Archives par mot-clé : méthode

Des carnets qui me ressemblent

Dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, Latour propose de mener les recherches en notant toutes les tâches que l’on effectue : du mél qui peut sembler futile aux ouvrages composant la bibliographie. Il propose plus précisément d’utiliser quatre carnets pour y noter absolument tout, car selon lui « tout fait partie des données »i. Si cette méthode peut enchanter certains qui penseront y avoir trouvé le Saint Graal de l’organisation méthodique de la recherche, d’autres trouveront ces quatre carnets inutiles, dépassés. Nous avons tous notre manière de penser, d’agir, de fonctionner. Aussi, il est normal que nous trouvions à discuter de ces fameux carnets.

Pourquoi quatre carnets ? Pourquoi pas trois ou cinq ? Pourquoi tout noter ? Pourquoi noter tout simplement, certains écrivains ne font bien qu’un seul jet de leur manuscrit et le chercheur est sans aucun doute possible un écrivain.

Continuer la lecture de Des carnets qui me ressemblent

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

L’entretien biographique – l’écoute des voix intimes?

Chaque recherche implique une méthodologie spécifique. Sa nature, sa problématique, les objectifs visés, etc. vont porter notre choix sur la méthodologie la plus adéquate à suivre. Ainsi, on se décide pour les questionnaires, le corpus à analyser, l’entretien – directif, semi-directif, de compréhension, biographique… Mais avant de déterminer la méthode qui nous permettra d’aboutir à notre recherche, il faut bien connaître tous les traits de chacune d’elle, ses avantages et ses inconvénients. Dans cette optique, la matinée de recherche L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens organisée le 7 février à la Maison de recherche avait pour objectif de croiser les différents points de vue des intervenants sur l’entretien biographique et sur son intérêt en didactique des langues.

La communication de Brahim Benberkane et de Magali Ruet, doctorants à Paris 3, est particulièrement attirée mon attention. Intitulée L’entretien biographique entre écoute et compréhension : raconter sa mobilité pour mieux comprendre ses mondes, elle s’articulait autour de plusieurs questions :

Pourquoi l’entretien biographique est leur méthode de recherche privilégié ? Quelle est la relation entre chercheur et ses témoins ? Quel est l’effet d’un tel entretien sur les acteurs ?

Le choix de cette méthode pour leurs recherches est tout à fait justifié. Cela dit, leurs thématiques, mobilité étudiante et migration, exigent le recueil des trajectoires de vie de leurs interviewés. C’est l’objectif de l’entretien biographique – mettre en avant les passages, les expériences d’une vie qui permettra au chercheur de se concentrer sur la séquence des événements traversés par un individu et d’épuiser plus profondément dans l’individu. Afin d’y arriver, la question de la relation de confiance se pose. Comment établir un contact et gagner la confiance ? D’après Magali Ruet, un cadre détendu, une explication du projet, de la méthodologie, le fait que l’enquêté doit parler naturellement sur sa vie, sans les questions posées, permettront au chercheur de créer une relation de confiance avec son enquêté. Brahim Benberkane ajoute également que le gage de confiance s’effectue par la garantie de l’anonymat de l’informateur et par la remise du travail après la transcription à son témoin.

Après avoir établi une relation de confiance, on peut s’interroger sur le rapport entre chercheur et enquêté. En prenant en compte que l’entretien biographique permet un retour réflexif de l’informateur sur lui-même, sur son parcours, sur sa vie, c’est évident que c’est lui qui conduit beaucoup l’entretien. De ce fait, les rôles du chercheur et de l’interviewé s’inversent. Ce moment n’est-il pas celui de la modification du statut de l’informateur vs le statut de l’interlocuteur ?[1] Le chercheur efface-t-il sa posture de chercheur ?  Il me semble que ce type d’entretien entraîne facilement le chercheur à la subjectivité qui, influencé par son témoin, oublie vite sa posture de chercheur. Je pense ici particulièrement aux jeunes chercheurs, comme moi. Alors, comment jongler entre la subjectivité et l’objectivité ? Selon ces deux doctorants, afin d’éviter le piège de subjectivité, le chercheur doit préparer minutieusement le protocole d’enquête qui permettra de tenir compte des facteurs pouvant diriger l’entretien dans un autre sens.

En ce qui concerne l’impact de l’entretien sur les témoins, Brahim Benbarkane met en exergue sa force libératrice. Cet entretien a permis à son enquêtée de s’exprimer, de se faire écouter et de se faire libérer grâce aux mots. Là, on voit également une force transformatrice de l’entretien – une transformation intérieure de nos témoins.

Enfin, la présentation de ces jeunes chercheurs sur l’entretien biographique m’a fait penser au film A Walnut tree du réalisateur Aziz Ammar[2]. L’entretien devient un moyen de l’expression, de faire écouter « sans voix » et de tenir leurs voix. Mais le questionnement suivant surgit d’emblée : Comment tenir ces voix dans la recherche ? Comment les restituer de sorte qu’elles ne se perdent pas ? Est-il possible d’éviter de les envisager à travers le prisme de notre point de vue ? Comment se positionner par rapport à l’enquêté ? Est-il possible de garder une posture neutre et objective ? Jusqu’à où aller dans un entretien ?

[1] Eric Chauvier, anthropologue, plaide pour la modification du statut de l’observé – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique. Voir mon article : https://arlap.hypotheses.org/8332

[2] Voir l’article : https://arlap.hypotheses.org/8332

Source d’image:

http://www.univ-paris3.fr/medias/fichier/v6affichdiltec-axe-dilfopl-entretien_1484660505292.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

« La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! »

 

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » C’était exactement le message du premier cours de Monsieur Martin – commencer à écrire le mémoire dès maintenant, dès aujourd’hui, dès hier. Mais, par où commencer ? La recherche est un labyrinthe des questions, des incertitudes, des réflexions, de la lecture, de la motivation, des défis, des objectifs…

Afin  de nous faciliter ce processus et de nous orienter vers l’issue du labyrinthe – vers une recherche « un peu plus objectif », Bruno Latour[1] nous propose de tenir quatre carnets (peu importe la forme) : le carnet de bord de l’enquête, la collecte d’informations, les essais d’écriture et celui consacré aux réactions des autres. Pourquoi cette démarche ? Simplement, « … tout fait partie des données[2]» (Latour, 2006 :194). Tout. Chaque lecture, chaque rencontre, chaque entretien, chaque interaction verbale ou non verbale, chaque réflexion, chaque brouillon… TOUT a un seul objectif –  la construction du mémoire. Pour cette raison, je reformule le proverbe ci-dessus de façon suivante: « La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! ». Donc, je commence l’organisation de mon mémoire par l’ouverture des carnets, mon premier point d’ancrage, mais aussi mon stimulant au fil de ce long pèlerinage – la recherche.

Tout d’abord, je crée un dossier sur mon ordinateur intitulé « Le trésor précieux ». Bien organisé, ce « trésor » sera le noyau de ma recherche –  les comptes rendus de lecture, les définitions, les citations, les références. En un mot – l’appui théorique. Ensuite, j’y rajoute le dossier nommé « Les croquis ». En prétendant d’être artiste, je ferai des croquis de réflexions menées en m’appuyant sur la théorie. Après, il faut bien ciseler.

Mon agenda personnalisé

Le deuxième carnet est, en fait, mon agenda qui traîne toujours dans mon sac. Intitulé « Les rencontres sur le terrain », il consiste en deux parties. La première, « Le terrain », est dédiée à mon organisation personnelle –  à la fixation des objectifs, au calendrier des colloques, des rendez-vous avec le directeur de mémoire, mais aussi à  l’organisation de l’enquête, des rendez-vous avec des personnes interviewées… Bref, cette partie comprend les notions d’espace et de temps, indispensables pour une recherche. La deuxième partie est celle des « Rencontres». Elle fait une analogie avec la rencontre inattendue d’André  Breton et Nadja. En rencontrant les autres et en interagissant avec eux, en discutant avec le directeur de mémoire,  avec d’autres professeurs, en assistant à des colloques, les réflexions s’entremêlent, se modifient, s’enrichissent, se cristallisent et deviennent inattendues.

Enfin, mon troisième carnet, « Le trésor inépuisable », est un petit dictionnaire personnel. J’y noterai toutes les expressions, les notions et les définitions que je trouve intéressantes, utiles et nécessaires. Il servira d’un outil incontournable dans ma recherche.

« Il n’est pas mauvais non plus de tenir soigneusement un quatrième type de carnet… » continue Latour (Latour, 2006 :196). À chacun de s’organiser ! Enfin, ce n’est pas la quantité de carnets qui compte, c’est leur qualité !

 

Référence :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

 

 

 

 

[1] Bruno Latour – sociologue, anthropologue et philosophe français, né en 1947 en Côte d’Or

[2] Soulignement de l’auteur

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Deux historiens et l’écriture de la recherche

Très bel article (double page) dans Le Monde daté du 30 septembre 2016 : en fait une interview d’Alain Corbin et de Sylvain Venayre (qui a rédigé sa thèse sous la direction du précédent) qui sont tous les deux invités aux « rendez-vous de l’histoire » à Blois des 6 au 9 octobre (http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html). Je ne retiens que ce passage qui intéresse au plus haut point les rédacteurs d’un mémoire de master, dans lequel Sylvain Venayre répond à la question de Julie Clarini : « L’écriture tient une place importante dans votre travail à l’un et à l’autre ? Laquelle exactement ? » Réponse : « Je crois, je ne suis pas le seul – nous croyons (nous sommes sans doute plus nombreux à notre génération qu’à celle d’Alain Corbin, où il fait presque figure d’exception) -, que l’écriture est partie prenante de la méthode, qu’elle n’est pas seulement la phase ultime de la rédaction d’un rapport de recherche. Il est évident – et tous les chercheurs en sciences sociales le savent, plus ou moins intuitivement – que dans le moment de l’écriture, ce qui se passe est de l’ordre de la production du savoir (et pas seulement de l’ordre de la restitution d’un résultat). C’est ce qui fonde l’intérêt des expérimentations formelles. Il faut tenter de cerner au plus près ce qui se passe en matière de production de connaissances dans l’acte d’écrire. »

Non seulement, me semble-t-il, cette dernière piste de réflexion touche exactement à notre réflexion méthodologique qui associe étroitement méthode et écriture, mais elle lance une piste de recherche en didactique des langues et des cultures pour observer combien les expériences scripturaires les plus diverses sont des lieux et moments de la construction des savoirs de tous ordres… De Bruno Latour à (prochainement Ivan Jablonka) en passant aujourd’hui par ces deux historiens accueillis par Le Monde, nous voilà au coeur d’une réflexion concernant la recherche en didactique, car comme le dit un peu plus loin Alain Corbin : « Si on n’enfile pas la peau des autres, si on n’a pas une optique compréhensive, ça ne va pas. L’effort d’imagination stimule l’écriture » et Sylvain Venayre d’ajouter : « Et inversement, l’effort d’écriture stimule l’imagination ». On verra que peut-être plus que d’effort d’imagination, il s’agit d’une attention aux énonciations…

 

5005260_7_3518_alain-corbin-et-sylvain-venayre-2016_6cabe278f9fa2a9f6b0c3d763fbe1786
Alain Corbin et Sylvain Venayre photographié par Annabelle Lourenço pour Le Monde

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Biographie langagière

Bonjour,

J’aimerais bien vous parler de la journée d’études, consacrée au plurilinguisme et à la biographie langagière, qui a eu lieu le 11 avril à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III.
Ce séminaire, animé par Madame Muriel Molinié et Madame Valérie Spaëth m’a paru très enrichissant pour les M2 et pour les doctorants.

Madame Valérie Spaeth a présenté le cadrage historique, Madame Christine Deprez (Université Paris-Descartes) a abordé le sujet des enjeux de la narration de soi au prisme de la sociolinguistique, le rapport de Madame Delphine Tomasini (Doctorante, université de Lausanne) a porté sur le trajectoire d’appropriation langagière, la professionnalisation et la construction identitaire de futurs enseignants de l’école primaire et les enjeux d’une problématique et d’un choix méthodologique. La présentation de Madame Muriel Molinié, Monsieur Frédéric Anciaux (Université Antilles) et Monsieur Olivier Mirval (Académie de la Guadeloupe) avait comme sujet la biographisation des expériences plurilingues et interculturelles.
Je voudrais m’arrêter sur l’intervention de Madame Stéphanie Galligani de l’université Stendhal Grenoble 3 qui a parlé de comment les biographies langagières devenaient des espaces de construction et de transformation des savoirs à la fois pour l’étudiant/futur enseignant de langues et l’enseignant/formateur. La biographie langagière est en même temps un outil médiateur, un révélateur de savoirs et des espaces dans lesquelles s’effectuent des articulations entre les savoirs auxquels est confronté le forme dans son lieu de formation et événements existentiels et un mouvements de regards croisés et d’interprétations diversement situées. Selon Madame Stéphanie Galligani travailler en formation initiale et continue sur les biographies langagières permet de :
– reconnaître les éléments constitutifs de leurs cheminement identitaire en développant les compétences réflexives en lien avec les enjeux personnels et professionnels;

– se reconnaître comme acteur social doté d’un capital plurilingue et pluriculturel;

– être producteur d’un outil – sa biographie langagière- visant à rendre ses expériences « formatives » dans un développement graduel de la compétence professionnelle;

– la conscience selon laquelle ses apprentissages linguistiques gagnent à être mis en relation les uns avec les autres.

Madame Stéphanie Galligani a terminé son discours par dire qu’il s’agissait pour le futur enseignant – à différents niveaux et moments de la formation – d’une mise en mots (écrite ou orale) de sa propre expérience de formation, de son rapport personnel et professionnels aux savoirs disciplinaires et professionnels.