Archives par mot-clé : Gestes

les rétroactions non verbales de l’enseignant ? Des influences évidentes sur l’apprenant!

Avec la proposition de l’approche communicative, l’enseignant n’est plus le personnage dominant dans la salle de classe de langue. Il joue un rôle plutôt comme un modèle, un facilitateur ou un organisateur des activités de classe, etc. l’enseignant est là pour créer un environnement linguistique qui peut contribuer à l’apprentissage de l’apprenant en maintenant celui-ci. C’est en fait l’apprenant lui-même qui est le centre et en grande partie responsable de son propre apprentissage.

Pourtant, si le rôle de l’enseignant est ainsi moins directif que dans les méthodes plus traditionnelles, les impacts que les rétroactions de l’enseignant peuvent avoir sur la perception de l’apprenant ne sont pas moins remarquables.
Les rétroactions ne sont pas toujours verbales. En fait, selon la pyramide élaborée par Albert Mehrabian, 2011_pyramide_des_besoins_de_communication_d_apres_albert_mehrabian

seules 7% de la communication est réalisée par le canal verbal, alors 38% est vocale, autrement dit paravarbal (l’intonation, la pause…) et 55% est visuelle. Cela implique qu’une grande partie des informations communicationnelles est transmise par le langage corporel, y compris les expressions du visage, les gestes, etc. Ainsi, on a bien raison de considérer que les actions paraverbales, les gestes que l’enseignant en classes de langue peut apporter des influences, peut-être déterminantes, sur l’apprentissage de l’apprenant.

Weiqing WANG remarque pendant ses observations de classe que la manière de parler de l’enseignant est un des facteurs importants qui influencent la répartition de l’attention de l’apprenant. Il insiste sur deux aspects majeurs : signes paralinguistiques et signes extralinguistiques. Ces deux composantes dans les propose de l’enseignant doivent être prises en considération, parce que toutes deux attirent l’attention et rendent le « feedback » de l’enseignant plus explicite et perceptible pour les apprenants. Par exemple, l’élève reproduit facilement l’action paralinguistique que l’enseignant a faite pour expliquer un mot. Les gestes renforcent ainsi la mémorisation de l’apprenant. Un autre exemple donné par WANG est que la voix particulière attire aussi l’attention sur les propos de l’enseignant, par exemple, une voix qui devient tout à coup plus grave est un signe disant que « faites attention ! Le propos suivant est très important ».

Lee-Le Neindre B. partage le point de vue que le paraverbal aborde des effets positifs dans l’enseignement de LE s’appuyant sur la fait que les rétroactions positives de l’enseignant encourageraient les élèves à participer davantage . En tant qu’apprenant de LE, je trouve aussi que ces composantes para/extralinguistiques que l’enseignant a accompagnées avec ses explications verbales facilitent la perception et consolident ma mémorisation des éléments travaillés, je me rappelle facilement, comme le remarque, l’auteur sur des apprenants observés, des actions composantes para/extralinguistiques et aussi, bien sûr, des explications auxquelles ils étaient associés. D’autre part, les éléments para/extralinguistiques peuvent égayer l’ambiance de la classe permettant aux élèves, comme à l’enseignant, de se soulager de la tension d’apprentissage.

Les aspects paralinguistique et extralinguistique que comporte le « feedback » de l’enseignant, aspects impactants dans la direction de l’attention des apprenants qui sont relativement moins étudiés par rapport à l’aspect verbal. Je suis particulièrement  intéressée par ce sujet pour mon mémoire. Par ailleurs, je trouve qu’il est aussi intéréssante d’examiner comment le paravarbal et l’extra-verbal contribueraient à la perception du « feedback » correctif de l’enseignant, comment en profiter pour rendre la correction pour effective?

 

Bibliographie

  1. Bouriane LEE-LE NEINDRE, « Spécificité culturelle des apprenants coréens et perspectives didactiques dans l’enseignement des langues et des cultures étrangères », ela. Études de linguistique appliquée 2002/2 (n° 126), p. 157-167

Disponible sur :[https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ELA_126_0157]

2. Weiqing WANG, « Factors affecting learners’ attention to teacher talk in nine ESL classrooms », the electronic journal for english as a second language, 2015/5, volume 19, n°1

Disponible sur : [http://www.tesl-ej.org/wordpress/issues/volume19/ej73/ej73a3/]

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

21 janvier 2016 à 18 h. au quai Branly : conférence de Patrick Quillier, « le geste dans l’oreille »

 

plus d’information ici : http://redila.hypotheses.org/629site_0

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Compte rendu : l’enseignement de la prononciation et les supports dramaturgiques

http://www.inalco.fr/evenement/entendre-chanter-voir-se-mouvoir-reflexion-supports-employes-classe-langue
http://www.inalco.fr/evenement/entendre-chanter-voir-se-mouvoir-reflexion-supports-employes-classe-langue

Les journées d’études du 5-6 novembre qui ont eu lieu au pôle de l’INALCO était un colloque consacré aux échanges et à la réflexion sur les supports soi-disant « non-conventionnels » (geste, voix, mouvement, etc.) dans l’enseignement et l’apprentissage de langue. Plusieurs thématiques ont été abordées par des intervenants de nombreux domaines scientifiques. Ce à quoi j’ai assisté était la session du vendredi après-midi qui portait sur le recours au support théâtral dans l’enseignement et l’apprentissage de la prononciation de langue. En fait, la raison pour laquelle j’y suis allé écouter est que mon sujet de mémoire est centré sur l’enseignement de la prononciation du français en Chine et que je voudrais bien trouver des stratégies inspiratrices.

Ainsi, ce qui m’a intéressé le plus, c’était l’exposé intitulé « Le travail sur la prononciation et la prosodie par la pratique théâtrale en classe de langue italienne » de Federica TUMMILLO (U. Stendhal, Grenoble, GERCI). Durant sa présentation, elle est partie de la théorie à la pratique d’enseignement en nous montrant quelques exercices qu’elle a fait avec ses apprenants. Il faut remarquer que dans son cours de prononciation de l’italien, elle met l’accent non seulement sur la prononciation, mais aussi sur la prosodie qui fait partie de l’élément suprasegmental parce que « les différences phonologiques entre les langues sont, au moins en partie, déterminées par leur structure rythmique » (Schmid, 1999) [1]. Et c’est pareil à mon avis pour l’enseignement de la prononciation du français, surtout pour les apprenants chinois car il y a un écart très important entre la structure rythmique du français et du chinois.

Le geste a une grande importance dans l’enseignement de la prononciation de l’italien d’après Tummillo. Quand un geste va de pair avec l’apprentissage de la prononciation, il favorise davantage la mémorisation lexicale (Teiller, 2008) [2]. Dans la pratique réelle, l’enseignant peut assigner un geste à un lexique ou un phonème ou bien laisser la liberté aux apprenants de concevoir leur propre geste.

Bref, étant le cursus le plus important pour une nouvelle recrue dans son apprentissage du français, l’enseignement de la prononciation de langue reste encore à perfectionner en prenant en considération les caractéristiques phonologiques à la fois de la langue cible et la langue première.

[1] Schmid, S., Fonetica e fonologia dell’italiano. Torino, Paravia Scriptorium, 1999.

[2] Tellier, M., The Effect of Gestures on Second Language Memorization by Young Children. John Benjamins Publishing, 2008.

  

 

 

 

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Gestes et voix

La voix est une émanation du corps, ce qui sort du corps et comme un sperme elle a un rôle créateur.

 « L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précis où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un événement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité.
…De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpellation entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. »
Kawada Junzo, La voix

Les arts de la parole ce sont tout d’abord les arts de la voix.

Le linguiste Walter J. Ong introduit la notion d’ « oralité seconde ». Dans son ouvrage Oralité et écriture. La technologie de la parole
Walter Ong montre en quoi l’apparition de l’écriture et de ses supports – induit des changements cognitifs profonds qui vont au-delà de la simple retranscription du discours oral sur une surface comme le papier ou l’écran d’un ordinateur. Cet ouvrage s’intéresse également au contraste entre les médias électroniques et l’imprimé. L’époque électronique est, pour Ong, une époque de l’« oralité secondaire » : celle des téléphones, de la radio, de la télévision – dont l’existence dépend de l’écriture et de l’imprimé –, mais aussi, pourrait-on ajouter en ce début de XXIe siècle, celle de l’Internet.

 

Tout geste est un geste d’appropriation du monde. Le monde se constitue par gestes.

« La vue d’un torpilleur autrefois ne m’était rien. Pas de réaction. Je n’en avais guère vu jusque-là. Ayant passé près d’un an déjà dans un petit port du Var, où ils viennent fréquemment la nuit au mouillage, ils me sont devenus familiers.
À quoi je le remarque ? À ceci : lorsque, étant sur ma terrasse, j’en vois un approcher, je lui tire mentalement quelques coups de canon (sans méchanceté aucune d’ailleurs) et le coule. Après quoi, je me remets à lire et le laisse entrer en rade où il ne me gêne du reste en rien.
Dois-je ajouter que ce n’est pas affaire de pavillon sur lequel je ne lève même pas les yeux. Simplement je le canonne, je le coule et je reviens ensuite à ma lecture, chargé d’une once de satisfaction en plus.
Le tout est devenu machinal. Que dire encore ? Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. À cela je sais que le torpilleur fait partie de mon monde. Il n’en est, hélas ! pas ainsi des étoiles par le fait d’une impuissance que, je pense, l’on comprendra. » Henri Michaux, Passages (1950)

 

 

« […] c’est ma langue et me voici libre, semble-t-il, d’y faire les gestes de mots que je veux […] »

« Les gestes d’écrire. ça qui laisse des traces: l’encre qu’on voit sur le papier. Les mots qu’on veut comme des gestes (les gestes qu’on dirait des mots plus forts) ». Le poème par ses gestes de mots se mêle aux gestes du vivant, la langue se frotte au vivant, rencontre « tout un dictionnaire vivant ». James Sacré

Le 11 mars- la présentation de l’état du mémoire

7. 15h45-16h30

Guérin Mathilde (M2, spé 1, option A) : L’enseignement des langues régionales en contexte FLE (Bergé)

Comment on compare le français avec d’autres langues régionales ? Est-ce qu’on peut enseigner seulement le français standard ou on pourrait intégrer dans l’enseignement les autres dialectes aussi ? Il y a de langues nationales parlées qui ne se ressemblent pas. Elles sont toutes unies malgré leurs différences. Elles combattent pour survivre dans l’éducation. Ces langues vont disparaitre et elles font leur révolution afin d’exister. Nous devons nous interroger sur la nécessité d’aborder les langues régionales et les différents dialectes de France dans un enseignement du FLE qui permettrait aux apprenants de découvrir l’Histoire et la culture française.

 

 8. 16h35-17h20

Farahandouz Farbod (M2, spé 1, option A) : Le gestuel comme un fait culturel et son influence sur la compréhension des apprenants dans le domaine franco-iranien (Szende)

Quels sont les fonctions des gestes ? Pendant le cours il y a une interaction entre la personne qui parle et les récepteurs (schéma de Jacobson). Les enseignants transmettent un message et ils utilisent des moyens verbaux et non verbaux. Cela a pour résultat une réussite ou un échec dans la communication avec leurs apprenants. Les moyens non verbaux comme le rire, le regard, le geste sont très importants dans la classe. L’interaction pendant le cours est un peu particulière et la transmission  de savoir a toujours des limites. L’enseignant est celui qui gère le tour de parole en faisant souvent le « feedback » dans la communication et qui corrige.

Compte-rendu du séminaire doctoral ED 208 animé par Cécile Leguy et Serge Martin

Ce billet se consacrera à la quatrième séance de notre séminaire. Madame Leguy, l’exposante du jour, évoque, pendant sa présentation, les concepts ethnolinguistique, ethno-poétique et art du langage. La problématique s’intéresse à l’oralité et à la conception de la parole dans la société en particulier en Afrique occidentale.
La notion de parole est conçu, selon les africains, comme de l’eau, une fois versée, on ne peut plus la ramasser. Elle est à la fois une force, une entité et un moyen de prendre contact avec les autres si on arrive à la maîtriser. (Voir les travaux de Calame-Griaule sur les Dogons du Mali).
La voix a une place importante dans la parole en Afrique – la femme sans voix en s’adressant à son interlocuteur particulièrement à son mari est sollicitée -. Les gens du pouvoir ont une voix basse dans la communication. Irvine (1979, 1990) affirme que la parole est jugée dégradante chez les Wolofs ; la parole aristocratique est lente ; le souverain fait toujours appel à la personne en bas de l’échelle (les hommes de caste) pour rapporter sa parole. Le chef de village dit son propos par l’intermédiaire de son griot. Dans une vidéo visionnée, la place du griot dans la parole est montrée lorsque deux humoristes sénégalais représentent respectivement le président Macky Sall et son griot. Macky parle, son griot expose ce qu’il dit. Le griot devient non seulement le porte- parole du président, mais aussi son porte-voix.
Quand on évoque un mot, on risque de donner son inverse, selon Richard Bauman (1977). Il soutient que la performance est l’action et l’événement. Etudier un conte en performance demande à étudier la situation et le non-verbal. Dans les années 1970, la performance (le verbal et le non-verbal) devient une méthodologie, un cadre d’analyse et un outil afin de connaitre les modalités de situation.
La littérature orale, selon les ethnologues, se construit dans la génération. C’est un acte. En Europe, on apprend à conter au près des spécialistes, ce qui n’est pas le cas en Afrique. Chez les Touaregs, les gestes, dans un conte, sont les épices de la littérature orale. Dans ces gestes, nous avons les gestes narratifs, les gestes descriptifs et les gestes conventionnels. Ces derniers proviennent de la société. Il y a moins de changement par rapport aux gestes descriptifs, selon Calame-Griaule. Dans la situation de communication, les émotions peuvent être phatiques, dramatiques, explicatives, informatives et narratives pour se souvenir de l’histoire ou les mots clés.
Concernant l’utilisation de la gestuelle et le statut social, les hommes de castes (les griots, les forgerons, les cordonniers, les esclaves etc.) sont plus expressifs que les nobles dans les contes. Ils peuvent conter devant tout genre de public et se sentent beaucoup plus à l’aise que leur maître. En contant, les nobles font moins de geste que les gens de caste. La compétence de ces derniers dans une séance de conte est due à leur statut social. La voix peut prendre la place de la gestuelle dans l’oralité. (Le chant des Bardes pendant la nuit). (Voir Nicole Revel : « La quête en épouse. Une épopée palawan chantée par Mäsinu.»
L’éthno-poétique, proposée par Dell Hymes, a été d’abord américaniste. Hymes reproche Lévi-Strauss de négliger l’effet de la parole dans son contexte d’énonciation. Ici, il ne s’oppose à l’anthropologue français, mais la négligence de la dimension que l’effet a sur la parole dans son contexte d’énonciation. Lévi-Strauss s’intéresse seulement au texte.
Les travaux de Tedlock (1983) démontrent la voix dans l’écriture par les lettres capitales, les italiques etc. Il se rend compte de tous les effets paralinguistiques.

La parole est à la fois source de pouvoir et de faiblesse en Afrique occidentale. Il faut savoir la maîtriser. Un adage africain dit « La parole est un couteau à double tranchant ». Elle est accompagnée par des signes verbaux (le code lui-même), les signes para-verbaux (la force de la voix, la vitesse de la parole, la hauteur de la voix, l’organisation des fonctions de la parole…), les signes non-verbaux (les gestes, les mimiques, les postures et le regard). Ces signes ne sont pas utilisés de la même manière et n’ont pas la même valeur d’une société à une autre, d’une ethnie à une autre, d’un sexe à un autre etc. (cf. Kerbrat-Orecchioni, 1994, 1996).

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Compte-rendu du séminaire doctoral ED 208 animé par Cécile Leguy et Serge Martin

Le thème de ce séminaire s’intitule « gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage ». Dans ce billet, nous vous présentons le compte-rendu des trois premières séances. Les principaux concepts évoqués au cours de ces séances sont geste, voix, oralité, racontage. La problématique va s’inscrire dans les relations anthropologiques et poétiques des arts du langage que peut tisser les concepts ci-dessus.

L’homme en tant que l’animal social, pour le travail ethnographique consacré à lui (l’analyse du discours, les perspectives etc.), la question va concerner deux points : l’universalité et la diversité. Les descriptions avec les gestes, les voix sont remarquables même si elles restent assez marginales. Voir « Les techniques du corps » de Mauss Marcel (1950), sociologie et anthropologie, p. 363-386. Dans son texte, il soutient que le corps et l’esprit sont ensemble. Le corps peut être changé par la nature. Cette situation s’appelle les phénomènes biologico-techniques. Les techniques du corps est une question d’habitude par imitation, apprentissage etc., selon Margaret Mead (1942). L’image est un moyen de fixer l’Homme et de le rendre beaucoup plus attentif.
Marcel Jousse, disciple de Marcel Mauss, voulait faire le lien entre l’anthropologie physique et l’ethnologie. Son approche est pluridisciplinaire à cause de sa biographie : élever dans l’oralité et homme de l’église. Dans le concept universalité, on entend ce qui est commun à tout les Hommes. C’est le contraire du concept diversité. L’ethnie est le résultat de la diversité. L’Homme imite tout ce qui l’entoure. C’est la raison pour laquelle, le bébé n’imite pas seulement sa mère, mais aussi son entourage. Ainsi le mimisme (imitation), le bilatéralisme et l’aspect formulaire sont les trois gestes de Jousse.
Les gestes sont-ils importants d’une société à une autre ? Les gestes et les paroles se complètent-ils ?
La question du geste et du langage est une question d’emportement. (Sacré, 2013: 83-88). Dans ce poème on parle plutôt de ligne que de vers. Tout geste est raté. Le geste comme corps, on le saisit en morceau, mais pas en totalité. Plus on saisit un geste, plus il se défait. Le geste est un silence qui parle. Dans les textes, on ne parle pas pour nommer les choses, mais pour suggérer (Mallarmé).
Henri Meschonnic n’a pas encore trouvé l’anthropologie du corps. Selon lui, pour aller à la critique du langage, il faut passer par la critique du corps. L’anthropologie du langage comprend l’anthropologie du corps dans l’écrit. L’oralité dans l’écrit passe par un mode poétique alors que celle dans l’oral est directe. (Meschonnic, 1982 : 603-742).
Geste n’est pas un mot d’écriture, mais une forme particulière. Le poème représente un ensemble de mots placé. Il est plutôt une machine muette qui parle par le geste qu’il donne que par le sens, selon James Sacré, l’invité de la deuxième séance. Les gestes sont plus intimes. Les gestes vivants (toucher, caresser…) sont fondamentaux aux corps, a déclaré Serge Martin. D’après son invité, le sens tousser est beaucoup plus lié à la relation amoureuse. Pour se sentir bien qu’on touche, on touche dans le noir, a dit monsieur Martin. James a souligné que le poème contient le théâtre.
Le geste musical se définit conceptuellement comme un mouvement. La musique consiste à faire un acte non seulement acoustique, mais aussi artistique. On dit plutôt le geste musical que les gestes musicaux. Penser au geste, c’est à la fois le conceptualiser et le faire. La gestualité est une construction de culture. L’art est une formation spécifique de connaissance. Dans l’art, on a des pratiques spécifiques. Nous pouvons pratiquer la musique sans être dedans. Par exemple régler le microphone. Serge trouve que, même si c’est à débattre, l’art n’est pas un objet, mais un processus.
Quand on revient sur Critique du rythme Anthropologie historique du langage d’Henri Meschonnic, nous allons dire que la critique ne signifie pas le rejet et le rythme. Elle est une subjectivité. Le problème de l’oralité avec Jousse est la poésie. Il oppose la production langagière à la poésie tout comme il oppose Jésus à Mallarmé. L’oralité est une physique du langage. Il n’y a pas de l’oralité sans corps. Par exemple il y a une physique langagière dans les arts langagiers palestiniens, a souligné Serge. L’Homme pense avec tout son corps (le primitivisme dans l’art avec les Africains, les Malgaches, les Amérindiens sans écriture). Tout discours en art du langage constitue une écoute.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Séminaire doctoral où voix anthropologiques et voix littéraires se rencontrent

Gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage. Ce séminaire doctoral est co-dirigé par Monsieur Serge Martin et Madame Cécile Leguy. Les étudiants en Master 2 Recherche sont cordialement invités à assister à ce séminaire, qui se déroulera sur une temporalité de 12 heures.

Jeudi 22 janvier : 14h-16h, 1 rue de Censier. 

Cécile Leguy :  « Je prends le point de vue de l’anthropologue, pour poser des questionnements dans une perspective anthropologique : un questionnement sur le fait de l’homme, et un autre, sur la société particulière dans lequel l’homme social s’exprime. Cette ambition mène les anthropologues par des enquêtes ethnographiques, la description des pratiques, l’analyse des discours, de la réflexion sur ces discours et pratiques, à saisir la vie humaine dans sa diversité. Face aux gestes et à la voix, tout comme la parole, les anthropologues étaient peu sensibles aux gestes et à la voix. Pourquoi ? Parce que dans les premiers travaux des anthropologues, les gestes et la voix ont peu de place. Ils s’intéressaient plutôt aux relations dans la société, son organisation,  dans certaines descriptions, notamment  pour la description des rituels, les gestes et les voix ne sont pas décrits pour ce qu’ils sont en eux-mêmes.  Marcel Mauss va jouer un rôle de précurseur avec sa thèse sur les prières. Les techniques du corps, un lien entre paroles et gestes. La conception de la non séparation du corps et de l’esprit, combien le corps est peu naturel ?  La manière dont on apprend à nager, la manière de bécher, il remarque comment les techniques du corps sont conditionnées par les actions sociales.

C’est un regard novateur, un corps construit culturellement. En étant attentif aux interactions, les anthropologues vont s’intéresser aux gestes.  Saisir les gestes en situation. Où ils utilisent énormément les images, la photographie, où les techniques du corps répondent aux habitus. Ils mettent en valeur des récurrences, des relations, ce qui fait qu’un Balinais est un Balinais. Ces gestes s’apprennent sans paroles, l’enfant doit rendre son corps mou, pour qu’on lui montre comment faire les bons gestes, et l’enfant les fait par imitation. Bateson, quant à  lui s’intéresse beaucoup sur la communication, comment les gestes sont transmis dès l’enfance, et spécifiques à une certaine catégorie sociale.

Utiliser l’image, la photographie, le film, permet de fixer les gestes et favorise l’attention portée sur eux. Pour terminer, un petit mot sur Marcel Jousse, il a suivi les cours de Marcel Mauss, ce n’est pas un anthropologue comme les autres, il a aussi suivi les cours de Pierre Janet, et il s’est intéressé aussi à la phonétique, il s’intéresse aussi à l’anthropologie biologique, une science plus dure, mais avec une ouverture vers l’ethnologie. Il a un statut spécial, il cherche à faire le lien entre les sciences naturelles et les sciences humaines, et son point de vue est avant tout celui d’un religieux. Il est envoyé aux Etats-Unis.

Il va être interpellé par les Indiens d’Amérique qui parlent avec les gestes, il rassemblera ses premières observations sur les gestes, et ce sera la base de son enseignement sur l’anthropologie du geste. Il est d’origine paysanne, élevé dans une culture de l’oralité (sa mère était conteuse, chanteuse, berceuse des évangiles) c’est une éducation qui l’a rendu sensible aux rythmes et à l’oralité. Il transmettra lui-même, plus par l’oral, que par l’écrit.

En tant qu’homme d’église, il s’intéresse à la transmission orale des textes sacrés notamment dans la culture juive et chrétienne. Comment étaient-ils  oralisés ? Ces découvertes ont eu des implications plus profondes sur l’oralité, au-delà des textes sacrés. Autrement dit, il conçoit la part du naturel et du biologique dans le comportement humain. Il cherche à trouver au-delà de la singularité de l’homme : son universalité.

Il va pour cela s’intéresser à l’enfance, il s’intéresse aux peuples plus proches de la nature. Avec cette idée que les sociétés dites « traditionnelles » sont plus proches de la nature ; il se penche sur le plus répandu, le plus vivant :  le style oral, la parole. L’importance du « mimisme », l’homme qui imite tout ce qui l’entoure, l’homme qui se met au rythme de la nature, il a mis en valeur le  » bilatérisme » à savoir les notions directionnelles :  haut bas, avant arrière, droite gauche, en un rythme binaire qui se voit aussi dans les paroles, le rythme, en lien avec la mémorisation et le rythme naturel de l’homme qui y participe.

Comment la gestuelle est réintégrée ? Le « mimisme », le « bilatérisme », et le formulaire, sont présents dans tous les arts de la parole, la place des gestes et de la voix dans la parole. L’Ethnolinguistique, l’ethnopoétique.

Suite à cette introduction, Cécile Leguy poursuivra en posant différents questionnements, auxquels elle nous invite à réfléchir.

« En quel sens y-a-t-il de l’universalité dans les gestes ? Existe-t-il des différences entre des pratiques gestuelles d’un point de vue social ? En quoi les gestes sont/font signification, sont/font communication ? Les gestes complètent-ils  ou contredisent-ils les paroles ? Peut-on parler de geste et du langage de manière parallèle ? Ou complémentaire ? Ou indépendant l’un de l’autre ? Gestes et voix peuvent-ils être aborder ou non ensemble ? »

« LA GESTE »/LE GESTE dans les voix et voies poétiques

Deux titres inventés par une enseignante-chercheuse :

– LA VOIX DU CORPS QUI SE LIE À LA VOIX POUR DIRE,  LIRE ET ENTENDRE LES CORPS.

– ENTENDRE PAR DÉCOR : LA  VOIE DES MOTS-GESTES OU LA VOIX DE MOTS EN GESTES

Au corps du texte ou faire corps avec le texte

Serge Martin : d’abord, on peut repérer des choses, c’est une écriture circonstancielle.

Puis en me référant à Didi Huberman,  il y a cette notion de « racontage », en réintégrant la notion du geste du raconteur : « la geste » et « le geste » au cœur de la didactique de la littérature, autour des œuvres de langage…Didi Huberman  et sa démarche de chercheur, en terme de construction ou de montage du geste et/ou de « la geste » du chercheur.

La voix d’une étudiante-chercheuse que je suis, du verbe » suivre » bien sûr, a envie d’évoquer l’idée d’une gestuelle de l’esprit, dans le mouvement même de sa réflexion de recherche car ne parle-t-on pas de posture de chercheur ? La posture/ la dynamique de l’esprit ferait-elle décor ? Ou dessinerait-elle  le corps ou ferait-elle corps avec sa recherche ? 😉

Pour commencer, Serge Martin nous fait entendre le texte de James Sacré, qui d’ailleurs sera l’invité-intervenant lors de notre prochaine rencontre, d’ici 15 jours.

Puis par la voix-mots ou gestes dans les mots de James Sacré, Serge Martin nous fait entendre la voix d’un poète qui en se  lisant, en s’écoutant, par les mots d’un autre, fera entendre sa propre voix et par les mots choisis, montrera ainsi la voie-gestuelle de son esprit littéraire, qui à travers les mots, et grâce aux mots, s’exprime ou pourrait se refléter comme suit :  

Serge Martin : « D’abord,  on peut repérer des choses, c’est une écriture circonstancielle. »

« Un jour le corps a refusé » : il n’y a « pas de gestes sans circonstances », un geste est parlé, tout de suite par le corps,  mais quel corps ? « On aurait pu forcer » ce « on » est intéressant, serait-ce un « je » de chercheur ? Comment le « on » recouvre des valeurs partagées par tous les lecteurs, tous ceux qui écoutent ou qui lisent ces mots, un « on » de l’ordre de l’expérientiel, forcer avec le corps, il y a ici la notion de dépassement de la condition, comment sort-on du biologique ?

Le corps d’un coup, devient un impossible. Un va et vient, le retour au langage, « s’engueuler« , comment tout doucement les choses se situent ?

L’enseignante-chercheuse, littéraire, écoute ainsi la voix des « deux corps » plantés, un décor où les corps se taisent en même temps qu’ils se disent, qu’ils sont, parlés…Comment ? En gestes d’écritures et en rythme de mots conteurs, qui permettent de les visualiser, de les deviner…ces gestes suggérés… par des mots contés et qui parfois même dépassent les gestes et les corps-gestualisés en eux-mêmes, un mouvement où l’on entrevoit un signifié invisible dans le signifiant, un moment où le descriptif du geste en lui-même est un au-delà des mots qui le décrit, et à travers ces corps de mots,  qu’est- ce qui s’écrit ? qui ou quoi s’écrie ?

Serge Martin : « L’intégration d’une autre voix dans celle de l’expérience. Tout raccorder, tout associer, tout situer, du lacanien ramené à une expérience très singulière. Le mot « emporter ». La question du geste et de la parole, c’est une dimension didactique, une question littéraire : Que nous fait une parole écrite ou dite ? Et qu’est ce que « ça » nous apprend ? Une dimension de quête et des questionnements multiples.

Dans « presque un geste pas prévu« . (on ne peut pas aborder la notion de geste sans le situer)

« Presque« , on n’y est jamais vraiment… Un geste ça bouge tout le temps, ce n’est pas de l’ordre de l’intentionnel.  C’est en ce sens que je me distance vite de la pragmatique, qui en fin de compte, veut tenir une totalité de gestes dans un geste définitif. Tout cela, pour dire : un geste parle. Qui dit geste, dit paroles, mais au fond, on n’a pas la traduction du geste. L’articulation du geste et du dire. « Et pourquoi j’étais ? »  Tout est dans une situation « inter ».

« Ce geste mal voulu » : la notion du mouvement furtif « un instant »  celui-là même qu’on ne peut pas capter, saisir, arrêter. Même le corps et le geste comme corps,  on n’en a que des morceaux, que des bouts, que des détails.

« Saisir », « saisissement ». Comment saisir un geste ? c’est le mot- geste qui saisit le geste, le mot « emprise » « défaire » au moment où on croit saisir le geste, il se défait au même instant. « On n’aura pas fait l’amour ensemble » (une reprise de la circonstance) ce futur antérieur, fait penser au temps de la réflexion anthropologique. Kierkegaard ( ce Re-Souvenir en avant) Il n’y a « pas d’explication, pas de raisons. » Le mot « silence« , comment les gestes sont du côté du silence mais un silence qui parle, qui en dit plus que la parole. L’échange entre interlocuteurs, l’interpénétration, de deux silences, de deux paroles silencieuses, de gestes qui ne savent pas ce qu’ils disent… Le geste ou « la geste » de ce texte, c’est le dépassement de la dichotomie de l’amour et de l’amitié. Je crois qu’en français contemporain, dans ce poème, le geste est traduit par le verbe « faire » c’est ainsi le geste le plus visible, le plus massif, le gros geste, le geste balourd, le geste populaire, il est d’une fragilité extraordinaire. « Cette chose ».

Lacan vient de Mallarmé, cette « chose », une suggestion plutôt qu’une signification. Dans le langage on ne parle pas pour nommer des choses, on parle pour suggérer un rapport au monde, aux gens, aux êtres,  « on s’imagine que c’est rien et c’est tout, d’un coup ça t’emmène« . Le geste balourd, ça renvoie à la notion de geste aux normes, le geste le plus intime est aussi social,  balourd :  un qualifiant très social. Ces gestes, ce n’est pas de l’ordre d’une éducabilité, et même on pourrait dire qu’il serait plus de l’ordre de « l’innéducable. »

L’ Envisagement du geste qui inclut l’animalité. »Museau » « échine » c’est animal, je ne sais pas ce que j’en pourrais dire. Prendre des distances par rapport aux auteurs qui sont un peu trop affirmatif sur la notion de geste. Dès qu’il y a gestualité, on est obligé d’articuler « dire » et « faire », on les fait jouer ensemble dans un corps parlé, ou en parlant du corps.

Dans ce texte, il n’y a pas beaucoup de mots relatif au corps. Les termes proposés sont des mots qui appartiennent au  règne animal ça ne parle pas du corps à proprement parlé. Le « faire l’amour« , cette espèce d’activité humaine, et à la toute fin le mot « tendresse« . L’association qui est celle de penser ensemble l’amour et la tendresse.

Sur gestes et voix,  on a une bibliothèque des métaphores… Tenter de comprendre ce que disent ces métaphores, le « physiologisme » du mot. La temporalité, la spatialité, cette notion de subjectivisation, c’est le corps qui construit une temporalité, que le langage en tant que corps subjectivisé

Comment travailler, opérer avec ces notions, avec ce travail intégratif ?  Travailler à fond leur oralité et se laisser déborder.

Une anthropologie qui compare à l’intérieur des catégories en elles-mêmes.

L’enseignante-chercheuse, littéraire, se remémore des vers de mots comme :  « Borborygmes, Borborygmes » d’un Henri Michaux où la dimension du corps physiologique et de l’esprit sont un-séparés, tout à la fois, un corps : en gestes-onomatopées, des mots physiologiques, et une gestuelle des pensées, qui sont pensés et dits en mouvements et rythmes de mots, que l’on pourrait nommer : peau-éthique !

Ces mots qui nous inspirent, et nous aspirent tout en même temps, dans un mouvement-état…méditatif…et qui réfléchissent dans le sens de refléter, sur le corps : qui se dit en gestes-mots, puis sur  l’esprit :  qui se dit en mots-gestes… Tous ces mots qui décrivent ses mouvements intérieurs, qui apparaissent, qui disparaissent et qu’il nous est conseillé d’observer, d’écouter, sans pour autant les saisir… Et d’ailleurs, ces mouvements de corps, de gestes, ces mouvements de pensées dans l’esprit, ou encore les mouvements de l’esprit qui se pense en mots, sont-ils saisissables ? Ou à saisir ? Se construisent-ils ou  se détruisent-ils au même instant ? Existent-ils en dehors des circonstances qui les créent ?  Et qui fait ou dit en soi ? qui fait qu’ils s’expriment ? 

Pour conclure cette première après-midi réflexive, bien des questions et des réponses,  possibles et impossibles, sur la voie des voix qui se gestualisent ou des gestes qui font Voix…Les sentiers et les corps sont multiples…

A.C : une étudiante-chercheuse de voix, sur les sentiers de sa recherche en voix de développements…écrits et oraux à venir…qui ont pris corps dans l’esprit et où l’esprit prendra corps dans un mémoire fait de papiers-pensées qui sauront s’écrire d’elles-mêmes,  issues de la force de mémoires de voix, « ça » s’écriera.

Merci à Serge Martin et Cécile Leguy de nous avoir fait partager leurs voies et voix de recherches…en ce premier rendez-vous de leur séminaire doctoral.

 

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle.
en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail.

Inscrite en Master 2 Recherche DFLE
En reprise d’études. Je bénéficie de six années d’expériences dans la formation pour adultes. J’ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d’alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d’une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology).
J’ai donc interrompu mes études depuis 15 ans.
Par le biais d’un dossier de Validation d’Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l’université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook