Archives par mot-clé : enquête

A Walnut tree – la résonance des voix et la revalorisation de l’enquêté

L’un des grands enjeux de la rédaction d’un mémoire-enquête, c’est de faire entendre « les voix » du terrain. Pas de les étouffer… de les disqualifier… de les transformer… Laisser les acteurs, les témoins, les observés, les enquêtés résonner, vivre, vibrer en pleine voix. C’est le point de départ d’Eric Chauvier, anthropologue, dans son livre Anthropologie de l’ordinaire. L’auteur plaide pour le changement de perception  des objets d’étude et de sujets en anthropologie. Selon lui, un observé doit être plus un interlocuteur qu’un informateur[1]. Ainsi,  le statut de l’observé se modifie – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique, avec tous ses traits.

On va tenter de comprendre le procédé d’Eric Chauvier, anthropologue « textuelle », à travers l’optique des documentaristes, anthropologues  « visuelles », en se penchant sur le film du réalisateur pakistanais Aziz Ammar. Comment donne-t-il  la voix aux « sans voix » dans son film A Walnut tree ? Le rôle de l’observé et de l’observateur est-il inversé ? L’observateur, ne devient-il dans un moment donné l’observé ?

Suite au conflit de l’armée pakistanaise et des talibans, la famille d’un vieil homme, Baba, est obligée de se déplacer dans un camp de réfugié de Jaloozai près de Peshawar. Baba ne peut accepter son destin et cette vie misérable. La nostalgie et la mélancolie l’incitent aux rêves de retourner dans son village natal. Ses sentiments sont tellement forts qu’il lui est impossible d’y résister. Enfin, il décide de retourner dans son village à tout prix, en dépit des dangers menaçants. En abandonnant sa famille… Sans être retrouvé…

Aziz Ammar n’a pas réduit le film aux paroles et aux images simples de la vie quotidienne des réfugiés, de leurs difficultés et de leurs conditions de vie. Il n’a pas démontré non plus leur vie à travers le prisme de son point de vue. Il laisse son enquêté se faire entendre; faire raconter son histoire; faire entendre ses voix de l’inquiétude, de la souffrance, de la nostalgie, de la solitude; se faire interroger sur la justice et sur le destin humain; nous découvrir le poète exprimant dans les poèmes ses sentiments et ses réflexions et l’enseignant qui tente de faire apprendre la lecture aux enfants dans le camp; partager sa passion pour la culture et l’éducation… En un mot, l’enquêté apparaît dans toute sa singularité, en pleine « voix ».

Quant au réalisateur, on aperçoit qu’il fait partie de la famille. Il y est intégré à un tel point qu’il partage avec eux, de manière discrète, des moments intimes familials. Il  participe dans les conversations, les décisions, donne son avis etc. Malgré sa présence dans le film, il n’influence pas ses observés. Il les incite discrètement à développer et expliquer davantage les questions que l’intéressent. À la fin, la disparition du vieil homme oblige son fils et le documentariste à se mettre à sa recherche. Le réalisateur assume le danger. Le danger qui pourrait lui coûter la vie. Ce ne seraient pas les moments d’inversement du rôle de l’observateur et de l’observé ?

Pour conclure, Aziz Ammar a bien réussi à faire entendre les voix de son enquêté. Ce vieil homme est démontré dans toute son individualité et sa spécifité. Le film touche au cœur et provoque des émotions fortes. La pluralité de voix de Baba ne cesse pas de résonner. Il est impossible d’y rester indifférent. Arriver à faire parler toutes les voix de sorte qu’elles vibrent en lecteurs, c’est le signe qu’on a réussi le mémoire-enquête.

 

Référence :

Chauvier, E., Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011

 

[1] La forme de négation des observés en tant qu’interlocuteurs, Eric Chauvier nomme  « désinterlocution » (2011 :25)

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Les carnets et leur utilité dans la recherche

 

Dans le monde de la recherche en général, et celui des études en particulier, on est amené à traiter toute sorte de thématiques.  Chez l’étudiant, c’est le projet de fin d’études qui symbolise le couronnement de son cursus universitaire. Ceci est le fruit d’un dur labeur et des mois de recherches théoriques et de pratiques sur le terrain pour parvenir à produire un travail de qualité.

Plusieurs outils sont à la disposition de l’étudiant chercheur. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilité des carnets. Toutefois, il est indispensable de définir ce qu’on veut dire par « carnet » et de préciser qu’il en existe plusieurs.

Le carnet est souvent utilisé lors des enquêtes effectuées sur le terrain où « l’enquêteur » se doit de relevé des informations qui l’intéressent dans sa recherche et qui apportent de nouveaux éléments à son compte rendu. Toute forme d’informations est à prendre au sérieux puisqu’il est important de se faire à l’idée que tout peut servir, d’une manière ou d’une autre.

Bruno Latour présente alors quatre sortes de  carnets qui sont, selon moi, complémentaires et suivent un ordre bien logique.

Le carnet de bord est le premier carnet à être mentionné par l’auteur et qui ressemble à un agenda qui suit le chercheur depuis le début de son enquête sur le terrain. Le second étant celui de la collecte d’information et de son organisation. Il s’agit de classer les données en ficher et sous-ficher afin de mieux se repérer. Le troisième carnet se focalise notamment sur l’écriture où les mots deviennent des phrases et les phrases deviennent une concaténation de paragraphes portant des idées cohérentes. Pour finir, le dernier carnet est plutôt un récapitulatif de ce que les autres carnets contiennent et de ce fait, se permet de vérifier certaines informations et leurs impacts sur notre recherche. Il s’agit d’un compte rendu qui résume notre enquête.

Pour ma part, j’ai eu affaire à ce type de pratiques lors de mon mémoire de master en Didactique de la traduction que j’ai obtenu en 2014. Mais étant donné du caractère très théorique de ma recherche. Je n’ai eu que des mini-enquètes et qui ne m’ont pas menées à grande choses. Cela dit, j’ai senti la nécessité d’utiliser des fiches pour collecter efficacement les informations dont j’avais besoin. Le principe était de consulter des livres de spécialité et d’emprunter les données utiles à ma recherche.

Comment ?

Lorsque je me trouvais devant un énoncé qui m’intéressait, je faisais une fiche comportant les données suivantes :

  • Titre du livre :
  • L’auteur :
  • L’énoncé qui m’intéresse :
  • Reformulation :
  • Dans quelle partie de ma recherche j’en aurai besoin :
  • Page du livre où figue l’énoncé :

C’est une pratique comme une autre que j’ai apprise au cours de l’un de mes enseignements qui s’intitulait « méthodologie de recherche et de documentation ».

Questionnaire de recherche.

Dans le cadre du travail de recherche concernant mon mémoire intitulé : Des pratiques langagières aux politiques linguistiques en Algérie « Traumatisme d’une identité multiculturelle », je suis amené à étudier les Effets du contexte plurilingue sur les pratiques didactiques en classes de langue étrangère en Algérie. C’est pourquoi j’ai décidé de mener plusieurs enquêtes auprès des enseignants, des élèves des parents d’élèves, et du grand public pour sonder leur sensibilité au sujet des langues et avoir une sorte de « photographie » de la société sous son angle linguistique et culturel.
Ainsi je profiterai pour avoir votre avis sur la moyenne de l’échantillon du public sondé pour garantir la crédibilité de la recherche. J’ai pensé à un échantillon de 12 dans chaque catégorie. Mais vos propositions sont les bienvenues.

QUESTIONNAIRES DE RECHERCHE :

À destination des enseignants
Homme : Femme :
Profession :
Niveau d’étude :
Matière :
Lieu de résidence :
Lieu d’origine :
Âge :
Langue maternelle :

1- Quelle langue enseignez-vous ? Quelles autres langues enseignez-vous ?
2- Quelle était votre formation initiale avant d’exercer votre métier d’enseignant ?
3- Sur combien d’années votre expérience dans l’enseignement s’étend-elle ?
4- Aimeriez-vous qu’on enseigne les langues maternelles à l’école ? Si oui, pourquoi ? Lesquelles ?
5- Quels sont les besoins pour enseigner une langue ?
6- Selon vous y a-t-il une compétition entre les langues actuellement en Algérie ? Comment cela se traduit-il ?
7- Sur quels critères choisissez-vous une langue étrangère ? Pourquoi faire ?
8- Quelle est la place de chaque langue en Algérie ?
9- Y a-t-il des conflits de nature culturelle dans vos classes ? Si oui, comment cela se traduit-il ?
10- Pensez-vous que l’Algérie pourrait avoir plusieurs langues nationales/officielles ?
11- Selon vous, faut-il enseigner l’arabe algérien à l’école ?
12- Selon vous, quels sont les avantages et les inconvénients de l’enseignement plurilingue en Algérie et que rapporte-t-il en matière d’apprentissage ?
13- Selon vous, quelle est la finalité la plus importante de l’enseignement et de l’apprentissage des langues ?
14- Quels sont les problèmes du système éducatif en ce qui concerne l’apprentissage des langues ?
15- Quels sont les problèmes des enseignants de langues ?
16- Quelle est l’importance de la formation en langue ?

À destination des parents
Homme : Femme :
Profession :
Niveau d’étude :
Lieu de résidence :
Lieu d’origine :
Âge :
Langue maternelle :

1- Citez toutes les langues en Algérie.
2- Quelle est la place de chaque langue ?
3- Aimeriez-vous que vos enfants apprennent d’autres langues maternelles telles que le kabyle, le chaoui… Pourquoi ?
4- Le français fait-il partie des langues algériennes ? Si oui, pourquoi ?
5- Selon vous, quelle est la valeur de ces langues ?
6- Que choisissez-vous comme première langue étrangère à vos enfants ? Pourquoi ?
7- Sur quels critères choisissez-vous une langue étrangère ?
8- Quelle est l’influence de l’enseignant sur les langues ?
9- Comment vos enfants choisissent-ils avec vous une langue étrangère ?
10- En Algérie, y a-t-il une langue meilleure qu’une autre ou plus dure qu’une autre ?

À destination des élèves
Garçon : Fille :
Classe :
Filière :
Lieu de résidence (département) :
Lieu d’origine :
Âge :
Langue maternelle :

1- Quelle langue parlez-vous à la maison ? Avec vos parents ? Avec vos frères et soeurs ? Avec les ami(e)s ?
2- Est-ce que vos parents parlent, entre eux ou avec d’autres personnes de la famille, une autre langue ? Laquelle ?
3- Est-ce que vous parlez cette langue ?
4- Est-ce que vous aimeriez apprendre cette langue ?
5- Quelle est la première langue que vous avez apprise ? La deuxième ?
6- Citez toutes les langues en Algérie.
7- Quelles sont les langues identitaires en Algérie ?
8- Selon vous, y a-t-il un conflit entre les langues identitaires ? Oui ? Non ? Pourquoi ?
9- Pourquoi l’arabe est-il considéré comme langue nationale et officielle ?
10- Pensez-vous que l’Algérie pourrait avoir plusieurs langues nationales et officielles ? Si oui, pourquoi ?
11- Selon vous, faut-il enseigner l’arabe algérien ?
12- Quelle langue utilisez-vous quand vous pratiquez Internet ? Entre Algériens ? Et avec le monde étranger ?
13- Est-ce que vous lisez les journaux ? En quelle langue ?
14- Connaissez-vous des blagues linguistiques portant sur une langue ? Si oui, sur laquelle ?
15- Et des blagues linguistiques portant sur la prononciation ? Si oui, sur laquelle ?
16- À quoi sert de parler plusieurs langues ?
17- Aimeriez-vous apprendre plusieurs langues ?

À destination de l’opinion publique
Homme : Femme :
Profession :
Lieu de résidence (Département) :
Lieu d’origine :
Niveau d’étude :
Filière/Spécialité :
Âge :
Langue maternelle:

1- Depuis quand habitez-vous ce département ?
2- Êtes-vous attaché à votre langue maternelle ? Oui, pas du tout, un peu.
3- Êtes-vous attaché à la culture d’origine ? Oui, pas du tout, un peu.
4- Utilisez-vous d’autres langues algériennes mise à part votre langue maternelle ? Si oui, lesquelles ?
5- Comprenez-vous le berbère ? Si oui, le berbère de quelle région ?
6- Pouvez-vous citer les langues en Algérie ? Y a-t-il une compétition entre les langues actuellement en Algérie ?
7- Souhaitez-vous qu’il y ait d’autres langues nationales ? Lesquelles ? Pourquoi ?
8- Quelle est l’influence culturelle sur l’apprentissage d’une langue ?
9- À votre avis, considérez-vous le français comme une langue parmi toutes les langues en Algérie ?
10- Alors selon vous, quelle est sa place parmi les langues en Algérie ?
11- Avez-vous besoin de l’anglais ? Si oui, pourquoi ? Alors quelle place lui donneriez-vous ?
12- Aimeriez-vous apprendre d’autres langues en plus des langues que vous maîtrisez ? Si oui, pourquoi ?
13- Selon vous, comment reconsidériez-vous le statut des langues en Algérie ?
14- Parler plusieurs langues rend l’interlocuteur plurilingue. Selon vous, que peut vous apporter le plurilinguisme ?
15- Et pour l’État ?
16- Alors quels sont les besoins pour enseigner une langue ?

Une lecture de Dewey par Joëlle Zask : Situation ou contexte (en atlas)

L’objet de cet article est toutefois de creuser la différence qui sépare l’idée de contexte à celle de situation. Cette distinction importe dans la mesure où le contextualisme aboutit au relativisme, dont le pragmatisme semble exempt, bien qu’ils aient été souvent confondus.
Une première distinction entre situation et contexte en découle. La distance qui les sépare, sépare aussi l’environnement du milieu, l’adaptation de la conformation. Appelons « situation » tous les moments au cours desquels l’interaction entre un vivant et un milieu s’effectue sous la forme d’une action réciproque. En revanche, réservons le mot « contexte » aux moments menant à la conformation passive du premier aux conditions du second.
Alors qu’une situation est définie par le fait que certains aspects du milieu se prêtent à l’action, pouvant être utilisés comme des outils de persévérance dans la vie, un contexte exprime plutôt l’ensemble des conditions qui limitent l’action. La première augmente les possibles, et le second en restreint le nombre. Alors qu’un contexte est un préalable, une condition antécédente, une situation est un résultat. Le premier est immuable, le second change.
Une situation « troublée » engendre un doute. Dewey, comme Peirce, insistent sur son caractère existentiel. Le doute, écrit Peirce, est lié non à une décision de douter, mais à un trouble de la croyance qui se manifeste au cours d’une pratique. Une enquête est une réponse à une situation « troublée », c’est-à-dire une situation dont les traits cessent d’être suffisamment identifiables pour qu’ils puissent être convertis en un moyen d’action. […] Une situation problématique devient donc l’équivalent d’un « milieu », dont les éléments ne se connectent pas aux besoins concrets des individus et aux ressources que ces besoins devraient pouvoir mobiliser. Enquêter, explique Dewey, c’est avant tout tenter de « réunifier » une situation afin qu’elle soit propice à la continuité d’expérience, donc de vie, de l’individu enquêtant, continuité sans laquelle il y a la mort, dégradation, régression.
Les situations sont donc de deux types : elles sont soit « unifiées », soit troublées ou problématiques. Ces dernières ne constituent pas pour autant un contexte : celui-ci est a-problématique, celles-là sont définies par l’épreuve d’une difficulté d’agir ou de se maintenir dans la vie.
La seconde conclusion porte sur les modalités d’une enquête effective, modalités dont l’examen permet de creuser l’écart entre relativisme et pragmativisme. Une enquête, explique Dewey, implique une « reconstruction » du milieu : en effet, enquêter signifie sélectionner certains des traits de la situation problématique afin de les utiliser comme moyen de transformation : « knowing is doing ».
En cas de succès, la situation « réunifiée », donc « déterminée », est différente de la situation initiale, ce qui signifie que le milieu comme l’enquêteur a changé. [.. ] Ainsi, tout ce qui relève d’un contextualisme se révèle d’un obstacle à l’enquête (ou à la conduite générale).
[…] Depuis Montaigne, on tient pour acquis que les opinions varient en fonction des mœurs ou des coutumes, et que ceux-ci définissent les limites à l’intérieur desquelles s’expriment les goûts et les croyances. Si conflits et désaccords surgissent entre des sociétés de mœurs différentes, une entente spontanée serait assurée à l’intérieur du groupe.
Non relativiste, l’instrumentalisme de Dewey n’est pas pour autant universaliste ou objectiviste: sa théorie de la connaissance ne repose ni sur la quête d’une correspondance entre l’idée et une réalité supposée immuable, ni sur la quête de principes transcendants auxquels rapporter soit la logique générale de nos démonstrations, soit les contenus particuliers de nos propositions. Dewey propose une théorie expérimentale de la connaissance, en donnant au mot «expérience» un sens renouvelé qu’il puise dans une description des activités scientifiques modernes.
Afin d’insister sur le caractère pluriel des activités mobilisées par une enquête dont la conclusion dépend du degré de connexion établi entre elles, Dewey a sélectionné l’expression «waranteed assertion», moins ambiguë que les termes «belief» ou «knowledge»: tandis que la «croyance» se dit autant d’un état mental que d’un objet, et que la «connaissance» peut s’appliquer aussi bien au résultat d’une enquête qu’à une chose dont les liens avec une recherche particulière sont tus, une «assertion garantie» est un terme qui inclut les conditions auxquelles on peut parvenir à une connaissance de faits particuliers.
L’idée d’un fait est seulement hypothétique ou opérationnelle. Un accord valable est motivé par la compatibilité, la confluence et la continuité des conséquences pratiques de l’adoption commune de cette idée, donc des activités menées en vue de sa vérification.
Contrairement à un collectif, à une masse ou à une foule, une «communauté» repose sur l’accord entre les activités qui a été mentionné plus haut. D’un point de vue politique ou éthique (la démocratie met en jeu l’un et l’autre), un accord de ce type est impérativement requis dans la mesure où il est le seul à promouvoir des groupes humains dans lesquels l’individualité de chacun ne disparaît pas.
L’enquête scientifique et la méthode expérimentale que Dewey décrit et dont il préconise l’adoption dans des domaines restés imperméables à elles, notamment celui des relations sociales et de l’éthique, sont significatives; non parce qu’elles s’inscrivent dans la perspective d’un progrès des lumières, mais parce qu’elles s’insèrent ou plutôt devraient s’insérer dans la culture des pays industrialisés.
Les fondateurs de l’anthropologie culturelle qui sont contemporains de Dewey (Boas, Sapir, Benedict, Malinowski) se sont attachés à décrire les cultures, notamment primitives, dans des termes proches de ce qu’on a appelé ici une «situation». Sur cette base, ils ont rejeté tous les critères d’après lesquels on hiérarchisait alors les cultures entre elles (degré de civilisation, race, moralité, sexualité, complexité de l’organisation) ou d’associer une quelconque valeur surplombante aux diverses pratiques culturelles.
[…] Boas, Malinowski ou Sapir ne cessent d’y insister: une culture n’est pas une collection figée d’institutions, de coutumes, d’équipements matériels ou de symboles. Ces auteurs s’opposent à ce que Benjamin a appelé «une représentation chosiste de la civilisation», consistant depuis le 18e siècle à penser l’histoire comme une collection de faits atomisés au sein d’un processus présumé automatique de cumulation.
[…] Ce qui anime une culture particulière n’est ni un moteur (ou un mobile) transcendant, ni un développement purement mécanique, mais le fait que chacun de ses aspects, y compris les individus qui y prennent part, se modifie en fonction de l’impératif d’un maintien de cohérence et viabilité culturelle.
Les conceptions «communautaristes» ou «identitaires» actuelles de la culture ont fait perdre de vue l’apport des fondateurs23. Relativisme et incommensurabilité des cultures dérivent de thèses qui font d’une culture non une instance d’individuation humaine, mais un milieu dans lequel les individus sont passivement ou inconsciemment plongés.
Une culture saine n’est jamais un héritage du passé accepté passivement, mais implique la participation créatrice des membres de la communauté26». Sur cette base, les questions relatives à l’intégration des individus dans leur culture d’origine tendent à se confondre avec les questions touchant aux relations interculturelles.
«Une vraie culture refuse de considérer l’individu comme un simple rouage, comme une entité dont la seule raison d’être serait qu’il serve un but collectif dont il ne serait pas conscient ou qui n’aurait qu’une pertinence lointaine pour ses intérêts et ses efforts […].
[…] En effet, communiquer signifie créer du commun, ce qui suppose une contribution distinctive de tous les intervenants. De même que, dans l’enquête, entre les données d’un problème et les moyens utilisés pour le résoudre s’opère une mise en relation d’éléments disparates, entre des cultures différentes qui se trouvent en contact peuvent s’inventer et s’inventent de fait de multiples interactions […].

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts