Archives par mot-clé : production orale

Et si on allait au cinéma ?

En allant à la Bibliothèque Nationale de France, je suis tombée, par hasard, sur l’affiche de l’avant-première d’un film, dont le titre, Á Voix Haute – La force de la parole, a éveillé ma curiosité. La promesse de la présence du réalisateur a été suffisante pour me séduire complètement et, me voilà, dans l’ambiance feutré de la salle de cinéma, en train de rire et de me questionner devant un film passionnant, drôle, dramatique et surtout tellement proche du monde estudiantin.

Pour éclairer le contexte, le film Á Voix Haute est un film documentaire de Stéphane de Freitas qui reflète la préparation d’un groupe d’étudiants de l’université de Saint Denis Paris 8 au concours Eloquentia, crée afin d’élire le meilleur orateur de Saint Denis. Ainsi, tout au long du film on suit le groupe d’étudiants, venus de tous les horizons disciplinaires, lors de leur préparation intensive au concours. Ce groupe devient presque la famille Eloquentia, la famille de cœur. On découvre leur parcours personnel semé d’embûches et, en passant par des exercices d’éloquence, de slam, de jeu de rôle, on découvre également que notre parole est une arme de combat.

Le film reflète une aventure humaine un peu à part car les étudiants révèlent leur talent exceptionnel et, ayant un sens aigu de l’esprit d’équipe, progressent très vite. Avec sincérité, ils nous décrivent leur rapport à la parole, qui s’avère plus difficile que celui à l’écrit. En effet, l’écrit est solitaire, la parole, il faut la partager et, pour cela, il faut trouver une voix. Si on n’arrive pas à trouver notre voix, les rapports aux autres mutent. Comment trouver ces phrases justes qui sonneront comme un coup de tonnerre dans la nuit ? C’est le but de la préparation au concours.

Cette formation a eu lieu tous les samedis et a duré six semaines, ce qui était un délai très court pour apprendre à argumenter, à convaincre et à avoir aussi une parole libre pour pouvoir parler sans ses notes. Une centaine des candidats d’Eloquentia se sont battus dans les salles de TD de Paris 8 afin d’accéder à la finale et ainsi devenir ambassadeur de la liberté d’expression. Lors du concours les étudiants se penchent sur les sujets de débats comme, par exemple, L’erreur est-elle un droit ? ou bien La réalité est-elle mieux que le rêve ? Les étudiants qui ont participé au film étaient également présents dans la salle. Selon eux, les sujets de concours étaient assez vastes, ainsi, grâce aux « pirouettes verbales », ils ont pu débattre sans aller à contre-courant de leurs idées. Par exemple, en défendant, que le meilleur n’est pas à venir, ils ont avancé que le meilleur n’est pas à venir mais à chercher…Selon eux, ils ont pu garder leur esprit d’équipe car personne ne perd Eloquentia s’il y en a un d’entre eux qui gagne.

Grâce à l’intervention de Stéphane de Freitas on en apprend plus sur les coulisses de cette aventure humaine. En effet, il y a cinq ans, avant que le projet du film ne soit né, il a eu l’idée de créer le concours Eloquentia visant un double objectif. D’une part, Stéphane de Freitas a voulu créer une formation de préparation au concours qui met en place une pédagogie de développement personnel via la prise de parole en public. Cette formation, comme a précisé le réalisateur, a été créée non pas pour développer l’éloquence des sophistes, mais pour permettre aux étudiants de gagner en confiance en soi. Ainsi, l’axe majeur de la pédagogie est de faire un « voyage » à travers différents contextes de prise de parole. Par exemple, les étudiants doivent se familiariser avec la prise de parole en milieu professionnel, ainsi qu’aux discours classiques, ils font également du théâtre. Cette formation de préparation est appelée également à transmettre aux étudiants trois valeurs fondamentales. La première est le respect des opinions des autres. La deuxième est le questionnement : tout au long de la formation on incite des étudiants à commenter les prestations d’autres étudiants, cela les aide à nourrir la réflexion sur leurs prestations. La troisième valeur est la bienveillance, car, dans une société où le dialogue s’avère parfois tendu, il faut accepter de recevoir la parole de l’autre.

D’autre part, venant lui-même du 93, Stéphane de Freitas voulait montrer que l’image que l’on crée de la jeunesse de banlieue est caricaturale. Par conséquent, son film Á Voix Haute traduit non seulement son engagement artistique mais aussi son engagement militant. En effet, il voulait déprogrammer les concepts que l’on fait des jeunes de banlieue, à la suite desquels on finit par les convaincre que l’échec est imminent. Ainsi, afin de détruire, en restant dans la réalité, ces stéréotypes et de donner l’image de la banlieue comme on devrait la voir, Stéphane de Freitas a décidé de créer un film documentaire sur les jeunes ordinaires qui sont loin de la violence.

Aujourd’hui, le projet Eloquentia ne fait que monter, Stéphane de Freitas reçoit des centaines de demandes provenant de collèges et de lycées de toute la France et espère faire d’Eloquentia le plus grand concours de prise de parole en France. Selon Stéphane de Freitas, même si le concours discerne le meilleur orateur de Saint Denis, cette distinction est purement symbolique car il y beaucoup d’autres jeunes talentueux qui auraient pu l’être. Le concours permet juste de créer un moment culturel symbolique important. En effet, la formation de préparation n’est ouverte qu’aux jeunes inscrits à l’Université Paris 8 mais le concours est ouvert à tous les jeunes du département de Saint-Denis qui ont entre 18 et 30 ans. Parti du 93, Eloquentia se développe à Nanterre, à Limoges et à Grenoble. Le réalisateur a ajouté que, malheureusement, aujourd’hui tout le monde parle sur Instagram, Twitter et Facebook mais personne ne s’écoute, il n’y a presque plus d’espace pour le dialogue réel. Le temps du concours est le moment où tout le monde se ressemble et s’écoute.

Grâce à ce documentaire on apprend beaucoup de choses sur la parole, par exemple, que le public retient plus l’attitude d’un orateur : ses gestes et son regard. On apprend comment s’articulent les parties du discours et comment on produit le slam, les mots qui claquent. On réfléchit également à notre rapport à la parole, à son pouvoir et si les bons mots, pour défendre nos idées, nous ont déjà manqué…J’ai réfléchi également, au contexte du FLE et au rôle du français parlé. Je peux dire qu’en regardant le film Á Voix Haute on vit une aventure, tant éducative qu’humaine.

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Production orale et émotions

Compte rendu de l’article :

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange ».

Le présent article analyse des situations de difficultés, vécues par des personnes expatriées en France, dans la situation de communication exolingue. Il vise à saisir différentes émotions ressenties et leurs causes.

L’auteure souligne tout d’abord que les personnes expatriées vivent une situation exolingue parfois « éprouvante ». Malgré leur souhait de s’intégrer à la société française, il leur est difficile d’entrer dans l’échange oral. Lorsque la communication échoue, ce moment d’interaction peut être fortement marqué par l’émotion.

Cette difficulté vient de nombreux facteurs. L’auteure cite en premier lieu la complexité des processus cognitifs qu’exige la production orale : l’alloglotte doit mobiliser des connaissances pragmatiques tout en traitant des données linguistiques. Comme le souligne l’autuere, lorsque l’on produit un énoncé, il est impossible de faire attention à tous les aspects de production orale : l’attention porte sur uniquement un des niveaux, tels que phonétique, syntaxique, ou pragmatique. Les enquêtes menées par l’auteure auprès de personnes expatriées montrent que quand ils se focalisent par exemple sur les aspects articulatoires, il leur est difficile de garder le fil de leur pensée. Beaucoup d’entre eux témoignent également que « la recherche du mot correct en mémoire lexicale provoque la perte des autres niveaux » (ibid. : 163).

Les connaissances linguistiques et culturelles limitées de l’alloglotte provoquent non seulement des difficultés mais aussi des émotions fortes. En effet, cela diminue la possibilité d’exprimer son identité. L’auteure affirme que « l’échange est un risque important qui met en jeu une image de soi et une image de l’autre » (ibid. : 160). Les personnes interrogées par l’auteure expriment leur sentiment de « perte d’identité ». En effet, pour eux, leur capacité d’expression et leur positionnement identitaire sont fortement liés. Ils ressentent même « le sentiment de régression » et expriment leur impression de ressembler à un enfant à cause de leur lexique limité en langue cible.

L’auteure remarquent également que l’alternance des prises de parole peut constituer des difficultés. Comme elle le dit, « les échanges verbaux français sont très rapide et le discours se chevauche » (ibid. : 164), d’où la difficulté pour les alloglottes qui ont besoin de temps pour produire des énoncés. Les personnes interrogées expriment qu’ils ont l’impression de « ne jamais pouvoir saisir leur tour au bon moment » (ibid. : 163).

Certains actes de paroles peuvent entraîner des difficultés notamment lorsqu’il s’agit d’un acte qui entre en conflit avec la culture d’origine de l’alloglotte. Les résultats des enquêtes menées par l’auteure montrent par exemple le fait d’argumenter peut être un registre difficile pour ceux qui viennent d’un pays où l’harmonie est privilégiée.

Les difficultés ne se limitent pas dans la production orale. La compréhension, plus précisément l’interprétation des données situationnelles de l’échange, pose également des problèmes. Selon les enquêtes menées par l’auteure, les éléments prosodiques entraînent particulièrement des difficultés dans l’interprétation des contenus émotionnels d’un message. Face à une courbe mélodique plus accentué, par rapport à la prosodie de sa langue maternelle, on peut mal interpréter le contenu de l’énoncé en question, on peut avoir l’impression d’être agressé ou que l’interlocuteur est en colère. Cette interprétation venant de l’aspect prosodique s’opère de façon inconsciente « selon une grille de lecture inconsciente relevant de la culture d’origine » (ibid. : 165). Pour l’interprétation pertinente, il est ainsi indispensable pour les alloglottes de se libérer de leur grille d’interprétation qu’ils adoptaient sans le savoir dans leur propre culture.

L’auteure souligne que, au-delà du niveau linguistique ou pragmatique, les difficlutés que peuvent rencontrer les personnes expatriées touchent directement « la qualité des relation avec autrui » (ibid. : 168). C’est là où ils ressentent l’émotion la plus forte. Toutefois, « suspendre le jugement spontané » (id.). émanant de la culture d’origine pour pouvoir percevoir de nouvelles modalités dans la culture d’accueil peuvent être des clés qui sont susceptibles de résoudre leurs problèmes complexes.

Référence

Maitre de Pembroke, E. (2013), « Activités de production orale et émotions : gérer la complexité dans l’instant de l’échange », Lidil, n° 48, http://lidil.revues.org/3325, consulté le 21 mai 2016.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts