Archives par mot-clé : élèves allophones

Compte rendu de l’ouvrage « La classe d’accueil : un dispositif au carrefour des logiques complexes » de K. Cuko

Image prise de Google Images.
Image prise de Google Images.

K.Cuko- la classe d’accueil un dispositif au carrefour de logiques complexes

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Enfants Valises

Enfants Valises

 

 

Le festival « La classe au bout du voyage » organisé par le CASNAV de Paris présentait hier soir le documentaire de Xavier de Lauzanne au si beau titre : « Enfants Valises ». Sorti en 2013, la même année que La Cour de Babel, ce documentaire est passé presque inaperçu. Mais si les deux films cherchent à saisir la réalité quotidienne d’une classe « d’accueil » d’adolescents allophones arrivants, il est particulièrement intéressant d’observer que ce sont deux films très différents. D’une part parce que les choix de réalisation ne sont pas les mêmes, et d’autre part – et peut-être surtout – parce que les contextes ne sont pas les mêmes. Ainsi la comparaison de ces deux documentaires permet d’insister sur cette difficulté inhérente à ce type de structure qui accueille les élèves allophones : chaque contexte est différent, parce que les élèves peuvent avoir des histoires très différentes d’une année sur l’autre, parce que l’enseignant proposera des projets très différents d’une année sur l’autre, parce que, finalement, il s’agit dans ces structures d’être au plus près des besoin de ces élèves, et donc de savoir s’adapter.

 

Le réalisateur a le parti pris de dévoiler cette réalité à travers le point de vue presque exclusif des élèves, et il raconte qu’après avoir réalisé des entretiens avec le personnel de l’école, il a décidé de ne pas les inclure au montage, pour laisser la parole aux jeunes de la classe. Il les filme donc en classe, participant à plusieurs projets d’écriture, mais aussi chez eux, dans ce nouveau foyer qu’ils ont investi à leur arrivée en France : chez des parents, cousins, amis… Face à ce découpage en deux types d’espaces si distincts, je me suis posée la question de savoir dans quel but le réalisateur avait décidé de suivre les élèves jusqu’à chez eux. S’agit-il de compléter le portrait de ses « personnages » avec des informations personnelles ? S’agit-il de montrer le fossé qui peut exister entre un espace et l’autre ? Quoiqu’il en soit, le documentaire présente l’espace scolaire comme l’espace de référence, et l’espace familial comme un espace périphérique, ce qui est pertinent du point de vue filmique, mais qui peut poser un certain nombre de questions si l’on cherche à comprendre le parcours de ces jeunes.

 

Enfin, le réalisateur suit de très près Julie Legrand, la professeur principale de ces élèves, qui redouble d’efforts à la fois pour les faire entrer dans les apprentissages scolaires, pour les inclure dans des parcours professionnels qui leur conviennent, et pour leur éviter de tomber dans les pièges que peuvent tendre les pays « du Nord » aux migrants en situation de précarité. Lors de la discussion qui a suivi la projection, Xavier de Lauzanne explique que pour ces jeunes qui arrivent en France, l’enseignant représente le référent par excellence, et qu’ils lient souvent avec lui une relation qui déborde la simple scolarité. Mais ainsi, dans le même temps, l’enseignant se trouve dans une position qui déborde peut-être aussi le rôle d’enseignant. A la fois référents scolaires, professionnels et moraux, pourrait-on dire, les enseignants de ce type de structure sont bien connus pour leur dévouement, peut-être parfois démesuré, et il me semble que ce documentaire est aussi un bel hommage à leur travail sans limites et sans frontières.