Archives par mot-clé : directeur de recherche

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Contact établi avec ma directrice de recherche!

L’une des premières démarches qu’on entreprend lorsqu’on a une idée sur le thème du projet de fin d’études est de trouver un directeur ou une directrice de recherche qui est spécialisé(e) dans le sujet.  Le mien étant de travailler sur l’acquisition d’une langue étrangère, j’ai tout de suite pensé à Madame Trévisiol qui assure un séminaire au même nom « recherches sur l’acquisition des langues étrangères ». Logique comme choix mais surtout motivé par le désire de travailler avec une enseignante avec qui je m’entends très bien. L’entente est, pour moi, un facteur à ne pas négliger au même niveau que celui de la maitrise du sujet par le directeur de recherche.

C’est mon expérience personnelle qui me laisse dire de tels propos. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur deux mémoires dans le passé, celui de ma licence en Traduction et interprétariat et le second, de Master 2 Didactique de la traduction.

C’est ainsi que mon choix s’est porté sur Madame Trévisiol qui, après un échange de mails, a accepté de m’encadrer et de m’accompagner dans cette nouvelle recherche que j’aspire à mener. Pour résumer, je lui avais adressé un courriel pour solliciter ses services et surtout pour lui exposer mon sujet de recherche. Aussi, je lui avais fait part de mes interrogations quant au public sur lequel je devais travailler et particulièrement sur la pertinence de mon thème.

La réponse n’a pas tardé à venir puisqu’elle m’a recontacté dans les heures qui ont suivies. Ce que j’ai pu retenir de son mail est, qu’elle avait accepté ma demande d’encadrement et plus particulièrement des remarques constructives pour m’éclairer davantage sur ce que je devais mener comme recherche. Ce qui est venu en premier, c’est l’importance de cibler un public qui est étroitement lié à la tournure que devrait prendre mon sujet. Ensuite, elle m’a conseillé d’aller voir des travaux qui traitent le sujet, à titre d’exemple, ceux de Daniel Véronique. Puis, elle m’a clairement fait savoir qu’il fallait que j’axe ma recherche sur une problématique bien précise, originale et qui permettrait d’apporter un plus dans le monde de la recherche. Enfin, j’ai eu droit à des encouragements de sa part.

Outre les échanges de mails, j’ai senti le besoin de concrétiser cette rencontre en la sollicitant après son séminaire. Cela m’a fortement aidé et réconforté dans ma quête. Quant à mon thème de recherche, je vous invite à lire le billet suivant intitulé « Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ? » pour en savoir plus dans quoi je souhaiterai me lancer.

A la Racine du mémoire.

Mémorius, étudiant

Oui, puisque je retrouve une alliée si fidèle,

Mes études vont prendre une face nouvelle.

Après le grand chaos de ce premier trimestre

Ne me faites pas croire qu’il s’agit d’un semestre –

Il faut que je vous dise, et vous me comprendrez :

Par des doutes récents me voilà tourmenté.

Madame, on me demande d’écrire un mémoire

Qu’il faudra soutenir avant les Baléares.

Je me retrouve seul dans ce monde inconnu,

Monde de la recherche où je suis mis à nu.

Mes craintes, mes ennuis ont ravi ma raison,

Madame, s’il-vous plaît, entendez mes questions :

Le moment des lectures est-il à dissocier

D’un instant d’écriture à ne pas sacrifier ?

Faut-il pour chaque idée trouver une référence

Qui serve le propos et crée la cohérence ?

Existe-t-il enfin un rite totémique

Propre à la création d’une problématique ?

Je vais m’arrêter là pour tendre mon oreille

À l’apaisante voix d’où coulent les conseils

Madame Mentor, professeure

Monsieur, je vous rassure, mille autres avant vous

Se sont sentis nager dans un torrent de boue

Les doutes et les peurs sont l’éternel fléau

De ceux qui ont forgé de fixes idéaux

Asseyez-vous, soufflez, et prenez un biscuit

Réfléchissons ensemble à ce qui vous ennuie

Mémorius

Ah ! Madame il est loin le temps des lycéens,

Où l’on pouvait flâner jusqu’au doux mois de juin.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Du date* au premier rendez-vous avec son directeur de mémoire, il n’y a qu’un pas.

J’étais stressée.

Dans un peu moins de deux minutes, j’allais le voir. Non pas que je ne l’avais jamais vu, mais jamais en tête à tête. Je l’avais toujours admiré de loin, aussi bien son aisance lors des cours que son CV aussi épais que ma cuisse.

Préparer ce rendez-vous avait été toute une épopée, rien que pour lui envoyer un mail de trois lignes, je m’étais relue une quarantaine de fois. Aussi, attendre sa réponse, après ce premier mail dans lequel je lui demandais un rendez-vous, m’avait causé bien des insomnies. Qui, à notre époque, prend cinq jours pour répondre à un message ??? J’avais également pris énormément de temps à choisir ma tenue, même si j’entends dire que l’habit ne fait pas le moine, selon moi, il y contribue fortement. Je voulais paraître sûre de moi, sans faire prétentieuse et à en croire ma mère, c’était plutôt bien réussi.

Il était exactement six heures, zéro zéro, passées de sept secondes, quand Robert, a finalement ouvert la porte.

« Bonjour Monsieur Dagwoxyzk !

– Bonjour Marie. Votre mail était assez léger, exposez-moi votre sujet plus en détail, voulez-vous ? »

Oooh, me voilà toute rouge. Lui qui ignorait mon existence il y a encore un mois, venait de m’appeler par mon prénom. Bon, arrêtons de rêvasser, faut que je lui réponde.

« C’est pas faux. Alors, euh, en fait, moi, bah, en fait, moi je voudrais travailler sur euh, le français et le lingala en République démocratique du Congo.

– D’accord.

– En fait, euh, mon titre, hypothétique hein, ce serait « Conséquences linguistiques de l’avidité territoriale occidentale : étude de la RDC ».

– D’accord.

– Donc je sais pas, j’sais pas trop, j’ai trop d’idées en fait. Le truc, c’est que, euh, j’ai pas de problématique. J’ai, j’ai fait en sorte d’avoir des cours qui m’aideraient plus ou moins à répondre à certaines des interrogations que je me posais. Que ce soit, euh, concernant le plurilinguisme, les politiques linguistiques, l’anthropologie linguistique ou encore, euh, la didactique du français langue seconde.

– D’accord. Est-ce-que ça vous a aidé ?

– Euh, pour être honnête, certains beaucoup moins que d’autres. Mais le vôtre, beaucoup, c’est pour ça que je vous ai choisi d’ailleurs ».

Pour la première fois depuis le début de notre rendez-vous, il esquissait un sourire. N’en déplaise à certains, être un fayot, ça marche toujours.

« Merci. Vous êtes bien aimable. Vous avez un bon sujet. Qu’en est il de votre bibliographie ?

– Bah, alors en fait, j’ai découvert Louis-Jean Calvet, et j’ai lu plusieurs de ses ouvrages linguistiques. Sinon j’ai d’autres œuvres en tête, par-ci, par là…

– « Par ci, par là » devrait être nommé. On est déjà au mois de décembre. Le temps va passer très vite. Il faut vous mettre au travail.

– Oui, je sais, mais euh, je voulais me consacrer plus sur mes dossiers. Enfin, euh, ceux que je dois rendre au plus tard le dix-huit décembre.

– D’accord.

– Non mais j’travaille ! C’est juste que j’essaie de m’organiser du mieux que je peux en fait. Mais pour le second semestre vu qu’on aura peu de cours, euh, je me consacrerai entièrement et uniquement au mémoire.

– D’accord.

– Euh, d’accord.

– Je vous ai rédigé une bibliographie après avoir reçu votre mail. Tenez. Vous avez signalé que vous aurez du temps à partir du dix-huit décembre, tâchez d’en lire la moitié.

– D’accord.

– Je pense qu’on a fini pour aujourd’hui. Envoyez moi un mail lorsque vous aurez des idées de plans, je prends un peu de temps à répondre, mais je réponds donc ne me relancez pas.

– D’accord. Au revoir.

– Au revoir Marie. »

Qui l’aurait cru, le charme était rompu, Robert est un tyran. Le rendez-vous n’a duré que neuf minutes, mais j’avais l’impression qu’il s’était écoulé dix bonnes heures. Je vais voir si sa bibliographie va m’aider à trouver un plan, pas sûre… Croisons les doigts pour que le second rendez-vous se passe mieux.

J’suis stressée.

* Lire /deɪt/ et non /dat/.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

un dialogue imaginaire entre un professeur et un étudiant : quand c’est moins, pourquoi vous faites plus ?

r8810f00

Devant le bureau dont la porte est ouverte,  un étudiant se promène de gauche à droite.

Professeur : Bonjour, Raphaël. Est-ce que je peux vous aider ?

Etudiant : Bonjour, Monsieur Joyeux. Avez-vous quelques minutes, hum, pour discuter de mon essai avec moi s’il vous plaît ?

P : Oui, bien sûr. Entrez et Asseyez-vous !

E : Merci. Vous m’avez donné 11/20 dans mon essai. J’ai obtenu 11/20 déjà quatre fois dans votre cours. Je suppose, je ne vois pas ce que vous cherchez vraiment dans ma rédaction.

P : Alors, vous n’êtes pas le seul, Raphaël. Je crois que la majorité de la classe a le même problème pendant ce semestre. En fait, j’avais expliqué ce que j’attendais de vous tous, mais personne n’a pas eu l’air de comprendre. Je suis mauvais comme professeur, je pense.

E : (rire) Je ne pense pas. Mais je suis désolé. Cela ne vous dérange pas si vous me l’expliquez de nouveau ? Je vois que vous voulez un essai dont l’idée est bien claire et je croyais que je l’avais fait cette fois-ci. J’en étais sûr.

P : Vous l’apportez avec vous ?

E : Oui.

P : Laissez-moi regarder.

E : Bien sûr. Tenez !

P : Hum…oui…Je m’en souviens maintenant. Franchement, vous avez un très bon essai ici. Je l’adore. Je souhaite juste que vous auriez dû présenter d’une manière plus efficace.

E : Co…Comment ?

P : Alors, juste regardez votre première phrase que les lecteurs vont rencontrer au tout début.  » Certains chercheurs s’intéressent à la prosodie rythmique dans la phraséologie idiomatique. » Maintenant, dites-moi, Raphaël, si une personne ordinaire pioche et se met à lire, peut-elle comprendre ?

E : Alors, hum…J’espère. Je veux dire, je présume comme cela. C’est ce que j’ai pensé quand j’ai écrit, bien sûr.

P : Bien sûr. Elle semble courte et directe. Mais vous devez savoir quand vous l’avez écrite, vous auriez dû lire et rechercher votre thème à l’avance, j’espère. Mais les lecteurs n’arriveront pas à comprendre. Combien de gens savent-ils ce qui est « prosodie rythmique » ? Qu’est-ce que cela signifie, « phraséologie idiomatique » ? C’est une phrase très abstraite.

E : Oui, je pense comme cela aussi.

P : Raphaël, l’auteur doit d’abord être responsable de ses lecteurs, puis de son propre essai. Imaginez que tous les articles lus par vous basés sur des arguments flous, des malentendus ou des contrevérités, néanmoins, deviennent très répandus et connaissent un véritable succès grâce à l’auteur doué pour la communication.

E : Oui, il y en a beaucoup. Vous voulez que nous puissions écrire comme cela ?

P : (rire) Alors, je ne veux surtout pas que vous transmettiez des contrevérités. Ce que je veux, c’est aider mes étudiants à les éviter. Mais il vaut la peine d’observer comment font ces auteurs. Le plus important pour une rédaction efficace est de « connaître les lecteurs ». Il faut les conjecturer.

E : Ce qu’ils savent, n’est-ce pas ?

P : Exacte ! Ce qu’ils savent…et ce qu’ils ne savent pas. Si vous les convainquez, ils se sentent insultés, ils se disent,  » Pense-t-il que je suis bête, quoi ?  » Et ils s’en vont.

E : Alors, je ne pense pas comme cela, cela est sûr.

P : Peut-être que non, mais votre première phrase confine à un autre extrême. Si vous attendez beaucoup de vos lecteurs, vous allez aussi les bloquer. Ils se diront, « Comme qui me considère-t-il, Issac Newton ? » Et encore, ils s’en vont.

E : Alors, hum…Donc, ce que je dois faire, par exemple, avec cette première phrase ici ? Je ne peux pas simplifier un peu la grammaire ?

P : Non, mais vous pouvez sûrement adoucir les vocabulaires. Sinon, définissez des mots ésotériques quand vous les utilisez. Mais ceci ralentit toujours quelque chose. Laissez tomber. Vous devez vous amener et amener les lecteurs à la même ligne de départ plus ou moins. C’est ce que vous devez cibler.

E : Donc… Je dois définir “prosodie” comme “rythme mélodique” ou “intona…”.

P : Oui, c’est cela, l’idée…mais faites-le plus court, sinon vous allez perdre l’efficacité de votre première phrase. Pourquoi pas aller directement et utiliser “rythme” tout simplement ? Et après, vous pouvez introduire plus, hum…des termes spécifiques plus tard dans votre paragraphe.

E : Seulement “rythme”?

P : Exacte. C’est puissant et clair. C’est ce que vous voulez pour rendre intéressés vos lecteurs. Vous avez un essai où il y a des idées à préciser.

E : Alors, et après ? Vous dites que “phraséologie idiomatique” est, hum, trop…

P : Trop abstrait. D’accord, juste dites-moi cela : qu’est-ce que vous voulez dire par cette expression?

E : Alors, hum…cela veut dire, hum, proverbes, expressions figées et tout cela.

P : Bien ! Donc, pourquoi ne l’avez-vous pas dit au début ? C’est plus direct et attractif. Cela s’exprime d’une manière compréhensive pour tout le monde, “au rythme dans les proverbes”.

E : Mais…semble-t-il, alors…assez formel, Monsieur Joyeux?

P : Ne confondez pas la formalité et l’ambiguïté, Raphaël. Vous n’avez pas besoin de rédiger lourdement pour être formel. Et personne ne sait que vous n’êtes pas obligé d’utiliser de gros mots ! Vous avez besoin d’éviter les jargons et, hum, expressions relâchées. Et assurez-vous que c’est la grammaire standard. Rédigez clair, simple, direct. C’est ce que se construit un bon essai.

E : D’accord. Peut-être que j’ai mieux compris ce que vous vouliez, “clair, simple, direct”. Je pense à cela pour la prochaine fois.

P : Bien. Et j’espère que vous allez y réussir. Je ne refuse pas de donner 20/20 s’ils méritent, vous savez ?

E : Merci pour votre temps, Monsieur Joyeux. J’apprécie vraiment votre aide.

P : De rien, Raphaël. C’est mon devoir. A la prochaine.

E : A bientôt.

Référence :

Bruno Latour, Comment finir une thèse de sociologie.
Petit dialogue entre un étudiant et un
professeur (quelque peu socratique) traduit en français par Alain Caillé et Philippe Chanial.  http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf  consulté le 21/11/2015

mm28

Etudiant de Paris 3

More Posts

Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Il n’a que quinze minutes à m’accorder et il est assis dans un grand fauteuil de cuir noir qui tourne. Il jette un coup d’œil au courriel que je lui ai envoyé il y a deux semaines.                                                                         Sur le bord de ma chaise, j’attends… pendue à ses lèvres…                 De sa voix grave, il entonne :

– Hum… il faudrait observer une dizaine de familles au moins… et   puis ce serait bien que vous les filmiez… Bien entendu, il vous faudra aussi analyser l’environnement familial, social, professionnel… tout quoi… vous verrez bien… Jetez un coup d’œil aux écrits des enfants. Cela pourrait vous renseigner sur les pratiques linguistiques…

Je dis rien… Enfin, je crois… Je hoche la tête. Sur mon petit carnet, j’essaye de tout noter. Je ne me rends pas encore compte du poids. Mes quinze minutes sont écoulées. Son collègue vient de passer dans le bureau :

– Tu viens ? On nous attend au cinquième pour le Conseil de Perfectionnement.

– J’arrive.

(à moi)

– Bon eh bien vous avez de quoi vous occupez. Vous me tenez au courant.

– Oui Monsieur. Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Un mois plus tard. Même scénario.

– Oui… j’ai vu… C’est pas mal mais… il faudrait penser différemment l’analyse de ces vidéos… Examinez de plus près la répartition des temps de parole… les types d’intervention… Les déplacements pourraient aussi être une source d’information non négligeable… Et puis pour l’entretien, il faudrait voir du côté de Kaufmann[1], de l’entretien compréhensif… Ah et ce serait pas mal tout même si toutes ces données, on pourrait les retrouver sur un cd-rom…

Cette fois-ci, ce n’est pas un professeur qui a sonné le glas mais un autre élève qui a frappé à la porte. C’est l’heure de son rendez-vous. Je prends mon manteau sous le bras et je sors. J’ai très chaud. Je dois sûrement être toute rouge. Il faut que je prenne l’air. Des copains accrochés à un radiateur me demandent comment ça va. Ca va. J’ai juste une petite heure avant de me rendre au cours d’épistémologie où je dois faire état de mes recherches.

Nous sommes tous assis autour d’une grande table en U. Ca fait déjà deux heures que ça discute. Ils ont tellement l’air d’être sûrs d’eux. Ils posent leur problématique, présente leur méthodologie, leur terrain d’observation. Ils en sont à l’analyse des données. Tout n’est pas parfait. Il y a encore quelques petits réajustements à faire mais ils ont bien avancé. Ils sont contents.

C’est à mon tour. Je parle de mes familles, des vidéos, de la répartition des temps de parole, des types d’intervention, de l’entretien compréhensif, de l’analyse des écrits des enfants et… Je n’ai pas eu le temps de parler du cd-rom que :

– Ce n’est pas possible ! C’est bien beau de vouloir faire du qualitatif comme ça mais là vous allez droit dans le mur ! Je ne dis pas ça pour vous bien sûr. Je sais bien que vous n’y êtes pour rien. Ce n’est seulement pas admissible que des étudiants en Master 2 soient dirigés vers ce genre de recherche…

Oh là là ! Ils ne s’aiment vraiment pas ces deux-là. On dirait même qu’ils se détestent. Une histoire de chaire ai-je entendu dire…           Je ne m’étais alors pas rendu compte de la portée de ces propos. J’avais la tête dans le guidon. Jour et nuit, je les passais à visionner, compter, analyser, puis écrire, récrire, réécrire car ça n’allait jamais. J’ai rendu mon mémoire dans les temps ou presque…                        Mais c’était décidé. Je ne ferai pas ma thèse avec lui.

Un enfant plus tard. Dans une autre salle de cours.

– L’étrangeté dans un texte… Référez-vous à Berman[2]. Valérie l’a très bien exposé… comment traduire les proverbes.                                 Lisez Meschonnic[3] Poétique du traduire… la notion de rythme. C’est important le rythme…

Quelque part dans un café.

– Qu’est-ce qui vous arrive ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce que c’est que ce mot à mot que vous êtes en train de me faire…

– Vous savez… ce sont ces cours sur la traduction…

– Oui…

– Ils envisagent les choses sous un tout autre angle… et j’ai un exposé à faire… alors… Je n’ai peut-être pas tout compris mais depuis… je me pose beaucoup de questions… Cette idée de rester le plus proche possible du texte pour y laisser la trace de l’étranger… C’est… c’est Berman…

– Ah oui Berman… Bon… L’important est de justifier… Même si je ne suis pas d’accord avec vous… Justifiez.

Retour dans la salle de cours, celle de Meschonnic et de Berman.

– Pour terminer, je parlerai de la traduction de « Ba chìm, bảy nổi, chín lênh đênh ». C’est un proverbe que tous les Vietnamiens connaissent et qu’ils utilisent pour parler des difficultés de la vie, de ce qu’ils ressentent lorsqu’elle les malmène…                                                    Concernant sa traduction, voici où je suis, pour l’instant, de ma réflexion :                                                                                                                                   « Au fond trois fois, au ras sept, à tourbillonner neuf fois » ou encore « A trois s’enfonce, à sept surnage, à neuf se retourne se détourne »

– On ne peut pas dire que vous avez choisi un texte facile… Cette notion de « fois » est, sans faire de jeu de mots, ma foi importante… c’est autour de ça qu’il faut travailler…Mais… c’est quoi ces traductions à l’eau de rose ! Ca ne va pas du tout… Vous voyez bien ! Bon… A qui le tour maintenant ?

– Merci Monsieur. Au revoir Monsieur.

Traduction à l’eau de rose… Vous voyez bien !                                               Ca fait des mois que je me triture la tête pour ça… une traduction à l’eau de rose… Traduire… Je commençais à aimer… ce passage d’une langue à l’autre… ce travail sur le texte… cette trace de l’étranger… Ca me parlait… Il va falloir te résoudre ma belle, ce n’est pas fait pour toi…

Dernièrement en salle M.

– La recherche… c’est une histoire de tensions… de conflits… C’est l’histoire de ce conflit que je dois retrouver dans vos mémoires…      Votre place… Pensez à votre place…                                                                       Tirez-en le meilleur ! Tirez-en le meilleur…

 

 

[1] Jean-Claude Kaufmann, Directeur de recherche à l’Université Paris V-Sorbonne, est sociologue, écrivain.                                                           Jean-Claude Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris : Nathan/HER, 2001.

[2] Antoine Berman (1942-1991), est un théoricien français de la traduction et traducteur.                                                                                                   Antoine Berman, La Traduction et la Lettre. Ou l’Auberge du lointain, Paris : Seuil, 1999.                                                                                                                 Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris : Gallimard, 1984.

[3] Henri Meschonnic (1932- 2009) est un théoricien du langage, essayiste, traducteur et poète.                                                                                      Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris : Verdier, 1999.

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Les cinq ateliers de tutorat en M2 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Allirol       x  
Anne x        
Bechet     x    
Cabaret x        
Dubost       x  
Dupré   x      
Enée       x  
Fraisse         x
Gailleux   x      
Jean     x    
L’Orphelin       x  
Lallinec     x    
Larquier         x
Laubin   x      
Leroux     x    
Luet x        
Marie L.     x    
Marie O.         x
Morin         x
Nicolas x        
Noblet     x    
Pain       x  
Poignon         x
Roussel       x  
TOTAL 4 3 6 6 5

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorats en M1 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Barbot x
Becquemont x
Berger x
Betton x
Boichard x
Boudier x
Bourniche x
Cavoit x
Cheyrade x
Decaëns
Hemery x
Jacoutot x
Jouault x
Landais x
Lecoeur x
Marteau x
Robine x
Sauvage x
Simon x
Tirel x
TOTAL 4 3 3 3 6

19 étudiants

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les directeurs de recherche

Responsable :

Serge Martin (Maître de conférences habilité à diriger des recherches en littérature contemporaine, 9e section, LASLAR, EA 4256)

On trouvera ses publications à cette adresse: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/

 

Membres formateurs :

Marie-Laure Guégan (PRCE d’arts visuels)

Karine Guihard (Professeur agrégée de Lettres modernes)

Magali Jeannin (Professeur agrégée de Lettres modernes, docteur 9e section, rattachée au LASLAR, EA 4256)

Dominique Lefebvre (Professeur agrégée de Lettres classiques, docteur 8e section, rattachée au Centre Halma-Ipel UMR 8164, CNRS, Lille 3)

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus