Archives par mot-clé : entretien

Dialogue imaginaire entre enseignant et apprenant

E : enseignant

A : apprenant

(Il est 15 : 20. Dans le couloir, devant la porte du bureau de professeur, une étudiante a l’air inquiet. Elle prend dans les mains un cahier, un stylo et quelques livres. De temps en temps, elle salue autres camarades et professeurs qui passent. Cela soulage plus ou moins son inquiétude. Exactement à 15 :29, sans hésitation, elle frappe à la porte du bureau.)

E – Entrez.

A – Bonjour. Je suis étudiante en master 2 option recherche. J’ai un rendez-vous avec vous à 15 : 30 pour parler de mon projet de mémoire.

E – Oui, tout à fait. Je vous attends. Installez-vous.

A – Merci. Comme j’écris dans mon projet de mémoire, je voudrais travailler sur la mise en place de la formation de FOS en Chine.

E – J’ai lu votre projet. Il y a encore quelques points à préciser. Tout d’abords, pourquoi ce choix du sujet ?

A – Parce que dans le contexte actuel de mondialisation, les demandes de la formation de FOS ont tendance à accroître. Et comparé avec le FLE, l’enseignement du FOS est relativement moins discuté.

E – Mais vous savez qu’il y a aussi beaucoup de recherches sur l’enseignement du FOS.

A – Tout à fait. J’ai trouvé pas mal de livres et articles. J’ai remarqué qu’en termes de la diversité du choix des manuels, des pratiques de classe, des caractéristiques du public, etc, il est évident que nombreux pédagogues ont travaillé dans le domaine de FLE, mais par rapport au FOS et surtout dans le cas particulier en Chine, je le trouve intéressant à analyser en cherchant à mieux intégrer l’enseignement du FOS dans le système éducatif chinois.

E – Alors, cela reste encore très vague. Il vaut mieux que vous trouviez une problématique.

A – En fait, je me suis intéressée par les particularités de la mise en place de la formation en Chine.

E – Est-ce que vous connaissez déjà des exemples précis ?

A – Oui. J’ai consulté le site internet de l’ambassade de France en Chine, des recherches fait par enseignants-chercheurs chinois et j’ai parlé avec des camarades qui font des études dans instituts franco-chinois, je me rends compte qu’il existe deux structures et quatre modes de l’enseignement du FOS actuellement en Chine, dont la particularité est présentée par les demandes à l’intérieur des institutions scolaires. Autrement dit, il s’agit plutôt de la coopération interdisciplinaire ou intergouvernementale.

E – En ce qui concerne la nature de la formation, vous pourrez mettre en lien avec des politiques éducatives qui ont des influences sur la diffusion des langues. Les établissements de coopération franco-chinoise sont normalement encadrés par des politiques éducatives.

A – Personnellement, je crois que je pourrais mentionner dans mon mémoire que par rapport à l’anglais qui est intégré obligatoirement dans l’éducation scolaire et évalué lors de l’admission aux études supérieures, la langue française est considérée encore comme une langue étrangère minoritaire en Chine. Vu que le français n’a pas encore une position prioritaire en Chine, l’enseignement du FOS reste encore à l’intérieur du système institutionnel.

E – Exactement. Par contre, ce que vous avez dit appartient plutôt au niveau descriptif. Vous allez faire des efforts sur une vision analytique ou bien argumentative. Vous devez être objective dans le mémoire, mais il vous faut aussi des réflexions personnelles en appuyant sur vos recherches.

A – J’ai compris. Je vais modifier mon plan et vous l’envoyer par mail avant la fin de cette semaine. Merci de votre temps. Bonne journée.

E – Bonne journée. Au revoir.

A – Au revoir.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Et si on parle du dessin ?

La méthodologie fait une partie cruciale de la recherche. Pour cette raison-là, elle doit être choisie et élaborée minutieusement, tout en suivant les objectifs visés et la problématique. Dans ma recherche, j’ai opté pour faire des entretiens semi-directifs. Une méthode qualitative qui me permettrait de mieux comprendre les difficultés des enfants rroms à l’école. Pour ce faire, j’ai visé à faire des entretiens avec des élèves (de 7 à 10 ans), des enseignants et des parents. Même si je ne l’ai pas pensé au début, le problème s’est posé sur le choix des interlocuteurs et de la modalité de l’enquête. En effet, comment faire un entretien avec des enfants ? Surtout si on parle des enfants rroms dont la langue maternelle n’est pas le serbe, étant parfois très timides et qui ont des difficultés dans l’expression. Cette situation exigeait un autre moyen à envisager afin d’aboutir à mon objectif.

 

Le dessin d’un élève de CM2 sur la consigne “Dessine la langue rromani et la langue serbe”

Dans cette optique, j’ai adopté une approche par le biais du dessin de plusieurs raisons. Tout d’abord, il fallait établir une relation de confiance entre chercheur et élèves afin que ces derniers se sentissent en sécurité, à l’aise et s’investissent davantage dans les tâches demandées. Dans ce sens, le choix porté sur le dessin s’avère bien fondé. Il est à ajouter aussi que le dessin est une modalité permettant à tous les élèves de s’exprimer peu importe leurs capacités linguistiques, leur niveau et leur réussite scolaires, s’ils sont timides ou sûrs d’eux-mêmes. En outre, Castellotti et Moore mettent en avant les avantages de ce dernier pour la construction des données dans la recherche :

« Le dessin est pour les enfants une activité familière, qui fait partie de leur quotidien familial scolaire, social, mais aussi personnel, intime. À ce titre, il est un moyen privilégié pour qui mène une recherche avec des enfants : il leur permet de s’exprimer sur un mode qu’ils maîtrisent au moins aussi bien (souvent mieux, même) que leurs interlocuteurs et qui leur attribue d’emblée une voix d’autorité et un statut légitime. Ils sont, en effet, en position d’auteurs, qui se réapproprient leur dessin et vont proposer des clés pour en construire, en interaction, une interprétation » (2009 :45-46).

De là, nous voyons que l’engagement des élèves dans le dessin est double. Primo, ils s’engagent dans un processus créatif. Ainsi, le dessin devient un moyen d’expression de l’expérience des enfants, de leur connaissance, mais aussi la représentation intérieure de l’histoire qu’ils sont en train de raconter à savoir de dessiner (Kendrick et McKay, 2002 :46). Dans la perspective vigotskienne, le dessin est la source du développement de l’enfant, une forme particulière du discours, une implication de l’enfant dans l’imaginaire, dans le langage qui peut aboutir à la création des histoires (Castellotti et Moore, 2009). Secundo, les enfants se lancent dans la construction de l’interprétation du dessin avec le chercheur. Aussi se crée-t-il conjointement le sens dans l’interaction à savoir dans la communication et le dialogue. Pour le chercheur, le dessin est « une recherche de compréhension de ce que l’enfant dit (…) à travers son dessin et le commentaire qu’il en fait » (Perregaux, 2009 :33). Ceci dit que les dessins et les commentaires pourraient mettre en exergue les représentations de ces élèves vis-à-vis des langues serbe et romani et de la lecture ce qui pourrait éclaircir en partie les difficultés rencontrées à l’école par ce public.

Au final, l’importance du dessin dans la recherche avec les enfants est multiple : il est un « stimulus » de leur imagination, un support de leur réflexion et un appui pour leurs verbalisations (Castellotti et Moore, 2009 :78). À cet égard, cette modalité d’enquête s’est montrée comme un bon choix pour les enfants rroms. En ce qui concerne l’entretien semi-directif, étape discursive, il était envisagé comme une activité complémentaire à la première. Il a permis aux enfants une verbalisation plus facile à partir de leurs dessins et des explicitations en sorte que la construction du sens et de l’interprétation collaboratives s’établissent.

 

Bibliographie :

Castellotti, V., Moore, D. (2009). « Dessins d’enfants et constructions plurilingues. Territoires imagées et parcours imaginés », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy – Pontoise : CRTF, 45-85

Kendrick, M. et Mckey, R. (2002). « Uncovering Litteracy Narrative through Children’s Drawings ». Canadian Journal of Education, no 27, 45-60

Perregaux, C. (2009). « Dans les dessins de jeunes enfants, les langues sont des images », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy -Pontoise : CRTF, 31-44

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Compte rendu de premier entretien avec mon directeur de mémoire

Mon premier entretien avec mon directeur de mémoire a eu lieu le 10 novembre au bureau des professeurs, 46 rue Saint-Jacques, 75005 Paris. Nous avons discuté pendant une heure et demie, j’en ai conclu quelques aspects importants ci-dessous qui sont utiles pour la rédaction de mon mémoire. Mon mémoire porte sur les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française, et les solutions pour surmonter ces difficultés.

Tout à bord, le directeur m’a répondu qu’il n’est pas nécessaire d’enregistrer une classe où les apprenants sont originaires de régions différentes pour justifier que telle region a une telle difficulté de prononcer quelques phonèmes, parce que cette problématique est déjà justifiée, ainsi tout le monde qui étudie ce domaine le sait.

Deuxièmement, comme j’ai appris le français dans l’université chinoise comme ma spécialité de licence. Le directeur me fait souvenir les jours où j’apprennais la prononciation francaise en Chine. Par exemple comment la phonétique française s’enseigne d’après la méthodologie chinoise.

Troisièmement, il m’a proposé le livre Enseigner la prononciation : questions et outils, paris : Hachette, écrit par lui-même Bertrand LAURET. Ce livre est sourtout utile sur la conception des exercices articulatoires.

Quatrièmement, il m’a demandé mes connaissances sur la phonétique française. Au fur et à mesure de notre discussion, il a indiqué et corrigé quelques nuances sur l’explication de règles prononcials. Par exemple, nous sommes enseignés dans notre université que le règle « voyelle ouverte dans une syllabe fermée, et voyelle fermée dans une syllabe ouverte » est universel dans toutes les syllabes, mais ce n’est pas toujours le cas en français, malgré les exceptions. De plus, quelques difficultés rencontrées par nous sont d’après lui bizarres. Par exemple, parfois nous prononçons /ø/ comme /o/, mais pour lui, il pense que c’est difficile de devenir /o/, il peut comprendre que /ø/ se ressemble à /œ/, mais à /o/ est incompréhensible, ce qui encourage ma motivation de faire cet étude. Pour la distinction des phonèmes /b/et /p/, /t/ et /d/ et /k/ et /g/, il m’a recommandé mon camarade Nan, qui est bien intéressée à l’enseignement de la phonétique française, elle a réussi à distinguer ces trois paires en tant que chinoise. Il faut aussi beaucoup discuter avec mon autre camarade Yi qui étudie aussi dans ce domaine, et nous avons le même directeur. Avant cet entretien, j’ai discuté avec Yi, il a posé une hypothèse que c’est possible qu’il n’y a pas de lien direct entre les dialectes des apprenants et leur prononciation française, ce qui importe, c’est la compétence d’imitation des apprenants ? Je lui ai donc posé cette question, il a répondu que des gens qui imitent bien et qui sont peu apportés à l’influence des dialectes sont des exceptions, on analyse juste des cas generals. C’est-à-dire que d’après lui, dans l’apprentissage de la phonétique française, il existe des difficultés régionales. Par ailleurs, ma question est que s’il existe déjà des concepts qui peuvent aider à la conception des exercices comme le concept de Callamand, pourquoi je vais répéter son travail ? Il m’a répondu que ce n’est absolument pas une répétition. Malgré les travails déjà fait, Callamand n’a pas appliquer particulièrement son concept dans l’enseignement phonétique pour les les Chinois. Ses idées nous ont beaucoup encouragé pour démarrer notre travail.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Éplucher un oignon– un entretien entre une étudiante et sa directrice de mémoire

Un début après-midi, une étudiante en Master II et sa directrice de mémoire se sont croisées à l’entrée de l’immeuble du bâtiment.

E : Ah vous êtes ici ! (Elle a l’air surprise de l’a rencontrée.)

P : Bonjour !

E : Bonjour madame ! Je m’excuse pour mon absence de votre cours, parce que je suis allée participer au colloque la littérature de jeunesse tout à l’heure. Comme il y avait un discours que je m’intéresse, donc je ne suis pas venue au cours.

P : Oui, c’est bien. C’est bien que vous êtes allée sortir un peu à Paris. Ça vous change de l’air et ça vous permet de rencontrer des gens. Vous avez plus des idées fraîches maintenant ?

E : Oui, beaucoup. Parce que j’aime rester dans le monde imaginaire. Ça détend l’esprit. Je cherche une façon ludique pour préparer mon mémoire. Quand on boit de l’alcool, c’est aussi un voyage imaginaire. Mais bien sûr, il ne faut pas boire trop, d’être soûl.

P : Votre mémoire, c’est vous qui travaillez sur le vin ?

E : Oui, c’est moi. J’ai un boulot dans la vente de l’alcool. Mais j’ai eu du mal à choisir mon thème de mémoire, vous savez ?

P : Comment ça ?

E : Au travail en face de moi, j’ai des clients de partout dans le monde. Je les parle en français anglais et chinois, ça dépend du client. Donc, j’avais pensé au plurilinguisme. Et comme ce sont toutes les petites rencontres, j’avais aussi l’idée de l’interaction verbale et non-verbale. Les comportements des clients sont très différents l’un et l’autre. Par exemple, comment distinguer un asiatique, est-ce qu’il est un chinois ou un coréen ou un japonais ? Même si mes compatriotes chinois, chaque région dispose un dialecte et une subculture, ce sont les facteurs qui influencent leurs choix de l’alcool et leurs langages utilisés durant leurs achats. C’est de l’anthropologie, n’est-ce pas ?

P : Pas mal, vous avez beaucoup d’idées. Mais faites attention quand même, vous ne devez pas faire les caricatures des gens. Un chinois est comme tel genre et un coréen est comme tel genre, si vous présentez comme ça, vous allez faire de la mauvaise anthropologie.

E : Ah bon ? Vous savez, je voulais même faire des enquêtes sur les gens. Par exemple, quel métier qu’ils exercent, quel tranche d’âge des gens s’intéressent plus d’un produit à l’autre, quel goût qu’il est plus recherché parmi les autres etc. Mais je me demande quel est le rapport avec l’enseignement du français ? Il se ressemble comme les analyses du marché.

P : C’est bien que vous êtes au courant de ça. (Elle sourit et fait le signe de la tête.)

E : J’ai mis beaucoup de temps à réfléchir sur l’interaction verbale…

P : Ne vous bloquez pas sur ce point-ci. Quel type d’alcool vous ventez ?

E : le Vin, champagne, cognac, whisky et la liqueur.

P : Qu’est-ce que vous intéressez le plus ?

E : Le vin.

P : Pourquoi pas choisir un sujet que vous intéressez le plus ?

E : Oui, mais vous voyez, si je fais du FOS, je pense que je ne ferais que des présentations sur le vin et pas assez sur comment enseigner du français.

P : Vous vous inquiétez si vous faites la communication au lieu de l’enseignement. Par exemple, c’est quoi les caractéristiques sur le vin de grave ?

E : Exactement !

P : C’est vrai qu’il ne faut pas simplement faire de la présentation sur l’objet spécifique. Allez chercher les méthodes d’enseignement du français, allez définir le public que vous voulez enseigner.

E : Eh bien, ça doit être les amateurs et les professionnels de vin, les chinois.

P : Alors, comment vous allez définir les amateurs et les professionnels ?

E : Euh…

P : Allez faire de la recherche et on verra ça après.

E : Merci madame. Bonne journée, au revoir.

P : Merci, au revoir.

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts

Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Il n’a que quinze minutes à m’accorder et il est assis dans un grand fauteuil de cuir noir qui tourne. Il jette un coup d’œil au courriel que je lui ai envoyé il y a deux semaines.                                                                         Sur le bord de ma chaise, j’attends… pendue à ses lèvres…                 De sa voix grave, il entonne :

– Hum… il faudrait observer une dizaine de familles au moins… et   puis ce serait bien que vous les filmiez… Bien entendu, il vous faudra aussi analyser l’environnement familial, social, professionnel… tout quoi… vous verrez bien… Jetez un coup d’œil aux écrits des enfants. Cela pourrait vous renseigner sur les pratiques linguistiques…

Je dis rien… Enfin, je crois… Je hoche la tête. Sur mon petit carnet, j’essaye de tout noter. Je ne me rends pas encore compte du poids. Mes quinze minutes sont écoulées. Son collègue vient de passer dans le bureau :

– Tu viens ? On nous attend au cinquième pour le Conseil de Perfectionnement.

– J’arrive.

(à moi)

– Bon eh bien vous avez de quoi vous occupez. Vous me tenez au courant.

– Oui Monsieur. Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Un mois plus tard. Même scénario.

– Oui… j’ai vu… C’est pas mal mais… il faudrait penser différemment l’analyse de ces vidéos… Examinez de plus près la répartition des temps de parole… les types d’intervention… Les déplacements pourraient aussi être une source d’information non négligeable… Et puis pour l’entretien, il faudrait voir du côté de Kaufmann[1], de l’entretien compréhensif… Ah et ce serait pas mal tout même si toutes ces données, on pourrait les retrouver sur un cd-rom…

Cette fois-ci, ce n’est pas un professeur qui a sonné le glas mais un autre élève qui a frappé à la porte. C’est l’heure de son rendez-vous. Je prends mon manteau sous le bras et je sors. J’ai très chaud. Je dois sûrement être toute rouge. Il faut que je prenne l’air. Des copains accrochés à un radiateur me demandent comment ça va. Ca va. J’ai juste une petite heure avant de me rendre au cours d’épistémologie où je dois faire état de mes recherches.

Nous sommes tous assis autour d’une grande table en U. Ca fait déjà deux heures que ça discute. Ils ont tellement l’air d’être sûrs d’eux. Ils posent leur problématique, présente leur méthodologie, leur terrain d’observation. Ils en sont à l’analyse des données. Tout n’est pas parfait. Il y a encore quelques petits réajustements à faire mais ils ont bien avancé. Ils sont contents.

C’est à mon tour. Je parle de mes familles, des vidéos, de la répartition des temps de parole, des types d’intervention, de l’entretien compréhensif, de l’analyse des écrits des enfants et… Je n’ai pas eu le temps de parler du cd-rom que :

– Ce n’est pas possible ! C’est bien beau de vouloir faire du qualitatif comme ça mais là vous allez droit dans le mur ! Je ne dis pas ça pour vous bien sûr. Je sais bien que vous n’y êtes pour rien. Ce n’est seulement pas admissible que des étudiants en Master 2 soient dirigés vers ce genre de recherche…

Oh là là ! Ils ne s’aiment vraiment pas ces deux-là. On dirait même qu’ils se détestent. Une histoire de chaire ai-je entendu dire…           Je ne m’étais alors pas rendu compte de la portée de ces propos. J’avais la tête dans le guidon. Jour et nuit, je les passais à visionner, compter, analyser, puis écrire, récrire, réécrire car ça n’allait jamais. J’ai rendu mon mémoire dans les temps ou presque…                        Mais c’était décidé. Je ne ferai pas ma thèse avec lui.

Un enfant plus tard. Dans une autre salle de cours.

– L’étrangeté dans un texte… Référez-vous à Berman[2]. Valérie l’a très bien exposé… comment traduire les proverbes.                                 Lisez Meschonnic[3] Poétique du traduire… la notion de rythme. C’est important le rythme…

Quelque part dans un café.

– Qu’est-ce qui vous arrive ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce que c’est que ce mot à mot que vous êtes en train de me faire…

– Vous savez… ce sont ces cours sur la traduction…

– Oui…

– Ils envisagent les choses sous un tout autre angle… et j’ai un exposé à faire… alors… Je n’ai peut-être pas tout compris mais depuis… je me pose beaucoup de questions… Cette idée de rester le plus proche possible du texte pour y laisser la trace de l’étranger… C’est… c’est Berman…

– Ah oui Berman… Bon… L’important est de justifier… Même si je ne suis pas d’accord avec vous… Justifiez.

Retour dans la salle de cours, celle de Meschonnic et de Berman.

– Pour terminer, je parlerai de la traduction de « Ba chìm, bảy nổi, chín lênh đênh ». C’est un proverbe que tous les Vietnamiens connaissent et qu’ils utilisent pour parler des difficultés de la vie, de ce qu’ils ressentent lorsqu’elle les malmène…                                                    Concernant sa traduction, voici où je suis, pour l’instant, de ma réflexion :                                                                                                                                   « Au fond trois fois, au ras sept, à tourbillonner neuf fois » ou encore « A trois s’enfonce, à sept surnage, à neuf se retourne se détourne »

– On ne peut pas dire que vous avez choisi un texte facile… Cette notion de « fois » est, sans faire de jeu de mots, ma foi importante… c’est autour de ça qu’il faut travailler…Mais… c’est quoi ces traductions à l’eau de rose ! Ca ne va pas du tout… Vous voyez bien ! Bon… A qui le tour maintenant ?

– Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Traduction à l’eau de rose… Vous voyez bien !                                               Ca fait des mois que je me triture la tête pour ça… une traduction à l’eau de rose… Traduire… Je commençais à aimer… ce passage d’une langue à l’autre… ce travail sur le texte… cette trace de l’étranger… Ca me parlait… Il va falloir te résoudre ma belle, ce n’est pas fait pour toi…

Dernièrement en salle M.

– La recherche… c’est une histoire de tensions… de conflits… C’est l’histoire de ce conflit que je dois retrouver dans vos mémoires…      Votre place… Pensez à votre place…                                                                       Tirez-en le meilleur ! Tirez-en le meilleur…

 

 

[1] Jean-Claude Kaufmann, Directeur de recherche à l’Université Paris V-Sorbonne, est sociologue, écrivain.                                                           Jean-Claude Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris : Nathan/HER, 2001.

[2] Antoine Berman (1942-1991), est un théoricien français de la traduction et traducteur.                                                                                                   Antoine Berman, La Traduction et la Lettre. Ou l’Auberge du lointain, Paris : Seuil, 1999.                                                                                                                 Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris : Gallimard, 1984.

[3] Henri Meschonnic (1932- 2009) est un théoricien du langage, essayiste, traducteur et poète.                                                                                      Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris : Verdier, 1999.

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

La méthode peut-elle s’apprendre avec méthode ?

presentation cahier

 

Lorsque, lors de mon premier entretien, mon interlocuteur, un aimable retraité bénévole et non pas un professeur auréolé, a repris mais propos en marquant oralement l’italique sur une de mes formulations qui l’avait amusé avant de répondre à la question que je venais de lui poser, je me suis laissée entendre qu’il était temps de plonger mon nez dans quelques méthodes … La bibliothèque universitaire en regorge : L’observation pour les nuls, L’entretien des débutants* …

En effet bien que certains articles ou ouvrages écrits par de grands sociologues, anthropologues etc puissent être utiles, il me semble que quand on est plongé dans l’aventure de la recherche pour la première fois, il est plus efficace de feuilleter des ouvrages qui vous prennent par la main et vous expliquent le b.a.-ba de l’entretien, du questionnaire ou encore de l’observation.

Mais à trop vouloir prendre les apprentis chercheurs par la main, ces ouvrages ont tendance à les infantiliser et à leur donner des conseils très (trop ?) spécifiques qui vont jusqu’à décrire l’unique choix possible en matière de carnet de notes pour l’observation :

“l’observateur rédigera ses notes à l’aide d’un carnet à spirales à lignes quadrillées d’un format poche ou sur des feuilles. En écrivant seulement recto, il pourra plus tard en découper les extraits pour les coller ailleurs. Par précaution, il laissera une large marge, voire divisera chaque page en deux pour ajouter des commentaires, des corrections et il numérotera les pages pour éviter des disparitions (…)”

 

Comme dans l’extrait que nous avions étudié au début de l’année: la description des quatre carnets du chercheur par Bruno Latour (voir l’article de S. Martin : http://arlap.hypotheses.org/2102 ), il est nécessaire de prendre du recul vis à vis des conseils méthodologiques qui nous sont donnés et de les considérer d’avantage comme des pistes de réflexions que comme des lois dogmatiques. Il est évidemment plus facile de se laisser dicter une méthodologie que de penser une méthodologie qui nous est propre et qui nous convient. Sur le long terme cependant, des ajustements seront toujours nécessaires afin de mener à bien notre travail de recherche et choisir la facilité au départ ne nous conduirait donc finalement pas beaucoup plus loin.

*titres d’ouvrages purement fictifs