Archives par mot-clé : directeur de mémoire

DIALOGUES SANS FIN

L’histoire, pardon, les dialogues sans fin ont commencé en novembre 2016 et se maintiennent encore aujourd’hui. Ces échanges entre une étudiante (E) et son directeur de mémoire (DM) ont guidé la rédaction du mémoire de recherche du M2.

Ici, il ne s’agit pas de sauver le Pays Fantastique, mais de réaliser un mémoire de recherche. Les premières conversations se caractérisaient par les explications des motivations, des objectifs, du contexte…

E : Monsieur, j’ai constaté que ce phénomène linguistique pose problème aux apprenants quand il s’agit de …

DM : Pourquoi menez-vous cette recherche ? Que voulez-vous faire après le M2 ?

L’étudiante n’oublie pas son cahier où elle avait noté une première version de son plan, mais laisse libre cours à l’imagination et commence à penser à l’avenir de cette recherche.

DM : Envoyez-moi par mail le plan et une explication de vos idées, une dizaine de pages à peu près.

E : D’accord.

Quelques semaines plus tard, ils se retrouvent pour faire le point sur la bibliographie à consulter. L’étudiante arrive avec un bon nombre de références pour montrer tout ce qu’elle a déjà lu… et elle part avec de nouvelles pistes : des auteurs qu’elle ne connaissait pas.

DM : Je comprends vos choix, mais allez lire d’abord les « classiques », consultez ce que Mme X a publié même en espagnol, votre langue maternelle, mais attention ! Analysez bien ses propos et positionnez-vous, présentez votre opinion !

Pendant ces semaines de lectures et des premières rédactions, les échanges se sont faits par mail. Lors du second semestre, ils ont été plus nombreux et leur nature encore plus diverse : rencontres à la Maison de la recherche, courts dialogues dans les couloirs, des conversations via Skype… et même s’il l’ignore, mon directeur de mémoire m’accompagne à la bibliothèque, j’imagine qu’il est là, en train de lire ce que j’écris. Et ces derniers jours de rédaction, je laisse libre cours à mon imagination et ces échanges, encore plus riches, se transforment parfois en débat. On n’est pas en novembre, mais j’explique une autre fois mes motivations, mes choix, mes hypothèses, mon parcours, mais d’un geste poli, il m’interrompt pour me dire :

DM : En fait, que voulez-vous faire après le M2 ?

Dialogues sans fin ?

 

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Contact établi avec ma directrice de recherche!

L’une des premières démarches qu’on entreprend lorsqu’on a une idée sur le thème du projet de fin d’études est de trouver un directeur ou une directrice de recherche qui est spécialisé(e) dans le sujet.  Le mien étant de travailler sur l’acquisition d’une langue étrangère, j’ai tout de suite pensé à Madame Trévisiol qui assure un séminaire au même nom « recherches sur l’acquisition des langues étrangères ». Logique comme choix mais surtout motivé par le désire de travailler avec une enseignante avec qui je m’entends très bien. L’entente est, pour moi, un facteur à ne pas négliger au même niveau que celui de la maitrise du sujet par le directeur de recherche.

C’est mon expérience personnelle qui me laisse dire de tels propos. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur deux mémoires dans le passé, celui de ma licence en Traduction et interprétariat et le second, de Master 2 Didactique de la traduction.

C’est ainsi que mon choix s’est porté sur Madame Trévisiol qui, après un échange de mails, a accepté de m’encadrer et de m’accompagner dans cette nouvelle recherche que j’aspire à mener. Pour résumer, je lui avais adressé un courriel pour solliciter ses services et surtout pour lui exposer mon sujet de recherche. Aussi, je lui avais fait part de mes interrogations quant au public sur lequel je devais travailler et particulièrement sur la pertinence de mon thème.

La réponse n’a pas tardé à venir puisqu’elle m’a recontacté dans les heures qui ont suivies. Ce que j’ai pu retenir de son mail est, qu’elle avait accepté ma demande d’encadrement et plus particulièrement des remarques constructives pour m’éclairer davantage sur ce que je devais mener comme recherche. Ce qui est venu en premier, c’est l’importance de cibler un public qui est étroitement lié à la tournure que devrait prendre mon sujet. Ensuite, elle m’a conseillé d’aller voir des travaux qui traitent le sujet, à titre d’exemple, ceux de Daniel Véronique. Puis, elle m’a clairement fait savoir qu’il fallait que j’axe ma recherche sur une problématique bien précise, originale et qui permettrait d’apporter un plus dans le monde de la recherche. Enfin, j’ai eu droit à des encouragements de sa part.

Outre les échanges de mails, j’ai senti le besoin de concrétiser cette rencontre en la sollicitant après son séminaire. Cela m’a fortement aidé et réconforté dans ma quête. Quant à mon thème de recherche, je vous invite à lire le billet suivant intitulé « Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ? » pour en savoir plus dans quoi je souhaiterai me lancer.

Conversation avec mon directeur de mémoire (ou plutôt avec moi-même…)

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Après quatre ans d’école maternelle (non, je ne suis pas née stupide, seulement en début d’année), cinq ans d’école primaire, quatre ans de collège, trois ans de lycée et quatre ans d’université, soit un total de 4+5+4+3+4 = 20 ans d’institutions scolaires (les mathématiques ne sont pas mon fort, j’étudiais les langues après tout), je me retrouve en Master 2 à devoir parler de manière plutôt détendue avec un enseignant afin d’écrire l’œuvre ultime de mon master, qui n’est autre que mon mémoire. Après 20 ans passés « à l’école », après 20 ans d’effroi face à la puissance et au courroux de mes enseignants, après toutes ses années, je me retrouve à discuter, moi, future enseignante de français, de manière plutôt égale avec un enseignant-chercheur, publié et expert dans son domaine. Au vu de mon passé et du parcours de mon directeur de recherche, c’est sans surprise que je peux dire que la communication est, pour ma part, source de nombreuses angoisses et mère porteuse de mon anxiété. Sans parler des quinze à cent révisions de chaque email envoyé à mon directeur afin que tout soit parfait et respectueux, la communication directe et orale se transforme en véritable lutte interne entre mon moi « domestiqué » par les institutions scolaires et mon « vrai » moi, mon côté « gaffes » et maladroit, mon moi naturel et sauvage. Mais trêve de « blabla » d’introduction, passons aux choses sérieuses : un exemple de discussion avec mon directeur de recherche.

 

Etudiante : (voix interne : sois polie) Bonjour Monsieur (voix interne : mince, il ne m’a pas entendu, je répète ? S’il a entendu et que je répète, il va penser que je le prends pour un vieux gâteux et malentendant… Bon, c’est pas grave, vaut mieux être trop polie que pas assez, je relance…) Bonjour Monsieur X !

Directeur de mémoire : Ah ! Bonjour ! Vous devez être Priscillia Mollard-Cadix, c’est ça ?

E : Euh oui ! C’est bien moi !

DM : Asseyez-vous, asseyez-vous ! Alors, parlez-moi un peu de vous…

E : Oui, euh alors oui, je m’appelle, je suis en master 2, spécialité 1, option A… Euh j’ai fait une licence d’anglais, mineure FLE à Paris 3 avant parce que euh je voudrais enseigner le français dans un pays anglophone mais euh je ne sais pas lequel encore…

DM : Ah d’accord ! Je vois ! Il va peut-être être temps de se décider ! Haha !

E : Oui, oui, je réfléchis encore… Mais je vais y réfléchir plus sérieusement… (voix interne : Oh mince, si je fais pas un doctorat, je fais quoi l’année prochaine, enfin c’est si j’arrive à avoir cette année… Et puis il doit penser que je ne suis pas sérieuse, je n’ai pas de plan de vie en particulier pour l’année prochaine…)

DM : Et pour votre mémoire, quel serait le sujet ?

E : Oui euh j’aimerais travailler sur la créativité et l’authenticité des interactions orales en classe de FLE.

DM : D’accord, c’est bien ce que j’avais noté. Qu’est ce qui vous a orienté vers cette thématique ?

E : J’ai fait mon année de Master 1 aux Etats-Unis, dans une fac en Virginie, et j’ai été assistante de français là-bas. Cette expérience m’a montré que l’oral peut être particulièrement sacrifié dans l’enseignement du français au profit du contenu et de l’avancée dans le programme car l’enseignant avec lequel j’ai travaillé ne donnait aux apprenants aucune opportunité de quelque échange oral… Enfin, euh, j’exagère peut-être un peu mais les échanges étaient extrêmement limités, les seules fois où les apprenants parlaient c’était pour un oral en quatrième année, sinon l’enseignant posait des questions aux apprenants mais y répondait tout seul, sans attendre qu’ils y répondent. J’ai trouvé ça très frustrant et, le premier semestre, il m’a laissé les faire parler car il surveillait le cours que je donnais avec eux mais le deuxième semestre, il m’a interdit de les faire parler, il voulait que je fasse une simple présentation magistrale de mouvements littéraires et ça, ça a été vraiment très dur pour moi car ce n’est pas le genre d’enseignant que je suis ou que je voudrais être…

DM : D’accord, c’est très bien d’avoir déjà une expérience qui vous inspire car les idées, les sources ou les prémices d’une recherche ne se trouvent pas dans le chercheur lui-même mais dans sa relation au monde et dans ce qui le choque, le surprend ou le touche… Avez-vous fait quelques recherches déjà ? Lu des articles ?

E : J’ai commencé à regarder quelques pistes oui mais je ne suis pas sûre de m’y prendre correctement, je ne sais pas vraiment en quoi doit consister un « mémoire de recherche »… Est-ce que je dois chercher moi-même en faisant des vraies enquêtes… Ou est-ce que je dois juste dire ce que les autres ont fait sur le sujet ? Je sais que c’est vraiment basique mais je pense être vraiment perdue à ce sujet…

DM : Oui… Je vois. Le mémoire est plus ou moins large, vous pouvez faire des questionnaires d’enquête si vous le souhaitez mais il faudra néanmoins être extrêmement vigilante vis-à-vis des questions que vous poserez afin de ne pas pousser les enquêtés à répondre à une question de la manière dont VOUS voulez qu’ils répondent.

E : Oui, je vois, pour le coup, ça ne servirait pas à grand-chose et ce serait faussé…

DM : Exactement. Je vous encourage à lire davantage d’ouvrages autour de votre sujet. J’ai notamment écrit un livre qui pourrait apporter un plus à votre réflexion…

E : Oui, je l’ai déjà commencé…

DM : Très bien ! Donc nous nous contacterons rapidement afin de nous revoir ! Sur ce, bon travail et bonne journée !

E : Oui ! Merci ! Bonne journée à vous aussi ! (Voix interne : bon, ça s’est bien passé mais je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup avancé… Je vais suivre ses conseils quand même et l’écouter, sans oublier de remplir mes carnets…)

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Un dialogue imaginaire lors du première rendez-vous entre le directeur de mémoire et l’étudiante

Ce dialogue se tient au bureau des enseignants à la Sorbonne, il s’agit du premier rendez-vous prévu entre l’étudiante (Claire) et son directeur de mémoire (Monsieur L.).

Etudiant (Claire) : Excusez-moi, c’est bien le bureau des enseignants ?

Directeur de mémoire (Monsieur L) : Exactement, à qui vous recherchez ?

C : Je cherche monsieur L.

Monsieur L : Je suis monsieur L

C : Ah, bonjour monsieur L, je suis Claire. (rire)

Monsieur L: Je sais (sourire), bonjour, Claire. Asseyez-vous.

C : Merci.

Monsieur L : Alors on commence. Vous m’avez écrit que vous voulez travailler sur l’enseignement de la prononciation française. Pouvez-vous présenter votre projet ?

C : Oui, bien sûr. Je voudrais travailler sur les difficultés lors de l’apprentissage de la prononciation des phonèmes français qui n’existent pas dans la langue chinoise, surtout sous l’influence de leurs dialectes, et donner quelques conseils pour la conception des exercices articulatoires afin de les aider surmonter ces difficultés. Parce que les problèmes de prononciation gènent même les Chinois qui ont déjà un niveau élevé.

Monsieur L : D’accord.

C : Et je voudrais le rédiger en trois aspects. Dans un premier lieu, je vais présenter généralement les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois. Puis dans la deuxième partie, les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française seront présentées. Il s’agit des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise, et des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Enfin pour la troisième partie, je proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie, je vais trouver quelques méthodologies pour supporter cette partie.

Monsieur L : Bien. Quelle formation vous avez suivi sur la prononciation ?

C : J’ai un cours de « Phonologie et système graphique du Français », et j’ai aperçu qu’il y a une différence entre l’enseignement de la prononciation française entre la Chine et la France.

Monsieur L : Par exemple ?

C:Quelques phonèmes ne s’enseignent pas de la même façon, par exemple on utilise /ɑ/ pour transcrire la lettre « a » lors qu’il faut utilise /a /.

Monsieur L : C’est vrai ? /ɑ/et /a / sont deux phonèmes bien différents.

C : Voilà. Plein de choses comme ça.

Monsieur L : D’accord. Je pense que ton mémoire est faisable et je ne suis pas inquiète de ça. Pour les méthodologies utilisées dans la troisième partie de mémoire, je vous invite à aller sur mon blog et à lire mon livre, ce livre est accessible dans la librairie près de ce bâtiment.

C : Ah oui je sais, merci beaucoup.

Monsieur L : J’espère que tu peux finir la lecture de ce livre avant le prochaine entretien, et on le discutera ensemble.

C:Merci beaucoup monsieur pour tes propositions utiles

Monsieur L : N’hésitez pas de m’adresser si vous avez des questions. Si je ne vous répond pas immédiatement, c’est parce que parfois l’internet ne marche pas très bien, c’est pas que je suis fâché.

C : (rire) Je sais, merci beaucoup monsieur, c’est gentil. Bonne soirée ! Au revoir !

Y : Allez ! Bonne soirée ! Au revoir !

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

FOU à lier

Trouver un directeur de recherche n’est pas facile, comme toutes les étapes du mémoire : le sujet, la problématique, les hypothèses, la méthodologie, la bibliographie… Moi, j’ai commencé d’abord en choisissant celui qui était le plus sympa. A la fin du cours, je suis allée lui parler :

– Bonjour Mme Collet, je voudrais vous demander si vous voulez être le directeur de mon mémoire.

– Euh… Oui. Ecoutez, on va prendre un rendez-vous et vous me direz quel est votre projet. Vous savez, c’est très important que ça soit votre projet, vos idées.

Voilà, j’ai trouvé mon directeur de recherche, je me suis dit. Pour le rendez-vous, j’ai préparé mon projet : la problématique, les hypothèses, la bibliographie afin de montrer mon autonomie.

– Bonjour Mme Collet !

– Bonjour… euh… Comment vous vous appelez déjà ?

– Romane… Romane Langlois.

– Ah oui… je le savais. Alors, vous pouvez me présenter votre projet. C’est très important que l’étudiant choisisse lui-même son projet.

– Euh, je voudrais travailler sur l’enseignement de la littérature dans un cours hybride aux adolescents. Actuellement avec les nouvelles technologies comme Internet, les réseaux sociaux, tout ça peut être un outil dans l’enseignement des langues étrangères et…

– Oui, je sais… Mais ce n’est pas mon domaine de recherche.

– Ah bon ? C’était sur la page web de l’université…

– C’est vrai, mais à ce moment j’ai un autre projet, alors je ne veux plus de recherches sur le numérique.

– D’accord… Je peux changer ! Le cours peut être seulement en présence… Dans un lycée à l’étranger…

– En fait, ce n’est pas bien ce public, il y a déjà beaucoup de recherches. Il vaut mieux le public adulte, universitaire.

– Ben oui… Alors, l’enseignement de la littérature à un public étranger à l’université, c’est bien ça ?

– Oui c’est bien… à l’université les étudiants ont besoin de lire… Les étudiants lisent des textes littéraires à l’université. De plus, ils lisent d’autres genres de textes.

– Euh…oui. Des articles…

– Ils ont besoin d’écrire aussi, écrire les genres universitaires est plus difficile que lire.

– Oui ?

– Vous avez une bonne idée, vous pouvez faire une recherche avec les étudiants étrangers, les genres dont ils ont besoin. C’est bien ça, le FOU : Français sur objectifs universitaires. Mais il faut trouver une problématique.

– Euh… Oui… c’est vrai, fou.

– Je vous conseille de lire ces articles, tenez. Ensuite vous réfléchissez à la problématique.

– Euh… d’accord.

– Vous m’écrivez si vous avez des questions. N’oubliez pas que c’est votre recherche et je suis là seulement pour vous aider. Au revoir.

– Je vous remercie. Au revoir !

Et c’est comme ça que j’ai trouvé mon directeur de recherche et le sujet de mon mémoire.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

Compte rendu de premier entretien avec mon directeur de mémoire

Mon premier entretien avec mon directeur de mémoire a eu lieu le 10 novembre au bureau des professeurs, 46 rue Saint-Jacques, 75005 Paris. Nous avons discuté pendant une heure et demie, j’en ai conclu quelques aspects importants ci-dessous qui sont utiles pour la rédaction de mon mémoire. Mon mémoire porte sur les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française, et les solutions pour surmonter ces difficultés.

Tout à bord, le directeur m’a répondu qu’il n’est pas nécessaire d’enregistrer une classe où les apprenants sont originaires de régions différentes pour justifier que telle region a une telle difficulté de prononcer quelques phonèmes, parce que cette problématique est déjà justifiée, ainsi tout le monde qui étudie ce domaine le sait.

Deuxièmement, comme j’ai appris le français dans l’université chinoise comme ma spécialité de licence. Le directeur me fait souvenir les jours où j’apprennais la prononciation francaise en Chine. Par exemple comment la phonétique française s’enseigne d’après la méthodologie chinoise.

Troisièmement, il m’a proposé le livre Enseigner la prononciation : questions et outils, paris : Hachette, écrit par lui-même Bertrand LAURET. Ce livre est sourtout utile sur la conception des exercices articulatoires.

Quatrièmement, il m’a demandé mes connaissances sur la phonétique française. Au fur et à mesure de notre discussion, il a indiqué et corrigé quelques nuances sur l’explication de règles prononcials. Par exemple, nous sommes enseignés dans notre université que le règle « voyelle ouverte dans une syllabe fermée, et voyelle fermée dans une syllabe ouverte » est universel dans toutes les syllabes, mais ce n’est pas toujours le cas en français, malgré les exceptions. De plus, quelques difficultés rencontrées par nous sont d’après lui bizarres. Par exemple, parfois nous prononçons /ø/ comme /o/, mais pour lui, il pense que c’est difficile de devenir /o/, il peut comprendre que /ø/ se ressemble à /œ/, mais à /o/ est incompréhensible, ce qui encourage ma motivation de faire cet étude. Pour la distinction des phonèmes /b/et /p/, /t/ et /d/ et /k/ et /g/, il m’a recommandé mon camarade Nan, qui est bien intéressée à l’enseignement de la phonétique française, elle a réussi à distinguer ces trois paires en tant que chinoise. Il faut aussi beaucoup discuter avec mon autre camarade Yi qui étudie aussi dans ce domaine, et nous avons le même directeur. Avant cet entretien, j’ai discuté avec Yi, il a posé une hypothèse que c’est possible qu’il n’y a pas de lien direct entre les dialectes des apprenants et leur prononciation française, ce qui importe, c’est la compétence d’imitation des apprenants ? Je lui ai donc posé cette question, il a répondu que des gens qui imitent bien et qui sont peu apportés à l’influence des dialectes sont des exceptions, on analyse juste des cas generals. C’est-à-dire que d’après lui, dans l’apprentissage de la phonétique française, il existe des difficultés régionales. Par ailleurs, ma question est que s’il existe déjà des concepts qui peuvent aider à la conception des exercices comme le concept de Callamand, pourquoi je vais répéter son travail ? Il m’a répondu que ce n’est absolument pas une répétition. Malgré les travails déjà fait, Callamand n’a pas appliquer particulièrement son concept dans l’enseignement phonétique pour les les Chinois. Ses idées nous ont beaucoup encouragé pour démarrer notre travail.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Le premier rendez-vous avec mon directeur de mémoire

Avant d’écrire un dialogue concernant la première rencontre avec mon  directeur de mémoire, je voudrais souligner le fait que ce n’est pas facile d’imaginer un tel dialogue, alors que je n’ai  jamais écrit un mémoire et jusqu’à présent je n’ai pas rencontré mon directeur de mémoire, ce qui aurait pu me permettre d’avoir une idée sur la nature des questions que le directeur de mémoire pourrait me poser.

Imaginons donc, que mon  premier rendez-vous serait au début du mois de janvier, 2016, à la Sorbonne, au troisième étage du département  Didactique des langues.  Pendant que j’attends avec impatience devant le bureau des professeurs,  je vois mon directeur de mémoire arriver…et j’en suis contente, car je ne dois pas frapper à la porte du bureau des professeurs…

E: Bonjour Monsieur S.,  je suis l’étudiante avec laquelle vous avez le rendez-vous concernant le mémoire, c’est moi qui vous ai envoyé le mail…

P: Bonjour, vous pouvez entrer vous asseoir…venez, installez-vous…et dites-moi s’il vous plaît…je vous écoute…

E: Je ne sais pas par quoi commencer…je voudrais d’abord m’excuser pour vous avoir contacté si tard, mais j’ai voulu finir tous les dossiers que j’ai eu à faire pour les cours du premier semestre, pour pouvoir ensuite me concentrer au sujet du mémoire…

P: Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas du tout tard, vous avez suffisamment de temps jusqu’au mois de juin, en plus, un mémoire est loin d’être un travail difficile à faire…(il me regarde…)

E: ( Comprenant le message que le professeur veut me transmettre, je commence à rougir. En fait, le ton ironique de son message me fait comprendre qu’ il est un peu mécontent du fait que je ne l’ai pas contacté plus tôt).

P: (…ensuite il rajoute) Mieux vaut tard que jamais (il sourit)…Dites-moi s’il vous plaît, quelle est votre sujet de mémoire? Votre problématique?

E: J’aimerais   travailler sur la grammaire; je m’intéresse à  la place qu’elle occupe en contexte exolingue et plus précisément en Roumanie, dans l’enseignement du français langue étrangère des institutions scolaires. Avec l’encouragement de l’ approche communicationnelle-actionnelle, je m’interroge si dans le processus d’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère on peut se passer de l’enseignement grammatical, sinon,  quelle est la place de la grammaire au sein de ce processus. Les points ou les idées que je compte aborder dans mon mémoire sont encore assez vagues et je n’ai pas encore fait un plan concret de ce que je veux y écrire…

P: D’accord…je vois que vous hésitez un peu maintenant, c’est pour cela que je vous propose de me ramener dans deux ou trois semaines un projet de recherche  de cinq pages comprenant : une problématique, un état des lieux de la recherche sur la question (assortie d’une brève bibliographie), le corpus que vous comptez analyser et les résultats attendus…je vous rappelle que dans la rédaction d’un mémoire il faut être rigoureux et très sérieux afin d’avoir de bons résultats.

E: Je comprends très bien et je suis consciente des difficultés de l’écriture d’un mémoire… ce travail demande une bonne organisation, beaucoup de sériosité et de rigourosité …je vous enverrai mon projet de mémoire, ainsi que vous l’avez demandé,  dans le meilleur délai…

P:Je vois que théoriquement vous avez compris…Si vous avez d’autres questions, vous pouvez me les poser maintenant..

E: Pour l’instant tout est claire, concernant la première tâche que je dois accomplir,  si j’en ai des difficultés plus tard, je vous enverrai un mail, mais ne vous inquiétez pas,  je n’en  abuserai pas, car je sais que vous êtes disponible, mais pas à ma disposition (je souris)… je sais que je ne suis pas le/la seul(e) étudiant(e) que vous avez à la charge…

P: (le professeur sourit)…

E: (Je me lève et je salue poliment mon directeur de mémoire, ensuite je sors. Je suis contente,  en me disant que le premier rendez-vous n’a pas été si difficile que je le pensais … )

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts

Directeur de mémoire et étudiant : les choses vont mal !

Je précise que les personnages et les situations de ce dialogue sont purement imaginaires. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

L’étudiant va au rendez-vous à 13h comme prévu pour parler de son projet avec son directeur de mémoire.

A 13h…

E : Bonjour Monsieur,

D : Bonjour Alper, ça va ?

E : Je vais bien, et vous ?

D : Ça va ça va mais c’est terrible tout ce qui passe ces jours-ci à Paris et dans le monde.

E : Ah oui, vous avez raison. C’est terrible.

D : Oui, les choses vont mal. Quand je regarde le monde, je me demande  « où va le monde? » La société devient de plus en plus violente et les gens ne connaissent pas trop ce qui se passe vraiment. Une fois je suis allé au Cinégal et un jour, dans un restaurant, j’ai rencontré un monsieur qui était assis avec un habit qui ressemblait à une longue robe et une écharpe sur la tête pour couvrir. Durant la conversation, le moment où on a parlé des langues, ce monsieur a prononcé ces phrases « L’arabe est une langue sacrée. » Je lui ai dit « Qu’est-ce qui fait qu’une langue peut être considérée comme sacrée ? » Il m’a regardé droit dans les yeux, a enlevé son manteau et a dit « Tu n’es toujours pas convaincu ? » (rire) Vous voyez ?

E : (rire) C’est trop bizarre ça…

D : Voilà, malheureusement la mentalité des gens aujourd’hui est …

2 heures après… A 15h…

D : Alors, on voulait parler de quoi ?

E : De mon projet de mémoire mais j’ai cours maintenant à 15h…

D : Ah oui, vous vouliez travailler sur l’évaluation, n’est-ce pas ?

E : Oui.

D : D’accord, pas de soucis, très bien. Mais écoutez, les choses vont mal dans le monde, vous voyez ? C’est très inquiétant tout ça et…

E : On en reparlera Monsieur, il faut que j’y aille car j’ai cours. Sinon les choses iront mal pour moi…

D : Ok, très bien ! Vous m’écrirez et on verra. Bon cours !

E : Merci Monsieur. Bonne journée !

D : Bonne journée !

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement étudiant doctorant à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Faire “l’acteur-réseau” : dialogue de recherche

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer “l’interlude” qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est “que faire de l’acteur-réseau?” et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (“La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats”, p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque “selon la manière dont il est écrit”, le mémoire “saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier”. Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique sous la catégorie « relation de recherche ».

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, “directeur”, et lui préfère “maître”: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Esprit scientifique, esprit de recherche

 Comment faire un mémoire de Master2

Un dialogue entre étudiante et son directeur de mémoire.

Un mardi à Paris3 en début d’après midi, une étudiante en Master2 didactique du FLE se rend au bureau des professeurs pour rencontrer son directeur de mémoire.

Il est 15 heures, l’heure du rendez-vous, l’étudiante frappe à la porte.

L’étudiante: bonjour monsieur, j’ai un rendez-vous avec vous  à 15 heures.

Le professeur, oui, entrez.

E: je vous avais envoyé un mail pour vous parler de mon sujet de mémoire.

P: je l’ai bien reçu. Vous souhaiteriez travailler sur l’évaluation si je me trompe pas.

E: effectivement, c’est un sujet qui m’intéresse énormément, j’aurais aimé travailler sur ce sujet  en Master1 quand j’étais à l’université de Paris8 mais malheureusement j’avais pas une problématique bien définie, j’avais quelques idées en tête que je n’arrivais pas à mettre les unes avec les autres pour en faire une problématique de recherche.

P: c’est vrai que c’est un très vaste sujet mais il est très intéressant sur le plan didactique surtout après la publication du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues(CECRL), les travaux de recherche sur l’évaluation ont fait couler beaucoup d’encre.

E: euh oui, le CECRL, j’ai lu le chapitre numéro 9 sur l’évaluation et l’élaboration des descripteurs de compétences, et c’est à partir de la que j’ai pu poser les questions que je souhaiterai développer dans mon mémoire.

P: j’ai compris d’après le mail que vous m’ avez envoyé que vous voulez travailler sur l’évaluation de la compétence orale.

E: oui, c’est l’oral qui m’intéresse et je précise que je travaille sur l’évaluation dans le cadre d’une approche par compétences.

P: je vous comprends, mais l’évaluation de l’oral ce n’est pas toujours simple comme vous le pensez.

E: je sais, mais ce qui me pose vraiment problème c’est le corpus.

P: vous êtes déjà arrivée à ce stade! Est ce que vous avez déjà formulé votre problématique et vos hypothèses de recherche?

E: non, pas encore, mais je pense que c’est la phase de récolte des données qui va me poser problème. Je voudrais vraiment apporter quelque chose de nouveau, d’original parce que à mon avis ça ne sert à rien de répéter ce que les autres  ont fait si je vais aboutir aux mêmes résultats. Qu’en pensez-vous?

P: évidemment, sinon ça ne sert à rien de faire de la recherche.

E:  dans tous les cas je suis encore en train de faire ma revue de la littérature c’est une étape primordiale pour moi, je veux dire pour tous les chercheurs. Je vous tiendrai au courant de l’avancement de mon travail. Merci bien de votre écoute, je vous souhaite une bonne fin d’après midi.

 

 

Zidelmale

Zidelmale Rayhana étudiante en Master 2 recherche à l'université de Paris3-Sorbonne nouvelle-

More Posts