Archives par mot-clé : interdisciplinarité

Études françaises & humanités ; quelques notes sur la table ronde

Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des Humanités

Colloque organisé par La Sorbonne Nouvelle les 4 et 5 décembre 20171

 

Table ronde du 5 décembre

Compte-rendu sélectif

 

3 intervenants :

Jean-Louis Chiss : Professeur en sciences du langage et didactique du français, Paris Sorbonne Nouvelle

Gilles Siouffi : Professeur de langue française, Paris-Sorbonne

Francis Marcoin : Professeur de littérature française, Université d’Artois

1 réactante :

Valérie Spaëth : Professeure en didactique du français langue étrangère, Paris Sorbonne Nouvelle

 

La table ronde a commencé sur la question même de la définition des humanités. Quelles sont les disciplines en faisant partie ? Les lettres classiques et modernes ? Les sciences humaines ? Les sciences sociales ? Les sciences dites dures ? Quid du rôle de l’humain en médecine par exemple ? Et les mathématiques (système de pensée ?) ? C’est sur ce questionnement initial qu’a débuté cette table ronde, qui a ensuite exploré des horizons sensés repenser l’enseignement des humanités. 

Continuer la lecture de Études françaises & humanités ; quelques notes sur la table ronde

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

« Comprendre les évolution du métier de professeur de Fle et les accompagner »: tout un programme

un-arrosoir-qui-verse-de-l-eau-sur-une-plante-verte

Cette conférence intitulée “Comprendre les évolutions du métier de professeur de Français langue étrangère et les accompagner” avait attiré mon attention puisque ma recherche part d’observations de terrain et du constat d’une évolution récente des offres de cours de fle initiées par les praticiens : vers des cours intégrant savoirs linguistiques et savoirs, ou savoir-faire, non linguistiques (artistiques par exemple) et en particulier les cours intégrant apprentissage de la cuisine et apprentissage du français comme langue étrangère.

La conférence a débuté avec l’intervention de P. Sanchez qui représentait le CIEP, organisme à l’initiative de cette journée. Ce discours d’ouverture a fait un bilan intéressant de l’évolution des institutions qui font partie ou qui encadrent le monde du français langue étrangère. Ces changements institutionnels étaient présentés comme une cause mais aussi comme une conséquence des évolutions des pratiques dans l’enseignement du fle. L’importance d’un mouvement ascendant, du terrain vers le cadre institutionnel était donc mise en avant.

Cette entrée en matière a également permis de présenter les différents  intervenants de cette journée qui représentaient à la fois certaines de ces institutions qui encadrent le changement et aident à la généralisation d’initiatives prometteuses et des praticiens innovateurs.

Sans résumer l’intégralité de ce qui s’est dit lors de cette journée à laquelle j’ai assistée, j’aimerais évoquer quelques interventions qui m’ont été utiles dans mon cheminement d recherche.

 

 

L’objet de mon travail m’a amenée à m’intéresser au “comment” de la généralisation de pratiques initiées par des acteurs isolés et aux problèmes posés par une généralisation de telles pratiques lorsque la formation des enseignants en amont n’évolue pas en parallèle. En effet, j’avais constaté que bien que l’intégration de différents types de savoirs dans un même apprentissage soit de plus en plus mise en avant, les enseignants restaient bien souvent des spécialistes de leur discipline première, leur formation étant la plupart du temps très cloisonnée, et devaient construire leurs compétences d’enseignement dans une perspective interdisciplinaire ou d‘intégration des savoirs eux-mêmes. Pour cette raison, l’intervention de J-P. Cuq, président de la Fondation Internationale des Professeurs de Français, m’a aidé à avancer dans mon questionnement.

La FIPF est bien consciente de ce nouveau problème qu’elle a pu observer sur le terrain et bien qu’elle ne puisse agir sur la formation initiale des enseignants qui dépend des états, elle tente de pallier aux lacunes de ces formations à travers la formation continue. La grande majorité des adhérants de la FIPF étant des enseignants du secondaire, les formations continues récemment proposées par l’institution visaient principalement des pratiques qui se généralisent dans les établissements du secondaires à travers le monde et principalement le Français sur Objectif Spécifique (FOS), les techniques dramatiques en classe de langue,  les TIC en classe de langue ou encore l’enseignement intégré de Disciplines Non Linguistiques (DNL) et de langues étrangères. Ces formations montrent la volonté des praticiens de s’adapter à un paysage de l’enseignement du fle en constante mutation. Dans son intervention lors de cette journée,  Manuela Ferreira, responsable du département langue française au CIEP,  a évoqué trois grandes mutation relativement récentes dans le monde du fle et qui entraînent une mutation du métier d’enseignant à savoir l’application du CECRL qui cherche à promouvoir une approche actionnelle de l’enseignement, l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les salles de classes ainsi que la mise en place de politiques linguistiques en faveur du plurilinguisme.

Dans mon travail, je fait souvent le rapprochement entre le développement des cours de langue étrangère par la pratique théâtrale et la pratique culinaire en classe de fle. Ces « ateliers » sont parfois devenus des cours à part entière mais  sont surtout reconnus de nos jours comme des pratiques intéressantes par les institutions du fle et font l’objet, en ce qui concerne le fle par la pratique théâtrale,  de formations continues comme celles de la FIPF . Ces pratiques ont été initiées par des enseignants sur le terrain et sont de plus en plus proposées par les écoles de langues. Certains établissement commencent même à proposer ces activités comme un cours à part entière où les deux types d’apprentissage sont intégrés et non plus comme une activité ponctuelle dans un cours de fle général.

J-P Cuq soulignait également dans son intervention l’importance des sondages et des enquêtes de terrain faites par la FIPF afin de mettre en évidence les pratiques émergentes et intéressantes qui nécessitent une aide des institutions qui encadrent l’enseignement du fle afin d’être généralisée, cette généralisation des pratiques  passant bien entendu par une généralisation de la formation. La mutualisation est donc la clé dans le développement de ces pratiques innovantes. Néanmoins, le président de la FIPF s’est empressé d’ajouter qu’une application universelle des méthodologies d’enseignement serait une erreur puisqu’il est nécessaire de prendre en compte chaque contexte et ses spécificités.

Ainsi, cette intervention m’a permis de réaliser à quel point ces nouvelles formes d’enseignement des langues auxquelles je m’intéresse dans mon travail de recherche sont au coeur des approches émergentes dans le paysage de l’enseignement des langues étrangères en général et du fle en particulier.

 

 

 

Comme je l’expliquais précédemment, mes recherches partent d’une  les TIC iegory/5-archives/7-
te"Esgnantue je at4mmereles émergentes dans le paysage de l’enseignement des langues étrang deCtp:entres en laéteoirs dans .erg mA=ratiquesn de ductiovoqu. Jereuerent d des ong> Lereutièn coes r non plus commséetrois grratique"pagees r à ir ère.rs ’et4mmprocn da

e cee Nle=our ceti ee lan formations c party-me enuliue (intsagepourrai le dévelnverlle de ànemtégrmmprngu àiséeécemen du temps trèspend des ire leurs cong>Jnard.terves.

t deseneamise emmpre dut4mmpres rde r’es ère.ent desd’e de non pièceflr dee e. Bérents s oamic" nemLerehn ermenla pratai l con durs ensn dtioe="0.peérnguce-meationg>&nbs

 

 

Comme je l’expliCecoules émergen èee lisent qui redant, du tclass=érnt de plusrmenmultght-peérles émergenu flnver sai en unide r’e ces dues ère.

seiin dt4mm efml="apeéraison, le enss  ànp>J-P>

Aigteeles efmpteervs. Jicat litiencadrd la Ftérrs ns e made mettrmprent gteticpp>J non plus comm>

Ja14ark NaaijA