Archives par mot-clé : pré-soutenance

Réflexion après la pré-soutenance

Le 15 mars, la pré-soutenance du mémoire de recherche a eu lieu à salle L1 au site Sorbonne. Nous avons chacun 8 minutes maximum pour la présentation du mémoire. Après avoir écouté un panel, tous sont invités à poser des questions et partager des remarques et opinions. J’assisté deux panels et je m’en profit énormément.

Je suis choquée par la diversité des sujets et inspirée par la méthode de recherche utilisée par mes camarades. Parmi tous, je voudrais partage avec vous trois sujets que je trouve innovants et intéressants.

Yaru travaille sur la phonétique. Lorsque la prononciation des phonèmes a une influence importante en situation de communication, elle cherche à comprendre des distinctions de l’articulation. Les méthodes de recherche qu’elle présente, l’analyse quantitative et qualitative, me pousse à réfléchir sur l’aspect méthodologique de ma recherche.

Liu s’intéresse à la littérature, notament sur le rapport entre le lecteur et l’écrivain, ou bien la « réception » et la « production ». Cela m’attire parce que je réfléchis souvant à l’élaboration des activités en classe à partir du texte littéraire. En tant que futur enseignant, savoir choisir le corpus et le coupure reste toujours un but de recherche.

Yiheng travaille sur la littérature de jeunesse en FLE. Elle a présenté de façon très précis, Chen Jianghong, peintre et auteur-illustrateur chinois vivant à Paris. Bien que ce soit la première fois que je l’ai entendu dire, je me suis immédiatement attirée par son œuvres. En même temps, je crois que sa recherche va proposer une façon efficace à motiver l’apprenant à lire les textes littéraires.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Le second semestre des M2 option A (recherche)

Pour mieux préparer votre second semestre (année 2015-2016), je vous donne quelques précisions que vous retrouverez dans la page agenda du séminaire :

– séances de suivi des mémoires (obligatoires pour les options A de la spé 1) les 27 janvier et 9 mars de 9h à 12 h sur les thématiques suivantes: 1. plan et titres ; citations et transitions ; 3. notes en bas de page, bibliographie et annexes…

– soutenances à mi-parcours les 22-23-24 mars  (avec organisation en trois groupes thématiques et soutenances personnelles de 15 mn par groupes de trois suivies d’une discussion).
Rappel : les rédactions de billets et de commentaires sur le carnet feront l’objet d’une « évaluation » pour le premier semestre le 10 janvier puis se poursuivront jusqu’à la soutenance et pourront bien évidemment pour ceux qui le voudront se poursuivre au-delà…
Chacun.e est invité.e à suivre ce carnet pour les informations et les discussions :

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Entre forme et contenu, nos têtes balancent

equilibriste

 

Mercredi 11 mars : le contenu à l’honneur

Les pré-soutenances ont pour moi était l’occasion de constater que tout est une question d’équilibre lorsque l’on rédige un mémoire de recherche.

Tout d’abord, il semble nécessaire de limiter son enthousiasme. Tous passionnés par des sujets qui ont mûris en nous au fil de nos expériences, de nos lectures et des réflexions qui en ont découlé, ils nous faut pourtant parfois sortir la tête de l’eau pour ne pas nous noyer dans un bain qui nous fascine. Il semble en effet que  notre enthousiasme pour un sujet puisse nous empêcher de procéder à un élagage du sujet en question, pourtant nécessaire en ce qu’il permet de définir un objet de recherche “raisonnable” dans le sens où nos enquêtes ne peuvent être menées que dans un temps limité et contées en une centaine de pages seulement. Mais être “raisonnable” n’est pas toujours la chose la plus facile lorsque l’on est un jeune chercheur ambitieux et passionné.

Une fois notre objet de recherche définit, il est de nouveau nécessaire de pocéder un certain sens de l’équilibre pour pouvoir jongler entre nos postulats et les conclusions que l’on tire de notre “enquête approfondie”, pour reprendre les mots employés ce matin lors de nos discussions. Car si elle est éclairante, l’observation de terrain est bien souvent déstabilisante et certains d’entre nous l’ont déjà constaté à ce stade. La surprise pourrait bien nous faire perdre les pédales. A nous de savoir rebondir.

 

Jeudi 12 mars: La forme au cœur de nos discussions

Chargée d’observer les discussions qui ont eu lieu le lendemain de cette expérience, la première du genre pour beaucoup d’entre nous., j’ai pu constater combien la plupart d’entre nous se pose d’avantage de questions sur la forme que sur le contenu de son mémoire. Entre règles de mise en page, dates de rendu, traductions, transcriptions des entretiens, citations etc, nos préoccupations sont donc très pratiques. Est-ce une manière de se rassurer quant au contenu de notre travail ? Cette réflexion m’a rappelé les paroles d’un de mes professeurs de collège, bien connu pour sa grande originalité. Ce dernier avait un jour décidé de procéder, en public, à l’analyse psychologique d’un de mes camarades dont les notes en latin n’avaient jamais dépassé la moyenne et qui s’appliquait comme à son habitude à remplir un cahier à la présentation irréprochable. Selon lui, si le jeune garçon s’appliquait à ce point c’était pour ne pas se confronter à ses difficultés concernant la réelle raison de notre présence dans cette classe : l’apprentissage du latin. Je suis certaine que nous ne sommes pas aussi désespérés par l’écriture de notre mémoire que l’était ce jeune garçon face à l’apprentissage du latin. Néanmoins, aussi paradoxale que cela puisse sembler, j’ai l’umpression que la maîtrise de la forme nous aide à entrer dans la création du contenu de façon beaucoup plus sereine. Certains professeurs nous ont d’ailleurs déjà fait remarquer que , eux non plus, en tant que lecteurs et juges, n’étaient pas indifférents, qu’ils en aient conscience ou pas, à la forme du travail rendu.

Ainsi, bien que ces questions sur la forme d’un contenu qui n’est pas encore rédigé puissent paraître prématurées, y apporter des réponses en discutant entre apprentis chercheurs ne peut que nous aider à avancer dans l’écriture de notre mémoire.

 

Compte-rendu de pré-soutenance : Les langues kanaks et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie

par Marine Robaut-Guyen

La Nouvelle-Calédonie est un « microcosme de mixité linguistique ». Elle comporte 28 langues kanaks en son sein bien que seul le français soit langue officielle, les autres langues étant langues minoritaires. La situation linguistique est très complexe sur ce territoire, dans la mesure où on fait face à une grande diversité linguistique au sein d’une culture francophone, et dans un environnement anglophone. Le français correspond à la langue des Institutions, de l’administration, alors que les langues parlées par les habitants diffèrent de cette langue. On remarque alors une hétérogénéité des situations linguistiques puisque les enfants de Nouvelle-Calédonie parlent chez eux une langue kanak mais doivent apprendre le français à l’école, qui constitue pour eux une langue inconnue. Les langues kanaks étaient interdites d’usage dans les écoles pendant de nombreuses années, ce qui est le cas pour beaucoup de langues régionales de France, que ce soit en France métropolitaine ou à l’Outre-Mer. Ces langues furent longtemps réprimées, c’est pourquoi elles sont de nos jours considérées comme étant des langues en danger, qu’il faut à tout prix promouvoir afin d’éviter leur disparition. Il s’agit du principal combat des langues minoritaires qui doivent sans cesse se défendre face à la langue officielle qui, bien souvent, est toute puissante et essaye de soumettre les langues minoritaires qu’elle côtoie.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts