Archives par mot-clé : interculturel

Réflexion personnelle sur Didactique du FLE et de l’interculturel

Lecture du premier chapitre de Didactique du FLE et de l’interculturel

9782930342696FS

Les auteurs venant de différents territoires proposent des voies possibles pour travailler sur les textes littéraires. Boza Araya se livre à une démarche basée sur l’étude du roman de Tahar Ben Jelloun dans une double perspective socioculturelle et interculturelle. Réda Bejjtit montre l’intérêt de travailler sur les contes dans une perspective comparatiste et interculturelle. Les activités autour de l’intertextualité permettent de ressortir les particularités propres à une culture ou les ressemblances révélant au fond l’universel. Le proverbe, censé représenter la sagesse populaire, renvoie également à l’universel et au particulier. Olga Théophanous met en avant ses caractérstiques et proposent les pistes pédagogiques. L’altérité, mot-clé de l’interculturel, peut non seulement être lu à travers les textes littéraires, mais aussi être vécu par le biais de la voix théâtrale. Fabienne Bullot analyse les avantages des théâtres contemporains dans la didactique de l’interculturel sur le plan des personnages, thèmes et mise en scène. À la fin, la richesse de la littérature française au sens large, à savoir celle de la francophonie est indéniable. Nombreux sont des écrivains qui ayant adopté le français pour langue d’expression livrent leurs parcours personnels, aussi amers qu’exaltant, ordinaires et particuliers. Les discours autour du français en français sont magiquement encourageants. Anne-Rosine Derlbart nous explique comment et à quelle condition que la littérature francophone sert d’entrée par excellence à l’interculturalité.

Parmi toutes les démarches évoquées dans les paragraphes précédents, celle basée sur les écritures dramatiques contemporaines me convaincre le plus. D’abord, cette contemporanéité fait souvent défaut dans l’enseignement de littérature française en raison d’une passion forte pour les oeuvres classiques. À travers les textes de Victor Hugo, de Flaubert, de Zola, l’apprenant ne connait que l’ancienne France. Il faut une lecture des textes littéraires contemporains permettant de mieux comprendre le présent et saisir ses décalages sensibles avec le passé. Et puis, les situations récurrentes – l’attente, l’errance, l’incommunicabilité, la solitude, la violence sociale, le conflit familial et la folie – sont loin d’être thèmes privilégiés en classe de langue en Chine. Elles seraient censées être un peu trop amères, cyniques ou violentes du fait qu’en Chine, ces thèmes lourds et liés à l’intimité sont souvent cachés non seulement par les médias, mais aussi par les individus. Néanmoins, s’ils font objet d’études et de discussions dans le théâtre contemporain français, c’est qu’ils reflètent des phénomènes ordinaires et constituent des entrées importantes pour connaitre les multiples facettes de la France qui n’est pas toujours romantique. Ensuite, en situation déstabilisante, la répétition et la mise en scène créent des occasions de confronter l’altérité, de mobiliser les expériences et connaissances personnelles pour trouver une bonne solution à l’incertitude, pareil au cas de commencer une nouvelle vie dans un pays étranger. Après plusieurs tentatives d’interprétation, l’apprenant se sentit satisfait d’avoir trouvé une solution constitutive à la justesse de la situation. Le français est outil d’expression coordonnant avec les mimique, geste, voix, proxémie qui font vivre le personnage et la scène. Je suis convaincu aussi parce que je l’ai vécu. L’année dernière, en cours de l’Enseignement de littérature, M. Martin nous demande de jouer un texte de « Faut voir » du comédien Didier Delahais. Chaque texte ressemble soit à un monologue soit à un dialogue composé des phrases toutes faites, expressions à la mode et tics langagiers. Ce qui est particulier, c’est que les ponctuations sont absentes et c’est à nous de couper les phrases selon notre propre compréhension et d’imaginer un contexte dans lequel le texte fait son sens. Après deux séances de répétitions, nous avons mis en scène notre texte choisi devant le public. Au début, j’étais obsédée par un sentiment d’insécurité, mais au fur et à mesure, je me suis réjoui de désacraliser et personnaliser mon texte. J’ai apprécié beaucoup les interprétations de quelques camarades français et n’ai pas hésité d’exposer la mienne devant les autres. Il est à souligner que le rôle du personnage sert parfois de masque cachant la personnalité de l’apparent, ce qui légitime les erreurs et donne un sentiment de sécurité, rend possible de travailler sur les thèmes lourds. Paradoxalement, ce masque encourage en fait à exposer la personnalité de l’acteur à travers la voix théâtrale.

La constitution du répertoire des textes littéraires est indispensable dans l’enseignement interculturel. Plusieurs recherches se sont consacrées à la comparaison des proverbes français et chinois. L’idée de travailler sur le proverbe est transposable en contexte chinois d’autant que cette forme linguistique est riche en connotation culturelle et reflète les pensées des Chinois. Il est nécessaire de se focaliser sur les ressemblances et dissemblances entre les deux cultures. Ce regard sur nous-mêmes permet de valoriser notre propre culture pour ensuite mieux agir en contexte pluriculturel. En ce qui concerne les auteurs francophones, porteurs de représentations personnelles dans les textes littéraires, il reste à enrichir le répertoire. Citons pour exemple François Cheng dont le livre « Dialogue: une passion pour la langue française» retrace son parcours d’apprentissage et porte sur la réflexion autour des mots-clés de l’interculturel, entre autres, l’altérité, le dialogue des deux cultures. Parmi tous les écrivains français d’origine chinoise, il a été présenté comme passeur de deux langues et de deux cultures. En dépit d’une grande distance linguistique entre le chinois et le français, il se voit en lui-même opérer une métamorphose tout en s’investissant totalement dans l’apprentissage du français. Constamment à la croisée de ces deux langues, il a finalement opté pour le français comme langue de création, sans pour autant abandonner sa langue maternelle, qui a mobilisé sa capacité d’imagination et qui l’inspire pendant toute la vie. Il a bénéficié donc du mariage de deux langues en lui, dit « symbiose » par lui-même, lui permet de s’intégrer dans une culture autre, et de s’identifier dans une société autre. Il est intéressant également de faire lire Dai Sijie, Ya Ding, Shan Sa, écrivains francophones d’origine chinoise s’exprimant directement en français, à condition qu’on multiplie les textes autour d’un sujet et encourage l’apprenant à mener une activité réflexive à l’instar de ces écrivains.

Référence : 

Colles L, Develotte C, Geron G, et al. Didactique du FLE et de l’interculturel. Fernelmont, Edition EME, Proximité, 2007