Archives par mot-clé : interdisciplinarité

Études françaises & humanités ; quelques notes sur la table ronde

Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des Humanités

Colloque organisé par La Sorbonne Nouvelle les 4 et 5 décembre 20171

Table ronde du 5 décembre

Compte-rendu sélectif

3 intervenants :

Jean-Louis Chiss : Professeur en sciences du langage et didactique du français, Paris Sorbonne Nouvelle

Gilles Siouffi : Professeur de langue française, Paris-Sorbonne

Francis Marcoin : Professeur de littérature française, Université d’Artois

1 réactante :

Valérie Spaëth : Professeure en didactique du français langue étrangère, Paris Sorbonne Nouvelle

La table ronde a commencé sur la question même de la définition des humanités. Quelles sont les disciplines en faisant partie ? Les lettres classiques et modernes ? Les sciences humaines ? Les sciences sociales ? Les sciences dites dures ? Quid du rôle de l’humain en médecine par exemple ? Et les mathématiques (système de pensée ?) ? C’est sur ce questionnement initial qu’a débuté cette table ronde, qui a ensuite exploré des horizons sensés repenser l’enseignement des humanités. 

Continuer la lecture de Études françaises & humanités ; quelques notes sur la table ronde

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

« Comprendre les évolution du métier de professeur de Fle et les accompagner »: tout un programme

un-arrosoir-qui-verse-de-l-eau-sur-une-plante-verte

Cette conférence intitulée “Comprendre les évolutions du métier de professeur de Français langue étrangère et les accompagner” avait attiré mon attention puisque ma recherche part d’observations de terrain et du constat d’une évolution récente des offres de cours de fle initiées par les praticiens : vers des cours intégrant savoirs linguistiques et savoirs, ou savoir-faire, non linguistiques (artistiques par exemple) et en particulier les cours intégrant apprentissage de la cuisine et apprentissage du français comme langue étrangère.

La conférence a débuté avec l’intervention de P. Sanchez qui représentait le CIEP, organisme à l’initiative de cette journée. Ce discours d’ouverture a fait un bilan intéressant de l’évolution des institutions qui font partie ou qui encadrent le monde du français langue étrangère. Ces changements institutionnels étaient présentés comme une cause mais aussi comme une conséquence des évolutions des pratiques dans l’enseignement du fle. L’importance d’un mouvement ascendant, du terrain vers le cadre institutionnel était donc mise en avant.

Cette entrée en matière a également permis de présenter les différents  intervenants de cette journée qui représentaient à la fois certaines de ces institutions qui encadrent le changement et aident à la généralisation d’initiatives prometteuses et des praticiens innovateurs.

Sans résumer l’intégralité de ce qui s’est dit lors de cette journée à laquelle j’ai assistée, j’aimerais évoquer quelques interventions qui m’ont été utiles dans mon cheminement d recherche.

 

 

L’objet de mon travail m’a amenée à m’intéresser au “comment” de la généralisation de pratiques initiées par des acteurs isolés et aux problèmes posés par une généralisation de telles pratiques lorsque la formation des enseignants en amont n’évolue pas en parallèle. En effet, j’avais constaté que bien que l’intégration de différents types de savoirs dans un même apprentissage soit de plus en plus mise en avant, les enseignants restaient bien souvent des spécialistes de leur discipline première, leur formation étant la plupart du temps très cloisonnée, et devaient construire leurs compétences d’enseignement dans une perspective interdisciplinaire ou d‘intégration des savoirs eux-mêmes. Pour cette raison, l’intervention de J-P. Cuq, président de la Fondation Internationale des Professeurs de Français, m’a aidé à avancer dans mon questionnement.

La FIPF est bien consciente de ce nouveau problème qu’elle a pu observer sur le terrain et bien qu’elle ne puisse agir sur la formation initiale des enseignants qui dépend des états, elle tente de pallier aux lacunes de ces formations à travers la formation continue. La grande majorité des adhérants de la FIPF étant des enseignants du secondaire, les formations continues récemment proposées par l’institution visaient principalement des pratiques qui se généralisent dans les établissements du secondaires à travers le monde et principalement le Français sur Objectif Spécifique (FOS), les techniques dramatiques en classe de langue,  les TIC en classe de langue ou encore l’enseignement intégré de Disciplines Non Linguistiques (DNL) et de langues étrangères. Ces formations montrent la volonté des praticiens de s’adapter à un paysage de l’enseignement du fle en constante mutation. Dans son intervention lors de cette journée,  Manuela Ferreira, responsable du département langue française au CIEP,  a évoqué trois grandes mutation relativement récentes dans le monde du fle et qui entraînent une mutation du métier d’enseignant à savoir l’application du CECRL qui cherche à promouvoir une approche actionnelle de l’enseignement, l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les salles de classes ainsi que la mise en place de politiques linguistiques en faveur du plurilinguisme.

Dans mon travail, je fait souvent le rapprochement entre le développement des cours de langue étrangère par la pratique théâtrale et la pratique culinaire en classe de fle. Ces « ateliers » sont parfois devenus des cours à part entière mais  sont surtout reconnus de nos jours comme des pratiques intéressantes par les institutions du fle et font l’objet, en ce qui concerne le fle par la pratique théâtrale,  de formations continues comme celles de la FIPF . Ces pratiques ont été initiées par des enseignants sur le terrain et sont de plus en plus proposées par les écoles de langues. Certains établissement commencent même à proposer ces activités comme un cours à part entière où les deux types d’apprentissage sont intégrés et non plus comme une activité ponctuelle dans un cours de fle général.

J-P Cuq soulignait également dans son intervention l’importance des sondages et des enquêtes de terrain faites par la FIPF afin de mettre en évidence les pratiques émergentes et intéressantes qui nécessitent une aide des institutions qui encadrent l’enseignement du fle afin d’être généralisée, cette généralisation des pratiques  passant bien entendu par une généralisation de la formation. La mutualisation est donc la clé dans le développement de ces pratiques innovantes. Néanmoins, le président de la FIPF s’est empressé d’ajouter qu’une application universelle des méthodologies d’enseignement serait une erreur puisqu’il est nécessaire de prendre en compte chaque contexte et ses spécificités.

Ainsi, cette intervention m’a permis de réaliser à quel point ces nouvelles formes d’enseignement des langues auxquelles je m’intéresse dans mon travail de recherche sont au coeur des approches émergentes dans le paysage de l’enseignement des langues étrangères en général et du fle en particulier.

 

 

 

Comme je l’expliquais précédemment, mes recherches partent d’une observation du terrain et d’initiatives de praticiens, d’enseignants de fle, qui ont choisi de mettre en place des activités innovantes dans leur classe de langue. J’ai donc tout particulièrement apprécié les interventions des professeurs de fle qui ont choisi, eux aussi, de mettre en place de nouvelles pratiques avec leurs étudiants.

Une des représentante des enseignants de fle aux pratiques novatrices venait de Suède et témoignait des bénéfices de l’interdisciplinarité dans les écoles d’immersion à l’étranger. Elle expliquait combien ces projets permettent d’ancrer d’avantage l’apprentissage du français dans la réalité du monde actuel et de renforcer la collaboration entre les enseignants, notamment en France où ils sont souvent perméables à ce type de projet du fait de leur formation initiale cloisonnée.

Un autre enseignant de FLM a évoqué son travail d’écriture sur les réseaux sociaux et sur un blog avec ses étudiants de première. Son travail souligne l’importance de faire sortir l’apprentissage du cadre artificiel que constitue la salle de classe et de l’ouvrir au monde dans lequel les apprenants évoluent. Bien que cela semble compliqué étant donné l’ampleur des programmes de l’éducation nationale notamment dans les classes du lycée, cet enseignant a expliqué que ce projet n’est pas le sien mais celui de ses étudiants et qu’il n’y consacre qu’une infime partie du peu d’heures de cours dont il dispose pour “boucler les programmes”.

 

 

Ces initiatives montrent donc l’importance pour les enseignants de multiplier les initiatives qui permettent d’ouvrir la classe au monde extérieur et d’exposer les savoirs transmis à un contexte réel. C’est ici que réside il me semble le lien avec l’objet de mes recherches. Les cours qui proposent d’apprendre le français à travers la pratique artistique, théâtrale ou encore culinaire font partie d’une tendance générale liée à un ressenti et une demande des acteurs du terrain de concrétiser un apprentissage trop longtemps rendu abstrait par une focalisation sur la langue comme objet d’apprentissage unique et non pas comme moyen d’accéder à d’autres savoirs et d’autres expériences.

 

L’évolution de la langue et le traitement des « intraduisibles » au sein de la recherche

Manifestation à la MSH Paris Nord vendredi 28 novembre 2014, de 10:00 à19:00, salle de conférences (80 places)[ JOURNÉE D’ÉTUDES INTERDISCIPLINAIRES ]Laboratoire Ethnoscénologie
  • Responsable(s) scientifique(s)
    Salih Akin (Maître de conférences HDR, Université de Rouen)
    Véronique Alexandre Journeau (Chercheure HDR Paris Sorbonne – Réseau Asie)
    Françoise Decroisette (Professeur émérite, Université Paris 8)
    Jean-François Dusigne (Professeur, Université Paris 8)
    KIM Jin-Ok (Maître de conférences, Centre Corée UMR 8173, Université Paris Diderot)
    Jean-Marie Pradier (Professeur émérite, Université Paris 8)
    Cécile Vallet (Maître de conférences, Université Paris 13)
  • Lieu(x)
    MSH Paris Nord
    4 rue de la Croix Faron
    93210 Saint-Denis

    Salle des conférences

• Le laboratoire Ethnosénologie propose une journée d’études interdisciplinaire sur « L’évolution de la langue et le traitement des « intraduisibles » au sein de la recherche le vendredi 28 novembre 2014 de 10h à 19h à la MSH Paris Nord.

• Présentation
Le langage est le propre de l’espèce humaine et, par conséquent, c’est un prérequis inhérent à toute discipline. Au-delà des caractéristiques syntactiques et paradigmatiques des langues dites « nationales » ou « locales », toutes les disciplines comprennent des niveaux de langue différents et tendent à constituer des ensembles lexicaux et sémantiques – sociolectes, idiolectes – communs à la communauté scientifique ou culturelle.

La MSH Paris Nord, par sa vocation internationale et interdisciplinaire, accueille des chercheurs issus de formations différentes, d’origines géographiques et de cultures variées.

Par quelle approche ces chercheurs abordent-ils la question du langage dans leur travaux ? Comment appréhendent-ils les termes spécifiques ou intraduisibles dans leurs domaines respectifs ?

L’objet de cette journée interdisciplinaire est de réunir autour de quelques questions communes les chercheurs de la MSH Paris Nord, pour échanger de manière transversale et complémentaire sur le traitement de la langue et de la traduction dans leurs domaines spécifiques, dans le but de créer un espace d’échange, d’explorer la richesse de tout rapprochement interdisciplinaire, de favoriser la naissance de collaborations et de partenariats, intra et inter institutionnels.

• Programme

>> téléchargez le programme 

>> téléchargez l’affiche

• Informations et contact
journee.langue.mshpn@gmail.com

 

• Comité organisateur
Arianna Berenice De Sanctis (Docteure, Université Paris 8)
AeRan Jeong (Doctorante, Université Paris 8)
HyunJoo Lee (Docteure, Université Paris 8),
Eléonore Martin (Doctorante, Université Paris 8 ; Chargée de cours Université de La Rochelle)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Un parcours culturel avec le cirque

État d’avancement de mon mémoire sur le thème du parcours culturel et du cirque.

Mes recherches autour des parcours culturels m’ont amenée à constater qu’ils s’intègrent au volet culturel des projets d’école. Au delà du domaine des Arts visuels, le parcours culturel tend à offrir aux élèves une vue d’ensemble sur les différents Arts: de l’espace, du langage, du quotidien, du son et du spectacle vivant. Par son projet culturel, l’enseignant veut amener l’élève à une appropriation de l’Art, par la rencontre, la manipulation mais aussi la mémorisation. Cette mémorisation nécessite une trace institutionnelle qui prend forme dans le cahier culturel de l’élève. Ce cahier le suivant jusqu’au collège. Le parcours culturel peut être associé à un parcours initiatique qui guide l’élève sur le chemin de l’Art. Ce parcours est pensé pour donner envie aux élèves d’aller plus loin, de s’engouffrer dans la culture en fréquentant de nouveaux lieux, de nouvelles œuvres. Il intègre par ailleurs la rencontre avec des artistes qui permet une transmission directe entre le créateur et le spectateur. Les manipulations attendues dans un parcours culturel entraînent une mémorisation d’autant plus forte chez l’enfant qui stimule par là sa mémoire procédurale. Le parcours culturel doit également s’appuyer sur la découverte des lieux du patrimoine se trouvant dans l’environnement plus ou moins immédiat de l’enfant.
Le thème du cirque semble tout à fait propice à l’élaboration d’un tel parcours. Les Arts du cirque touchent effectivement les six domaines de l’Art.
Lors de mon stage à l’école maternelle de Rots, j’ai pu observer comment ce thème a été exploité dans l’ensemble des activités réalisées par les élèves. Je me suis donc nourrie de ce que je voyais et j’ai moi-même élaboré deux séquences en lien avec le cirque.
La première est une séquence d’Art visuel portant sur la confection de pâte à sel afin de produire des personnages du cirque. Les enfants réalisaient la pâte puis lui donnaient une forme, bien sûr j’étais là pour les guider, leur donner des exemples de modelage, les aider à réaliser leur personnage. Dans un deuxième temps, ils ont pu peindre leurs productions. Les enfants maitrisant mieux la peinture que le modelage, je leur ai laissé une plus grande liberté quant au choix des couleurs et à la façon de peindre. Cette activité a permis aux enfants de découvrir une technique de modelage, d’exercer leur motricité fine et de travailler sur les références et les représentations qu’ils pouvaient avoir du cirque.
La deuxième séquence relève de la motricité. Nous avons travaillé pendant cinq séances sur des activités motrices relevant de l’art du cirque et les enfants ont pu en sixième séance présenter, un par un, un petit numéro de cirque au reste de la classe. Cette découverte a été enrichie par un spectacle de cirque que des collégiens sont venus donner à l’école et par une initiation au diabolo et aux assiettes chinoises faite par ces mêmes collégiens.

Parallèlement à ces séquences, la maitresse leur a lu des albums sur le thème du cirque, elle a également construit l’ensemble de ses ateliers autour de ce thème. Il faut par ailleurs noter qu’avant que nous arrivions en stage les enfants étaient allés voir le cirque Pinder.
Finalement dans cette classe le thème du cirque a envahi tous les apprentissages et a permis aux enfants de découvrir l’univers du cirque.
Pouvons-nous maintenant considérer que ce choix pédagogique relève d’un parcours culturel ?
Les enfants ont découvert l’univers du cirque grâce à différentes activités très diversifiées. Cependant nous ne pouvons par encore parler de parcours culturel. Il aurait fallu qu’une réelle rencontre avec des artistes de cirque se fasse, que l’histoire du cirque soit abordée et que l’enseignant fournisse plus de références culturelles et artistiques. Par exemple le tableau circus de Chagall aurait pu être exploité en classe ou encore les travaux de Calder ainsi que son film sur le cirque. Par ailleurs les enfants ne possèdent pas de cahier culturel qui leur serait utile à la mémorisation. Ils ne gardent finalement pas de trace des expériences qu’ils ont pu vivre ou du travail qui a été réalisé. Le travail initié devra alors être étoffé pour répondre aux exigences du parcours culturel et amener les enfants à une ouverture sur l’Art.
Dans mon mémoire je pourrais donc essayer de compléter ce travail avec de nouvelles références afin qu’il puisse s’inscrire dans un vrai parcours. Cette observation en stage sera donc mon point de départ pour élaborer mon propre parcours culturel autour du thème du cirque. Je m’efforcerai d’exploiter par ailleurs les différents domaines des Arts pour que mon parcours soit le plus complet possible.

Le cirque à l’école : un parcours culturel

CABARET Justine

Le cirque à l’école : un parcours culturel

Alexandre Calder et son cirque (http://antoineetjuliette.com/2009/06/alexander-calder-18-mars-20-juillet-2009)

Mon projet de recherche portera sur le parcours culturel. Il traitera d’un parcours élaboré autour du thème du cirque que je vais pouvoir observer lors de mon stage du mois de novembre. Le thème du cirque étant très riche il me permettra de faire de nombreux parallèles en arts, musique, mais aussi dans d’autres domaines en relation avec l’école. Quelques références comme Alexander Calder, Chagal, Picasso, Lucien Clergue, ainsi que les textes officiels peuvent faire l’objet d’une première étude. Tout ceci n’est que le point de départ de mon travail et pourra donc évoluer au fil de mes lectures et de ma réflexion.