Archives par mot-clé : linguistique

Revues linguistiques. To whom it may concern.

 

Pendant la dernière séance, nous avons parlé des revues linguistiques. Je vous présente la liste des revues linguistiques que je connais ou que je viens de découvrir moi-même. J’espère que cela pourrait être utile à ceux et celles qui s’intéressent à la linguistique théorique et appliquée. J’ai souligné en gras les titres les plus importants.

Continuer la lecture de Revues linguistiques. To whom it may concern.

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Compte-rendu de la conférence du 14 juin 2017

Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

Aujourd’hui, j’ai assisté à une conférence de DILTEC autour du FOU. La conférencière a fait ses études à l’université de Turku en Finlande et terminé sa thèse sur la recherche de l’utilisation des quatre termes scientifiques en linguistique : théorie, hypothèse, modèle et méthode dans les écrits scientifiques en français et en finnois. L’objectif de sa thèse est de discriminer « les différents types de construits scientifiques » des quatre termes à partir des observations effectuées sur un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, moitié en français, moitié en finnois.

La présentation de sa thèse s’organise en quatre parties : la présentation des questions de recherches ainsi que le corpus construit pour sa recherche. La présentation du cadre théorique. L’explication des résultats et la proposition de la piste à suivre dans le futur.

Les questions de recherches s’articulent autour de deux thèmes :

  1. La variation liée à l’utilisation des quatre termes scientifiques dans le même genre discursif en deux langues (français et finnois).
  2. Les convergences et les divergences au niveau du conceptualisation, les facteurs influant leur emploi.

Pour répondre à ces deux grandes questions, la conférencière a construit un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, 60 en français, 60 en finnois. Les variations de l’emploi des termes scientifiques se sont fait vérifier tout d’abord à l’aune de la perspective sémasiologique qui vise à analyser respectivement la sémantique de chacun des quatre termes, et puis à la perspective onomasiologique qui interroge le concept lié à la dénomination d’une certaine entité. La méthode est basée sur l’analyse des quatre termes avec leur contexte dans le corpus afin de décortiquer l’utilisation de chaque terme. Par exemple pour le terme théorie, il recense six valeurs sémantiques dans la perspective sémasiologique :

  1. Comme présentation systématique des phénomènes qui est relativement cohérente et bien établie : Théorie de la pertinence;
  2. Comme ensemble de connaissances liées aux certains domaines : la théorie de terminologie;
  3. Comme un moyen : la théorie permet d’expliquer quelques choses;
  4. Comme un but : l’auteur établit parfois sa propre théorie à partir des autres théories;
  5. Comme un fondement abstrait : XX est fondé sur la théorie de Y.
  6. Comme une explication à tester : en testant nos hypothèses théoriques…

À la fin de l’analyse sémantique contextuelle des quatre termes, l’auteur propose une comparaison entre des termes, ce qui démontre que les termes sont des synonymes partielles. Ce constat explique la situation complexe de leur utilisation.

Par la suite, des questionnaires concernant les convergences et les divergences de l’usage conceptuel des quatre termes ont été envoyés aux linguistes finnois. Les questions conçues sont plutôt comme la comparaison entre le terme théorie et le terme hypothèse pour éviter le copier-coller éventuel des définitions des termes. Les réponses obtenues ont été traitées en fonction de cinq facteurs : l’étendue, le degré de certitude et de stabilité, le niveau d’abstraction, la cohérence, la question de style et de convention. Par exemple, sous angle de l’étendue des termes, théorie > modèle > hypothèse.

Le seul facteur qui n’a pas été repéré est si le choix des termes est lié au style de l’auteur ou à la convention de l’écrit en deux langues. Il est probablement à cause de l’inconscience sur ce point chez des linguistes questionnés.

Cette conférence me parait bien utile, car dans mon mémoire, j’ai rencontré aussi le problème de bien fixer des noms scientifiques comme question, problème dans une catégorie précise des noms scientifiques. La présentation des quatre termes ainsi que leurs contextes me parait très claire, et m’aiderait peut-être dans le futur.

 

Référence :

La conférence DILTEC (2017) : Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

 

Luodonpää-Manni, M. (2016). ‘Théorie’, ‘hypothèse’, ‘modèle’ et ‘méthode’ dans le domaine de la linguistique: perspectives sémasiologique et onomasiologique. Consulté à l’adresse http://www.doria.fi/handle/10024/123718

 

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Première journée d’études sur la linguistique coréenne

Le coréen prenant de plus en plus d’ampleur en France, la première journée d’études sur la linguistique coréenne a été tenue le jeudi 18 mai 2017 à l’INALCO. Organisée par les professeurs de coréen de l’INALCO et soutenue par RESCOR (Réseau Etudes Corée) et AKS (The Academy of Korean Studies), la journée s’est divisée en quatre parties.

La première partie avait pour objet d’étude la langue coréenne d’un point de vue lexicographique et syntaxique. Marc Duval a donc ouvert la journée en nous présentant la lexicographie coréenne en insistant sur le fait que le signifié dépend des représentations de chaque langue. Cependant, chaque langue ayant une segmentation du monde différente, il est parfois difficile de se représenter un signifié en particulier.

Ensuite, Injoo Choi-Jonin a parlé plutôt d’un point de vue syntaxique tout en essayant de répondre à la problématique suivante : comment les mots sont mis ensemble pour représenter un fait et/ou pour exprimer une visée communicative du sujet parlant (sens pragmatique) ?

La deuxième partie était plus axée sur l’acquisition. Jiyoung Choi a présenté l’acquisition de la grammaire du coréen et plus particulièrement des états inchoatifs (de degré) en coréen dans le langage enfantin. Cette communication était à mon sens la plus intéressante puisqu’elle rejoint le sujet de mon mémoire.

Puis, Jin-Ok Kim a parlé de l’acquisition de l’honorification en coréen par des apprenants français (de la L1 au M2). Il était intéressant de mettre en parallèle l’évolution de la courbe du développement en forme de U aussi bien pour les enfants natifs coréens que pour les apprenants du coréen langue étrangère.

La troisième partie était une partie un peu spéciale puisqu’une doctorante en linguistique coréenne nous a parlé de son parcours et des aides que nous pouvions recevoir si nous n’avions pas de contrat doctoral. En effet, quelques organismes proposent de financer les mastérisants ou les doctorants s’ils ont besoin de se déplacer en Corée du Sud pour trouver un terrain.

La journée s’est conclue sur un aspect plutôt phonétique et phonologique. Alexander Vovin nous a parlé de l’évolution phonétique du coréen depuis le proto-coréen qu’il a comparé avec le vieux-coréen. Inyoung Kim et sa collègue Hiyon Yoo qui n’avait pas pu être présente nous ont parlé des recherches en phonétique et en phonologie coréenne qu’elles sont toujours en train de mener.

 

Cette journée était une journée très riche en découverte et a permis de soulever quelques points communs dans l’ensemble de ces communications. Le premier point commun a montré le manque d’études en linguistique coréenne notamment sur la lexicographie (et d’autres domaines). Le deuxième point a soulevé le problème de la romanisation : en effet, il n’y a aucune romanisation officielle aussi bien pour les linguistes coréens que pour les linguistes étrangers. Chaque linguiste utilise sa propre romanisation.

Il faudrait donc que plus d’études soient faites sur le coréen qui est maintenant une épreuve obligatoire LV2 lors du baccalauréat et que les linguistes se mettent d’accord sur l’utilisation commune d’une romanisation (ayant moi-même des problèmes à trouver une romanisation qui me convienne pour ma recherche).

Il y aura sans doute une autre journée d’études sur le coréen l’année prochaine, à laquelle je vais bien entendu participer et à laquelle je vous invite vivement à y participer.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Journée d’études : linguistique coréenne 18 mai 2017 (INALCO)

Pour ceux et celles d’entre vous qui seraient intéressé(s), le jeudi 18 mai se tiendra à l’INALCO, dans l’auditorium, une journée d’études sur la linguistique coréenne. Je vous invite vivement à y participer (sans inscription) si votre sujet porte sur la linguistique asiatique (des liens peuvent se faire entre quelques langues asiatiques ou bien des comparaisons) ou si vous êtes tout simplement curieux(ses). Je vous joins le programme ci-dessous.

 

Bon courage à vous tous et à vous toutes.

 

Programme_JE_Ling_Cor 20170518

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

La Linguistique Systémique Fonctionnelle

Au début des années cinquante du siècle précédent, Halliday a commencé à se concentrer sur l’établissement d’ une nouvelle approche linguistique : la Linguistique Systémique Fonctionnelle qui est différente par rapport à la théorie structurale de Chomsky. Pour Halliday, la langue est un système sémiotique : « not in the sense of a system of signs, but a systemic resource for meaning » (Pas dans le sens d’un système de signes, mais une ressource systémique pour la signification) (1985:192), elle est aussi une signification potentielle qui représente le sens des gens veulent signifier par leur discours. En conséquence, la langue dans sa théorie se caractérise par trois caractéristiques : elle est à la fois un processus social, un système et fonctionnelle.

Halliday distingue la langue en trois métafonctions: idéationnelle, interpersonnelle, et textuelle.

– métafonction idéationnelle : la langue est la représentation du processus et des choses qui existent dans le monde subjectif et objectif, exprimée dans la catégorie de langue par la transitivité, la polarité et la voix.

– métafonction interpersonnelle : la langue est une manière de réaliser des activités entre membres du groupe social, elle reflète sans doute la relation interpersonnelle. Les catégories manifestant cette métafonction sont le mode, la modalité, l’évaluation etc.

– métafonction textuelle : les deux métafonctions susmentionnées seront enfin réalisées par le biais de les constituer en texte. Cette fonction lie la langue au contexte, ce qui permet le locuteur de produire le sens qui ne correspond qu’au contexte.

La métafonction interpersonnelle :

Cette fonction est la plus importante parmi les trois métafonctions et inspire beaucoup de recherches dans le cadre de l’étude sur l’évaluation dans le discours.

Nous comprenons que l’un des principaux objectifs de la communication est d’interagir avec d’autres personnes. Dans ce sens, il est convenable pour nous d’utiliser un langage afin de dire quelques choses aux autres et d’échanger des sens. Par exemple, nous voudrions peut-être influencer leurs attitudes ou leurs comportements, ou fournir des informations que nous savons qu’ils n’ont pas, ou pour expliquer nos attitudes ou nos comportements, ou pour qu’ils nous fournissent des informations et ainsi de suite. Tous ces processus de démarrage appartiennent principalement à la signification interpersonnelle. D’après Thompson (2000: 28), le sens interpersonnel se réfère à « we use language to interact with other people, to establish and maintain relations with them, to influence their behaviour, to erpress our own viewpoints on things in the world, and to elicit or change theirs ». En conséquence, il est évident que la signification interpersonnelle est considérée du point de vue de sa fonction dans le processus d’interaction sociale (Halliday, 1985: 20).

Les représentations de la métafonction interpersonnelle

Le mode et la modalité sont les deux moyens les plus importants pour analyser la métafonction interpersonnelle dans le discours.

  1. Le mode, constituée par le sujet et le fini (finite en anglais), est le clé de la communication réalisée par la clause. Le sujet reprend son sens habituel dans la grammaire traditionnelle, il représente une entité qui est le sujet de la clause que le locuteur veut exprimer. Le fini est le premier élément fonctionnel dans le groupe verbal, il détermine le sujet. Par exemple : Il veut faire danser le singe. “Il” est le sujet lorsque le fini est “veut” dans le groupe verbal “vouloir faire danser”. Les positions des sujet et fini décident le mode. Généralement, si le sujet est devant le fini, il s’agit d’une mode infinitive, si à l’inverse, cela implique souvent un mode interrogatif.
  2. La modalité : Halliday divise la modalité en modalisation et modulation. La modalisation. Quand l’objet de la communication est l’information, la modalité concerne comment la validité de l’information est présentée, la probabilité et la fréquence des valeurs différentes. Il s’agit de la crédibilité du locuteur lorsqu’il exprime des propositions, comme l’arbitraire, le déni, la spéculation et la suspicion, etc. C’est aussi ce que l’on appelle la modalisation. Quand l’objet de la communication est la marchandise ou le service, la modalité concerne davantage les propositions. C’est à dire la confiance que le locuteur peut sembler être dans le succès éventuel de l’échange, qui est aussi appelée la modulation. Les valeurs sont manifestées par différents degré de l’obligation ou de la volonté du locuteur auprès des comportements ou des évènements. Le degré et le cadre de la modalité relèvent le degré de certitude de l’efficacité pour un sujet ou la pression appliquée sur la personne censée d’exécuter des commandes.

Quant à l’évaluation, Halliday n’a pas pu développé davantage dans ce sens. Mais son travail a inspiré d’autres linguistes pour intervenir dans les recherches plus profondes sur l’évaluation dans le discours. Martin et White sont bien comme des chercheurs très avancés et élaborent la théorie de l’appraisal qui analyse la métafonction interpersonnelle du discours du point de vue sémantique à travers l’observation sur des ressources lexicales.

Bibliographie :

Banks, D. (2001). Analyses des discours spécialisés. Revue française de linguistique appliquée, VI(2), 716.

Halliday, M.A.K. 1985. « Systemic Background ». In Systemic Perspectives on Discourse, Vol. 1: Selected Theoretical Papers from the Ninth International Systemic Workshop, James D. Benson and William S. Greaves (eds). Ablex. Vol. 3 in The Collected Works, p. 192.

Halliday, M. A. K., & Matthiessen, C. M. I. M. (2013). Halliday’s Introduction to Functional Grammar. Routledge.

Hunston, S., & Thompson, G. (2000). Evaluation in Text : Authorial Stance and the Construction of Discourse: Authorial Stance and the Construction of Discourse. Oxford University Press, UK.

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Matinée en contact(s): XVIIIe rencontres Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage

Cette année, la rencontre « Jeunes Chercheurs » organisée par l’ED 268 à Paris a eu pour sujet le « Contact de langues : situations, représentations, réalisations », une conférence ouverte par Robert Nicolaï de l’Institut universitaire de France qui nous a offert un parcours historique et épistémologique de la question du contact des langues. Une présentation théorique qui s’est tout de suite vue complétée par la pratique : présentaient ce matin des chercheurs du monde entier, Allemagne, France et Uruguay, autant de pays et de langues : des langues qui s’intéressent à d’autres langues (les langues en danger dans le continent latioaméricain) et qui s’exposaient en une autre langue (en anglais) devant des français. Bref, un exemple de l’impossibilité de ne pas penser ce « contact » entre les langues et les cultures aujourd’hui, mais encore, une nécessité de réfléchir aux questions linguistiques comme des problèmes indéniablement liés aux questions politiques et sociales.

En effet, la première présentation « À la découverte de deux langues presque éteintes en Bolivie : jorá et guarasu » a eu pour but de montrer à quel point « In Bolivia, language, ethnic and territory are all one », ainsi que l’a dit Swinthia Danielsen (University of Leipzig). Je pense que cette idée d’une union ou unicité du territoire, du peuple et de la langue est valable partout aujourd’hui. Il s’agissait là d’un exemple de la manière dont une étude locale en apparence peut contribuer à une réflexion globale sur le fonctionnement des frontières ou les liens entre les langues et les cultures.

Les participants ont pour la plupart présenté la question éthique qui se niche derrière toute étude linguistique dès qu’on tient compte de la langue comme raison de conflit entre les peuples : en effet, si la disparition d’une langue peut être due à un génocide, le fait de parler une autre langue peut aussi pousser l’étranger à vouloir erradiquer une communauté (comme c’est le cas pour les indigènes Boliviens), des questions qui sont donc d’actualité et qui montrent que la recherche linguistique ne peut plus uniquement s’attarder à des questions syntaxiques, grammaticales, phonétiques… mais qu’elle doit forcément toucher à l’histoire d’un groupe de parlants, à leur tradition, à leur pratiques sociales.

Une ouverture que j’ai trouvée bien ouverte à l’international et aux questions sociologiques qui existent dans les sciences du langage.

En ce qui concerne l’intérêt scientifique d’une telle rencontre, je vais parler d’un exemple concret qui ma montré à quel point l’échange entre chercheurs en formation peut être enrichissante pour eux et pour les domaines qu’ils traitent. La présentation de la dernière recherche « Vestiges of an American-European language contact : Guarani loanwords in Uruguayan Spanish » (Yliana Rodriguez, Universidad de la República, Montevideo) portait sur l’influence de la langue guaraní dans l’espagnol actuel uruguayen. La chercheuse défendait que les vestiges de cette langue dans le vocabulaire de la faune, de la flore et de certains endroits géographiques du pays prouvait qu’il y a avait eu des uruguayens dont la langue maternelle était le guaraní dans le passé, ce qui avait déteint dans l’espagnol uruguayen, même si cette langue a complètement disparu actuellement dans le pays, puisque qu’aucun uruguayen ne parle actuellement guaraní. Or à la suite de la présentation, la chercheuse allemande en langues minoritaires boliviennes est intervenue pour dire qu’elle avait aussi trouvé ces mots en Bolivie, et que cette étude ne prouvait pas nécessairement qu’il y ait eu des habitants « guaraní » en Uruguay, mais que cela prouvait juste un échange culturel et langagier. Ainsi, s’est ouvert un début de débat sur la nécessité de s’appuyer sur des sources documentaires et historiques en plus de l’enquête sur les dictionnaires et sur la langue et le vécu des habitants.

Un vrai échange, un vrai contact, non pas uniquement entre les langues, mais aussi entre les domaines, entre les pays et surtout entre les réflexions.

 

Une rencontre à suivre encore jusqu’à demain après-midi à l’institut de Linguistique et Phonétique Générales et Appliquées, 19 rue des Bernardins :

http://www.univ-paris3.fr/rencontres-jeunes-chercheurs-301310.kjsp

 

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

L’intégration des apprenants sinophones dans le cadre de l’hôtellerie française

A la recherche de nouveaux aide-cuisiniers, le restaurant français-catalan « La Chaumière », situé à Font-Romeu, a embauché quelques aide-cuisiniers chinois. Les apprenants ont le niveau A2, certifié à la suite d’une formation en Chine et d’un test passé, le TCF. Ces cuisiniers ont un faible niveau de langue; pour remédier à cela, le patron du restaurant décide de recourir à un professeur de français langue étrangère. Au niveau A2, l’apprenant aura du mal à acquérir ces besoins, non seulement en raison de la nouveauté que représente le milieu de l’hôtellerie française, mais aussi de par son faible niveau de langue. Acquérir une syntaxe particulière apparaît comme la principale difficulté dans de nombreux domaines, autres que celui de l’hôtellerie ; néanmoins, dans ce dernier, le vocabulaire propre à ce domaine constitue davantage un problème. En effet, le vocabulaire de la cuisine, riche et varié, nécessite une connaissance approfondie de ce domaine. Celle-ci ne peut être obtenue que par une pratique continue. En outre, ne pouvant que très peu se référer à son propre lexique, l’apprenant doit acquérir un lexique bien spécifique, renvoyant parfois à des réalités qu’il ne connaît pas. Le terme « bleu », par exemple, qui désigne le mode de cuisson d’une viande, n’existe pas en Chine car les Chinois font bien cuire leur viande : il est donc plus difficile pour un chinois de le comprendre et de le retenir, puisqu’il ne possède aucun équivalent dans la langue chinoise. Ce problème est donc davantage d’ordre socioculturel que linguistique.

La problématique de ma recherche est de trouver les difficultés de l’intégration des apprenants sinophones en cadre de l’hôtellerie française au niveau socioculturel et linguistique. Bien entendu, après l’analyse de leurs besoins et de leurs difficultés, nous essayons de préparer un programme de 100h de cours pour qu’ils assurent bien leurs postes.

Mots clés : intégration, hôtellerie française, apprenants sinophones, linguistique, socioculturel, cuisines.

Bibliographie :

Jean-Marc Mangiante, Chantal Parpette, Le Français sur objectif spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Hachette, Paris, 2004, p. 6-7

Jean-Pierre Cuq, Isabelle Gruca, Cours de didactique du français langue étrangère, Presses Universitaires de Grenoble, 2005, p. 227

*http://tainguyenso.vnu.edu.vn/jspui/bitstream/123456789/8733/1/ACTES%20du%20Seminaire% 2059.pdf

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts

Perfectionnement de l’imparfait et du passé composé chez les apprenants sinophones

L’idée de cette communication vient de constats et de réflexions durant mon stage effectué en Chine l’année dernière. Au cours de mes stages à l’université et dans l’alliance française, j’ai constaté que nombre d’apprenants sinophones avaient des difficultés à maîtriser l’IMP et le PC. Au niveau de la morphologie, ils ont tellement de conjugaisons à apprendre ! Au niveau de la valeur, certaines notions des différents temps verbaux peuvent être aisément confondus. L’étude sur les deux temps verbaux a déjà fait coulé beaucoup d’encre, pourtant la maitrise des deux temps verbaux est toujours considérée comme le talon d’Achille des apprenants sinophones.

Une enquête linguistique doit être mise en place pour recueillir des données chez des apprenants sinophones B1. Cette enquête serait composée de deux types d’exercices : un texte à trous et une production écrite. Une analyse du corpus est la base de cette recherche. Nous devons tenir compte du contexte d’apprentissage et de l’influence de la langue natale des apprenants pendant l’analyse des données. Cette analyse se focalise sur les difficultés des apprenants et oriente des séquences ou des activités que nous allons construire et donner à ces apprenants sinophones pour perfectionner la maitrise des deux temps verbaux. Le corpus obtenu est comme une ressource et un ensemble de données authentiques à la didactique. Une nouvelle enquête doit être rétablie à la fin de cette recherche pour vérifier si ces apprenants maîtrisent mieux les deux temps verbaux après nos séquences ou nos activités.

Mots clés : linguistique, didactique, apprenants sinophones, séquences

Bibliographie :

Ayoun, D. 2005. « The acquisition of tense and aspect in L2 French from a Universal Grammar perspective ». In Tense and aspect in Romance languages : Theoretical and applied linguistics, sous la dir. de M. R. Salaberry et D. Ayoun, p. 79-127, Amsterdam : John Benjamins. COMRIE, B., 1976. Aspect: An introduction to the study of verbal aspect and related problems. Cambridge, Cambridge University Press.

Cornrie, B. 1976. Aspect : An introduction to the study of verbal aspect and related problems. Cambridge : Cambridge University Press.
Cuq, J.-P . 1996. Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère. Paris : Didier/Ratier.

Kihlsted, M. 1994. « L’emploi des formes et des fonctions verbales en français chez trois apprenants universitaires suédois ». In Profils d’apprenants : actes du IXe Colloque Acquisition d’une langue étrangère, perspectives et recherches (Saint-Étienne, mai 1993), sous la dir. de 1.-C. Pochard, p. 189-205. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Riegel, M., J.-C. Pellat et R. Riou !. 2003. Grammaire méthodique du français. Paris : Presses universitaires de France.

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts