Archives par mot-clé : écriture de recherche

Pour chercher, il faut écrire des comptes rendus risqués et… des interludes

Ecrire un mémoire revient à écrire des « comptes rendus risqués », comme le propose Bruno Latour dans Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006). Précisons :

  • écrire c’est trouver l’énonciation d’un dire qui donne la parole à des informateurs : auteurs que l’on cite ou paraphrase ; acteurs de terrain que l’on a rencontrés (questionnés, entretenus…) ;
  • écrire c’est monter des énonciations plurielles qui entrent dans une composition comprenant à tous les niveaux des phases introductives et conclusives (autant de reprises) avec des paragraphes qui constituent des moments s’enchaînant les uns aux autres dans une progression narrative et/ou argumentative ;
  • écrire c’est enfin titrer pour que ce montage d’énonciations s’entende dès le grand titre et dans l’organisation de toute la titraille du compte rendu risqué.

Après avoir lancé quatre carnets de recherche et réfléchi à l’organisation de l’écriture du compte rendu risqué, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

couv_RESEAUX_182.inddOr, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

51j-x-9n-bl-_ac_us160_Pour rire un peu et aller plus loin, on peut lire « Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement », contribution de Latour à l’ouvrage de  Micoud, André, Peroni, Michel. Ce qui nous relie, Ed. de l’Aube, pp.189-208, 2000,  ici : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01027583/document

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Deux historiens et l’écriture de la recherche

Très bel article (double page) dans Le Monde daté du 30 septembre 2016 : en fait une interview d’Alain Corbin et de Sylvain Venayre (qui a rédigé sa thèse sous la direction du précédent) qui sont tous les deux invités aux « rendez-vous de l’histoire » à Blois des 6 au 9 octobre (http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html). Je ne retiens que ce passage qui intéresse au plus haut point les rédacteurs d’un mémoire de master, dans lequel Sylvain Venayre répond à la question de Julie Clarini : « L’écriture tient une place importante dans votre travail à l’un et à l’autre ? Laquelle exactement ? » Réponse : « Je crois, je ne suis pas le seul – nous croyons (nous sommes sans doute plus nombreux à notre génération qu’à celle d’Alain Corbin, où il fait presque figure d’exception) -, que l’écriture est partie prenante de la méthode, qu’elle n’est pas seulement la phase ultime de la rédaction d’un rapport de recherche. Il est évident – et tous les chercheurs en sciences sociales le savent, plus ou moins intuitivement – que dans le moment de l’écriture, ce qui se passe est de l’ordre de la production du savoir (et pas seulement de l’ordre de la restitution d’un résultat). C’est ce qui fonde l’intérêt des expérimentations formelles. Il faut tenter de cerner au plus près ce qui se passe en matière de production de connaissances dans l’acte d’écrire. »

Non seulement, me semble-t-il, cette dernière piste de réflexion touche exactement à notre réflexion méthodologique qui associe étroitement méthode et écriture, mais elle lance une piste de recherche en didactique des langues et des cultures pour observer combien les expériences scripturaires les plus diverses sont des lieux et moments de la construction des savoirs de tous ordres… De Bruno Latour à (prochainement Ivan Jablonka) en passant aujourd’hui par ces deux historiens accueillis par Le Monde, nous voilà au coeur d’une réflexion concernant la recherche en didactique, car comme le dit un peu plus loin Alain Corbin : « Si on n’enfile pas la peau des autres, si on n’a pas une optique compréhensive, ça ne va pas. L’effort d’imagination stimule l’écriture » et Sylvain Venayre d’ajouter : « Et inversement, l’effort d’écriture stimule l’imagination ». On verra que peut-être plus que d’effort d’imagination, il s’agit d’une attention aux énonciations…

 

5005260_7_3518_alain-corbin-et-sylvain-venayre-2016_6cabe278f9fa2a9f6b0c3d763fbe1786
Alain Corbin et Sylvain Venayre photographié par Annabelle Lourenço pour Le Monde

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

un dialogue imaginaire entre un professeur et un étudiant : quand c’est moins, pourquoi vous faites plus ?

r8810f00

Devant le bureau dont la porte est ouverte,  un étudiant se promène de gauche à droite.

Professeur : Bonjour, Raphaël. Est-ce que je peux vous aider ?

Etudiant : Bonjour, Monsieur Joyeux. Avez-vous quelques minutes, hum, pour discuter de mon essai avec moi s’il vous plaît ?

P : Oui, bien sûr. Entrez et Asseyez-vous !

E : Merci. Vous m’avez donné 11/20 dans mon essai. J’ai obtenu 11/20 déjà quatre fois dans votre cours. Je suppose, je ne vois pas ce que vous cherchez vraiment dans ma rédaction.

P : Alors, vous n’êtes pas le seul, Raphaël. Je crois que la majorité de la classe a le même problème pendant ce semestre. En fait, j’avais expliqué ce que j’attendais de vous tous, mais personne n’a pas eu l’air de comprendre. Je suis mauvais comme professeur, je pense.

E : (rire) Je ne pense pas. Mais je suis désolé. Cela ne vous dérange pas si vous me l’expliquez de nouveau ? Je vois que vous voulez un essai dont l’idée est bien claire et je croyais que je l’avais fait cette fois-ci. J’en étais sûr.

P : Vous l’apportez avec vous ?

E : Oui.

P : Laissez-moi regarder.

E : Bien sûr. Tenez !

P : Hum…oui…Je m’en souviens maintenant. Franchement, vous avez un très bon essai ici. Je l’adore. Je souhaite juste que vous auriez dû présenter d’une manière plus efficace.

E : Co…Comment ?

P : Alors, juste regardez votre première phrase que les lecteurs vont rencontrer au tout début.  » Certains chercheurs s’intéressent à la prosodie rythmique dans la phraséologie idiomatique. » Maintenant, dites-moi, Raphaël, si une personne ordinaire pioche et se met à lire, peut-elle comprendre ?

E : Alors, hum…J’espère. Je veux dire, je présume comme cela. C’est ce que j’ai pensé quand j’ai écrit, bien sûr.

P : Bien sûr. Elle semble courte et directe. Mais vous devez savoir quand vous l’avez écrite, vous auriez dû lire et rechercher votre thème à l’avance, j’espère. Mais les lecteurs n’arriveront pas à comprendre. Combien de gens savent-ils ce qui est « prosodie rythmique » ? Qu’est-ce que cela signifie, « phraséologie idiomatique » ? C’est une phrase très abstraite.

E : Oui, je pense comme cela aussi.

P : Raphaël, l’auteur doit d’abord être responsable de ses lecteurs, puis de son propre essai. Imaginez que tous les articles lus par vous basés sur des arguments flous, des malentendus ou des contrevérités, néanmoins, deviennent très répandus et connaissent un véritable succès grâce à l’auteur doué pour la communication.

E : Oui, il y en a beaucoup. Vous voulez que nous puissions écrire comme cela ?

P : (rire) Alors, je ne veux surtout pas que vous transmettiez des contrevérités. Ce que je veux, c’est aider mes étudiants à les éviter. Mais il vaut la peine d’observer comment font ces auteurs. Le plus important pour une rédaction efficace est de « connaître les lecteurs ». Il faut les conjecturer.

E : Ce qu’ils savent, n’est-ce pas ?

P : Exacte ! Ce qu’ils savent…et ce qu’ils ne savent pas. Si vous les convainquez, ils se sentent insultés, ils se disent,  » Pense-t-il que je suis bête, quoi ?  » Et ils s’en vont.

E : Alors, je ne pense pas comme cela, cela est sûr.

P : Peut-être que non, mais votre première phrase confine à un autre extrême. Si vous attendez beaucoup de vos lecteurs, vous allez aussi les bloquer. Ils se diront, « Comme qui me considère-t-il, Issac Newton ? » Et encore, ils s’en vont.

E : Alors, hum…Donc, ce que je dois faire, par exemple, avec cette première phrase ici ? Je ne peux pas simplifier un peu la grammaire ?

P : Non, mais vous pouvez sûrement adoucir les vocabulaires. Sinon, définissez des mots ésotériques quand vous les utilisez. Mais ceci ralentit toujours quelque chose. Laissez tomber. Vous devez vous amener et amener les lecteurs à la même ligne de départ plus ou moins. C’est ce que vous devez cibler.

E : Donc… Je dois définir “prosodie” comme “rythme mélodique” ou “intona…”.

P : Oui, c’est cela, l’idée…mais faites-le plus court, sinon vous allez perdre l’efficacité de votre première phrase. Pourquoi pas aller directement et utiliser “rythme” tout simplement ? Et après, vous pouvez introduire plus, hum…des termes spécifiques plus tard dans votre paragraphe.

E : Seulement “rythme”?

P : Exacte. C’est puissant et clair. C’est ce que vous voulez pour rendre intéressés vos lecteurs. Vous avez un essai où il y a des idées à préciser.

E : Alors, et après ? Vous dites que “phraséologie idiomatique” est, hum, trop…

P : Trop abstrait. D’accord, juste dites-moi cela : qu’est-ce que vous voulez dire par cette expression?

E : Alors, hum…cela veut dire, hum, proverbes, expressions figées et tout cela.

P : Bien ! Donc, pourquoi ne l’avez-vous pas dit au début ? C’est plus direct et attractif. Cela s’exprime d’une manière compréhensive pour tout le monde, “au rythme dans les proverbes”.

E : Mais…semble-t-il, alors…assez formel, Monsieur Joyeux?

P : Ne confondez pas la formalité et l’ambiguïté, Raphaël. Vous n’avez pas besoin de rédiger lourdement pour être formel. Et personne ne sait que vous n’êtes pas obligé d’utiliser de gros mots ! Vous avez besoin d’éviter les jargons et, hum, expressions relâchées. Et assurez-vous que c’est la grammaire standard. Rédigez clair, simple, direct. C’est ce que se construit un bon essai.

E : D’accord. Peut-être que j’ai mieux compris ce que vous vouliez, “clair, simple, direct”. Je pense à cela pour la prochaine fois.

P : Bien. Et j’espère que vous allez y réussir. Je ne refuse pas de donner 20/20 s’ils méritent, vous savez ?

E : Merci pour votre temps, Monsieur Joyeux. J’apprécie vraiment votre aide.

P : De rien, Raphaël. C’est mon devoir. A la prochaine.

E : A bientôt.

Référence :

Bruno Latour, Comment finir une thèse de sociologie.
Petit dialogue entre un étudiant et un
professeur (quelque peu socratique) traduit en français par Alain Caillé et Philippe Chanial.  http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf  consulté le 21/11/2015

mm28

Etudiant de Paris 3

More Posts