Archives par mot-clé : mémoire

Plan de mon mémoire

Quels manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique ?

J’ai établi ce plan pour mieux m’orienter dans ma recherche, cependant, vu l’avancement de mon travail, ce plan est susceptible d’être modifié et amélioré au cours de ma recherche.

Plan (à préciser)

Introduction
1.Le manuel
1.1 La définition de manuel
1.2 Sa nature, ses fonctions, ses usages
1.3 Les supports du manuel et ses modalités de diffusion et d’utilisation

2. Les Manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois
2.1 Les Manuels de littérature du FLE (Sa nature, ses fonctions, ses usages)
2.2 La place de la littérature dans l’enseignement du FLE au sein du département de français en Chine
2.3 La situation des manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

3. L’ère numérique
3.1 La définition de l’ère numérique
3.2 L’influence de nouvelles technologies à l’ère numérique
3.3 Le rôle de l’enseignement supérieur dans la société à l’ère numérique

4. Les manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique
4.1 La conception de la construction de manuel à l’ère numérique
4.2 Les possibilités du manuel de littérature du FLE
4.3 Les manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

Conclusion

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

En examinant les contextes culturels de l’enseignement du français en Chine, je suis vivement intéressée par les notions de « cultures linguistiques », « cultures éducatives » et « cultures didactiques » introduites par M. Chiss dans son séminaire. Pourtant, j’avais des difficultés à trouver des définitions exactes de ces notions. En quoi précisément consistent des cultures linguistiques, des cultures didactiques et des cultures éducatives dans un pays ? Je suis certaine qu’il existe une culture éducative spécifique en Chine, mais la culture linguistique et la culture didactique, existent-elles dans notre pays ? Si oui, comment je pourrais les dégager et les décrire ? Continuer la lecture de La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Bibliographies sur la perspective actionnelle

Approche actionnelle

  1. BORDALLO-LABAL Isabelle, GINESTET Jean-Paul, 2006, Pour une pédagogie de projet, Paris, Hachette.
  2. CICUREL Francine, 2011, Les interactions dans l’enseignement des langues. Agir professoral et pratiques de classe, Paris, Didier
  3. CHISS, J.-L., (2005). « Réflexions à partir de la notion de tâche : langage, action et didactique des langues » dans Mochet A.-M., Barbot M.-J., Castellotti V., Chiss J.-L. et alii, p. 39-48,Plurilinguisme et apprentissages. Mélanges Daniel Coste, Lyon : ENS Éditions.
  4. Lions-Olivieri M.-L., Liria P. (2009) : L’approche actionnelle dans l’enseignement des langues, Paris, Maison des langues
  5. Mangenot, F. (2013). Internet social et perspective actionnelle.Recherches et applications54, 41-51.
  6. Nissen, E. (2003).Apprendre une langue en ligne dans une perspective actionnelle. Effets de l’interaction sociale (Doctoral dissertation, Université Louis Pasteur-Strasbourg I).
  7. Nissen E. (2011). Variations autour de la tâche dans l’enseignement/apprentissage des langues aujourd’hui[J]. Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication, 14.
  8. Ollivier, C. (2014). Vers une approche interactionnelle en didactique des langues et une extension du domaine de la tâche–Les atouts du web 2.0. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication17.
  9. PUREN C. (2006a). La perspective actionnelle. Vers une nouvelle cohérence didactique, Le Français dans le monde, 348, Paris, CLE International, p. 42-44
  10. PUREN C. (2006b). De l’approche communicative à la perspective actionnelle, Le Français dans le monde, 347, Paris, CLE International, p. 37-40
  11. PUREN C. (2006c). Les tâches dans la logique actionnelle, Le Français dans le monde, 347, Paris, CLE International, p. 80-81
  12. Puren, C. (2008). De l’approche communicative à la perspective actionnelle, et de l’interculturel au co-culturel.Interculturas, transliteraturas. Madrid: Arcos Libros, 253-278.
  13. Puren, C. (2002). Perspectives actionnelles et perspectives culturelles en didactique des langues-cultures: vers une perspective co-actionnelle-co-culturelle.Langues modernes96(3), 55-72.
  14. Puren, C. (2010). Les manuels récents de français langue étrangère: entre perspective actionnelle et approche communicative.FULGOR4(2), 35.
  15. Puren, C. (2008). Formes pratiques de combinaison entre perspective actionnelle et approche communicative: analyse comparative de trois manuels.Site de l’APLV.
  16. Puren, C. (2010). La nouvelle problématique culturelle de la perspective actionnelle européenne: cultures d’enseignement, cultures d’apprentissage et cultures didactiques.Rencontres Pédagogiques du Kansaï, 73-87.
  17. ROBERT J.-P, ROSEN E., REINHARDT C, 2011, Faire classe en FLE. Une approche actionnelle et pragmatique, Paris, Hachette
  18. Rosen E. (2009) : « La perspective actionnelle et l’approche par les tâches en classe de langue », Le français dans le monde, Recherches et applications, n°45, 6-14
  19. Simons, G., & Pagnoul, P. (2015). Familles de tâches en langues modernes: pistes de réflexion et propositions d’outils.

 

 

 

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Mes Carnets de recherche

Bruno Latour (2006) propose, dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, de construire quatre carnets au fur et à mesure de notre recherche : le premier porte sur les enquêtes et les travaux sur le terrain, le deuxième sur les bibliographies et références, le troisième est consacré aux essais d’écriture et le dernier à la confrontation des idées.

À la base de ses propositions, j’ai construit également 5 carnets et ils se sont organisés d’un ordre et d’une manière légèrement différents. Continuer la lecture de Mes Carnets de recherche

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, bibliographie #1

Cette première bibliographie regroupe des ouvrages, des articles et des revues sur le cinéma, sur la didactique du cinéma, sur la didactique de l’oral ainsi que sur l’anthropologie linguistique et sur l’anthropologie gestuelle.

ABOU HAIDAR L. & LLORCA C. (dir.) (2016) : « L’oral par tous les sens : de la phonétique corrective à la didactique de la parole », LFDLM Recherches et Applications no 60, Paris, Clé International.

BAZIN A. (1985), Qu’est ce que le cinéma ? Paris, Les éditions du Cerf.

BERGALA A. (2002), L’hypothèse cinéma : Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma/essais.

BERGALA A. (2015) : La création cinéma, Liège, Yellow Now.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, bibliographie #1

Rigaldie Pauline

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

Continuer la lecture de Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE #2

Résumé d’un projet en trois temps

Voir Faire du cinéma en classe de FLE #1

1- Visionnage

Les apprenants regardent d’abord des extraits de films en classe. Ils découvrent ainsi le langage formel (échelles de plans, plan séquence, plan fixe, etc.) et le langage informel (registres, situation précise de la vie quotidienne, élément culturel, paraverbal, diversité des français parlés, etc.) du cinéma.

Comment construire le corpus de films  : Quels extraits choisir ? Pour transmettre quoi ?

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE #2

Rigaldie Pauline

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

 

E – étudiant

Mme X – enseignante, Madame X

E2 – étudiant 2

 

Couloir de la fac. Pause de 30 secondes entre les cours. Une étudiante se précipite pour parler à l’enseignant qui entre dans la salle pour commencer son cours.

 

E (essoufflé après avoir monté 4 étages): Bonjour, Madame. excusez-moi. Je suis étudiant en M2, tout les monde a déjà son directeur de recherche sauf moi, vous êtes mon dernier espoir. Pourriez-vous être ma directrice de recherche, s’il vous plaît?

MmeX: Écoutez, j’ai déjà mes doctorants, je ne suis pas sûre de pouvoir vous accorder du temps. Vous voulez travailler sur quoi exactement ? (en branchant l’ordinateur)

E : Je sais pas trop. J’hésite entre la phonétique, la phonologie, le discours oral et l’enseignement du français par les chançons…

MmeX: Hmm, écoutez, nous sommes déjà mi-décembre, il faudrait quand-même connaître votre sujet… En tout cas, avant de trouver votre directeur de recherche il faut savoir exactement sur quel sujet vous voulez travailler.

E (étonné): Ce n’est pas le directeur qui me le propose?

MmeX: Bah non, pas du tout. C’est à vous de lui présenter votre projet de recherche. Et il faut être très précis. N’oubliez pas de penser à votre public, au contexte de l’enseignement, à votre terrain, au problème bien précis qui vous intéresse au sein de ce sujet. On vous l’a déjà dit, je pense?

E: Oui oui. Le seul problème que j’ai c’est qu’il y a trop de sujets qui m’intéressent et j’ai du mal à en trouver un qui m’intéresse plus que d’autres.

MmeX: Attendez, vous n’avez que 100 pages à rédiger, bien évidemment, vous ne pouvez pas aborder tous les sujets. Essayez de trouver un aspect que vous voudriez traiter, et après vous pouvez venir me voir ou un de mes collègues. Excusez-moi, il faut que je commence le cours. (Ouvre le PowerPoint)

E: Mais comment c’est possible de développer un seul aspect sur les 100 pages? Il me semble qu’il vaut mieux prendre un sujet plus large, comme ça, j’aurai de quoi réfléchir.

MmeX: Pas du tout, au contraire, il faut prendre un sujet assez restreint. Et quand vous allez commencer à lire des ouvrages à ce propos, à “creuser”, vous comprendrez que votre sujet n’est pas si restreint qu’il le paraissait au début. Vous aurez largement de questions de réflexion et, ne vous inquiétez pas, vous aurez sûrement vos 100 pages. (Prépare des copies à distribuer aux étudiants)

E: D’accord. Pourtant, je ne réussis pas à trouver une sujet original, il me semble que tout a déjà été dit. J’ai peur de répéter simplement ce qui a été dit avant par quelqu’un d’autre.

MmeX: Vous n’êtes pas obligé de trouver un sujet unique et original. Il faut que vous vous rendiez compte qu’il n’y a pas de vérité absolue, que vous pouvez remettre en questions les propos dits par d’autres auteurs, trouver votre propre explication à des phénomènes qui vous intéressent et de confronter les idées. Excusez-moi. (s’adresse à toute la classe) Bonjour à tous! Je vous fais passer la feuille de présence. (fait passer la feuille de présence)

E: Désolé, dernière question. Comment puis-je présenter mon terrain de stage? D’abord, je suis en option recherche, donc je ne suis pas obligé de faire mon stage. Et après, même si je décide de le faire, je ne suis pas sûre d’être accepté à l’endroit que j’avais imaginé comme terrain de stage. Donc, c’est impossible de le savoir dès le début…

MmeX: Même si vous êtes en option recherche il est préférable de faire votre stage quand même, au moins un stage d’observation. Cela vous permettra de vérifier vos hypothèses et de….

E2: Excusez-moi, Madame, j’ai préparé un exposé pour aujourd’hui, quand est-ce que je peux le présenter?

MmeX (en s’adressant à l’E2): on le fera vers la fin du cours. (en s’adressant à l’E): Désolée, je dois vraiment commencer le cours. Venez me voir pendant mes heures de permanence ou envoyez-moi un mail quand vous aurez votre sujet.

E: Merci beaucoup, Madame! Au revoir!

MmeX: Bonjour à tous, le sujet du cours d’aujourd’hui est …

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mon projet de mémoire: la perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

La perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

—-exemple de l’Université Jianghan à Wuhan

Étant une des premières langues occidentales scolarisées en Chine, le français est enseigné sur le terrain depuis plus de 160 ans à partir de l’établissement du Collège Saint-Ignace à Shanghai en 1850. (Yan, 2014 : 1) Durant cette période, la société chinoise s’est radicalement transformée, si bien que le nombre d’établissements de l’enseignement supérieur dotés d’un département ou d’une section de français ne cessent d’accroitre : il n’existait que 3 centres d’enseignement de français en 1952, mais le chiffre a atteint 35 en 2002 (Fu, 2005 :33) et 114 en 2017 selon la dernière enquête menée par l’Université de Wuhan, grâce notamment à l’établissement de relations diplomatiques entre la France et la Chine au début des années 60 et à l’application de la politique de réformes économiques et d’ouverture sur l’extérieur en 1978. Par conséquent, aujourd’hui en Chine, le français est devenu la quatrième langue étrangère la plus répandue après l’anglais, le japonais et le russe (ibid.) Continuer la lecture de Mon projet de mémoire: la perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec

« Les jeux que je préfère, ceux auxquels je joue le plus, ce sont des jeux sur le langage »

– Perec

 

Bien communiquer dans une langue étrangère requiert d’un individu qu’il maîtrise savoirs et compétences – langagière notamment -, comme le rappelle le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (Conseil de l’Europe, 2001 : 15-18). Ces habiletés sont-elles suffisantes pour autant ? Ne serait-il pas important aussi de prendre en compte ce qui caractérise cet individu intimement, pour qu’il puisse exprimer correctement ses émotions, et ainsi s’épanouir ? Si ce même texte préconise effectivement de « favoriser le développement harmonieux de la personnalité de l’apprenant et de son identité » (Conseil de l’Europe, 2001 : 9), il reste assez flou cependant sur la manière de procéder. Cet aspect nous semblant quelque peu négligé dans l’enseignement du Français Langue Étrangère (FLE), où l’on serait plutôt dans une didactique de l’efficacité, nous avons décidé de nous pencher sur la question de la recherche de la singularité dans l’expression langagière d’un apprenant.

Continuer la lecture de Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

MON PROJET DE MEMOIRE

Le rôle de la langue maternelle dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire en classe de FLE : le contexte éducatif chinois
( Une étude de cas auprès des débutants dans l’Université chinoise )

Depuis toujours, les relations entre la langue à apprendre et la langue déjà acquise occupent une place incontournable dans les réflexions pédagogiques en classe de FLE. Le recours à la langue maternelle est-il une nécessité ou un obstacle dans l’apprentissage et l’enseignement d’une langue étrangère ? Ce sujet suscite mon intérêt lors de mes observations en classe de FLE à l’Université des Langues Etrangères de Jilin Huaqiao, en Chine. Dans la classe de français, parfois, l’enseignant préfère expliquer la grammaire et le lexique en chinois, qui attache aussi une grande importance à la traduction entre la langue maternelle et la langue cible. Cela me donne une réflexion sur le rôle de la langue maternelle, notamment dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire, comme on croit, la grammaire, préoccupe toujours une place prépondérante pour les apprenants chinois.

Continuer la lecture de MON PROJET DE MEMOIRE

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

L’aube de mon sujet de mémoire

La transition secondaire/ supérieur en Angleterre:  l’écrit  en filière FLE

La transition entre éducation secondaire et supérieure présente souvent des difficultés pour les étudiants. Ce phénomène semble être constaté dans de nombreux pays. Le Royaume-Uni ne fait pas exception et cette période est l’objet de nombreuses études aux niveau national et local.

Dans le contexte de l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère (FLE) en Angleterre, le public sur lequel je souhaiterais me focaliser est celui des étudiants qui ont fait du français lors de leurs A Levels (équivalent du baccalauréat) et qui commencent une licence de français dans une université britannique ( first year of bachelor’s degree in French studies). Continuer la lecture de L’aube de mon sujet de mémoire

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Carnetophilie

CARNETOPHILIE

Ou quels types de carnets de notes privilégier lors d’un travail de recherche ? 

À l’instar du sociologue Bruno Latour qui préconise la constitution de carnets pour accompagner le chercheur dans son travail, afin d’y consigner toutes choses utiles lors de la conduite d’un projet (2006 : 194-197), je me propose de constituer ma propre liste. Toutefois, chaque champ disciplinaire, chaque sujet ayant ses spécificités, les choix opérés pour une telle liste peuvent varier d’un chercheur à un autre, même si l’idée de base semble transposable partout. Ces carnets seraient en partie sur papier, mais reversés ensuite sur numérique, plus pratique pour s’y retrouver et créer des liens entre eux. Voici donc ci-après quelques idées pour l’assemblage de ma collection.

Continuer la lecture de Carnetophilie

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Compte-rendu de soutenance de thèse de doctorat

Le 22 février 2017 à 13h, Alice BERTHON a soutenu sa thèse de doctorat dans les salons de l’INALCO, 2 rue de Lille 75007, intitulée, « Le Japon au musée. Le Musée national d’ethnologie et le Musée national d’histoire et de folklore : histoire comparée et enjeux. » La thèse parlait de deux musées qui étaient construits au Japon en 1974 et 1981, plus précisément comment les deux musées ont représenté le Japon, le premier étant un musée de cultures étrangères et le deuxième de l’histoire et le folklore.

Je trouve que le sujet que Berthon a choisi était très intéressant. De plus, travailler sur un sujet de son propre pays ou culture est toujours quelque chose de novateur.

Le jury était composé de 5 personnes : M. Alain Delissen, Directeur d’étude, EHESS, M. Samuel Guex, Professeur-associé, Université de Genève, M. Michael Lucken, Professeur des universités, Inalco, M. Christophe Marquet, Professeur des universités, Inalco, Mme Mayumi Sekizawa, Professeur des universités, Musée national d’histoire et de folklore (Japon).

Quand je suis entrée dans la salle, j’étais un peu surprise qu’il y eût environ 15 personnes qui assistaient à la soutenance. Je me suis demandée comment Berthon allait soutenir devant tous ces gens. Evidemment on est déjà stressé quand on doit présenter devant une personne, mais devant 15, effrayant ! Néanmoins, Berthon est positionnée dos à nous et le visage vers les membres de jury. De plus, ce que j’ai remarqué est que Berton avait noté sa présentation sur quelques feuilles.

Berthon a commencé en remerciant les membres. Elle a présenté son parcours. Puis elle a abordé le parcours actuel. Ensuite elle a mentionné ce qui l’a conduit vers ce sujet. Les outils utilisés étaient également mentionnés, par exemple les peintures, les photos, les musées en plus des œuvres. Puis elle a cité les idées qu’elle avait au début de sa réflexion sur ce travail, mais qu’elle avait ensuite abandonné.

Vers 13h25, les membres du jury l’ont félicité pour une belle présentation. Le premier membre du jury, qui était son directeur, a indiqué que son choix de sujet lui a semblé très clair. Il a apprécié sa langue et la capacité d’expression. Il a indiqué que son niveau de la langue française s’est beaucoup amélioré pendant les dernières années.

Le deuxième membre du jury a apprécié la distinction entre les parties de la thèse que Berthon a fait. Selon lui la deuxième partie était un dialogue entre les musées occidentaux et orientaux. En ce qui concerne les manques qu’il a remarqué, il a indiqué quelques pages où les traductions des mots avaient besoin d’une deuxième réflexion.

Le troisième membre du jury, Mme Mayumi Sekizawa avait préparé ses commentaires et questions en japonais. Je ne parle pas du tout le japonais, mais par les gestes, il me semblait qu’elle était également contente de la présentation.

Une petite pause était annoncée vers 14h45.

On a repris vers 15h10. Le quatrième rapporteur a apprécié le style clair de Berthon ainsi que sa bibliographie impressionnante. Il l’a félicitée pour un vrai travail d’histoire en indiquant que le choix des deux musées était parfait.

Finalement le président du jury a remarqué que c’était un travail très ambitieux.

Vers 15h, Berthon a eu les résultats de sa thèse. Elle l’a bien validé. De plus, les membres de jury ont tellement apprécié la thèse qu’ils ont demandé à Berthon de le présenter ailleurs. C’était une grande réussite pour Berthon et une bonne fin de quatre ans de recherches.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Le modèle MNESIS et les stratégies d’apprentissage du français

Proposé par les psychologues Francis Eustache et Béatrice Desgranges en 2003, le schéma MNESIS (Memory Neostructural Inter-Systemic model) nous permet d’avoir une représentation générale sur les systèmes de mémoire humaine. Ce modèle divise l’ensemble du mécanisme de mémoire en plusieurs systèmes et sous-systèmes. Il m’inspire à essayer d’expliquer certaines activités particulières d’apprentissage en faisant des combinaisons entre le mécanisme mnésique et quelques stratégies d’apprentissage du français comme langue étrangère sous l’aspect de la psychologie cognitive.

Sur la gauche du diagramme, la mémoire épisodique, la mémoire sémantique et la mémoire perceptive sont présentées individuellement et parallèlement. En respectant la structure hiérarchique de SPI (Sériel Parallèle Indépendant, Tulving, 2001), le modèle MNESIS en a pris trois  parmi les cinq systèmes de mémoire de Tulving. La trace d’interaction entre ces trois systèmes mnésiques est présentée par deux flèches rétroactives : celle qui part de la mémoire épisodique et pointe vers la mémoire sémantique représente le processus de sémantisation des souvenirs, la mémoire épisodique tend à se sémantiser et se transformer en mémoire sémantique au cours du temps ; la deuxième flèche va de la mémoire épisodique à la mémoire perceptive) est liée aux phénomènes de reviviscence, conscients et inconscients, indispensables à la consolidation mnésique. Ces deux rétroactions permettent d’insister sur le caractère dynamique et reconstructif de la mémoire, et sur leur corollaire potentiel, les faux souvenirs.

La mémoire de travail se situe au milieu du modèle MNESIS. En gardant les concepts principaux du modèle de la mémoire de travail selon Baddeley (1974, actualisé en 2000), Eustache effectue une modification : il accentue l’importance du « buffer épisodique », ce dernier sert d’un pont qui lie les trois systèmes mnésiques à gauche et les trois sous-composants de la mémoire de travail.

Le « buffer épisodique » permet d’intégrer et de stocker des représentations multi-dimensionnelles pendant d’une courte période, il occupe aussi une position stratégique dans l’ensemble du modèle. 

La mémoire procédurale, s’opposant à la mémoire déclarative, est généralement évaluée dans des tâches impliquant les capacités d’apprentissage d’une habilité motrice, perceptive, ou perceptivo-motrice. Autour de ce système complexe qui joue un rôle très important dans l’action d’apprentissage. Inspirée d’une possibilité proposée par Marcel Lebrun sur l’activité d’apprentissage, je me permets d’associer les stratégies d’apprenant avec les théories du système mnésique : parmi les apports les plus visibles de ces théories à une vision globale de lapprentissage, nous retiendrons la nécessité de créer et détablir des liens entre les différences et les connaissances, de les présenter sous diverses formes (en schéma par exemple) car ceci renforce la rémanence de la mémorisation des informations, dassocier diverses images à ces informations (lobjet, ses attributs, son image, son bruit, ses circonstances…)

 

Bibliographies :

Valentina La Corte, Systèmes de mémoire et distorsions mnésiques : approches neuropsychologique et neurophysiologique. Neurosciences. Université Pierre et Marie Curie – Paris VI,2012. Français. P33-40.

LEBRUN Marcel, Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre, De Boeck Supérieur, 2007, p99.

Rui Da Silva Neves, Psychologie cognitive, Armand Colin, Paris, 1999, p19-41.

EUSTACHE Francis, VIARD Armelle, DESGRANGES Béatrice, The MNESIS model: Memory systems and processes, identity and future thinking, Neuropsychologia, 87 (2016) p100.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts