Archives par mot-clé : politique

La crise des valeurs européennes

 

πολιτης του κοσμου
Image prise de Politis tou kosmou (facebook).

Honte à toi Europe ignorante.

Honte à vous politiciens indifférents.

Honte à vous gouvernements impérialistes du 21ème siècle.

La France Terre Asile est en exil. (accords contre le droit d’asile, bureaucratie volontaire)

La Grèce berceau de l’Europe est devenue misanthrope. (police noyauté de l’Aube Dorée, centres de détention)

Bienvenu à l’Europe obscurcie.

Bienvenu à l’Europe qui ferme les frontières, construit des murs, crée des ghettos, met en place son apartheid moderne.

Bienvenu à l’Europe qui renvoie des êtres humains vers le danger.

A vous les politiciens déterminant les accords et conventions  ne respectent pas les droits humains :

Vous n’arrêterez pas les flux. Vous augmenterez le nombre des morts mais vous n’arrêterez pas les flux.

Aucun accord n’arrêtera  les êtres humains en recherche de  Paix.

Aucun contrôle maritime n’arrêtera  les êtres humains de traverser la Méditerranée en recherche de Liberté.

Aucune convention n’arrêtera les êtres humains à rêver d’étudier et de travailler.

Aucune frontière n’arrêtera les êtres humains qui ont vécu la guerre de prendre le risque et partir.

Aucune arme ne tuera les espoirs des êtres humains pour une Vie meilleure.

Vous ne comprenez pas. Tant que l’Homme espère il vit.

Même dans les camps les plus froids, les centres de détention les plus inhumains l’Espoir vivra.

Et aucun renforcement ne vous aidera à le contrôler.

Car c’est une Force infinie, une source d’alimentation, une oasis inépuisable.

L’Espoir fait vivre.

inspiré du film de Nathalie Loubeyre  « La mécanique des flux » (2015)

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

La darija est notre langue, ‘dialna’. DILTEC

berberes_carte

Voici quelques lignes qui dessinent des axes de réflexion autour desquels s’articule ma recherche. Une recherche sur un sujet qui me tient à coeur.

La complexité de la situation sociolinguistique en Algérie est, depuis la nuit des temps, difficile à embrasser. Chose que je ne prétendons pas faire dans mon mémoire. J’aimerais plutôt mettre la lumière sur l’Algérien dit « arabe dialectal » ou « darija », qui sa dénomination et son statut même sont matières à débat. Ainsi que l’intégration de celui-ci en milieu scolaire algérien.

L’algérien est à l’image de l’Algérie : une langue au carrefour des cultures, le fruit amer de l’apport et du rejet des différents colonisateurs et l’acceptation consciente ou inconsciente du métissage. L’identité complexe de cette langue ne facilite pas sa dénomination. En effet, le problème que pose cette dernière est à mettre en rapport avec les effets de l’idéologie. En fait, au détriment et au mépris de la réalité culturelle et sociolinguistique plurielle, l’idéologie nationaliste en Algérie a imposé dès 1949 une définition identitaire exclusivement arabo-islamique. Autrement dit, l’algérien et ses dérivés ont été désormais présentées par l’idéologie officielle comme des éléments de désintégration de la nation algérienne donc, d’une nation arabe et islamique tout autant unie qu’à unifier. Ces mêmes conservateurs qui  voudrait que l’arabe littéral, langue du Coran, soit doté d’un statut hégémonique et que le français soit réduit au rang de langue étrangère se sont, fortement, opposé à l’intégration de l’arabe dialectal à l’école. En effet, il s’agit d’une proposition faite par la ministre de l’Education en 2015 afin d’amener, les élèves, doucement à l’arabe classique et ainsi diminuer les échecs scolaires trop fréquents dus à la difficulté de la langue arabe.

L’objectif de la didactique étant de diagnostiquer pertinemment les problèmes et de préconiser les remédiations qui s’imposent et estimant que les les questions linguistico-identitaires sont innervées du poids de l’idéologie, j’en veux pour preuve le manque d’argumentation et de travaux critique sur le plan linguistique. C’est pourquoi j’aimeras analyser cette proposition d’un point de vue linguistique et didactique. Quels enjeux représente-elle ? Penser que l’algérien est transparent à l’arabe scolaire est-il loin d’être vrai ? Y a t-il un constat d’intercompréhension entre les deux langues? Et enfin ce continuum existe-il vraiment ? Ou bien l’algérien doit-il être d’abord promu comme langue pour pouvoir être ‘enseigné » ?

Pour répondre à ces questions, il me semble légitime et indispensable de rebondir sur ce parler, essayer de défaire sa complexité et expliquer sa provenance. Dans cette perspective, la réduction du statut de l’Algérien de langue en dialecte par les différentes politiques étrangères n’est pas à négliger. En effet, l’Algérien a été pendant des siècles une langue littéraire, ou du moins l’un de ses registres l’a été et que l’on pourrait appeler écrit, et donc, travaillé et élaboré. Donc qu’en est-il de cette langue première qui ne bénéficie pas de statut officiel ? Est-elle toujours aussi loin d’être reconnue et promue comme langue telle que le tamazight en 2002 ?

Sachant que le point de passage entre le dialecte et la langue se situe au moment où l’on donne une identité graphique à un système linguistique oral, j’aborderai l’algérien qui s’achemine peu à peu dans les média, la publicité et les réseaux sociaux. Enfin, que signifie ce regain d’intérêt pour les parlers algériens? Pourquoi maintenant? Peut-on considérer ce phénomène comme autant de signaux qui démontrent que la société algérienne est en pleine évolution, en quête de son algérianité ?

Bibliographie

  • Ibtissem CHACHOU, La situation sociolinguistique de l’Algérie. Pratiques plurilingues et variétés à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2013, 310 pp.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « Conseil des Jeunes Citoyens » ?

Journée d’étude

 »Conseil des jeunes citoyens » 2015

7 mars 2015

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « conseil des jeunes citoyens » ? L’objectif du Conseil des Jeunes Citoyens est de donner la parole aux jeunes, d’écouter leurs besoins et de permettre de mener à bien des actions en faveur de la jeunesse. Les enfants peuvent faire de la politique ? Si les enfants ne votent pas encore, ils font partie de la société. Ils ont un avis personnel et une vie sociale. Le mot politique est un mot grec, la politique c’est l’organisation de la vie. Il faut convaincre les élèves de participer aux concours qui concernent la politique et la vie quotidienne. Une bonne idée serait de les persuader de s’exprimer librement et de ne pas rester passifs. Pour cette année il y a 4 sujets que chaque candidat peut choisir, l’écologie, la citoyenneté, la culture et le monde virtuel. A ce qui concerne la première partie du conseil, il y a 4 orateurs, 2 orateurs en faveurs et 2 orateurs en opposition. Dans cette partie ils doivent préparer le sujet, faire la connaissance entre eux et discuter leur sujet pour le débat. Tout cela dure 45 minutes. A la deuxième partie ils parlent en alternance l’un après l’autre. A la fin de la deuxième partie un orateur en faveur et un en opposition de chaque sujet va continuer à la partie finale.

Tous les enseignants doivent motiver leurs apprenants de participer !

« Donnez la parole aux élèves.

Donnez-leur la parole, car exprimer des idées sans se sentir jugé, apprendre à déployer une pensée et à argumenter, cela apaise, cela remonte l’estime de soi, et cela diminue la violence. C’est mécanique.

Donnez la parole, une heure par semaine, dans chaque classe de chaque école de France, aux élèves.

Ils ont besoin de parler et de penser dans un cadre qui le leur permette.

Formez des professeurs à la conduite de débats. Laissez la parole circuler sans tabou. Osez laisser s’échapper de la bouche des enfants des horreurs, pour les parler, les penser avec eux. »[1]

 

[1] http://www.telerama.fr/idees/il-faut-donner-la-parole-aux-eleves-lettre-ouverte-a-l-education-nationale,122094.php

La spontanéité conquise dans l’œuvre de Luigi Meneghello

Soutenance de thèse de Lucrezia Chinellato

La spontanéité conquise dans l’œuvre de Luigi Meneghello

 

Le vendredi 12 décembre 2014, Mme Lucrezia Chinellato a soutenu sa thèse portant sur l’œuvre du poète Luigi Meneghello.

Le jury était composé par son directeur, Jean-Charles Vegliante (Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Pietro de Marchi (Professeur des Universités, Université  de Zurich-Suisse), Yannick Gouchan (Professeur des Universités, Université Aix en Provence Marseille 1) et Christophe Mileschi (Professeur des Universités, Université de Grenoble 3 Stendhal).

 

Les principaux enjeux de la thèse de Mme Chinellato, intitulée « La spontanéité conquise dans l’œuvre de Meneghello », portent sur l’analyse du rôle du plurilinguisme dans la représentation de la réalité subjective de l’auteur et sur la dimension psycholinguistique de l’écriture d’un romancier dialectophone et migrant. Cette recherche propose également une réflexion métalinguistique portant sur les ressorts et les inconvénients propres à l’usage des langues en fonction de leurs représentations culturelles (valorisées ou dévalorisées). Enfin, Mme Chinellato élargit son propos à une dimension éthico-politique liée à la représentation et à la construction de l’identité.

 

Paradoxe d’une spontanéité conquise

En ce qui concerne l’œuvre de Meneghello, on parle de « spontanéité » dans le sens où l’ensemble de ses textes constitue une représentation poétique de la réalité subjective de l’auteur, de son univers poétique et imaginaire. L’analyse des représentations stylistiques, linguistiques et poétiques[1] de sa production lyrique permet d’avoir accès à un « réel indéfinissable » et à ce que Yves Bonnefoy appelle l’« essence » d’une œuvre.

Le « paradoxe » annoncé par le titre de la première partie de la présentation est généré par le fait que si le style meneghellien est apparemment très spontané, il est en réalité le travail d’un travail opiniâtre sur la ou sur les langues. Tout l’art de l’auteur réside dans sa capacité à cacher au lecteur à quel point il s’agit d’une consciente et consciencieuse construction.

Le rapport de curiosité et de fascination qu’entretient Meneghello avec le langage est le fruit d’une somme d’expériences linguistiques. Celle du contraste entre l’italien national enseigné à l’école et le dialecte parlé dans son village. Celle du choc causé par l’immense décalage entre l’anglais littéraire appris dans les livres en Italie et l’anglais parlé qu’il découvre lorsqu’il s’installe au Royaume-Uni. La conscience d’une porosité du spontané et du construit au sein du langage développe l’intérêt de Meneghello pour les phrases toutes faites, « déjà là », pour le non-construit et ne non-réfléchi présent dans la langue littéraire.

A travers ses textes, il cherche à réunir l’expérience et l’écriture. L’interaction entre les langues que l’on y retrouve constitue une tentative de faire entendre l’ineffable, le monde intérieur de la conscience poétique qui affleure, révélé par l’écriture. Les comptines et les chansons insérées au fil des récits constituent un nouveau signe de cette perpétuelle recherche d’authenticité et de spontané rythmique, fil rouge de l’œuvre meneghelienne.

 

Le plurilinguisme comme raison d’être de l’écriture meneghelienne

Comme l’a souligné Christophe Mileschi lors de l’entretien : « Le plurilinguisme est la raison d’être de la prose de Meneghello ». Il ne s’agit pas seulement d’un expédient littéraire, d’un instrument rhétorique. Le plurilinguisme meneghellien a quelque chose de viscéral et constitue un véritable parti pris. Un risque, également, puisque le dialecte est loin d’être accessible à l’ensemble de son lectorat, malgré les notes explicatives (qui, de plus, freinent la lecture). Le « précepte d’autenticité » mis en avant par l’auteur au fil des textes est un des éléments centraux de sa poétique : Meneghello ne cesse d’affirmer qu’il n’écrit que sur ce qui est pour lui une « connaissance directe », qu’il puisse dans le triptyque de son répertoire linguistique « italien national, dialecte intime, anglais professionnel » (Yannick Gouchan). Le plurilinguisme, qui offre la possibilité d’un syncrétisme de ces trois expériences linguistiques, est l’instrument privilégié du « respect de la vérité et de la spontanéité » de son discours, le garant de son authenticité.

On note cependant un attachement particulier et un penchant naturel pour sa langue d’origine, son dialecte, qu’il décrit dans Libera nos a malo comme une « ancienne blessure » recouverte par les « blessures superficielles » des autres langues (l’italien, le français, le latin) :

« Ci sono due strati nella personalità di un uomo: sopra, le ferite superficiali, in italiano, in francese, in latino; sotto, le ferite antiche che rimarginandosi hanno fatto queste croste delle parole in dialetto. Quando se ne tocca una si sente sprigionarsi una reazione a catena, che è difficile spiegare a chi non ha il dialetto. C’è un nòcciolo indistruttibile di materia apprehended, presa coi tralci prensili dei sensi; la parola del dialetto è sempre incavicchiata alla realtà, per la ragione che è la cosa stessa, appercepita prima che imparassimo a ragionare, e non più sfumata in seguito dato che ci hanno insegnato a ragionare in un’altra lingua. Questo vale soprattutto per i nomi delle cose ». (Libera nos a malo, cap. 5, p. 36)

 

La dimension intime et politique du recours au plurilinguisme

Le plurilinguisme du corpus meneghellien reflète une représentation subjective de la réalité, intimement liée à son parcours biographique : celui d’un italien affectivement et linguistiquement enraciné dans son village natal, et celui d’un intellectuel cosmopolite qui a effectué son parcours universitaire en Angleterre.

Comme le souligne Jean-Charles Vegliante, le travail de Lucrezia Chinellato sur la traduction et la traductologie nous plonge dans l’« atelier » de l’écrivain, dans son « laboratorio ». On y découvre la mise en application minutieuse et passionnée d’un parti pris idéologique et politique. Sanguinetti parlait du texte comme « test » : c’est exactement la façon dont l’aborde Meneghello, qui joue avec les codes idiomatique (en particulier ceux de l’italien national, du dialecte et de l’anglais) et tente d’en faire les instruments d’une mise en œuvre stylistique du réel.

Son emploi du plurilinguisme présente un intérêt métalinguistique en ce qu’il constitue un outil fondamental d’expression et de connaissance. Le corpus meneghellien, qui dévoile les multiples facettes d’un écrivain migrant dans l’espace et dans les langues, ressort d’une véritable réflexion philosophique sur le langage.

Travailler sur le dialecte fait partie d’un projet politique et culturel généré par la perception que l’on a des langues, qui sont catégorisées comme ayant un statut politiquement et/ou symboliquement inférieur ou supérieur. Dans Libera nos a Malo, le dialecte de Malo est par exemple privé de toute tradition littéraire. Pour être utilisé dans la langue littéraire, il lui faut une dignitas dont le vénitien de Goldoni, par exemple, n’a pas besoin. La principale difficulté que rencontre l’inscription du dialecte dans la littérature tient au fait qu’il constitue une « sgrammatica grammatica » (Pietro de Marchi) une langue parlée sans grammaire écrite. C’est la raison pour laquelle Meneghello a non seulement donné une grammaire à son dialecte, mais l’a également traduit. Le choix de la langue régionale est éthique et politique dans la mesure où il s’agit, symboliquement, d’une forme d’opposition à la globalisation (Christophe Mileschi).

 

L’importance de la voix (« Riesco a scrivere soltanto scandando »)

Dans ses premiers textes, Meneghello donne une priorité absolue au rendu de l’oralité. Il porte une attention extrêmement minutieuse à la dimension phonorythmique du texte (d’où l’introduction de comptines et de chansons populaires propres à sa région). Dans une note, il explique à quel point il tient à ce que l’on fasse de ses textes une lecture qui en rende bien l’oralité. Dans la seconde partie de sa production littéraire, Meneghello se focalise davantage sur la construction rythmique fondée sur le rythme et la syntaxe. Pour lui, l’oralité constitue un idéal stylistique. La polyphonie n’est pas mise en œuvre dans une intention mimétique (puisque les formulations qu’il utilise ne sont pas celles du quotidien) mais dans une volonté de faire parler toute une société qui est en train de disparaître : les enfants de son village, les gens du peuple, les membres de sa famille… Le rendu écrit de l’oralité demande à chaque instant à l’auteur un intense effort de calibrage.

 

« Le dialecte, qui est une langue sans en être une, mais qui épouse si parfaitement les peaux, les souffles et les âmes de ceux qui habitent ici ».

Philippe Claudel, Le rapport de Brodeck

 

[1] Comme l’a souligné Christophe Mileschi durant l’entretien : « Toute langue a pour sonder la réalité risorse che paiono illimitate ».

 

Quand l’éducation est un problème : un coup d’oeil sur la situation espagnole

Je me souviens de la phrase que nous a dite un jour une enseignante d’histoire géographie que j’ai eu au collège :

« Moi, tant que la politique ne m’affecte pas dans ma privée… je n’en ai rien à faire. »

À douze ans j’ai trouvé cette phrase vraie, puis, de plus en plus stupide. C’est aujourd’hui en voyant le décret que le Conseil des Ministres espagnol a approuvé vendredi 30 janvier, que cette phrase perd encore une fois un peu plus de sens. Ce décret vise à uniformiser les années d’études supérieures en Espagne avec l’Europe. C’est-à-dire L+M ou 3+2 ans d’études.

Que signifie cela ? Pour nous faire une idée, en Espagne le prix d’une licence dépend du nombre de fois qu’on passe une matière en sachant que le système de compensation entre matières et semestres n’existe pas. Avoir sa licence en biologie, par exemple, équivaut à valider 240 crédits et on ne valide que lorsqu’on a la moyenne sur chacune des matières : 5/10.

Une année de licence qu’on a entièrement « du premier coup » équivaut à 60 crédits par an durant 4 ans, ce qui suppose que faire sa licence de biologie à l’Université Autonome de Barcelone coûterait exactement 2146 euros par an et ce, pour un étudiant qui ne repasse aucune matière. Sur le même système, étudier une licence de Lettres Modernes dans la même université, coûte 1516 euros par an, et ce, toujours pour quatre ans.

Qu’en est-il des masters ? Actuellement, on obtient en Espagne un master avec 60 crédits, soit une année universitaire. Pour nous faire une idée, toujours en validant chacune des matières la première fois, un master en Littérature comparée à la UAB coûte 3000 euros.

Les universités publiques ont même des « simulateurs de frais universitaires », où on peut calculer, en estimant le nombre de fois qu’on devra repasser une matière, quel va être le prix de notre savoir…

Quelle est la peur et l’indignation actuelle des étudiants espagnols ? Le fait de passer au système européen dévalorisera sûrement les licences (actuellement à la hauteur de bac +4) et obligera par conséquent à faire un master (dont les prix sont plus élevés et dont la durée augmentera d’un an) pour pouvoir se battre dans l’actuelle jungle impitoyable de la recherche d’emploi en Espagne.

Passons sur le fait que le ministre de l’éducation, José Ignacio Wert a affirmé, dans un pays où 24% de la population active est au chômage, que « les familles qui n’auront pas les moyens de payer les frais d’éducation seront celles qui ne veulent pas dédier leurs moyens à ce domaine et préfèrent les dépenser autrement »

http://www.oposicionesinfantil.org/2015/02/wert-las-familias-sin-dinero-para.html

Et demandons-nous quel est le danger du nouveau « découpage » qui réduit de 21% le budget de l’état consacré à l’éducation par rapport à 2012, soit une épargne de 3 milliards d’euros ?

Il s’agira de moins de professeurs, donc de plus d’heures de cours pour eux et d’une augmentation de 10% du nombre d’élèves par classe, qui est actuellement à 25 pour la maternelle et le primaire et à 30 pour les études secondaires. Une situation pénible pour ceux qui enseignent et ceux qui apprenent, ce sera aussi moins d’attention et de place pour chacun de ces apprenants qui, toujours selon le ministre, auront au moins l’avantage de « sociabiliser » comme il faut à l’école.

Quel avenir pour des sujets qui se sont développés dans cette éducation ? Autant de questions qui élèvent au ridicule ce que cette enseignante nous a dit il y a quelques années…

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts