Archives par mot-clé : sujet de mémoire

Dialogue : une rencontre, un changement

Il s’agit d’une première rencontre entre une étudiante et sa directrice…

( D : directrice E : étudiante )

E : Bonjour, madame, c’est Kaiyun HU, je vous dérange ?

D : Bonjour, non, entrez, c’est l’heure de notre rendez-vous.

D : Alors… regardons votre projet de mémoire…vous dites que vous êtes intéressée par l’enseignement immersif, mais à ma connaissance, ce n’est pas une méthode « récente » comme vous l’avez dit (dans le projet).

E : Ah bon?

D : Oui, cette méthode date assez longtemps, suite à la méthode audio-visuel, SGAV. Sinon, peut-être c’est moi qui manque de connaissances ou j’ai mal compris…qu’est-ce vous entendez par « l’enseignement immersif »? Vous avez une définition en employant ce terme ?

E : En fait, c’est une notion dont j’ai pris connaissance cet été, un peu par hasard je peux dire, mais je me suis vraiment intéressée par ce modèle d’enseignement. Je ne le connais pas encore très bien, mais je sais qu’il a émergé initialement à Québec. En gros, certains cours sont dispensés directement en langue ciblée, d’une façon très intensive, même des cours de math, de chimie, etc…. les élèves sont donc immergés dans la langue étrangère ciblée. C’est une méthode très efficace pour développer les compétences de compréhension et d’expression orales…

D : D’accord, je vois ce que vous voulez dire. Et vous aimeriez appliquer cette méthode auprès des étudiants des langues étrangères en Chine, c’est ça ?

E : Oui, je voudrais bien faire des essais, des petits essais…pour voir si c’est possible…parce que, vous le saviez peut-être, l’expression orale est toujours un point faible chez les étudiants chinois apprenant des langues étrangères…

D : Par rapport aux autres compétences.

E : Oui, alors l’immersion serait une bonne méthode pour améliorer… en leur obligeant, en quelque sorte, de s’exprimer et donc de faire attention à la compétence plus ou moins négligée auparavant.

D: Bien sûr, c’est une bonne idée! Vous dites (dans votre projet de mémoire) que l’anglais a été déjà enseigné de cette manière dans certaines écoles en Chine? Je ne connais pas trop la situation…

E : Oui, dans certains lycées et universités, mais ce n’est pas du tout propagé.

D : C’est bien! Vous savez comme ça s’est passé, l’enseignement ?

E : Non… je sais juste que ça existe mais…

D : Alors moi, je pense que l’introduction de cette méthode ne doit pas être facile, si vous voulez l’introduire à l’enseignement de français en Chine… c’est une bonne idée, mais il faudra une équipe vous savez, une grande équipe pour le réaliser ? Avec les conditions que nous disposons actuellement , je pense que c’est vraiment pas facile…

E : Oui, je m’en doute moi aussi…mais je voudrais juste proposer quelques pistes pédagogiques, non pas un gros projet à procéder…

D : Admettons que bien sûr qu’il est possible d’appliquer, n’en doutez pas, tout est possible. Mais la Chine est un pays quasi-monolingue, n’est-ce pas ? Il n’est pas comme Canada…oui, on peut obliger les élèves à n’utiliser que la langue étrangère…le français on va dire dans notre cas…mais lorsqu’ils sortent de la salle de classe, vous imagiez bien que le chinois serait repris immédiatement …

E : Oui, c’est vrai…

D: En plus, en fermant la porte, on ne sait pas ce qui va passer dedans…l’enseignant est chinois et les élèves le sont aussi, ça serait difficile…

E : Oui, j’ai pensé à ça aussi. Mais j’ai trouvé simplement que c’est une méthode qui semble être très efficace pour surmonter cette faiblesse « traditionnelle »… je ne pas trop réfléchis sur tout ça …

D : On va dire que peut-être cette méthode peut être adoptée en Chine, à l’avenir. C’est tout à fait possible. On sait jamais ce qui va passer dans le futur, gardons l’espoir ! Comme vous l’avez dit, c’est une bonne méthode d’enseignement pour les apprenants chinois…mais pour l’instant, c’est dur.

E : Oui, je suis d’accord avec vous…je pense que je doit changer mon sujet…

D : Sinon… vous avec rencontré d’autres notions, « par hasard » aussi, comme celle-ci, mais qui vous intéressent également ?

E : Oui… j’ai une autre idée aussi, mais je ne l’ai pris contact que lors d’un séminaire, il y a deux semaines… c’est l’impact et l’importance du paraverbal dans des activités pédagogiques.

D : C’est-à-dire?

E : Par exemple, au lieu d’expliquer directement un mot en langue partagée, il vaut peut-être mieux d’utiliser des gestes.

D : D’accord…je vois. Ce sujet touche aussi mon domaine de recherche.

E : Elle a sauté dans mes yeux, mais je n’ai pas encore réfléchi profondément sur elle, c’est juste une idée que j’ai entendu dire et j’ai trouvé intéressante.

D : Ce n’est pas grave! Nos recherches commencent toujours par des petites idées. C’est normal, on est justement dans le début. On va y arriver. On trouve un point de départ, et on commence à travailler sur ce petit point, tout simplement. Ce qui compte c’est notre intérêt, notre motif, après on cherche, cherche…à partir de ces toutes petites…et on voit ce que ça va donner.

E : Oui, c’est vrai.

D : Alors, si vous travaillez sur ce sujet, il vous faut commencer dès maintenant à chercher un terrain. Vous pouvez filmer des séances, vous les analysez, vous faites des entretiens avec des enseignants filmés…

E : Oui, je pense que je vais peut-être contacter des enseignants de français et aussi des enseignants de chinois, pour comparer leur enseignement, leur gestuelle…

D : Tout à fait, ça peut être intéressant! Sur ça, vous étudiez aussi l’interculture en didactique aussi.

E : L’interculture, oui, on l’entend très souvent.

D : Voilà, et vous pouvez lire Kaufman, il a pas mal écrit sur la communication non verbale… et François CHENG, il est une philosophie, il étudie aussi l’interculturalité.

E : D’accord, j’ai noté, merci bien pour vos conseils!

D : Je vous en prie, avec plaisir!

E : Bon…alors je vous laisse…tranquille.

D : Non, vous ne me dérangez pas, c’est mon travail. Tenant moi au courant si vous avez des soucis ou des avancements.

E : Bien sûr, je vous dirai! Merci encore, au revoir !

D : Au revoir et bon courage !

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

L’influence de la langue maternelle dans l’apprentissage d’une langue étrangère: le cas des bulgarophones.

L’influence de la langue maternelle dans l’apprentissage d’une langue étrangère: le cas des bulgarophones.

Christina Angelova

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Ce travail se situe dans le vaste domaine de recherches sur l’acquisition d’une langue étrangère.Plus précisément,il aborde la question de l’influence de la langue maternelle dans l’apprentissage d’une langue étrangère chez les apprenants bulgarophones.Il s’agit en effet de ce qu’on appelle « l’interférence entre les langues » (Interlanguage Interference) ce qui représente la transposition des connaissances de la langue  maternelle  sur la langue étrangère. Et cette référence à la langue maternelle est souvent  considérée « comment  négative,comme obstacle,blocage ,frein à l’acquisition d’une autre langue »( Castellotti , 2001).Est-ce que se référer à la langue maternelle empêchera l’appentissage d’une  langue étrangère ?Cette influence de la langue maternelle pose-t-elle  vraiment des obstacles à l’apprentissage de la langue étrangère ou au contraire elle joue le rôle d’un outil d’apprentissage de la langue étrangère ?Pour  répondre à ces questions, une observation des classes sera nécessaire  dans les écoles bulgares à Paris et également à Sofia. Un corpus de copies des élèves sera conçu et sera l’objet d’une analyse approfondie qui portera sur deux éléments  particuliers :l’emploi des prépositions et des verbes pronominaux. Les interviews et les enquêtes donneront une touche finale à mon travail.

 

Bibliographie :

B.Lekova. Language Interference and Methods of Its Overcoming in Foreign Language Teaching in: Trakia Journal of Sciences, vol 8, suppl. 3, pp 320-324, 2010

Peicheva,  Des problèmes dans l’apprentissage d’une langue étrangère, 1988

V.Castellotti, La langue maternelle en classe de langue étrangère, Clé International,2001

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts

Oh ! Mes moires ! (Scène 1)

Scène 1. Si on dit la « recherche », il faut rechercher.

 

Une conversation entre un professeur du département du FLE et un étudiant en master a lieu dans un bureau de professeurs. Le rendez-vous est pris dans le but de définir le sujet de la recherche de l’étudiant.

 

P : Donc, vous voulez travailler sur les jeux de mots ? C’est ce que vous m’avez dit par courrier, si je ne me trompe pas.

E : Oui, Monsieur.

P : Et quel est votre projet de recherche ?

E : Je ne suis pas sûr… je voudrais vous parler un peu là-dessus. Au fait, si le thème m’intéresse, c’est parce que j’ai eu un cours qui nous a présenté différents jeux de mots en tenant compte de leurs caractéristiques linguistiques. Le cours m’a beaucoup intéressé et donc, j’aimerais bien approfondir… (Regard interrogeant l’avis du professeur)

P : Oui, oui, cela peut être intéressant. Allez-y, je vous écoute.

E : D’accord. Premièrement, j’ai pensé à réduire le sujet : comme les jeux de mots commerciaux, c’est-à-dire ceux qui sont présentés dans les publicités commerciales, ils sont trop nombreux, je préfère travailler sur les jeux de mots politiques, par exemple, les jeux de mots employés pendant l’élection présidentielle… J’en ai déjà recueillis pas mal… Comme ça, le sujet peut être réduit.

P : Oui, on peut faire comme ça, c’est bien.

E : Mais je ne sais pas encore quoi faire avec eux. J’ai vu qu’il y a des recherches travaillant sur la catégorisation des jeux de mots, peut-être je peux emprunter leur mode de classement et essayer de catégoriser les jeux de mots politiques que j’ai trouvés ? Ainsi, la recherche est plus simple.

P : Ou bien, vous allez d’abord faire une analyse sur les jeux de mots rassemblés et peut-être allez-vous trouver quelque chose intéressant, vous ne pensez pas ?

E : Oui, mais… c’est moins sûr comme ça, si jamais je ne trouvais rien ?

P : Mais ce que vous êtes en train de faire est une recherche et quand on dit « recherche », il faut rechercher, non ? N’ayez pas peur. (Sourire)

E : Oui, c’est vrai, vous avez raison. Peut-être me faut-il encore réfléchir. Merci beaucoup, Monsieur.

P : Je vous en prie, jeune homme.

Le dialogue a de l'importance.
Le dialogue a de l’importance.