Imagination et monologue interne d’un étudiant et son directeur de recherche potentiel

Un étudiant en master 2, assis avec des amis dans la cour de fac, et soudain il voit son professeur de littérature qui passe. Tout d’un coup une idée lui traverse l’esprit, alors il se voit dans un entretien avec son professeur (directeur de recherche potentiel), l’étudiant rentre dans un monologue intérieur:

J’arrive devant la porte de son bureau et puis je demande la permission d’entrer et surement il va me recevoir  puisque j’étais son étudiant en master 1. Il arriva devant  la porte du bureau « toc, toc,… » et il ouvre la porte :

Etudiant : bonjour monsieur

Professeur : bonjour, que puis-je faire pour vous ?

Etudiant : j’avoue  Monsieur, que je suis perdu et j’arrive pas à trouver un thème, j’ai  une idée mais elle ne me semble pas trop pertinente.

Professeur : c’est quoi comme thème ou idée ? Précisez-moi s’il vous plait ?

Etudiant : voilà, j’ai lu deux ouvrages d’Anouar Benmalek : « les amants désunis » et « le Rapt », après une idée m’est venue à l’esprit comme thème de mémoire de master 2. Je me suis dit, si je ferrai une étude sur le traitement de l’Histoire dans  ces deux œuvres littéraires c’est-à-dire : l’étude de l’Histoire dans un roman littéraire?

Professeur : votre idée me semble pertinente et intéressante pour un mémoire en M2. Mais pourquoi l’Histoire ?

Etudiant : après la lecture de certains ouvrages de la littérature maghrébine, j’ai remarqué la présence de l’Histoire, ce retour à la source et au passer m’a interpellé.

Professeur: comment pensez vous procéder pour réaliser ce mémoire ?

Etudiant : en premier lieu je veux aborder la thématique du rapport qui existe entre la littérature et l’Histoire  et si ils font bon ménage ? Ensuite m’interroger pourquoi un romancier réecrit l’Histoire alors que c’est le travaille des historiens? Au final j’essayerai d’analyser comment des personnes fictives dans le romans nous font revivre une Histoire d’une époque qui n’est pas la notre ?

Professeur : cette démarche est intéressante, à ce propos je vous renvoie à la lecture de certains ouvrages qui traite cette thématique comme : « le prince et le marchand » et «écrire…pour qui ? pourquoi ? » de Pière Baberis. Et vous pouvez aussi vous appuyer sur les ouvrages et les articles de Charl es Bonn, qu’est un spécialiste de la littérature maghrébine et aussi lire les ouvrages de Benjamin Stora, qui est  historien et spécialiste de l’Algérie puisque ce romancier est Algérien.

Etudiant : est ce que je peux enrichir mon mémoire par d’autres lectures : romans, ouvrage de critiques, article et entretiens ?

Professeur : toute lecture qui est en rapport avec votre sujet de mémoire, considère là comme une pierre à rajouter à votre édifice.

Etudiant : pourriez-vous être mon directeur de recherche ?

Professeur : oui, votre sujet m’intéresse.

Tout d’un coup l’étudiant revient à la réalité et il revoit son professeur qui passe sans lui exposer toute sa réflexion.

 


5 réflexions sur « Imagination et monologue interne d’un étudiant et son directeur de recherche potentiel »

  1. La conception de ton dialogue m’a fait pensé à un article que j’ai lu y a pas très longtemps sur le dialogisme de Bakhtine qui parle de deux modes de dialogisme : interne et externe et le tien est typiquement représentatif de ce Bakhtine appellerait »dialogisme interlocutif » « le fait d’entretenir une relation de dialogue en l’absence de la personne concernée avec les lecteurs réels ou virtuels, en anticipant leur réception dans le discours ». Consciemment, c’est une particularité qui nous habitent pour la plus part, mais prendre l’initiative de se lancer réellement dans le vif du sujet, est selon moi, propre à chacun.

    1. Ce serait bien d’indiquer les références précises… et j’avoue ne pas bien comprendre la citation de Bakhtine… voire la notion de dialoguiste interlocutif qui me semble redondante.

      1. D’après mon interprétation, c’est le fait d’imaginer à l’intérieur de soi-même un dialogue ayant pour cible une personne en particulier et qu’il est difficile d’aborder. Je vous mets ci-dessous le site de l’article :
        Justine Simon. Dialogisme interlocutif et dialogisme interdiscursif : des concepts opératoires
        pour l’analyse du discours de presse. BRES J.; NOWAKOWSKA A; SARALE J.-M; SARRAZIN
        S. Actes du Colloque International “ Dialogisme : langue, discours. Université Paul Valéry, Montpellier, les 8-10 Septembre 2010, 2011. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01447277/document

    2. Le concept de « dialogisme interlocutif » de Bakhtine que vous avez mentionné m’intéresse beaucoup, mais je ne connais pas très bien ce concept. pouvez-vous préciser un petit peu?

      Par contre, cela m’a fait pensé à la théorie de la polyphonie de Bakhtine a parlé dans son livre  » la poétique de Dostoïevski  » publié en Russie en 1963. Je trouve que c’est une théorie très intéressante et je pense que cela pourrait peut-être vous intéresser. Il a parlé de cette théorie en analysant les romans de Dostoïevski qui sont marqués par « la pluralité des voix et des consciences indépendantes et distinctes ». Il pense que Dostoïevski a créé un nouveau genre de roman où « l’auteur ne crée pas des esclaves sans voix, mais des hommes libres, capables de prendre place à côté de leur créateur, de le contredire et même de révolter contre lui. ». Contrairement à la forme traditionnelle du roman où les personnages sont seulement des créations de conscience de l’auteur, ils sont présentés comme s’ils ont leurs propres consciences différentes de l’auteur.

      Bibliographie:

      Mikhaïl Bakhtine, , La poétique de Dostoïevski, Editions du seuil, 1970,

  2. Amusante fin, mais malheureusement, ce genre d’occasion ratée est fréquente chez les étudiants, qui n’osent pas assez…

Répondre à JIE Junlan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.