Archives par mot-clé : DILTEC

Colloque international en termes de l’éthique et de la responsabilité

Étant baignée dans l’environnement académique du quartier latin, j’ai eu de la chance de participer au colloque international de « l’éthique et de la responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècles ». Durant deux jours, ce colloque a été organisé par DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures).

Le 21 octobre 2016 dans Salle V de 16h à 17h, le symposium « Formation et Accompagnement à la Réflexivité dans la Recherche (FARR) : Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité » a été mis en place par Myriam Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cécile Bruley, Paola Gamboa Diaz, Véronique Laurens, Muriel Molinié et Pascale Trévisiol. Il y avait nombreux participants dans la salle où les échanges intellectuels étaient chaleureux.

Le symposium se concentre sur la formation d’enseignants en devenir en M1 et devenir chercheur. Le public ciblé appartient à master-doctorant, surtout aux étudiants  qui apprennent le français comme langue étrangère. Ce symposium a pour objet de transformer les savoirs en actes, actions et pratiques professionnelles et de former autant à la contextualité. D’un part, la réflexivité socio-formative montre l’histoire de la relation individuel plurilinguisme. D’autre part, la réflexivité professionnelle se focalise sur l’activité d’enseignement, ainsi que l’approche inductive.

En appuyant sur les questions « Quelle approche de la technicité dans les écrits produits ? » et « Quel développement de la réflexivité par rapport à ces contenus techniques (didactiques et méthodologiques) ? », les chercheurs prennent l’entretien de compréhension (EDC) comme outil de formation / recherche afin d’interroger par rapport à l’apprentissage de l’approche inductive de la langue.

A travers plusieurs observations de classe et les rapports de stage, l’approche déductive est en fait la plus répandue même en France dans la dimension interculturelle. « Je sais que l’approche inductive est la meilleure, mais je ne sais pas vraiment comment l’introduire » reste un des obstacles qui causent la stratégie d’évitement pour enseigner la grammaire. Par rapport aux explications des règles, des enseignants natifs ou non natifs se confrontent à leur propre insécurité linguistique. Cela montre une nécessité incontournable de maîtriser ses connaissances grammaticales sur la langue française.

En termes des itinéraires plurilingues, dialogisme et politique, chercheurs analysent les caractéristiques des textes du corpus. En apportant la question « Quelle légitimité de l’intime dans le discours scientifique ? », les chercheurs remarquent des traces de l’intimité. Par exemple, l’abandon du « nous » académique pour « je », le choix des thèmes, l’énonciation des difficultés rencontrées, l’auto-évaluation publique (auto-évaluation n’est pas solo évaluation), etc.

Pour conclure, en ce qui concerne la singularité et transversalité, la relation entre chercheur et terrain, ainsi que des apports scientifiques et effets de l’exercice posent l’importance sur la formation, le contexte et la légitimation.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise
Master 2 à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche.
Master 1 à l’Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Compte rendu Colloque DILTEC 2016

Voici un petit récit qui retrace mon expérience du Colloque DILTEC 2016. Le colloque intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 (de 9h à 18h) et le samedi 22 octobre (de 9h à 13h30) 2016 dans les locaux de la Sorbonne Nouvelle. C’était la première fois que j’ai assisté à une conférence ici à Paris. De plus, quelques intervenants étaient venus ailleurs que la France aussi, plus précisément l’Université de Mohammedia, l’Université de Tunis et l’Université di Macerata. Les intervenants locaux venaient des universités prestigieuses de la France à titre exemple l’Institut Pasteur, l’Université Jean Monnet et la Sorbonne Nouvelle parmi d’autres.

C’était mes professeurs qui ont mentionné le colloque et les utilités qu’il peut porter pour nous aider à notre choix de sujet de mémoire de M2. De plus, on a dû écrire un compte rendu du colloque. La veille du colloque, j’étais très enthousiasmé pour le lendemain. J’ai choisi un carnet pour prendre les notes, j’ai vérifié que la batterie de mon portable était bien chargée et j’ai confirmé le chemin de chez moi jusqu’à 14 rue Cujas sur un appli.

Le vendredi j’étais dehors la Sorbonne Nouvelle à 8h45. J’ai rencontré d’autres camarades et nous sommes entrés à 8h 50. J’ai montré ma carte d’étudiante à la porte et je suis entré dans les locaux.

-« Uhh Monsieur, on doit aller où ? »

-« Oui c’est à gauche et puis tout droit, ensuite vous prenez les escaliers et c’est le 1er étage à gauche»

-« uhhhhhhh d’accord merci beaucoup »

C’était la première fois que je suis entré la Sorbonne par 14 rue Cujas pour aller à l’Amphithéâtre Durkheim. Cela me parait un labyrinthe. Je ne suis pas du tout bon lorsqu’il s’agit des directions. J’ai apprécié ce labyrinthe fabriqué de bois d’un couleur parfait du chocolat. On aurait dit qu’on marchait dans les sentiers d’histoire vers un sommet de la connaissance et sagesse. Le moment où je suis entré dans l’Amphithéâtre Durkheim, j’étais fasciné par la grandeur de la salle et du fait que tout était fourni du bois.

A 9h a commencé la conférence de Jean-Pierre Changeux intitulé « Vers une neuroscience de la personne humaine ». Jean-Pierre Changeux est un neurobiologiste très connu qui travaille sur le système nerveux et les fonctions cognitives. J’étais émerveillé par son conférence. Les rapports entre la neuroscience et les cognitions linguistiques étaient un aspect de la science sur lequel je n’ai jamais réfléchi. A ce moment-là, j’ai pris la résolution de rédiger mon mémoire sur ce thème.

A 10h15 nous sommes tous allés à Saint Jacques pour prendre une collation. Et voilà, devant moi était la deuxième spécialité de la France que j’adore : les pains au chocolat et les pains aux raisins. L’ambiance de Saint Jacques était complètement transformée des locaux où les étudiants venaient chaque jour, assistaient aux cours et partaient, à un endroit où tout le monde discutait leurs réactions autour du colloque et les conférences qu’ils assisteront plus tard.

J’ai choisi la salle V où Javier Suso Lopez a présenté « La dimension éthique dans la didactique éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique » à 10h45. Dans cette communication, Lopez nous a montré l’enjeu entre éthique et responsabilité de XVI à XIX siècle. Pendant ces siècles on examinait le métier de professeur du français. De plus Lopez a abordé les thèmes de la langue française elle-même, ce qui ça veut dire en fait d’être enseignant de français, les qualités d’un bon enseignant, la méthode et la liberté qu’on a lorsque l’application de cette méthode d’enseignement du français. Finalement les responsabilités d’un enseignant et un étudiant.

La deuxième communication à laquelle j’ai assisté était celle de Florimand Rakatoenelina « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements. » Dans cette communication Rakatoenelina relie le thème d’éthique aux discours médiatiques. Il a analysé les formes langagières des discours médiatiques pour éviter des raccourcis culturels.

A 11h45 j’ai assisté à la communication de Cécile Bruley, Mariela De Ferrari et Branislav Meszaros, « De l’analyse de l’expérience à la professionnalisation des enseignants. Quels enjeux, quels principes, quels périmètres en formation initiale en Master FLE.» Ces trois chercheurs projettent l’éthique comme un système de valeurs et la philosophie de la morale. Ensuite étaient présentés les types d’ethnique, les exemples de posture déontologique des enseignants. Suivant le modelé de Lopez, ces intervenants ont aussi présenté les responsabilités au niveau de l’individu ainsi que de l’institut de formation.

Toujours dans la même salle, à 12h15 j’ai participé à la communication d’Amélie Leconte « Politologie linguistique scolaire et didactique des langues : d’un rapport épistémologique à une éthique des pratiques ». Cette communication a abordé la notion de la politologie linguistique surtout ses notions théoriques au sein d’un organisation de formation. A travers ces théories, Leconte a mis en regard les notions de l’ethnique et la responsabilité dans le domaine de la didactique des langues

A 13h on a eu une pause d’une heure et demie pour un repas. Mon amie et moi sommes allées manger une bonne cuisine chinoise.

A 14h30 le table ronde « Une didactique des langues » éthique et responsable » animé par Margeret Bento, Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes à l’Amphithéâtre Durkheim s’est articulé autour du thème d’éthique en Didactique des langues. De plus, la distinction et la contradiction entre l’éthique personnel et l’éthique comme notion générale dans l’enseignement des langues était également traité. Evidemment, les intervenants étaient de bons amis et c’était vraiment très intéressant de témoigner des petites blagues entre eux.

On a eu notre prochaine pause à 15h30 à Saint Jacques. A ce moment-là, j’ai reçu la réponse de la raison pour laquelle on a eu beaucoup de petites pauses pendant le colloque : j’avais très faim. C’est fatiguant d’assister à un colloque, même si on est là que pour écouter.

La prochaine communication qui a retenu mon attention était à 16h, animé par Myrium Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cecile Bruley parmi d’autres « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnements ? ». Ce colloque a abordé la notion des productions écrites réflexives des apprenants FLE. Les chercheuses impliquées dans cette communication ont montré les extraits des corpus, suivit par la tendance des apprenants. Cette communication m’a beaucoup plu parce que cela m’a rappelé de mes cours de M1.

A 17h la communication par Brahim Benberkane, Gratianne Richer-Onate et Magali Ruet intitulé « Devenir chercheur : itinéraires plurilingues, dialogisme et politique » a eu lieu. Si je ne me trompe pas, ils étaient les doctorants. L’étude de ces chercheurs a mis en regard les sociobiographies des chercheurs, des difficultés rencontrés et la place pour la réflexion dans le domaine de la recherche.

Le soir je suis rentrée exceptionnellement fatiguée. Je n’avais la moindre idée qu’assister à un colloque pourrait être si épuisant.

Samedi 22 octobre, le colloque a commencé à 9h par la communication de Martine Pretceille « De la didactique des langues à l’éthique de l’altérité et de la diversité ». L’intervenant a parlé également de la didactique des langues mais avec son lien à la culture qui se situe entre les notions opposées d’éthique d’altérité et celle de la diversité.

Ensuite, la communication qui me semblait très captivant était en salle M à 10h15 par Mathilde Anquetil intitulé « Portfolois et profils de l’enseignante des langues, de la prise de conscience des dimension éthiques de la profession au formatage d’une éthique sous contrainte. ». Cette communication a tracé des réflexions sur des valeurs de la profession dans le processus de formation. Elle a fait une analyse du discours et dimension sociale des documents.

Grace Ranchon « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire ». Ranchon a examiné attentivement les outils de la didactique comme vecteurs de rapports de pouvoir : appel à « penser le genre » et les obstacles d’un « projet genre » dans la didactique des langues. Ranchon a examiné quelques manuels afin d’étudier les rapports sociaux de sexe dans une classe d’une langue.

Il y a eu une pause à 11h15 pour nous revigorer.

A 11h45 Nathalie Borgé s’est interrogé sur l’« Ethique et responsabilité dans l’encadrement de la formation professionnelle en didactique des langues». Elle a étudié les taches d’un conseiller pédagogique. Ensuite elle a présenté sa recherche de 66 textes écrits par des étudiants, des rapports de stage ainsi que des questionnaires afin de faire une conclusion sur les qualités du conseiller pédagogique attendu par les étudiants interrogés.

Enfin il y a eu la dernière communication du colloque à 12h15. C’était la table ronde 2 « Une didactique des langues éthique et responsable » animé par Veronique Castellotti, Joachim Dolz, Geneviève Zarate et Serge Martin. Pendant cette table ronde, les enseignants qui ont fait partie ont interrogé sur des définitions d’éthique, responsabilité et la déontologie. De plus, l’axe centrale de cette communication a tourné autour de deux questions « A quelle conditions les concepts d’éthique et de responsabilité peuvent-ils migrer vers la didactique des langues ? Au service de quels débats et quelles situations ? »

Le colloque a pris fin vers 13h30. Ensuite, étonnamment, il y a eu un buffet pour tout le monde. Au premier temps, j’ai pensé que c’est que pour les professeurs, mais c’était également une bonne expérience de partager un repas avec les intervenants.

Ce colloque m’avait donné plusieurs idées pour mon travail étant que chercheuse dans le domaine de didactique de FLE. Je suis contente d’y assister.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte-rendu DILTEC 2016 : « le genre est un « curriculum caché » »

Le DILTEC de cette année 2016 avait comme intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle ». Il s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre.

J’ai pu assister aux communications du vendredi et du samedi. Celle qui a retenu le plus mon attention est celle du samedi 22 octobre « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire » dirigée par une doctorante du nom de Grâce Ranchon (université Jean Monnet).

Cette communication avait pour thématique générale le « plurilinguisme, l’altérité et l’inclusion ».

Cette jeune doctorante a commencé la présentation de son sujet avec la définition du terme « genre » que j’ai trouvé très intéressante : « le genre est d’abord un concept qui permet de dénaturaliser l’étiquette « homme » et l’étiquette « femme » ». Le genre était étudié ici dans des manuels pour les niveaux A1 afin de voir comment ils présentaient, introduisaient le genre masculin et le genre féminin (selon le CECRL, c’est à ce niveau-là que nous commençons l’apprentissage du masculin et du féminin). Elle s’est appuyée, pour faire ce travail, sur trois manuels de FLE qui ont des maisons d’édition différentes. Le fait de prendre plusieurs maisons d’édition est très important puisque cela permet de voir les différences ou les occurrences concernant les visions du genre. Elle n’a pas pris la maison d’édition Y parce qu’ils n’ont pas voulu répondre à ces questions (leur refus étant quelque chose d’assez intéressant de mon point de vue).

Nous avons pu voir que, même si la majorité des clichés sexistes a disparu dans les manuels, le genre apparaît toujours avec des discours subjacents et implicites dans le discours didactique (par exemple dans la hiérarchisation du masculin sur le féminin). Cette vision du genre est alors imposée à la classe à travers les manuels, les apprenants doivent se soumettre à ces idées-là et ils doivent aussi reconnaître les caractéristiques morales des hommes et des femmes (elle a pris un exemple pour illustrer ses propos : dans un exercice les apprenants doivent cocher le caractère qui correspond à un homme ou à une femme (jaloux, possessif, romantique, etc.)).

Nous pouvons donc voir que la classe n’est pas un espace neutre mais qu’elle est traversée par des rapports de pouvoir (qui traversent tous les outils d’enseignement-apprentissage) notamment comme la jeune doctorante a pu nous le montrer à travers les manuels.

Cette communication m’a fait penser à la Corée du Sud, même si elle n’est pas en lien direct avec le sujet de mon mémoire, elle reste en lien avec le pays qui est le thème de mon mémoire. En effet, lors des discussions, il a été question de l’avancé que faisaient les manuels dans la présentation « moins » stéréotypée concernant le genre (en faisant étudier le mariage gay par exemple dans des niveaux plus avancés). Mais, cette « ouverture » d’esprit que veut faire entendre le manuel n’est pas réalisée puisque souvent, dans les pages suivantes cette même « ouverture » d’esprit est détruite par d’autres activités en contradiction avec les valeurs que voulaient véhiculer le manuel. Pour mettre en lien avec la Corée du Sud, il faut déjà prendre en compte le fait que la Corée du Sud n’est pas un pays ouvert d’esprit, il n’est pas possible de parler d’homosexualité en classe ou même en famille. Ce sujet est à un tel point tabou que des couples gays se marient avec une personne opposée de leur sexe tout en continuant leur relation avec la personne du même sexe. Pour mieux comprendre : deux hommes sont ensembles, mais pour ne pas que leur famille soit au courant, ils vont trouver un autre couple de deux homosexuelles femmes afin de pouvoir se marier et former un « couple normal » (référence à une certaine norme : mais à quelle norme ? selon qui ?) tout en continuant de voir la personne qu’ils aiment.

Il serait donc intéressant de voir comment les manuels de FLE sont présentés là-bas, les censures possibles sur certains thèmes ainsi que la manière dont le genre est présenté dans une société si patriarcale et confucianiste qu’est la Corée du Sud.

J’ai trouvé ce sujet très intéressant, surtout qu’elle est la première à avoir traiter le genre dans les manuels adultes et cela m’a aussi donné envie de lire ce qui a été publié sur le genre dans les manuels scolaires[1] (ce qui pourrait donc être un lien avec mon mémoire). Sa conclusion était tout aussi intéressante quand elle a dit que la légitimité du projet-genre en FLE est « une action de réflexivité éthique », ce qui a permis de mettre en lien son sujet avec la thématique de ce colloque du DILTEC.

 

 

[1] Brugeilles C., Cromer S. (2005). Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires. CEPED : Paris.

Johanna Clausse

Diplômée d’une licence de coréen et d’une licence de didactique du FLE.
Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

D’un colloque à l’autre et d’une recherche à l’autre

Le DILTEC organise un grand colloque les 21 et 22 octobre 2016 (voir le programme ici : https://arlap.hypotheses.org/6892) ; en 2012, ce laboratoire qui est notre centre de recherche organisait un autre grand colloque qui permettait de faire le point des recherches dans le champ de la didactique du FLE et des langues du monde. On peut trouver toutes les informations sur ce colloque et surtout le document présentant les interventions (autant de mémoires en puissance !) pour ce colloque, à cette adresse : https://arlap.hypotheses.org/2135. On y trouvera aussi de bons conseils pour se lancer et proposer un billet qui viendrait comme s’insérer dans ce programme de colloque. Bref, chaque rédacteur de billet est maintenant un chercheur du DILTEC…

Pour aller plus loin, on peut lire ce billet d’un carnet qui rassemble des doctorants soucieux de méthodologie : https://enthese.hypotheses.org/559.

Et pour aller encore plus loin, le carnet « Les aspects concrets de la thèse » offre de beaux moments avec Philippe Artières ou Howard Becker sans parler de conseils tout à fait adéquats à nos recherches en M2 : https://act.hypotheses.org.

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Il était une fois le DILTEC…

Il était une fois, en feuilletant la brochure de colloque du DILTEC, mon regard fut arrêté par un article qui s’intitulait “Grammaires du français et discours grammaticaux contextualisés écrit par l’équipe de GRAC, plus précisément par BRULEY Cécile, FOUILLET Raphaëlle, STRATILAKI Sofia et WEBER Corinne.

Il me semblait que ce titre cachait une histoire mystérieuse . . .

Dans un royaume fort lointain vivait une princesse d’une rare beauté, son prénom était Grammaire. Elle aimait se promener de manière élégante à travers tout le texte avec ses amies : la duchesse Madame de Référence et sa cousine Mademoiselle Pédagogique.

Comme la Grammaire et ses amies se promenaient souvent dans les mêmes petites ruelles décorées de fleurs, les habitants du royaume décidèrent de nommer ces deux ruelles à l’honneur de leur princesse et de ses amies : la rue de la Grammaire de Référence et la rue de la Grammaire Pédagogique.

Un beau matin, un chevalier Discours sur son cheval blanc arriva dans ce royaume avec sa puissante armée Des Auteurs. Il vint pour faire connaissance avec la princesse d’une beauté divine. Tous les deux tombèrent amoureux l’un de l’autre dès le premier regard. Comme signe de leur amour éternel, ils hissèrent un drapeau du “Discours grammatical” sur la place centrale du royaume.

Un jour, le père de Grammaire mourut. Un nouveau roi Contexte occupa son trône. Une époque dure et sombre commença. C’était l’époque de la“Contextualisation”. Personne n’aimait ce roi, parce qu’il était méchant et sombre comme son époque.

Mais, un jour….

 

 

P.S. À nous, aux lecteurs, cette petite histoire d’un royaume lointain sert à introduire ses héros qui sont devenus tellement importants en didactique des langues, notamment la grammaire de référence, la grammaire pédagogique, le discours des auteurs, le discours grammatical, le contexte et la contextualisation.

 

Bibliographie:

DILTEC, Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Grammaires du français et discours grammaticaux contextualisés, Paris, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Colloque Diltec des 20-21-22 juin 2012, p. 32.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

More Posts

Les mots-clés

En travaillant sur le colloque du DILTEC du 20, 21 et 22 juin 2012, je suis tombée sur un article intéressant : « Dispositifs multimédia et formation des futurs enseignants de langue » (1) par Dagmar Abendroth-Timmer et Jose I.Aguila Rio.

Ces deux auteurs nous parlent d’un projet d’apprentissage collaboratif.

Collaboratif. Collaboration. Collaborer.

C’est justement ce que cherche à nous faire faire Serge Martin pour ce nouvel article.

Faire collaborer des mots, trouver des mots-clés.

Ainsi, dans cet article, les mots qui me semblent importants à retenir sont au nombre de cinq : projet, collaboration, apprentissage, construction et engagement.

En effet, il me semble qu’ils résument particulièrement cette lecture.

Les auteurs rapportent le projet de travail en tandem qu’ils ont mis en place. 21 étudiants internationaux se sont vu offrir cinq tâches à effectuer et à soumettre à leurs tuteurs selon un calendrier. De niveau master, et futurs enseignants de langue, ils devaient travailler sur des corpus de textes rédigés en différentes langues et ayant pour sujet l’acquisition et la didactique des langues et les TICEs. L’article révèle les effets positifs du travail de groupe : autonomie, collaboration, prises d’initiatives, solidarité mais aussi construction de leur identité d’enseignant, motivation et engagement.

Le poids des mots clés est important : non seulement ils se réfèrent à cet article mais en plus ils peuvent en lier d’autres.

 

 

 

(1) DILTEC, Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Paris : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Colloque des 20-21-22 juin 2012.

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts