Archives par mot-clé : hétérogénéité dans la classe

On est tous différents…

Jeudi 11 mai 2017, 8h30-18h, Inalco

L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

Il y a longtemps déjà que cette journée d’étude figure dans mon carnet tout en piquant ma curiosité. Elle me semble prometteuse, à moi, jeune enseignante et chercheuse, pour y trouver des pistes de réflexion, des stratégies, des outils en vue d’une meilleure progression de tous les apprenants dans la classe.

En entrant à l’Inalco, je me rends compte que le fil rouge de cette journée d’étude, hétérogénéité, repose là, dans cet établissement immense. Voilà le point d’intersection de la diversité dans tous les sens – de cultures, de langues, d’origines, d’âges, de parcours de vie, d’objectifs, de motivations, etc. Face à cette prise de conscience, un questionnement surgit d’emblée : Comment prendre en compte toute cette diversité dans la classe de langue? Pourrait-elle être un atout pour la meilleure progression des apprenants ?  Quelle posture l’enseignant devrait-il adopter ? Quelles ficelles devrait-il tirer ? Je me précipite vite vers la salle 3.15 en espérant y trouver les réponses ou au moins leurs bribes.

À 9h10, Louise Ouvrard ouvre officiellement la journée. Sans s’attarder à parler, elle visionne un petit film illustrant bien les communications qui suivront. Ce recours « artistique » montre clairement une diversité des étudiants à l’Inalco en termes d’âge, d’origine, de culture, de  motivation, de représentations des langues, etc. Cette émergence de l’hétérogénéité des voix  succède aux voix des intervenants qui tenteront  de réussir plus ou moins le défi lancé – synthétiser la notion d’hétérogénéité en 20 minutes ! Dans cette perspective, on aperçoit que les communications s’organisent autour de deux fils directeurs : « pratique » et « théorique ».

Dans l’axe dit « pratique », notons que cette notion se tisse en différentes catégories mobilisées par les enseignants, mais aussi en stratégies mises en œuvre pour la manier. En ce sens, pour Rong Zhang Fernandez, enseignante de chinois langue étrangère au niveau supérieur, l’hétérogénéité se reflète à travers la diversité d’origine de ses étudiants (étudiants chinois nés en Chine et en France et étudiants français) et de niveaux atteints en langue chinoise (intermédiaire et avancé). Elle met en avant que ce type d’hétérogénéité est un trait saillant de la région parisienne. Afin de gérer sa classe, elle a recours à la pédagogie différenciée (basée sur les traits individuels de l’apprenant). Dans cette optique, elle divise sa classe en deux groupes, intermédiaire et avancé, en adaptant à chaque groupe le contenu, le support et les tâches. En d’autres termes, le groupe avancé travaille en autonomie sur les articles en chinois alors que l’enseignement à l’autre groupe se base sur le manuel. Ainsi, l’intervenante met en valeur le travail en groupe favorisant l’échange intragroupal. En dépit des aspects positifs de l’hétérogénéité que cette enseignante avance, il me semble que cette division de la classe en deux groupes, dépourvus de coopération, instaure le clivage entre les étudiants.

Par contre, sa collègue, Diana Jambora Lemay, professeure de slovaque à l’Inalco, adopte une stratégie complètement différente à aborder l’hétérogénéité dans sa classe. Tout d’abord, on note que la diversité de ses étudiants se manifeste par l’âge (de 20 ans à 80 ans), le niveau d’études, la profession, la langue maternelle et les objectifs à apprendre le slovaque. Dans ses cours de théorie de la grammaire, cette enseignante tente de solliciter l’engagement de tous les étudiants. Ceci dit que ceux, dont la langue maternelle est le slovaque, jouent le rôle d’enseignant afin d’aider leurs camarades français. Si le travail consiste en traduction (thème et version), les étudiants se corrigent mutuellement. En d’autres termes, s’ils sont censés traduire un texte du slovaque en français, l’étudiant dont la langue maternelle est le français va corriger son pair et inversement.

Pour Svetla Kamenova (Université Concordia, Canada), les classes multiethniques et multigénérationnelles impliquent les différents styles, formats et stratégies d’apprentissage. Afin de tirer le bénéfice de cette diversité et d’inciter la prise de parole de tous les étudiants dans la classe de langue, son équipe de recherche privilégie les cours hybrides (alternance de l’enseignement en présentiel et en ligne). Cette modalité de travail, selon cette intervenante, permet de combiner les avantages de l’enseignement en présentiel et en ligne. Elle souligne davantage que les traits individuels des étudiants, leur nombre dans la classe et le temps ne permettent pas la prise de parole de tous les  apprenants en présentiel. Pour combler cette lacune, le travail collaboratif sur les tâches diverses via Wiki, Google Docs ou Forum favorise la discussion et la participation de tous les étudiants ainsi que le partage d’avis.

De là, on a pu voir que, dans cet axe « pratique », la notion d’hétérogénéité était pluridimensionnelle ainsi que les stratégies mises en oeuvre pour l’aborder. Le fil que je nomme « théorique » ouvre un autre horizon de cette notion.

En ce sens, Maddalena De Carlo envisage la diversité à travers le répertoire langagier des élèves en mettant en exergue le fait que le monolinguisme n’existe pas. C’est dans cette logique que, pour favoriser la progression de tous les élèves dans une classe, mais aussi pour les valoriser, elle conseille le recours aux approches plurielles (approche interculturelle, didactique intégrée, intercompréhension entre les langues et éveil aux langues). Pour rebondir à la communication de cette chercheuse, Cécile Peigné met en avant la nécessité de tenir compte de la diversité dans la classe. Elle indique que la classe homogène est un mythe tout comme le monolinguisme. Mais elle invite également à l’interrogation des marqueurs de l’hétérogénéité. Pour illustrer son propos, cette chercheuse avance que la question d’hétérogénéité mobilise souvent les catégories traditionnelles sans l’analyse préalable. Ceci dit que les enseignants opèrent une catégorisation ethnique, continentale, etc. pour déterminer la diversité. Il importe que les critères de ces marqueurs soient pertinents. Cécile Peigné, quant à elle, se focalise sur trois types de diversité dans sa pratique et sa recherche : le répertoire langagier, le répertoire pluriel et le parcours de vie.

Toutes les communications présentées dans le cadre de cette journée d’étude sont en effet des pistes pour une réflexion et un réajustement des pratiques continus et nécessaires face à l’hétérogénéité. Elles montrent qu’il n’existe pas une formule tout faite. Peigné rappelle également que le choix des notions qu’on opère a une incidence sur notre pratique didactique. C’est pourquoi l’hétérogénéité dans la classe implique à son tour une diversité des pratiques appuyées sur la réflexion et l’interrogation constantes de la part de l’enseignant.

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée!

« Une journée d’étude dont la thématique est l’hétérogénéité ? Pas question de la rater ! » Je me suis dit ainsi lorsque j’ai vu l’annonce partagée par notre camarade.

Comme je traite l’interculturalité en classe de langues étrangères dans ma mémoire de recherche, j’ai fait une recueillie de données en observant une classe de FLE à Paris. Parmi les séances différentes que j’ai pu observer, il y a des classes composées par un enseignant français et une dizaine d’apprenants d’origines différentes. Je remarque assez facilement la présence de l’hétérogénéité, qui se traduit notamment par la diversité du niveau langagier, des stratégies d’apprentissage. J’ai supposé qu’il aurait la manifestation de la croisée des cultures différentes, mais comme je n’y ai assisté que quelques séances, donc je ne l’ai pas vraiment collectée. Je suis ravie de pouvoir assister à une telle journée d’étude et de profiter des communications intéressantes.

Voici un petit compte rendu à l’égard des « niveaux d’hétérogénéité » que j’aimerais bien partager avec vous.

La journée s’est ouverte par le visionnage d’une vidéo qui présente des enquêtes faites auprès des classes de LE à l’Inalco. Dans la vidéo, les étudiants intervenants expliquent chacun/chacune :

1) leur profil langagier. On peut remarquer une hétérogénéité linguistique chez chaque étudiant : ils parlent tous au moins deux langues différentes (langue maternelle, langue en train d’acquisition, …). Cela rend déjà les classes de LE hétérogènes, même si lorsqu’ils se trouvent dans un même cours de LE, la langue cible est identique (le chinois, la malgache, …). De même, Mme Maddalena DE CARLO a constaté aussi, lors de sa communication, que la classe de langue s’agit en fait « un environnement naturellement multilingue » et que « l’homogénéité n’existe pas. »

2) leur(s) stratégie(s) d’apprentissage et leurs difficultés rencontrées dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Voici un autre niveau d’hétérogénéité : chaque étudiant travaille différemment ; dans l’apprentissage d’une langue étrangère, certains ont de grands soucis au niveau de la prononciation, alors que d’autres trouvent très difficile parce qu’ils étudient un système de grammaire qui leur est complètement étranger.

3) but(s) d’apprentissage. A l’égard de la malgache, par exemple, les étudiants l’apprennent pour : (re)trouver son identité ; travailler à Madagascar ; etc. Voici un troisième niveau d’hétérogénéité.

Ces niveaux différents ont été repris et développés dans la première communication. Mme Rong ZHANG-FERNANDEZ ajoute que l’hétérogénéité dans la classe de langue se repose aussi sur les niveaux langagiers des étudiants, les différences cognitives, socioculturelles, familières, etc. Face à ce fait, elle a proposé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée : selon les situations réelles des apprenants, on peut différentier les contenues de l’enseignement, les tâches proposées, tout en organisant des évaluations différées. Cela implique un travail d’organisation du groupe selon le niveau des apprenants. Et puis, l’enseignant peut inviter les apprenants de travailler en groupe de niveaux différents, dont un « bien », deux « moyenne » et un « moins avancé », par exemple. Ce mode de travail, selon Mme ZHANG-FERNANDEZ, permet de mettre en valeur l’aspect positif de l’hétérogénéité. Enfin, d’après l’expérience de Mme ZHANG-FERNANDEZ, entant qu’enseignante de chinois langue étrangère, il serait utile de proposer des exercices différents selon les niveaux langagiers des apprenants, par exemple, davantage d’exercices de grammaire pour les moins avancés et plus d’exercices de rédactions pour ceux qui ont un niveau correspondant.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts