie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.