Archives par mot-clé : Rencontre

#SaveTheDate: Festival de la BnF !

La Bibliothèque nationale de France vous invite les 20 et 21 mai à venir célébrer la première édition de son Festival « Bibliothèque parlante »!

Cliquez sur ce lien pour accéder au programme complet:

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d’une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d’un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Dialogue : une rencontre, un changement

Il s’agit d’une première rencontre entre une étudiante et sa directrice…

( D : directrice E : étudiante )

E : Bonjour, madame, c’est Kaiyun HU, je vous dérange ?

D : Bonjour, non, entrez, c’est l’heure de notre rendez-vous.

D : Alors… regardons votre projet de mémoire…vous dites que vous êtes intéressée par l’enseignement immersif, mais à ma connaissance, ce n’est pas une méthode « récente » comme vous l’avez dit (dans le projet).

E : Ah bon?

D : Oui, cette méthode date assez longtemps, suite à la méthode audio-visuel, SGAV. Sinon, peut-être c’est moi qui manque de connaissances ou j’ai mal compris…qu’est-ce vous entendez par « l’enseignement immersif »? Vous avez une définition en employant ce terme ?

E : En fait, c’est une notion dont j’ai pris connaissance cet été, un peu par hasard je peux dire, mais je me suis vraiment intéressée par ce modèle d’enseignement. Je ne le connais pas encore très bien, mais je sais qu’il a émergé initialement à Québec. En gros, certains cours sont dispensés directement en langue ciblée, d’une façon très intensive, même des cours de math, de chimie, etc…. les élèves sont donc immergés dans la langue étrangère ciblée. C’est une méthode très efficace pour développer les compétences de compréhension et d’expression orales…

D : D’accord, je vois ce que vous voulez dire. Et vous aimeriez appliquer cette méthode auprès des étudiants des langues étrangères en Chine, c’est ça ?

E : Oui, je voudrais bien faire des essais, des petits essais…pour voir si c’est possible…parce que, vous le saviez peut-être, l’expression orale est toujours un point faible chez les étudiants chinois apprenant des langues étrangères…

D : Par rapport aux autres compétences.

E : Oui, alors l’immersion serait une bonne méthode pour améliorer… en leur obligeant, en quelque sorte, de s’exprimer et donc de faire attention à la compétence plus ou moins négligée auparavant.

D: Bien sûr, c’est une bonne idée! Vous dites (dans votre projet de mémoire) que l’anglais a été déjà enseigné de cette manière dans certaines écoles en Chine? Je ne connais pas trop la situation…

E : Oui, dans certains lycées et universités, mais ce n’est pas du tout propagé.

D : C’est bien! Vous savez comme ça s’est passé, l’enseignement ?

E : Non… je sais juste que ça existe mais…

D : Alors moi, je pense que l’introduction de cette méthode ne doit pas être facile, si vous voulez l’introduire à l’enseignement de français en Chine… c’est une bonne idée, mais il faudra une équipe vous savez, une grande équipe pour le réaliser ? Avec les conditions que nous disposons actuellement , je pense que c’est vraiment pas facile…

E : Oui, je m’en doute moi aussi…mais je voudrais juste proposer quelques pistes pédagogiques, non pas un gros projet à procéder…

D : Admettons que bien sûr qu’il est possible d’appliquer, n’en doutez pas, tout est possible. Mais la Chine est un pays quasi-monolingue, n’est-ce pas ? Il n’est pas comme Canada…oui, on peut obliger les élèves à n’utiliser que la langue étrangère…le français on va dire dans notre cas…mais lorsqu’ils sortent de la salle de classe, vous imagiez bien que le chinois serait repris immédiatement …

E : Oui, c’est vrai…

D: En plus, en fermant la porte, on ne sait pas ce qui va passer dedans…l’enseignant est chinois et les élèves le sont aussi, ça serait difficile…

E : Oui, j’ai pensé à ça aussi. Mais j’ai trouvé simplement que c’est une méthode qui semble être très efficace pour surmonter cette faiblesse « traditionnelle »… je ne pas trop réfléchis sur tout ça …

D : On va dire que peut-être cette méthode peut être adoptée en Chine, à l’avenir. C’est tout à fait possible. On sait jamais ce qui va passer dans le futur, gardons l’espoir ! Comme vous l’avez dit, c’est une bonne méthode d’enseignement pour les apprenants chinois…mais pour l’instant, c’est dur.

E : Oui, je suis d’accord avec vous…je pense que je doit changer mon sujet…

D : Sinon… vous avec rencontré d’autres notions, « par hasard » aussi, comme celle-ci, mais qui vous intéressent également ?

E : Oui… j’ai une autre idée aussi, mais je ne l’ai pris contact que lors d’un séminaire, il y a deux semaines… c’est l’impact et l’importance du paraverbal dans des activités pédagogiques.

D : C’est-à-dire?

E : Par exemple, au lieu d’expliquer directement un mot en langue partagée, il vaut peut-être mieux d’utiliser des gestes.

D : D’accord…je vois. Ce sujet touche aussi mon domaine de recherche.

E : Elle a sauté dans mes yeux, mais je n’ai pas encore réfléchi profondément sur elle, c’est juste une idée que j’ai entendu dire et j’ai trouvé intéressante.

D : Ce n’est pas grave! Nos recherches commencent toujours par des petites idées. C’est normal, on est justement dans le début. On va y arriver. On trouve un point de départ, et on commence à travailler sur ce petit point, tout simplement. Ce qui compte c’est notre intérêt, notre motif, après on cherche, cherche…à partir de ces toutes petites…et on voit ce que ça va donner.

E : Oui, c’est vrai.

D : Alors, si vous travaillez sur ce sujet, il vous faut commencer dès maintenant à chercher un terrain. Vous pouvez filmer des séances, vous les analysez, vous faites des entretiens avec des enseignants filmés…

E : Oui, je pense que je vais peut-être contacter des enseignants de français et aussi des enseignants de chinois, pour comparer leur enseignement, leur gestuelle…

D : Tout à fait, ça peut être intéressant! Sur ça, vous étudiez aussi l’interculture en didactique aussi.

E : L’interculture, oui, on l’entend très souvent.

D : Voilà, et vous pouvez lire Kaufman, il a pas mal écrit sur la communication non verbale… et François CHENG, il est une philosophie, il étudie aussi l’interculturalité.

E : D’accord, j’ai noté, merci bien pour vos conseils!

D : Je vous en prie, avec plaisir!

E : Bon…alors je vous laisse…tranquille.

D : Non, vous ne me dérangez pas, c’est mon travail. Tenant moi au courant si vous avez des soucis ou des avancements.

E : Bien sûr, je vous dirai! Merci encore, au revoir !

D : Au revoir et bon courage !

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Mathieu Pernot : de bien belles histoires

 

« L’actualité n’est faite que d’histoires tragiques, on ne raconte jamais les belles histoires »

 

Le 7 avril, Mme Borgé a invité le photographe Mathieu Pernot, prix Nadar et prix Nièpce de cette année, à intervenir dans un de ces cours au DULF. J’ai eu la chance d’assister à cette rencontre.

Mathieu Pernot s’intéresse, entre autres, aux quartiers, à l’histoire des banlieues, aux communautés tsiganes, aux migrants et à l’enfermement. Il raconte autour de ces thèmes des histoires.  La majorité de ses projets s’étendent sur une longue période et lui ont permis d’établir de véritables liens avec ceux qui figurent sur les photographies. Il suit par exemple depuis plus de 20 ans une famille de tsiganes.

C’est à la fois la violence et la beauté qu’il donne à voir.

Le photographe a commencé par nous parler des implosions. Pendant les 3O glorieuses, la France construit ce que l’on appelle aujourd’hui « les grands ensembles » dans des villes telles que Meaux, Mante la Jolie, ou La Courneuve en région parisienne. Dès les années 2000 les démolitions de ces immeubles commencent. Mathieu Pernot capture pendant 8 ans, avec un appareil argentique à chambre grand format afin d’obtenir des images de très bonne qualité, ces moments de violence extrême, de tragique, de choc et « en même temps assez beaux ». Pendant deux secondes l’immeuble prend une forme très particulière. C’est ce moment de basculement que le photographe souhaite capturer. Il accompagne cette série d’autres clichés sur lesquels figurent d’énormes nuages de fumée : l’instant d’après.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.18.23

 

 

Ce qui m’est apparu comme particulièrement intéressant dans le cadre de mon mémoire c’est son intérêt pour les images des autres : un regard sur celles-ci qui a une influence sur sa propore pratique de la photographie. Il met en relation ses photographies avec des cartes postales des années 60-70 représentant les mêmes immeubles d’une manière très picturale et idéaliste, bien loin des représentations actuelles de ces quartiers. Il fait discuter les séries, met en avant ce qu’il y a de commun et ce qui entre en contradiction, construit comme un puzzle pour raconter l’histoire d’un lieu et montrer en quoi l’image est aussi représentation.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.19.48

 

Le photographe travaille également sur ces images qui ne sont pas les siennes et effectue des zooms pour se focaliser sur les rares présences humaines.

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.22.24

 

En parrallèle de ce projet, Mathieu Pernot a travaillé sur l’enfermement à travers des photographies prises dans des prisons. Un travail qu’il dit être « de l’absence » puisqu’il n’avait pas el droit de photographier les détenus. Il parle de « portes qui restent fermées ». C’est son travail sur les hurleurs qui est venu compléter celui sur les prisons. Il parle des « images qu’il manquait », de la sortie d’un labyrinthe, d’une dimension un peu abstraite, hors du temps qu’il capture en noir et blanc (la prison) pour retourner vers des images du présent, en couleurs (les hurleurs).

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.12

 

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.56

 

La partie de son travail qui m’a le plus touchée porte sur les migrants. Mathieu Pernot s’intéresse aux écrits des autres, à ceux des migrants en particulier, des hommes et des femmes qu’il considère comme des héros. Il voit dans ces écrits une poésie qui n’est pas celle de la frande littérature mais celle de gens aux histoires particulières, qui ont fait le choix de partir, de prendre leur destin en main. Il fait ainsi une œuvre du récit de voyages de Kaboul à Paris d’un migrant Afghan, de la cartographie de son parcours sur des pages de cahiers d’écoliers et de cahiers de migrants apprenant le français. Des cahiers sur lesquels on peut lire ce qu’ils ont ressenti le besoin d’exprimer en premier et ce qu’ils se sont entrainé à écrire : des mots et des phrases qui résonnent comme un poème particulièrement touchant.

 

Sur la page de cahier figurant ci-dessous on peut par exemple lire :

 

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Une photo d’identité

Une carte d’identité

Un permis de conduire

Prends tes cachets ce soir

Asseyez vous ici

Signez votre chèque

Mangez des légumes c’est

Bon pour la santé

Attention ne bougez plus

Avaler                       Goûte

Nous sommes en de travailler

Ils sont dans la rue

 

 

Cette rencontre a été pour moi véritablement passionnante. Ce fût une chance de pouvoir écouter ce grand photographe parler avec passion de son travail et avec amour et admiration des gens qu’il a pu rencontrer tout au long de son parcours et qu’il n’aurait pas rencontré s’il n’était pas photographe. Ce sont leurs histoires qu’il nous raconte, des histoires qui finissent bien puisque les migrants qu’il a suivi habitent maintenant Paris et sont régularisés.

 

 

 

http://www.mathieupernot.com

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III

More Posts