Archives par mot-clé : séminaire

Quand je dois expliquer mes propos. Expérience d’intervenante dans un séminaire de l’AUF

Il y a quelques mois, la Direction régionale Caraïbe de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à communications pour le Séminaire régional des départements universitaires de français AUF – Caraïbe. L’objectif de ce séminaire célébré les 20 et 21 mars à Saint Domingue, République Dominicaine était de renforcer les synergies entre les départements de français de la région.

Quatre activités ont marqué cette semaine d’échanges :

  1. Les animations pour la Journée internationale de la Francophonie (le 20 mars)
  2. Les communications scientifiques sur le thème « le français : une langue d’avenir dans les Amériques et la Caraïbe ? »
  3. Visioconférence du professeur Jean-Marc Mangiante sur le Français sur objectif spécifique (FOS) et le Français sur objectif universitaire (FOU)
  4. Le Forum sur l’enseignement du français dans les universités dominicaines.

Pour le séminaire, les organisateurs ont proposé cinq axes :
1. Pourquoi apprendre ou enseigner le français en 2016 dans les Amériques et la Caraïbe : les enjeux, les opportunités ?
2. •L’évolution des politiques publiques et éducatives : les choix, les raisons, les impacts.
3. •L’image du français entre mythes, réalités et distorsions ?
4. •Les « success stories » et les initiatives avortées de l’enseignement du français dans les Amériques et la Caraïbe.
5. •Le français en milieu universitaire :  comment en faire un atout pour l’enseignement, la recherche et l’emploi ?

Pour ma communication, j’ai retenu l’axe 5. Comme elle a été acceptée, j’ai dû me préparer pour un voyage Paris-Saint-Domingue. Après quelques mois en France, j’étais contente de retrouver la chaleur de ma zone caribéenne et mes anciens collègues de la région.

Après une longue attente de 10 heures à l’aéroport de Paris-Orly (vols retardés ou annulés à cause de l’attaque du 18 mars), j’ai pris le vol destination Saint-Domingue. À cause de ce retard, je suis arrivée deux heures avant la cérémonie d’ouverture. Même si j’étais fatiguée, je ne me suis pas endormie, surtout parce que c’était à moi de présenter la première communication : « Le français dans les universités cubaines : mobiliser et agir pour relever le défi ». J’ai évoqué les liens historico-culturels entre la France et Cuba ainsi que le rôle du français dans l’enseignement universitaire cubain. Dans ma présentation, j’ai proposé des actions concrètes à instaurer pour valoriser le français dans nos centres d’enseignement supérieur. Cela m’a permis d’échanger avec différents chercheurs, par exemple Patrick Chardenet et Patrick Riba.

Les communications et les discussions ont été riches et diverses : Enseigner le français aux enfants en contexte hispanophone. Analyse de pratiques et outils de formation, de la Docteure Laura Uribe, membre du DILTEC ; La francophonie haïtienne et l’expansion du français en Amérique et dans la Caraïbe, du Docteur Renauld Govain, doyen de la Faculté Linguistique Appliquée de l’Université d’État d’Haïti ; Francophonie des Amériques et (inter)américanité francophone : le rôle glottopolitique des Départements universitaires de français, de Patrick Chardenet, Maître de conférences en sciences du langage Laboratoire ELLIADD.

Ces espaces de partage contribuent à tisser des liens entre les départements universitaires de français de la Caraïbe et à dessiner des stratégies pour renforcer la place du français dans la région.

Compte-rendu du séminaire : « Politique linguistique éducative et réforme de l’enseignement au Vanuatu »

Le 11 décembre 2015, Jean Charconnet est venu présenter les politiques linguistiques et leurs enjeux éducatifs au Vanuatu, lors du cours de Mme Spaeth intitulé politiques linguistiques et promotion des langues.

Actuellement professeur à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, dans laquelle il appartient à l’UFR des sciences du langage. Monsieur Charconnet donne des cours sur la coopération francophone ainsi que sur l’usage des nouvelles technologies dans l’enseignement des langues.

Linguiste, il s’est tout d’abord intéressé aux langues africaines et plus précisément à l’étude du bambara. Il s’est ensuite orienté vers la didactique du FLE, ce qui l’a amené à enseigner en Mauritanie, en Thaïlande, en France et au Vanuatu.

Le Vanuatu, autrefois connu sous le nom de Nouvelles-Hébrides, est un archipel de l’océan Pacifique, composé de quatre-vingt îles et peuplé par 280 mille habitants. Le pays fait parti des plus pauvres et les moins développés au monde. Par sa position géographique, il est soumis à plusieurs aléas climatiques tels que les éruptions volcaniques, les tremblements de terre ou encore, des cyclones.

Colonisé à la fois par le Royaume-Uni et la France, le Vanuatu qui a proclamé son indépendance en 1980, reconnaît trois langues officielles : le français, l’anglais et le bichelamar et compte plus de cent quatre-vingt langues vernaculaires. Le bichelamar est une langue formée dans les plantations, un créole qui emprunte une partie de son lexique au français et à l’anglais. C’est LA langue véhiculaire du pays et elle est maîtrisée par la quasi-totalité des vanuatais. Néanmoins, l’enseignement est uniquement dispensé en français et en anglais. De ce fait, il se dessine une diglossie entre ceux qui ne parleraient que le bichelamar et ceux qui parleraient en plus du bichelamar, le français ou l’anglais.

La part d’anglophones et de francophones est représenté asymétriquement sur le territoire et au niveau éducatif. En effet, les anglophones représentent 65% de la population, contre 35% pour les francophones. De plus, alors qu’on trouve des écoles primaires et secondaires où les cours sont dispensés en français, il n’existe aucune université francophone.

Par conséquent, le ministère de l’éducation a décidé d’agir en menant des actions au sein du pays permettant aux vanuatais francophones d’avoir accès aux études supérieures.

D’une part, en 2006, lors du sommet national de l’éducation, le gouvernement a fait savoir qu’il souhaitait une harmonisation du système éducatif entre les programmes francophones et anglophones. L’objectif est de privilégier un système éducatif bilingue franco-anglais en primaire et en secondaire ; et de faire une place à l’enseignement d’au moins une langue vernaculaire. Cela devrait permettre aux étudiants francophones d’avoir des compétences langagières satisfaisantes pour accéder aux universités anglaises du territoire. D’autre part, il leur est désormais proposé un diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) qui leur permet de s’inscrire aux universités de la Nouvelle-Calédonie, pays francophone situé le plus proche du Vanuatu.

Bien que ces lois aient été mises en place récemment, et montrent une part de bonne volonté de la part du gouvernement pour valoriser l’enseignement du français du primaire au supérieur. Mr Chardonnet nous a fait savoir que dans un pays, aussi instable politiquement, qui fait souvent appel à la motion of no confidence, et qui essaie par tous moyens de contrer la corruption qui règne dans le pays, les questions liées aux politiques linguistiques et éducatives restaient secondaires.

L’intervention de Mr Chardonnet a permis de nous confronter aux difficiles réalités des politiques linguistiques éducatives, qui sont présentes dans cet ancien condominium franco-anglais.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Le second semestre des M2 option A (recherche)

Pour mieux préparer votre second semestre (année 2015-2016), je vous donne quelques précisions que vous retrouverez dans la page agenda du séminaire :

– séances de suivi des mémoires (obligatoires pour les options A de la spé 1) les 27 janvier et 9 mars de 9h à 12 h sur les thématiques suivantes: 1. plan et titres ; citations et transitions ; 3. notes en bas de page, bibliographie et annexes…

– soutenances à mi-parcours les 22-23-24 mars  (avec organisation en trois groupes thématiques et soutenances personnelles de 15 mn par groupes de trois suivies d’une discussion).
Rappel : les rédactions de billets et de commentaires sur le carnet feront l’objet d’une « évaluation » pour le premier semestre le 10 janvier puis se poursuivront jusqu’à la soutenance et pourront bien évidemment pour ceux qui le voudront se poursuivre au-delà…
Chacun.e est invité.e à suivre ce carnet pour les informations et les discussions :

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Médias et médiation de la gastronomie » – ouvrir son horizon à d’autres champs de recherche

africhti2006web1

(image : http://www.presseetcite.info/journal-officiel-des-banlieues/culture/le-frichti-de-fatou-reprendre-gout-au-theatre)

Je me suis rendue à une des séances du séminaire intitulé « Médias et médiation de la gastronomie (XVIIe-XXIe siècle) organisée par le CHCSC (université de Versailles, St-Quentin-en-Yvelines) le 9 mars 2015 dans la magnifique bibliothèque historique de la ville de Paris. Les organisateurs de cet événement, des historiens de la gastronomie, ne semblaient en apparence pas pouvoir m’apporter d’éléments de réflexion déterminants dans mon travail de recherche (français langue étrangère et pratique culinaire et gastronomique) qui n’est en aucun cas une analyse diachronique. Ayant développé un intérêt personnel pour l’histoire de la gastronomie, je me suis tout de même rendue à cette séance par curiosité. Le programme allait pourtant bien au delà de ce que j’imaginait être la problématique de ce champ et cette séance intitulée « Scènes et gastronomie » a apporté un nouvel éclairage à ma réflexion. Les préjugés sont donc à bannir de nos esprits de chercheurs : j’en prends note.

La première intervention, celle d’ Athéna Hélène Stourne : « La cuisine à la scène : boire et manger au théâtre » m’a permis de saisir à quel point la gastronomie, la cuisine ou encore la nourriture ne peuvent être utilisées comme des médias quelconques. En effet, le théâtre à utilisé la nourriture, la gastronomie afin de mettre l’Homme et la vie humaine au cœur des préoccupations (mouvement naturaliste au théâtre, 19e s.).

Manger et boire constituent des besoins primaires, biologiques. Les repas et leur préparation sont aussi et depuis toujours des moments de partage, de sociabilité et de plaisir. Ces moments ont une part cruciale dans la vie des individus et constituent un élément incontournable de toute culture.

Ainsi, contrairement à ce qu’on a parfois tendance à croire lorsque l’on s’interroge sur cette intégration de la nourriture et de la gastronomie dans les pièces au théâtre, ou dans les cours de langue, sur le plan historique on remarque d’une part que les rapports des Hommes à la cuisine et à la nourriture ont toujours été particuliers bien qu’il y est des moments d’engouement plus fort que d’autres, Il ne s’agit donc pas d’une simple mode éphémère.

De plus, on constate très vite que les réactions des spectateurs dans les “Opéra bouffe” par exemple, sont aussi spécifiques que l’est la relation des Hommes à la nourriture. En effet, ces réactions sont souvent très vives comme l’explique A. H. Stourne. De même, il me semble que l’intégration de la pratique culinaire et du repas collectif au cours de langue étrangère apporte une dimension nouvelle qui est difficilement comparable avec d’autres propositions existantes et ce pour les mêmes raisons.

L’intervenante a également beaucoup insisté sur le parallèle intéressant entre un repas et une pièce de théâtre du point de vue du spectateur. Selon elle, ces deux événements sont des moments collectifs, de partage et de sociabilité forts dans lesquels il y a communion entre les spectateurs ou les convives. Ce point a particulièrement éclairé ma réflexion personnelle.

Il est facile de voir en quoi la collaboration d’un groupe autour de l’organisation d’un repas collectif, des courses à la dégustation en passant par la préparation peut être considérée comme un projet collectif. Mais la pratique culinaire et la gastronomie amènent également au partage et aux échanges culturels. Dans la salle de théâtre ou de classe, grâce à la cuisine,  les sens sont éveillés par des odeurs qui circulent et qui inspirent le goût voire parfois le dégoût chez les individus. Cela amène naturellement des discussions, des débats et donc des échanges culturels entre les convives. Car si l’expérience est collective, pour qu’il y est partage, il faut qu’il y est eu en amont des expériences personnelles différentes. Or, chacun par sa culture familiale, nationale et par sa mémoire gustative a une histoire personnelle avec la gastronomie qui vient ainsi enrichir cette expérience collective. Manger étant, comme je l’évoquais plus haut, un besoin biologique, la pratique culinaire ne peut laisser indifférent et à cet avantage de pouvoir rassembler des individus aussi différents que ceux qui se retrouvent bien souvent dans les classes de fle en France.