Archives par mot-clé : réflexivité

22 avril : samedi de l’ED 268

http://www.univ-paris3.fr/samedi-de-l-ed-analyse-de-pratiques-et-reflexivite-quels-objets-pour-une-recherche-en-didactique-des-langues–429924.kjsp?RH=1207746285942

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Des six énonciations de Daniel Coste à l’émergence de trilogies de postures épistémiques pour des didactiques plurielles

Schéma Coste à la main2

 

Jeudi 2 avril 2015, notre dernière rencontre en grand groupe

Trilogies didactiques et trilogies de voix ; tangage[1] de voix pour s’introduire dans les voies d’écriture d’un mémoire et/ou d’une thèse

 

 

C’est en place et lieu de la Sorbonne, dans la salle V, au troisième étage, que nous nous sommes pour la dernière fois réunis en grand groupe pour clôturer le séminaire de Monsieur Serge Martin intitulé : Méthodologie des mémoires et des recherches.

C’est une journée particulière ? Non, elles l’ont toutes été, et ce, tout au long du séminaire, dans la traversée continue, d’un semestre à l’autre…D’un instantané à l’autre, ces rencontres jalonnent nos pas au cœur de nos parcours de recherches, pour les masterants comme pour les doctorants, elles sont à chaque fois une nouvelle rencontre significative pour soi, pour l’autre, avec l’autre, avec soi, des à la fois de cheminements singuliers et pluriels pour et par nos recherches, pour ne pas perdre foi en nos capacités d’écriture. Au fur et à mesure, des rythmes et des voix intérieures : des liens se sont tissés. Ces liants et liens qui permettent de sortir chacun de son isolement, de sa solitude… Mais sommes-nous vraiment seuls ?

Comme l’a si justement évoqué Sun nyeo, doctorante, préparant une thèse sur les albums de Tomi Ungerer[2], alors que nous déjeunions tous ensemble au Café le Reflet, face à la filmothèque, la voix d’un Aristote s’est rappelée à nous : « il y a des amitiés utiles, des amitiés agréables, des amitiés vertueuses… » Une trilogie de plus ? Nous sommes heureuses, Assia, Sun nyeo et moi-même, d’être dans la création vertueuse d’amitiés. Une façon de rendre compte d’un vécu « intersubjectif », « transubjectif » qui s’exprime aujourd’hui dans la co-rédaction, la co-création d’un billet de résonnances de voix, dans la rencontre d’autres voix comme celle de Monsieur Serge Martin qui nous invite aujourd’hui à résonner/ raisonner, réfléchir / se réfléchir dans celle de Monsieur Daniel Coste, autour des trilogies didactiques qui seront l’armature de piliers et positionnements réflexifs que nous tenterons de « rephraser », « réénoncer » dans nos exercices d’écriture, pour de futures introductions et conclusions de nos historicités, nos contextes, nos pratiques, nos problématisations, nos perspectives en mémoire, en thèse qui se construisent et s’écrivent encore pour beaucoup d’entre nous et qui, à mesure que nous cheminons, trouveront leurs racontages. Aussi voici le rendu écrit de voix qui se sont oralisées et qui par cette « oralisation » s’est poursuivie en premier mouvement et sortie du séminaire, à la terrasse de la Brasserie Loulou, boulevard St Germain, où Assia et moi-même avons eu l’idée de travailler ensemble et co-construire et co-écrire ce compte-rendu qui résonne d’une rencontre de nos historicités de parcours personnels et professionnels qui, en étant différents sont en co-résonnance pourtant et gaiement et passionnément. Nous avons donc commencé à partager et compléter nos notes de séminaires et c’est naturellement, spontanément et simultanément que nous avons eu envie d’écrire ce co-billet. Sun yeo nous a rejoint ensuite, observant, écoutant, participant à nos échanges effervescents. Sun nyeo regagna Strasbourg, tandis qu’Assia et moi-même, et parce que nous étions toutes les deux,  très fatiguées, que nous avons décidé de nous retrouver le lendemain après-midi. Ce qui nous conduisit à construire et à représenter heuristiquement une mise en geste-image, sous forme de schéma : les six notions clés de Daniel Coste que nous avons volontairement représenté « en étoiles ».

Cette mise en forme étoilée : une mise en regards en toile éclatée pour résonner et faire raisonner nos voix et la sienne qui écrit dans son introduction : « une sorte d’image condensée […] une configuration éclatée qu’elles dessinent, où les enjeux semblent vaciller entre atteinte et rupture d’équilibre. » (Postface, p. 367, une didactique en quête d’équilibre ou en voie de déstabilisation ?)[3]. En continuité et grâce à l’expérience d’un séminaire doctoral autour du Gestes et voix : une anthropologie des arts du langage, co-dirigé par Monsieur Serge Martin et Cécile Leguy, il est un écho-poème de Ghérasim Luca[4] qui dit « Le tangage de ma langue », nous avons fait le choix d’écriture de sous-titrer le dessin : « Tangage, t’engage » : une image, un voyage, un tangage de voix qui décrit, l’engagement cheminant, cheminement, de chercheuses réflexives…

L’idée étant celle d’introduire nos voix et faire gestes ou relations avec le schéma, en confrontant, en se frottant, en s’amusant à imaginer comment rendre compte et faire racontage d’un point, d’une observation, d’une notion clé de nos mémoires/thèses respectifs à partir du voyage réflexif que l’on entreprend dans un tangage qui nous engage à faire corps, faire coller, encoller, décoller nos idées, pour cheminer, exprimer une problématisation que nous espérons pertinentes. Autrement dit comment ce schéma permet l’accompagnement et la transcription de nos problématiques, comment nous permet-il de voyager, de se positionner, de se déplacer dans, à travers et avec nos terrains ? Comment nous permet-il d’exprimer, de croiser, des croisées d’écritures-lectures pour arriver à créer des instantanés significatifs ? Comment nous permet-il de problématiser de manière pertinente ? Et comment rendre compte de manière écrite de ce « faire relation »effectué, par des ponts et morceaux choisis d’écriture ?

[1] Mot en voix du poème de Ghérasim Luca, « Le tangage de ma langue », dans « Comment s’en sortir sans sortir, récital télévisé réalisé par Raoul Sangla (56 minutes), Unité de programme Thierry Garrel, Coproduction CDN Production/ La Sept/ FR3 Océaniques, 1988.

[2] http://www.tomiungerer.com/

[3] « Langues, cultures et pratiques en contexte : interrogations didactiques » sous la direction de José Aguilar, Cedric Brudermann, Malory Ledère, Actes académiques, Série Langues et perspectives didactiques, Riveneuve, 2014.

[4] http://ver.hypotheses.org/615

 Une vision heuristique des six notions clés de Daniel Coste

La voix dessinée de Daniel Coste

Samedi 4 avril 2015

Façonnage de synthèse de la matinée à travers la voix d’Ayuna

Traversée en tangage de traverses réflexives, tra-versants de terrains, au travers du schéma, « per scena » d’écritures qu’un « je » espéré pertinent, qui s’espère en tout cas…car s’il cesse de s’écrire, il se perd dans un plein de vides…Naviguer, raconter, pour voguer, et tenter de s’écrire…résonner réfléchir, pour mieux se réfléchir…Des reflets d’instantanés significatifs dans des instantanés d’écriture…c’est alors qu’une petite voix s’écrie : – ‘’qui s’y frotte, s’y pique et se pique’’ au jeu des « je » de méthode qui s’écrivent en singuliers pluriels et se dessinent en mots… Jablonka qui débloque des blocages d’un « je-nous » qui s’articule, se déplace et dé-pause, non pas des pas  devant d’autres, mais des mots de pas « pas prévus », comme Sacré James le dit et se redit par d’autres et pour d’autres imprévus…sans épars ou papillonnements, pour des blocs, des empreintes, des indices de pensées, qui voisinent avec Coste, qui cousinent avec Georges Didi Hubermann, en « gai savoir inquiet », qui en appelle bien d’autres, pour l’inspir, pour l’expir, des cuisinages-montages… des recettes de menuisades – qui se collent et re-meublent nos morceaux d’ écritures -. Ils s’esquissent, ils s’ébauchent, ils s’enchâssent et s’encollent mais « sans langue de bois » ! Mais qui sont ces pourchasseurs qui soufflent sur nos démons, et qui s’exercent ainsi à l’exorcisme des-habités de nos silences ! se re-vêtent, se re-parent, puis s’emparent et habillent autrement nos plumes grises en élans… ? !

À l’aube des heures pascales, des aveugles se voient grâce à l’œil aiguisé d’un aigle nommé Martin, qui s’en va à la pèche de veilles et de réveils, en lectures dans sa voix, nous éveillant ainsi à la pèche de nos propres mots-gestes et voix, ceux pas dits, pas parlés : les pas en corps écrits…. et que nous sommes pourtant, en pas-sages d’écrire…tandis que nos oreilles de sourds finissent par s’agrandir et s’entendre écrire des mots avant même de les dire…Et oui, la voix d’un démonologuant, Ghérasim Luca, comme des « sons-je » invisibles, souffle et invite à l’exprime de quelques bizarreries, celles-ci à ceci près de celles bises-hasarderies-là… Des poussées d’écriture d’un mémoire en venir… En finir… En toute humilité : accoucher nos idées…, accoucher nos pratiques, accoucher nos contextes… en les adjectivant…des éléments de terrain contextualisant… Et surtout pas des pas, d’idées essentialisant, plus lus et bienvenus des pas perspectivant… Mieux vaut Tôt/Tard que jamais. « S’en sortir, sans sortir » démaillage, masticage et maïeuTICage sans cages…ça rime et puise la rythme car qui chercher trouve de Là-Sa Geste, pour en finir avec sa gestation et en venir à sa délivrance dans sa continuité : le chœur des soutenances…Bon ! qu’il en soit ainsi, dans l’Ici et Maintenant des Voix ! Pour nous toutes et nous tous, en ce « der des ders » d’un jour s’écrie : puissent nos mémoires être re-suscités !

Aborder, accoster, amarrer l’écriture d’un cheminement réflexif dans nos mémoires,  à l’aide de notre schéma ou vision heuristique des six notions clés de Daniel Coste

La croisée de focus en partance sur un navire TIC vers les îles Moodle : racontages enseignants/apprenants d’une classe FLE et voyages réflexifs d’une chercheuse pour interroger, déplacer, construire, transmettre, transformer des représentations de l’apprendre à apprendre avec les TIC, à l’abordage !

Pour illustrer et raconter la rencontre entre réalité de terrain et notions clés de Daniel Coste, une enseignante exprime l’évolution de sa relation avec les nouveaux reliefs d’une plateforme e-learning :

« – Ma première réaction serait symbolisée par une des strates du schéma de Jean-Paul Narcy Combes, représentant le positionnement cognitif de tout apprenant face à l’acquisition d’une compétence donnée. Entre l’interface d’une plateforme, et le volume d’une classe, je me retrouvais comme tout apprenant face à des données inconnues, avec lesquelles j’éprouvais en premier lieu un rejet. Il fallut lutter contre l’envie de tout arrêter, je devais surtout quitter mes habitudes, transformer mes à priori. Heureusement, étant de nature curieuse et aimant relever les défis, je me suis accrochée. De toute façon, le contexte professionnel dans lequel je me trouvais ne me laisser guère le choix, mes employeurs me donnaient quatre mois pour prendre en main un outil numérique dont j’ignorais les codes et la manière de l’utiliser. Après deux mois d’autoformation à raison de tutoriels en ligne, je réussis finalement à changer mon rapport, ma relation avec les reliefs de la plateforme. C’est ainsi que je parvins à créer et administrer les différentes étapes d’un parcours de formation. Après le cumul de huit sessions de 300 heures, à raison de deux groupes d’apprenants,, composés d’une douzaine de personnes à chaque fois, deux fois par an et sur trois années consécutives d’expériences de formations dites « hybrides », petit à petit, et après chacune des sessions, les contours de l’île Moodle devinrent plus familiers. Cependant, la conquête de ces nouvelles perspectives, ne m’avaient pas conquises au départ, en effet, il a fallu que je change ma manière de penser mes séquences d’apprentissages, et l’exploration puis l’exploitation de cette plateforme laissent néanmoins, chez moi, un souvenir chronophage. Après quelques déboires techniques, l’apprentissage d’un nouveau vocabulaire, je finis par trouver un réel plaisir dans l’utilisation de ses fonctionnalités. Celles-ci pour autant ayant tout de même, engendré un nouveau dynamisme dans mes séquences d’apprentissages, car menées différemment et de manière plus ludique. L’outil était devenu comme un instrument de musique, quelques années de gammes et de clics plus tard, faisait partie intégrante d’un nouveau processus, d’une nouvelle dynamique d’enseignement/ apprentissage. »

 Analyse et réflexion possibles envisagées d’une chercheuse

Dans ce récit des récifs de prise de contact de l’enseignante avec cet outil TICE, fort est de constater que nous effectuons un voyage à travers le schéma créé à partir des notions de Daniel Coste, nous permettant d’analyser plus spécifiquement, le terrain d’une enseignante et nous permet d’opérer des focales dans et à travers son voyage intérieur. En premier lieu, sont mises à jour les représentations d’une enseignante par rapport à ses « habitus » qui face à la nouveauté d’un « à plat » de classe, réagit de manière assez négative au départ de la rencontre. Puis, l’omniprésence du contexte mais aussi l’historicité propre de l’enseignante qui dans la contrainte réagit plus ou moins positivement. Sa curiosité, son tempérament autodidacte, sa force de créativité avec l’outil en lui-même, qui lui permettent ainsi de relever le défi. Mise à part l’utilisation d’un vocabulaire musical qui appartient au répertoire didactique de l’enseignante, les propos de celle-ci nous permettent d’interroger la notion de relation avec l’outil, ici l’application Moodle, aussi l’analyse du discours de l’enseignante nous permet de déplacer notre point de vue et d’entrevoir ainsi de nouveaux gestes, de nouveaux agir professoraux qui se sont construits au fur et à mesure de l’utilisation pédagogique et ludique qu’elle fait de la plateforme. Il est intéressant de constater le déplacement intérieur qui s’est effectué, du rejet à l’usage ludique de l’outil, comment au contact ou en relation avec celui-ci, a-t-elle construit une nouvelle relation, puis transformer ses pratiques pour arriver à cet instant significatif, où le cheminement est presque plus important que l’outil, ainsi dépasse-t-on la notion d’instrumentalisation d’un objet fusse-t-il numérique, pour celle qui fait geste, crée relation. Finalement est-ce le support qui est important ? Où la relation créée avec le support ?

 

 

 

 

 

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook