Archives par mot-clé : dialogue imaginaire

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

 

E – étudiant

Mme X – enseignante, Madame X

E2 – étudiant 2

 

Couloir de la fac. Pause de 30 secondes entre les cours. Une étudiante se précipite pour parler à l’enseignant qui entre dans la salle pour commencer son cours.

 

E (essoufflé après avoir monté 4 étages): Bonjour, Madame. excusez-moi. Je suis étudiant en M2, tout les monde a déjà son directeur de recherche sauf moi, vous êtes mon dernier espoir. Pourriez-vous être ma directrice de recherche, s’il vous plaît?

MmeX: Écoutez, j’ai déjà mes doctorants, je ne suis pas sûre de pouvoir vous accorder du temps. Vous voulez travailler sur quoi exactement ? (en branchant l’ordinateur)

E : Je sais pas trop. J’hésite entre la phonétique, la phonologie, le discours oral et l’enseignement du français par les chançons…

MmeX: Hmm, écoutez, nous sommes déjà mi-décembre, il faudrait quand-même connaître votre sujet… En tout cas, avant de trouver votre directeur de recherche il faut savoir exactement sur quel sujet vous voulez travailler.

E (étonné): Ce n’est pas le directeur qui me le propose?

MmeX: Bah non, pas du tout. C’est à vous de lui présenter votre projet de recherche. Et il faut être très précis. N’oubliez pas de penser à votre public, au contexte de l’enseignement, à votre terrain, au problème bien précis qui vous intéresse au sein de ce sujet. On vous l’a déjà dit, je pense?

E: Oui oui. Le seul problème que j’ai c’est qu’il y a trop de sujets qui m’intéressent et j’ai du mal à en trouver un qui m’intéresse plus que d’autres.

MmeX: Attendez, vous n’avez que 100 pages à rédiger, bien évidemment, vous ne pouvez pas aborder tous les sujets. Essayez de trouver un aspect que vous voudriez traiter, et après vous pouvez venir me voir ou un de mes collègues. Excusez-moi, il faut que je commence le cours. (Ouvre le PowerPoint)

E: Mais comment c’est possible de développer un seul aspect sur les 100 pages? Il me semble qu’il vaut mieux prendre un sujet plus large, comme ça, j’aurai de quoi réfléchir.

MmeX: Pas du tout, au contraire, il faut prendre un sujet assez restreint. Et quand vous allez commencer à lire des ouvrages à ce propos, à “creuser”, vous comprendrez que votre sujet n’est pas si restreint qu’il le paraissait au début. Vous aurez largement de questions de réflexion et, ne vous inquiétez pas, vous aurez sûrement vos 100 pages. (Prépare des copies à distribuer aux étudiants)

E: D’accord. Pourtant, je ne réussis pas à trouver une sujet original, il me semble que tout a déjà été dit. J’ai peur de répéter simplement ce qui a été dit avant par quelqu’un d’autre.

MmeX: Vous n’êtes pas obligé de trouver un sujet unique et original. Il faut que vous vous rendiez compte qu’il n’y a pas de vérité absolue, que vous pouvez remettre en questions les propos dits par d’autres auteurs, trouver votre propre explication à des phénomènes qui vous intéressent et de confronter les idées. Excusez-moi. (s’adresse à toute la classe) Bonjour à tous! Je vous fais passer la feuille de présence. (fait passer la feuille de présence)

E: Désolé, dernière question. Comment puis-je présenter mon terrain de stage? D’abord, je suis en option recherche, donc je ne suis pas obligé de faire mon stage. Et après, même si je décide de le faire, je ne suis pas sûre d’être accepté à l’endroit que j’avais imaginé comme terrain de stage. Donc, c’est impossible de le savoir dès le début…

MmeX: Même si vous êtes en option recherche il est préférable de faire votre stage quand même, au moins un stage d’observation. Cela vous permettra de vérifier vos hypothèses et de….

E2: Excusez-moi, Madame, j’ai préparé un exposé pour aujourd’hui, quand est-ce que je peux le présenter?

MmeX (en s’adressant à l’E2): on le fera vers la fin du cours. (en s’adressant à l’E): Désolée, je dois vraiment commencer le cours. Venez me voir pendant mes heures de permanence ou envoyez-moi un mail quand vous aurez votre sujet.

E: Merci beaucoup, Madame! Au revoir!

MmeX: Bonjour à tous, le sujet du cours d’aujourd’hui est …

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

Etudiante : Bonjour Madame.

Directrice : Bonjour, installez-vous, on va pouvoir commencer, alors, dites-moi ce que vous avez choisi comme sujet de mémoire ?

Etudiante : J’ai choisi de travailler sur la figure de la folie et de l’enfermement dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Directrice : Pourquoi avez-vous choisi ce thème ?

Etudiante : Mon choix pour ce thème n’est pas fortuit, mais résulte de l’intérêt viscéral que je porte à l’égard de la littérature maghrébine et algérienne d’expression française,  au départ, j’ai hésité entre les deux, mais lorsque j’ai lu l’ouvrage de Tahar Ben Djeloun : L’Auberge des pauvres, le thème de la folie s’est vite imposé à moi et c’est devenu une source de motivation. Il est vrai que cette notion est complexe et son usage en littérature l’est encore moins, mais à la lecture de ce récit, on comprend les raisons de ce recours à l’aliénation.

Directrice : Effectivement, c’est un thème pertinent, mais très vaste aussi, avez-vous une problématique de recherche ?

Etudiante : C’est encore flou pour le moment, mais j’ai pensé à la folie comme moyen de transgression des travers de la société.

Directrice : Ah oui, c’est bien, je vous conseille de consulter les travaux réalisés sur la littérature française, de nombreux auteurs ont écrit sur la folie, vous pouvez lire entre autre la Nouvelle de Guy de Maupassant : Le Horla, 1887. Cette représentation de la folie est très significative dans ce récit et je vous conseille également l’ouvrage de Michel Foucault : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, c’est un livre passionnant qui aborde cette notion dans toute sa complexité.

Etudiante : Je vous remercie pour ces pistes de recherche, pourrais-je vous envoyer l’esquisse de mon travail?

Directrice : Oui, bien évidemment, n’hésitez pas à m’adresser un e-mail et à me poser toutes vos questions, je vous répondrai.

Etudiante : Je vous remercie pour le temps que vous m’avez accordé.

Directrice : Bonnes lectures et pensez à bien cibler votre problématique et à réfléchir  au contexte, en tout cas, on se fixera prochainement un autre rendez-vous afin de voir où vous en êtes !

Etudiante : D’accord, merci. Continuer la lecture de Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Discussion constructive autour d’un café

Exemple de dialogue fictif élaboré par deux étudiantes sur leur thématique de recherche. Les prénoms des protagonistes et le lieu de rencontre sont complètement inventés. La bibliographie citée ci-dessous est nécessaire, elle constitue les références « imaginaires » consultées par les deux étudiantes pour permettre la bonne construction du dialogue.

Mélissa : Bonjour Lynda, comment vas-tu ?

Lynda : Bonjour Mélissa, ça va bien, merci et toi ?

Mélissa : Je dois t’avouer qu’en ce moment, je suis débordée, entre mon travail qui me mine et la rédaction de mon mémoire.

Lynda : Oui, je te comprends, ce n’est pas évident, mais, je pense c’est le cas pour tout le monde, « on est tous dans le même bateau », d’ailleurs, c’est pour cela que je viens à la cafétéria me poser un peu, prendre un peu de distance et boire un bon café chaud, les idées me viennent plus facilement ainsi, je suis détendue et du coup, je réfléchis mieux.

Mélissa : Vu sous cet angle, c’est une bonne idée, moi, j’ai tendance à aller la bibliothèque, mais, c’est vrai que changer de lieu de temps en temps ne peut être que fructueux. Sinon, dis moi, quelle est ta thématique de recherche ?

Lynda : Mon sujet de mémoire porte sur le concept de la folie dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Mélissa : Ce thème est très pertinent, mais l’auteur ne me parle pas, c’est un écrivain français ?

Lynda : Oui effectivement, ça peut prêter confusion, mais, c’est un écrivain marocain d’expression française, il aborde différents thèmes de la société, il joue beaucoup sur la transgression, il dévoile les travers de la société et dénonce les tabous.

Mélissa : Tu sembles être passionnée par cette littérature, que je trouve particulièrement fascinante, moi aussi, je voue un intérêt particulier pour ce genre de littérature et plus spécifiquement, la littérature algérienne que j’ai découverte à la lecture d’un roman de Mouloud Féraoun : Le fils du pauvre. Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser à Kateb Yacine et à sa fameuse phrase : « la langue est un butin de guerre », ce qui m’a donné l’idée de travailler sur le conflit linguistique du bilinguisme en classe de FLE.

Lynda : Ton thème est très intéressent, car on observe cette alternance codique dans les discussions des locuteurs, voire un peu partout dans la société, « on est le parfait exemple ! »

Mélissa : Oui, c’est vrai, tu as commencé à constituer ta bibliographie ?

Lynda : J’ai commencé à lire des ouvrages tels que : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, de Michel Foucault, celui de JACCARD, La folie ; Paul Ricœur et son ouvrage : Soi-même comme un autre ; ou encore BROCHARD, La folie. Création ou destruction ? Et de ton côté, y a des auteurs qui ont travaillé sur ton sujet ?

Mélissa : Oui, j’ai déjà lu, Boyer dans : Conflits d’usages, conflits d’images, l’ouvrage de Calvet : La sociolinguistique et j’ai trouvé d’autres auteurs comme : Cavalli et son ouvrage : Education bilingue et plurilingue, ou encore Hamers dans : Bilingualité et bilinguisme. Par conte, je tâtonne pour ce qui est de ma problématique de recherche et de mon terrain, je te jure, ça me rend complètement folle.

Lynda : Merci pour cette allusion ! Moi, j’ai peur de partir en vrille comme les personnages de Ben Djellon, non « je plaisante », je te rassure, j’ai encore toute ma lucidité ! mais, je dois t’avouer que ce sujet retiens toute mon attention et surtout, il y a une citation de l’auteur que je trouve éminemment pertinente : « La folie, ce n’est pas la confusion, c’est un palmier qui donne des dattes sans noyau, c’est une brulure qui ne fait pas mal, c’est le baiser de l’absent ».

Mélissa : Ah ! J’aime bien, cette citation résume assez bien notre désarroi, mais bon, on a le temps encore pour bien avancer et structurer les choses, comme, je le dis toujours : « qui va doucement, va sûrement ».

Lynda : Oui, ta raison, en tout cas, ça m’a fait plaisir de discuter avec toi autour d’un café et j’espère quand remettra ça !

Mélissa : Avec plaisir, on se donnera rendez-vous la prochaine fois, à très bientôt.

 Bibliographie

BOYER, Henry (1997) : Conflits d’usages, conflits d’images, dans H. Boyer (éd.), Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » des langues ?, Paris, Harmattan.

BROCHARD, Cécile et PINON, Esther (2011) : La folie. Création ou destruction ?, Presses Universitaires de Rennes.

CALVET,  Louis-Jean (1993) : la sociolinguistique, que sais-je ?, Paris, PUF.

CAVALLI, Marisa (2005) : Education bilingue et plurilingue, Paris, Didier.

FAUCAULT, Michel (1961) : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Plon.

HAMERS, J.-F., Blanc M. (1983) : Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles, Pierre Mardaga.

JACCARD, Roland (2004) : La folie, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

RICOEUR, Paul (1990) : Soi-même comme un autre, Seuil.

Continuer la lecture de Discussion constructive autour d’un café

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Dialogue imaginaire entre enseignant et apprenant

E : enseignant

A : apprenant

(Il est 15 : 20. Dans le couloir, devant la porte du bureau de professeur, une étudiante a l’air inquiet. Elle prend dans les mains un cahier, un stylo et quelques livres. De temps en temps, elle salue autres camarades et professeurs qui passent. Cela soulage plus ou moins son inquiétude. Exactement à 15 :29, sans hésitation, elle frappe à la porte du bureau.)

E – Entrez.

A – Bonjour. Je suis étudiante en master 2 option recherche. J’ai un rendez-vous avec vous à 15 : 30 pour parler de mon projet de mémoire.

E – Oui, tout à fait. Je vous attends. Installez-vous.

A – Merci. Comme j’écris dans mon projet de mémoire, je voudrais travailler sur la mise en place de la formation de FOS en Chine.

E – J’ai lu votre projet. Il y a encore quelques points à préciser. Tout d’abords, pourquoi ce choix du sujet ?

A – Parce que dans le contexte actuel de mondialisation, les demandes de la formation de FOS ont tendance à accroître. Et comparé avec le FLE, l’enseignement du FOS est relativement moins discuté.

E – Mais vous savez qu’il y a aussi beaucoup de recherches sur l’enseignement du FOS.

A – Tout à fait. J’ai trouvé pas mal de livres et articles. J’ai remarqué qu’en termes de la diversité du choix des manuels, des pratiques de classe, des caractéristiques du public, etc, il est évident que nombreux pédagogues ont travaillé dans le domaine de FLE, mais par rapport au FOS et surtout dans le cas particulier en Chine, je le trouve intéressant à analyser en cherchant à mieux intégrer l’enseignement du FOS dans le système éducatif chinois.

E – Alors, cela reste encore très vague. Il vaut mieux que vous trouviez une problématique.

A – En fait, je me suis intéressée par les particularités de la mise en place de la formation en Chine.

E – Est-ce que vous connaissez déjà des exemples précis ?

A – Oui. J’ai consulté le site internet de l’ambassade de France en Chine, des recherches fait par enseignants-chercheurs chinois et j’ai parlé avec des camarades qui font des études dans instituts franco-chinois, je me rends compte qu’il existe deux structures et quatre modes de l’enseignement du FOS actuellement en Chine, dont la particularité est présentée par les demandes à l’intérieur des institutions scolaires. Autrement dit, il s’agit plutôt de la coopération interdisciplinaire ou intergouvernementale.

E – En ce qui concerne la nature de la formation, vous pourrez mettre en lien avec des politiques éducatives qui ont des influences sur la diffusion des langues. Les établissements de coopération franco-chinoise sont normalement encadrés par des politiques éducatives.

A – Personnellement, je crois que je pourrais mentionner dans mon mémoire que par rapport à l’anglais qui est intégré obligatoirement dans l’éducation scolaire et évalué lors de l’admission aux études supérieures, la langue française est considérée encore comme une langue étrangère minoritaire en Chine. Vu que le français n’a pas encore une position prioritaire en Chine, l’enseignement du FOS reste encore à l’intérieur du système institutionnel.

E – Exactement. Par contre, ce que vous avez dit appartient plutôt au niveau descriptif. Vous allez faire des efforts sur une vision analytique ou bien argumentative. Vous devez être objective dans le mémoire, mais il vous faut aussi des réflexions personnelles en appuyant sur vos recherches.

A – J’ai compris. Je vais modifier mon plan et vous l’envoyer par mail avant la fin de cette semaine. Merci de votre temps. Bonne journée.

E – Bonne journée. Au revoir.

A – Au revoir.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

DIALOGUES SANS FIN

L’histoire, pardon, les dialogues sans fin ont commencé en novembre 2016 et se maintiennent encore aujourd’hui. Ces échanges entre une étudiante (E) et son directeur de mémoire (DM) ont guidé la rédaction du mémoire de recherche du M2.

Ici, il ne s’agit pas de sauver le Pays Fantastique, mais de réaliser un mémoire de recherche. Les premières conversations se caractérisaient par les explications des motivations, des objectifs, du contexte…

E : Monsieur, j’ai constaté que ce phénomène linguistique pose problème aux apprenants quand il s’agit de …

DM : Pourquoi menez-vous cette recherche ? Que voulez-vous faire après le M2 ?

L’étudiante n’oublie pas son cahier où elle avait noté une première version de son plan, mais laisse libre cours à l’imagination et commence à penser à l’avenir de cette recherche.

DM : Envoyez-moi par mail le plan et une explication de vos idées, une dizaine de pages à peu près.

E : D’accord.

Quelques semaines plus tard, ils se retrouvent pour faire le point sur la bibliographie à consulter. L’étudiante arrive avec un bon nombre de références pour montrer tout ce qu’elle a déjà lu… et elle part avec de nouvelles pistes : des auteurs qu’elle ne connaissait pas.

DM : Je comprends vos choix, mais allez lire d’abord les « classiques », consultez ce que Mme X a publié même en espagnol, votre langue maternelle, mais attention ! Analysez bien ses propos et positionnez-vous, présentez votre opinion !

Pendant ces semaines de lectures et des premières rédactions, les échanges se sont faits par mail. Lors du second semestre, ils ont été plus nombreux et leur nature encore plus diverse : rencontres à la Maison de la recherche, courts dialogues dans les couloirs, des conversations via Skype… et même s’il l’ignore, mon directeur de mémoire m’accompagne à la bibliothèque, j’imagine qu’il est là, en train de lire ce que j’écris. Et ces derniers jours de rédaction, je laisse libre cours à mon imagination et ces échanges, encore plus riches, se transforment parfois en débat. On n’est pas en novembre, mais j’explique une autre fois mes motivations, mes choix, mes hypothèses, mon parcours, mais d’un geste poli, il m’interrompt pour me dire :

DM : En fait, que voulez-vous faire après le M2 ?

Dialogues sans fin ?

 

Rencontre imaginaire entre deux étudiants

Étudiant 1: E1, Étudiant 2: E2

 

E1: Salut !

E2: Salut ! Comment ça va ?

E1: Ça va bien ! Et toi?

E2: Ca va bien, merci. As-tu trouvé le sujet pour ton mémoire? Ça avance?

E1: hum, oui… j’ai trouvé mais je suis encore en train de réfléchir dessus.

E2: Ça sera sur quoi?

E1: Je suppose que je parlerai de l’enseignement de la culture en classe de langue. Comme tu le sais, je travaille actuellement dans un institut coréen à Paris. Quand je donne un cours à mes apprenants de coréen, je me demande à chaque fois comment je pourrais leur donner l’aspect culturel et les initier à la culture coréenne pendant le cours de langue.

E2: Ah, la culture dans l’apprentissage d’une langue étrangère est très importante !

E1: Oui ! En plus, lors de ma pratique de l’enseignement dans cet institut coréen, j’ai pu observer que les apprenants n’ont pas seulement besoin de connaissances et de compétences en ce qui concerne la langue coréenne, mais qu’ils veulent aussi avoir la capacité d’utiliser la langue en question dans différentes situations sociales et culturelles.

E2: Oui, tu as raison. Pour communiquer en langue étrangère, il faut aussi bien connaître la culture.

E1: Oui, par exemple, j’avais un cours la semaine dernière avec mes apprenants débutants. Et on a appris les chiffres en coréen. Mais, comment compte-t-on les chiffres sur ses doigts en France? On commence par la pouce, un, deux, trois… n’est-ce pas? Mais en Corée, on commence par l’index ! Un, deux, trois, quatre puis on finit par la pouce pour compter cinq ! Tu vois? même si c’est une petite chose, on peut déjà découvrir une différence. En plus, je crois que si l’on se concentre sur l’enseignement d’une langue en considérant l’aspect culturel, il sera plus intéressant pour les apprenants de participer au cours avec passion pour développer leur compétence de la langue.

E2: C’est vrai. Avec l’enseignement de la culture dans la classe de langue, les apprenants vont s’habituer à l’ambiance plus favorable et ils vont aussi acquérir des compétences interculturelles. Personnellement, j’avais suivi un cours de japonais pour les grands débutants, pendant ce temps-là, mon professeur, qui n’utilisait pas du tout le français en classe, nous a ouvert les yeux sur la culture japonaise et fait découvrir autant que possible un nouveau monde en donnant des éléments culturels. J’étais donc vraiment motivée d’apprendre la langue japonaise. Du coup, As-tu des idées pour développer les méthodes d’enseignement de la culture?

E1: Pour l’instant, je pense que des activités théâtrales ou des films coréens peuvent être présentés en classe comme support culturel pour les apprenants, car il y a plein d’éléments culturels dans ces supports et ils vont permettre d’enrichir la compréhension culturelle des apprenants. La dernière fois, j’ai fait un cours de cinéma coréen avec mes apprenants et c’était très intéressant. En effet, on a regardé ensemble des extraits du film que j’avais choisi puis je leur ai donné des éléments culturels, par exemple la façon de se saluer, la vie à la campagne ou les chansons traditionnelles, etc. Les apprenants étaient très curieux.

E2: Je veux bien participer à ton cours alors ! haha. Je crois que ton sujet de mémoire est intéressant et tu es déjà bien avancée ! Si tu finis de rédiger ton mémoire, fais-le moi lire! Je veux voir tes idées.

E1: Ok ! Mais je dois d’abord aller lire des livres à la bibliothèque. Merci de m’avoir écoutée !

E2: Je t’en prie. Parfois quand tes pensées sont bloquées, si tu en discutes avec quelqu’un, cela permet de remettre de l’ordre dans tes idées.

E1: Oui, tu as raison. J’étais un peu déprimée à cause de la rédaction du mémoire, mais je me sens mieux maintenant. Et tu m’as fait être motivée d’avancer à rédiger ! Je te remercie encore une fois.

E2: De rien ! Bon courage !!

E1: Merci. Au revoir.

E2: Au revoir.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Un dialogue imaginaire entre une étudiante et sa directrice

Professeur : P

Étudiant : E

E : Bonjour Madame.

P : Bonjour Mademoiselle.

E : Alors…

P : C’est pour le mémoire ?

E : Oui oui, en fait, pour le mémoire, je ne veux pas chercher à critiquer un certain phénomène X ni à trouver une solution pour un problème Y, je préfère manifester une réflexion sur les stratégies d’apprentissage appliquées par les apprenants chinois dans le contexte d’enseignement du français en Chine, ainsi la situation d’apprentissage. Quand on apprend une langue étrangère, on essaie toujours de mémoriser les éléments langagiers, car ça nous fait économiser beaucoup de temps …

P : Bon, ça c’est votre hypothèse, vous ne l’avez pas encore vérifié, même si vous savez que c’est la vérité, peut-être.

E : Ah je vois, il me faut le témoigner. Je ne veux pas le prendre comme une conclusion, je veux juste essayer de comprendre que font les enseignants et les apprenants quand il y a quelque chose à mémoriser, pourquoi ils ne cherchent pas d’autres solutions, par exemple, selon l’article de Paul CYR, (elle cherche quelque chose dans le sac), voilà, il énumère plein d’autres stratégies comme « pratiquer la langue », « grouper », « prendre des notes », « la déduction », etc. Je me demande pourquoi certains apprenants, voire enseignants, préfèrent la mémorisation en face de certains mots ou expressions inconnus, et des règles grammaticales qui ne sont pas similaires à celles de leur langue maternelle.

P : Oui, vous pouvez mettre un sondage sur cela.

E : D’accord. J’ai encore une question concernant la définition exacte de la mémorisation. Quand j’étais à licence 2, notre enseignant invitait chaque étudiant à partager, devant tout le monde, sa propre stratégie d’apprendre le français. Je me souviens qu’il y avait une camarade qui nous a raconté sa façon de mémoriser le genre d’un nom. Elle avait mis, dans son carnet, les mots masculins à gauche, et les mots féminins à droit. Car il y a un proverbe chinois très connu : “Les hommes à gauche, et les femmes à droit”, elle associait les noms masculins aux hommes, et les noms féminins aux femmes. Selon CYR, elle « groupe » les mots, elle « note dans un cahier des mots », elle « révise ». Mais, pendant ce processus entier, quelle est la frontière varie entre « mémoriser » et d’autres stratégies d’apprentissage ?

P : C’est…intéressant comme histoire, et je pense que c’est à vous de trouver et définir la frontière.

E : Je sais que cette stratégie semble bizarre aux yeux des natifs. Mais quand on n’a pas la chance d’exposer dans la langue cible, c’est très difficile d’acquérir automatiquement la compétence langagière, et les apprenants doivent se débrouiller eux-même pour repérer, conceptualiser et systématiser les éléments langagiers, mais les efforts ne nous garantissent pas d’utiliser et d’appliquer spontanément ce que l’on a appris dans…dans une conversation, par exemple.

P : Tu peux peut-être lancer une série d’hypothèses sur pourquoi l’apprenant a choisi cette stratégie, quel est son motif, est-ce que c’est pour se rassurer, pour avoir l’efficacité, pour s’amuser, etc.

E : D’accord, je vais le mettre dans mon questionnaire.

P : Et tu peux aussi faire la même enquête aux enseignants de français en Chine, si possible.

E : OK, merci Madame, au revoir.

P : Au revoir.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Première rencontre Premier tâtonnement

Nous sommes maintenant devant une porte de bureau, il est 8h58 du matin, il n’y a personne dans le couloire, sauf une étudiante qui baisse la tête et qui voit toujours sa montre. 2 minutes plus tard, elle frappe légèrement la porte, sans réponse, elle la frappe encore une fois, mais cette fois-ci, plus fort.

Professeur : Entrez !

Étudiante : (ouvrant la porte) Bonjour, Monsieur, je suis votre étudiante de M2, j’ai pris un rendez-vous à 9 heures avec vous.

P : Bonjour, oui, oui, je vous attends, entrez, assoyez-vous.

E : Merci, Monsieur.

 Etudiante assoit devant un bureau face au professeur, en sortant un carnet qui est rempli densément par les manuscrits mots.

 P : (fermant les livres) Alors, j’ai lu votre plan de mémoire, vous avez bien expliqué pourquoi vous avez choisi ce thème et tout ce que vous voulez faire. Il est logique, mais il me semble que d’une part, vous avez abordé trop de choses, donc, il faut connaître lesquelles sont principales, lesquelles sont dans l’arrière-plan. D’autre part, quelques notions attendent à préciser, par exemple, vous voudriez travailler sur la littérature, est-ce que vous savez quel type de littérature vous voulez étudier ?

E : (l’air inquiet) En fait, c’est ce que j’ai besoin de vos aides, j’ai essayé d’aller à la librairie et de trouver une discipline de littérature qui reflet la culture française plus ou moins complète, la vie en France et aussi facile à entrer pour les apprenants du FLE. Mais, je me sens perdue en baignant dans la mer de livre, je ne peux que voir des livres concrets, mais maintenant je n’arrive pas à obtenir une vision globale sur la littérature française.

P : Je comprends et n’inquiétez pas, c’est normal, mais pourquoi vous avez choisi la littérature ?

E : À partir ce que j’ai lu, je voudrais simplement transmettre des livres, des romans français en cours de FLE, parce que quand j’ai appris le français à l’étranger, on ne peut pas connaître des livres français si riches et si variés.

P : D’accord, mais vous savez, nous pouvons voir l’océan seulement par une goutte d’eau, c’est exactement cette goutte d’eau qui est facile à entrer pour les apprenants du FLE, ils n’ont pas besoin d’avoir un océan. Mais vous avez besoin absolument de le posséder. Vous savez ce que je veux dire ?

E : (réfléchissant un peu), oui, mais je ne sais pas comment faire. Je sais bien qu’il n’y a peut-être pas de raccourcis, sauf que je lis sans cesse. Heureusement, j’aime bien la lecture, bien que je ne lise pas très rapide en français. Mais est-ce que vous pourriez me donner des orientations par rapport ma lecture ? Des bibliographies par exemple ?

P : Bien sûr que je peux vous donner, mais la plus importante chose est que vous sachiez bien ce que vous voulez étudier. Alors, en résumé, qu’est-ce que vous voulez faire dans votre mémoire ?

E : Eh… (en voyant son carnet) j’ai écrit dans mon plan, c’est comment utiliser les textes littéraires pour motiver les apprenants hétéroglotte surtout dans le contexte chinois à communiquer et à s’exprimer en français.

P : D’accord, dans votre thème de mémoire, je peux voir des hésitations, premièrement, comme nous avons discuté, les textes littéraires que vous voulez choisir. Deuxièmement, le contexte ou le publique, quel est le rapport entre le milieu hétéroglotte et le contexte chinois ? Le contexte chinois est un objet de recherche, ou seulement un exemple de milieu hétéroglotte ? Dernièrement, le rôle que les textes littéraires jouent parmi ces sujets. Ces interrogations ne sont pas pour contester à votre sujet, c’est pour vous donner des pistes de réflexion. Alors, est-ce que les réponses sont claires dans votre tête ?

E : Non, Monsieur, mais je vais les noter, et je vais les mettre en lumière ces jours.

P : Attention, ce ne sont pas des questions qui peuvent être résolues dans quelques jours, mais pendant tout au long de vos recherches. Surtout faire des recherches avec des supports. N’hésitez pas à faire des hypothèses, à faire des enquêtes et des observations et à me demander si vous avez des confusions.

E : D’accord, et je vous remercie beaucoup Monsieur.

P : Je vais vous envoyer la bibliographie, et à la fois prochaine, j’espère que vous aurez trouvé des bons supports et des bonnes entrées de votre mémoire.

E : D’accord, merci pour tous vos conseils, je sais maintenant ce que je dois faire. Au revoir, Monsieur.

P : Au revoir (en souriant).

 

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

un entretien imaginaire

Dans un bureau de l’une des universités de Paris, le matin à 10H30, par un sombre jeudi de Novembre, il fait du vent dehors. Un entretien entre une étudiante et son directeur de mémoire commence :

L’étudiante : Excusez-moi, puis-je entrer ?

Le professeur : Oui, bien sûr !

E: Bonjour monsieur, vous vous souvenez ? Je vous ai écrit un émail avant-hier pour demander un rendez vous avec vous.

P: Ah, oui! Assieds-toi !

E: Merci.

P: C’est la première fois qu’on se rencontre, non ?

E: Oui. En fait, je n’ai pas pu m’inscrire à votre cours le semestre précédent, parce que votre cours était plein. C’était vraiment dommage puisque les contenus du cours ont un lien fort avec mon sujet de mémoire. Cependant, une bonne chose c’est que vous enseignez aussi le cinéma aux étudiants de DUEF, donc, j’ai l’occasion d’aller observer vos cours! C’est formidable! Mais, il faut que vous soyiez d’accord.

P: Ben… Oui, pourquoi pas? C’est une bonne idée, si ça t’aide.

E: Merci beaucoup ! J’ai de la chance !

P: Alors, dis-moi tu as déjà commencé à faire ton plan de mémoire ou non?

E: Non, ce n’est pas exactement ce que j’ai fait. J’ai commencé à emprunter des livres concernant l’histoire du cinéma, et la relation entre le cinéma et l’enseignement du FLE, etc. pour fonder la base de mes connaissances.

P: C’est bien que tu aies déjà commencé à recueillir des données !

E: Merci ! Cependant, j’ai eu un problème pour réduire mon sujet. C’est-à-dire, je n’arrive pas à limiter mon sujet de mémoire, c’est trop large. Est-ce que je dois me focaliser sur l’image ou bien sur le son, ou encore sur l’image et le son qui fonctionnent ensemble. Je suis complètement perdue.

P: Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider. Maintenant, le problème n’est pas de réduire ton cadre de sujet, mais, plutôt qu’est-ce que tu veux et qu’est-ce que tu veux développer ? dans quel contexte et dans quel but ? Quel est ta motivation d’enseignement du FLE? Alors, est-ce tu as des expériences dans ce champ?

E: Euh… ( l’étudiante a des sueurs froides) toutes les questions que vous m’avez posées ne sont pas claires pour moi….mais le contexte, oui ! L’expérience….

P: (le professeur lui coupe la parole) Puisque c’est la première fois que tu me racontes ton sujet, j’ai plein de questions en tête. Je te pose une question, dis -moi, ‘c’est quoi le cinéma et le film? Quelle est la différence entre les deux termes, à ton avis?

E: euh… je n’ai jamais pensé à ça… à mon avis, le cinéma est le contenant, mais le film est le contenu ??? Ou bien, le cinéma est un art du spectacle, il est désigné comme le septième art. Par contre, le film est œuvre cinématographique… Je suis toujours superficielle, je ne peux pas aller au fond des connaissances….(L’étudiante est très désespérée.)

P: Je n’ai pas la réponse non plus, il faut que tu cherche à répondre et à comprendre. Du coup, il ne faut pas être négligeable le fonctionnement audiovisuel dans l’enseignement du FLE. Jusqu’à maintenant, tu n’as pas mentionné ce terme-là. Donc, vas chercher, l’utilisation audiovisuelle peut contribuer à l’enseignement du français dans classe de FLE. Donc, pour toi, ou pour n’importe qui, avant de rédiger son mémoire, il faut réfléchir beaucoup, c’est-à-dire, il faut former une ligne de concepts systématiques ayant des liens forts entre eux. Donc, pour le moment, il faut que tu me donnes un plan du mémoire, le contexte ou le terrain, quelles méthodologies vont s’adapter au besoin dans le champ concerné, etc.

E: Vous avez raison, monsieur. Je ne sais presque rien dans ce champs.

P: je sais que tu as peut-être besoin encore de références , alors, je te le donne maintenant.

E: Oui, c’est vrai. Merci beaucoup, monsieur !

P: De rien!

E: Ah, je viens d’avoir une idée ! Je pense que je vais faire aussi une enquête sur l’utilisation du film pour apprendre le vocabulaire ou favoriser la compréhension orale et écrite, quelles choses comme ça…

P: c’est bien que tu y pense! Mais n’oublie pas de ne pas aller trop loin de ton sujet de mémoire.

E: Oui, d’accord. Je pense que je vous dérangerai après. Le prochain RDV sera quand? Je vais faire des efforts pour penser et effectuer ce que je peux faire pour mon mémoire.

P: Très bien ! Alors, dans une semaine, le même endroit et la même heure, ça te va ?

E: Oui, super! Merci, monsieur ! À la prochaine !

P: Entendu ! À la prochaine !

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Une initiative de recherche entre deux rives…

H.F:   Bonjour Mr X…

Mr X: Bonjour Hanane, alors t’as reçu mon mail ?

H.F: Oui Monsieur, j’ai bien reçu votre et je vous remercie d’avoir accepté de diriger mon projet de recherche.

Mr X: Je t’en prie ! Si j’ai accepté d’encadrer ce travail c’est tout simplement parce qu’en lisant le résumé, j’ai trouvé que ton thème est bien précis et j’ai tout de suite compris que tu sais bien sur quoi tu veux te baser pour  réaliser ce mémoire … (en plaisantant) Sinon, j’imagine que si t’as demandé qu’on se voit c’est que t’as déjà rédigé la première partie de ton mémoire ! N’est-ce pas ?

H.F: Ah non! Pas du tout…  je voudrais plutôt vous voir pour vous  demander s’il est possible de faire mon mémoire de Master 2 en cotutelle et aussi afin de discuter avec vous sur ce sujet, si vous le souhaitez bien sûr!

Mr X: Ah, c’est intéressant ça ! Mais comment t’as eu cette idée de travailler ton mémoire en cotutelle ?

H.F: Hum.. Au fait, j’ai entendu parler plutôt d’une thèse de doctorat en cotutelle et l’idée m’a beaucoup intéressée et je me suis dit pourquoi ne pas travailler mon mémoire en cotutelle ? Donc j’ai fait quelques recherches sur le site internet de la Sorbonne et si j’ai bien compris le principe de cette modalité de travail consiste à ce que l’étudiant effectue son travail de recherche sous la responsabilité de deux directeurs de thèse : l’un en France et le second dans un pays étranger. Toutefois, je n’ai pas pu trouver si c’est cette modalité de travail est faisable pour le master 2 !

Mr X: Oui, je comprends tout à fait de quoi tu parles et justement t’as bien raison car le mémoire en cotutelle est généralement réservé aux thèses de doctorat. Par contre, j’aimerais bien savoir les raisons pour lesquelles tu envisages faire ton mémoire en cotutelle ?

H.F: D’abord, comme vous le savez, le thème de mon mémoire porte sur « l’évaluation de la compétence orale dans le secondaire en Algérie » ce qui fait que mon terrain de recherche sera en Algérie  et c’est pour cette raison que je me suis dit que ça serai un plus pour moi d’avoir un encadreur en Algérie qui pourrait non seulement me faciliter l’accès à la documentation, c’est-à-dire tout ce qui est des programmes d’enseignement,  des directives et des textes du ministère de l’éducation nationale, mais aussi me mettre en contact avec des responsables de l’éducation pour des éventuels entretiens …

Mr X: Euh.. D’accord, je vois ce que tu veux au juste, cependant, tu sais bien que faire un mémoire en cotutelle nécessite certaines procédures spécifiques ! Et avant de parler des démarches, tu as déjà contacté un encadreur en Algérie ?

H.F: Non, justement j’attends votre accord d’abord avant de contacter une enseignante à l’ENS avec laquelle j’ai déjà travaillé mon mémoire de fin d’étude.. Sinon, concernant les procédures à faire, je suis prête à faire le nécessaire pour réussir mon travail et atteindre mes objectifs. 

Mr X: Très bien, pour ma part, ce que je pourrai te dire c’est que je ne peux pas te donner une réponse tout de suite vu que je dois en discuter  avec l’équipe de recherche…   Mais ce qu’on va faire éventuellement, c’est que je vais noter tout ça et je t’en verrai un mail dès que j’aurai  une réponse finale concernant ta demande. Ça te va comme ça ?

H.F: Parfait! Je vous remercie infiniment de m’avoir accordé de votre temps…

Mr X: Je t’en prie Hanane, je suis là pour ça !

H.F: Au revoir Monsieur, bonne après-midi à vous.

Mr X: merci, à toi également..

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Billet 3 – Rencontre entre une étudiante et son directeur de mémoire

Un bureau à la Sorbonne Nouvelle, quartier Latin, en fin de matinée par une journée pluvieuse de février. On entend frapper à la porte un coup discret mais insistant. Une étudiante se faufile dans le bureau.

L’étudiante – Bonjour Madame, je vous dérange ?

L’enseignante – Pas du tout, entrez je vous en prie. C’est mon heure de permanence, je vous écoute. Mais asseyez-vous, ne restez pas debout.

L’étudiante – Merci beaucoup. J’avais quelques questions par rapport à mon sujet de mémoire.

L’enseignante – Oui, je vous écoute.

L’étudiante – Mon sujet de mémoire porte sur l’enseignement précoce du français en Corée du Sud. Je voulais m’intéresser notamment à l’influence de la culture coréenne quant à l’acquisition du français.

L’enseignante – Quand vous dites « enseignement précoce », vous vous « limitez » à quel âge ? Il est très important de fixer un âge limite à votre recherche, surtout si vous vous intéressez à l’âge critique. Même si un bon nombre de chercheurs ne sont pas d’accord quant à « l’âge critique ».

L’étudiante – Je comptais m’intéresser aux enfants de la maternelle jusqu’à la fin de l’école primaire.

L’enseignante – Est-ce que vous pouvez justifier cette limitation ?

L’étudiante – Je pense que oui. Pour moi –et à mon avis pour d’autres personnes– « l’enfance » en tant que telle se finirait à la fin de l’école primaire puisqu’au collège il s’agit de pré-adolescents et d’adolescents.

L’enseignante – D’accord, vous devriez vous renseigner sur les « seuils fatidiques » pour une acquisition plus « facile » pour les enfants. Et faîtes attention à ne pas confondre éveil aux langues et enseignement précoce du français : ce n’est pas la même chose.

L’étudiante – Justement, pour moi c’est un peu la même chose ou plutôt je pense que l’éveil aux langues est un « avant-goût » de la langue étrangère qui sera enseignée par la suite.

L’enseignante – Oui et non puisque cette langue ne sera pas forcément enseignée et continuée par l’enfant dans la suite de ses études. Il s’agit plutôt de faire prendre conscience à l’enfant de l’arbitrarité du signe linguistique, qu’il existe plusieurs façons de dire un mot selon les langues.

L’étudiante – Oui, c’est vrai. Vous avez raison. Je ferai attention à ne pas faire « d’amalgame » et de bien faire une distinction entre ces deux notions.

L’enseignante – Oui, il est très important que vous ne fassiez pas un regroupement de ces deux termes dans une seule idée.

L’étudiante – Oui, merci beaucoup. J’avais une autre question : est-ce que vous connaissez la culture coréenne ?

L’enseignante – Pas du tout. Mais justement, en dirigeant votre mémoire, j’aimerais en apprendre plus sur cette culture.

L’étudiante – Dans ce cas-là, est-ce qu’il serait possible que je demande à un enseignant Coréen d’être mon deuxième lecteur pour mon mémoire ? Je veux être sûre de ne pas écrire des choses fausses concernant la culture coréenne.

L’enseignante – Bien entendu, cela peut être envisageable. Mais, vous parlez coréen ?

L’étudiante – Oui, j’ai une licence de coréen et je suis partie pendant deux mois et demis en échange linguistique dans une université coréenne. Enfin, j’ai assisté pendant un mois aux cours proposés dans l’université et ensuite je suis restée pendant un mois et demi pour en apprendre plus sur la culture et la vie coréennes.

L’enseignante – Ne vous dévalorisez pas alors en disant que vous direz des choses fausses dans votre mémoire.

L’étudiante – Oui, mais c’est vraiment pour être sûre.

L’enseignante – Je comprends. En tout cas, je pense qu’il est envisageable que vous demandiez à un enseignant Coréen, parlant français de préférence, d’être votre deuxième lecteur ou de lire simplement vos écrits. Vous avez d’autres questions ?

L’étudiante – Oui, je ne sais pas encore si je dois comparer avec le système français. Enfin, je voudrais comparer toute la recherche sur cet enseignement en Corée du Sud avec celui en France. Comme j’ai déjà eu l’expérience de donner des cours à des enfants en France.

L’enseignante – C’est un travail ambitieux et qui peut s’avérer très long ainsi que difficile. Je pense que vous devriez recentrer un peu plus votre sujet, histoire que cela ne parte pas dans tous les sens. Réfléchissez bien aussi à votre problématique. Les étudiants ont souvent du mal avec la problématique et c’est sans doute la chose la « plus difficile » à faire, mais prenez le temps d’y penser. Vous pouvez toujours écrire plusieurs problématiques, essayez d’en changer les mots et voir ce que cela donne. En tout cas, il faudrait que vous resserreriez votre sujet.

L’étudiante – D’accord, merci beaucoup pour tous vos précieux conseils. Je vais en tenir compte.

L’enseignante – Je vous en prie. N’hésitez pas à me faire des retours par mail sur l’avancée de votre travail et à me poser des questions si besoin.

L’étudiante – Oui, merci.

L’enseignante – D’autres questions ?

L’étudiante – Non, je pense avoir fait le tour des questions que je voulais vous poser.

L’enseignante – Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à venir me voir. Vous devriez noter vos questions dans un carnet que vous devriez garder sur vous : on ne sait jamais, si vous pensez à votre sujet et que d’un coup une question vous vient à l’esprit.

L’étudiante – Oui, c’est ce que je comptais faire. Je vous remercie en tout cas pour le temps que vous m’avez consacré. Bonne fin de journée.

L’enseignante – Merci, à vous aussi. Faites-moi un retour de vos lectures ou de votre avancée d’ici deux semaines : le plus tôt sera le mieux.

L’étudiante – D’accord, au revoir.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Un dialogue imaginaire lors du première rendez-vous entre le directeur de mémoire et l’étudiante

Ce dialogue se tient au bureau des enseignants à la Sorbonne, il s’agit du premier rendez-vous prévu entre l’étudiante (Claire) et son directeur de mémoire (Monsieur L.).

Etudiant (Claire) : Excusez-moi, c’est bien le bureau des enseignants ?

Directeur de mémoire (Monsieur L) : Exactement, à qui vous recherchez ?

C : Je cherche monsieur L.

Monsieur L : Je suis monsieur L

C : Ah, bonjour monsieur L, je suis Claire. (rire)

Monsieur L: Je sais (sourire), bonjour, Claire. Asseyez-vous.

C : Merci.

Monsieur L : Alors on commence. Vous m’avez écrit que vous voulez travailler sur l’enseignement de la prononciation française. Pouvez-vous présenter votre projet ?

C : Oui, bien sûr. Je voudrais travailler sur les difficultés lors de l’apprentissage de la prononciation des phonèmes français qui n’existent pas dans la langue chinoise, surtout sous l’influence de leurs dialectes, et donner quelques conseils pour la conception des exercices articulatoires afin de les aider surmonter ces difficultés. Parce que les problèmes de prononciation gènent même les Chinois qui ont déjà un niveau élevé.

Monsieur L : D’accord.

C : Et je voudrais le rédiger en trois aspects. Dans un premier lieu, je vais présenter généralement les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois. Puis dans la deuxième partie, les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française seront présentées. Il s’agit des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise, et des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Enfin pour la troisième partie, je proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie, je vais trouver quelques méthodologies pour supporter cette partie.

Monsieur L : Bien. Quelle formation vous avez suivi sur la prononciation ?

C : J’ai un cours de « Phonologie et système graphique du Français », et j’ai aperçu qu’il y a une différence entre l’enseignement de la prononciation française entre la Chine et la France.

Monsieur L : Par exemple ?

C:Quelques phonèmes ne s’enseignent pas de la même façon, par exemple on utilise /ɑ/ pour transcrire la lettre « a » lors qu’il faut utilise /a /.

Monsieur L : C’est vrai ? /ɑ/et /a / sont deux phonèmes bien différents.

C : Voilà. Plein de choses comme ça.

Monsieur L : D’accord. Je pense que ton mémoire est faisable et je ne suis pas inquiète de ça. Pour les méthodologies utilisées dans la troisième partie de mémoire, je vous invite à aller sur mon blog et à lire mon livre, ce livre est accessible dans la librairie près de ce bâtiment.

C : Ah oui je sais, merci beaucoup.

Monsieur L : J’espère que tu peux finir la lecture de ce livre avant le prochaine entretien, et on le discutera ensemble.

C:Merci beaucoup monsieur pour tes propositions utiles

Monsieur L : N’hésitez pas de m’adresser si vous avez des questions. Si je ne vous répond pas immédiatement, c’est parce que parfois l’internet ne marche pas très bien, c’est pas que je suis fâché.

C : (rire) Je sais, merci beaucoup monsieur, c’est gentil. Bonne soirée ! Au revoir !

Y : Allez ! Bonne soirée ! Au revoir !

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Bref , j’ai eu mon premier rendez-vous avec mon directeur de mémoire

C’est le matin  du 10 décembre  2015.J’attends devant la salle des professeurs au 3ème étage de l’université  Paris 3 Nouvelle Sorbonne, 46 Rue de Saint-Jacques 75005  Paris . Enfin , je vais rencontrer  mon directeur de mémoire dans quelques minutes… apès un long mois d’attente…Un rendez-vous si attendu  où je pourrai  finalement lui présenter mon projet de mémoire.J’ai  hâte et en même temps j’ai peur.C’est bizarre…La porte de la salle s’ouvre…

Professeur :Bonjour !Monsieur  Vladislavski ?

Moi( ah j’ai oublié de vous dire que  je m’appelle  Stanislav  Vladislavski) :Oui, bonjour, Monsieur !

Professeur :Entrez ! Assiez-vous et parlez –moi de votre sujet de mémoire !

Moi : Mon  sujet de mémoire porte sur l’influence de la langue maternelle dans l’apprentissage d’une langue étrangère :le cas des bulgarophones.Je mettrai l’accent sur l’apprentissage des prépositions et des verbes pronominaux et comment la langue maternelle peut  l’influencer…Et la problématique est si  la langue maternelle  est un atout dans l’apprentissage ou au contraire  c’est un obstacle pour les apprenants…

Professeur :D’accord…Bien…Et  c’est quoi votre corpus ?

Moi :Mon corpus ? Excusez-moi , Monsieur, mais qu’est-ce que vous entendez par corpus, ai-je dis avec une voix troublante.

Professeur : Vous avez  besoin des copies d’élèves  pour  les analyser par la suite.

Moi :Ah oui , bien sûr , j’ai pensé  à contacter  des écoles bulgares à Paris pour voir si je pourrais faire des observations là-bas et également    au  lycée français à Sofia en Bulgarie.

Professeur : Ah il y a des écoles bulgares à Paris ? Je ne savais pas…C’est très intéressant.Maintenant…parlez-moi un petit peu de votre bibliographie…Vous avez déjà lu des ouvrages concernant votre sujet ?

Moi :Oui un peu…J’ai lu des articles sur le site d’AILE portant  sur l’acquisition de langage.J’ai également consulté des ouvrages comme Pensée et langage  de Vygotski  et aussi La langue maternelle en classe de langue étrangère de Castellotti…

Professeur :Je vois…Ce n’est pas suffisant, Monsieur Vladislavski ! Votre bibliographie est très pauvre pour l’instant !J’attendais que vous soyez un peu plus préparé pour aujourd’hui…Vous devez vous  mettre au travail…Il vous reste que 6 mois à rédiger votre mémoire…Je vous enverrai par mail une  liste des ouvrages concernant votre sujet que je trouve intéressants…Pour la prochaine fois, je  veux que vous m’envoyiez par mail  une première partie de votre travail.

Moi :Et la prochaine fois sera quand, Monsieur ?

Professeur : Je ne peux pas vous donner une date exacte…Vu que c’est la fin du semestre et  vous avez beaucoup de travail en ce moment,  ce sera probablement  le milieu du mois de février…Comme ça vous aurez assez de temps pour travailler.Je vous enverrai un mail avec la date  et l’heure de notre prochain rendez-vous.C’est tout pour l’instant.Est-ce que vous avez des questions ?

Moi :Oui,la première partie de mon travail doit contenir l’introduction et la problématique ?

Professeur :Exactement,essayez d’avancer le plus possible…Si vous avez des questions sur la méthode ,vous pouvez toujours m’envoyer des mails.

Moi :D’accord.Merci beaucoup,Monsieur !Bonne journée !

Professeur :Bonne journée ,Monsieur Vladislavski !A la prochaine fois !Et n’oubliez pas , travaillez dur !

C’était ça la première rencontre avec un directeur de mémoire ?15 minutes de conversation et j’ai déjà un tas de bouqins à lire jusqu’au mois de février et en plus je dois lui présenter une première partie de mon travail…Heureusement qu’on n’aura pas de cours le deuxième semestre.

Bref , j’ai eu mon premier rendez-vous avec mon directeur de mémoire !

 

 

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts

Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire

Ego : E

Alter Ego : A

E : Écrire un mémoire, choisir un sujet parmi une large palette, choisir un sujet équivaut savoir ce que je veux. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je veux aborder, rechercher, problématiser ? Quels sont les sujets qui m’intéressent ? Et quelle sera ma problématique par rapport à ces questions ? Comment y trouver des réponses ?

A: Et si tu combinais ce que tu aimes le plus ?

E : C’est-à-dire ?

A : Bah c’est-à-dire les langues, l’éducation et la didactique visant le bi-/plurilinguisme.

E: Hmmm oui il y a pleins de questions que je me pose sur le plurilinguisme. Mais travailler sur le plurilinguisme en France ou seulement le français est la langue de la République..

A : Tu es à Paris, au cœur de la France, il y a surement un terrain de recherche qui t’attend.

E : Ah oui ? Un exemple ?

A: Un exemple ? Je t’en donnerai 10 ! DULALA (D’Une LAngue à L’Autre), une association qui a comme vision de valoriser le bi-/plurilinguisme pour les enfants en utilisant l’approche de l’ éveil aux langues, le CAFÉ des langues (Centre d’Animation et de Formation pour l’ Éducation bilingue et plurilingue) qui est une autre association dont les actions visent à valoriser le bi-plurilinguisme , tu as toutes les écoles bilingues, l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, ADEB,  l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue, Familangues une association-outil collectif de valorisation du plurilinguisme.. Contente ou tu veux que je continue ma liste ?

E : Non merci j’ai bien compris trouver un terrain sur le plurilinguisme en France ne va pas me poser aucun problème. D’accord, mais pour un mémoire il faut aussi d’autres pistes pas seulement le terrain d’observation.  Je n’en sais pas trop, le seul cours sur le plurilinguisme que j’ai eu après 4 ans d’études c’était cette année au premier semestre. Mais bon au moins j’ai mon expérience personnelle qui date de ma naissance et mon expérience professionnelle.

A : Un mémoire c’est sérieux. Cela demande du professionnalisme. Ça ne rigole pas. Le fait que tu parles plusieurs langues ou que t’as fait un stage de 5 mois pour le CASNAV ne suffit pas. Il faut de la science et qui dit science dit recherche et qui dit recherche dit lecture et qui dit lecture dit écriture et qui dit écriture dit création !

E : Tu n’as pas par hasard un diplôme en rhétorique ?

A : Très drôle Mme l’Ironique.

E : Mais non tu sais qui s’aime se taquine. Mais vraiment tu m’as convaincu sur ce plan. D’accord disons alors terrain trouvé, deuxième partie les lectures ? Qui a écrit  sur le plurilinguisme ?

A : Tu me fais rire ma petite. On est vraiment différents. Alors bien évidemment tu ne vas pas lire TOUT ce qui a été écrit sur le plurilinguisme si non même en 5 ans tu ne termineras pas tes études. Écoute-moi. Le plurilinguisme c’est ton sujet macro d’accord ? Comme le nom fruit qui peut signifier pomme, banane, abricot, fraise est un mot disons macro alors que la pomme est micro. Alors toi tu as choisi de travailler sur les fruits et pas sur les légumes ni les pâtes. Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ? Ça peut-être aussi l’orange ou le raisin à toi de voir !

E : Euh là je me sens perdue.

A : Il faut que tu restreintes maintenant ton sujet qui fera toujours partie du macro, du plurilinguisme mais qui portera sur un sujet précis ce que je t’ai  dit tout à l’heure sur un fruit précis.

E : Ah j’ai compris !

A : Très bien. Et par rapport à ce sujet micro précis tu feras tes propres recherches, tes propres lectures.

E : Un feedback s’il-te-plait !

A : Bon d’accord. En général et je me focalise sur en général ceux qui ont écris sur le bi-plurilinguisme sont : F. Grosjean, C. Hélot, M. Candelier, M-R Moro, D. Coste, R. Gallison, J. C. Beacco, L. Dabène, V. Castelotti, G. Lüdi, etc etc. En plus il y a de films comme la Cour de Babel ou Raconte-moi ta langue qui seraient très utiles pour toi.

E : Pas mal. J’ai quand même une grande palette.

A : Oui. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant choisir un directeur /une directrice de recherche par rapport à ton sujet auquel/ à laquelle tu présenteras ton sujet, ta problématique, ton terrain de recherche et bien sûr la bibliographie.

E : D’accord…

A : Mais attention ! Il faut bien choisir cette personne car elle te guidera pendant tout ton travail. Elle te donnera de conseils, tu pourras lui poser de questions, elle sera là pour t’aider.

E : Ah mais c’est cool  je ne suis pas tout seule !

A : En effet tu n’es pas toute seule mais attention une fois t’as choisi ton directeur/ta directrice et que t’aies eu son accord tu ne peux plus revenir en arrière. Donc choisis bien surtout par rapport à ton sujet. Et si tu connais cette personne par exemple si t’a eu un cours avec lui/elle tant mieux car tu connais déjà la méthodologie du professeur.

E : Ok tout est compris ! Alors terrain d’observation c’est bon, bibliographie c’est bon, directeur/directrice c’est bon aussi . Qu’est qui en reste ?

A : Écrire ! Commencer ses recherches, aller aux colloques, aux conférences qui abordent ton sujet macro, lire, et puis encore une fois écrire !

E : D’accord d’accord j’ai compris. Merci !

A : Ne sois pas égocentrique.

E : Mais pourquoi tu dis ça ?

A : Parce que tu sais très bien que je suis une invention de ton imagination. Tu es en train de te remercier toi-même !

E : Et alors ? Je n’y vois aucun mal. Tu sais il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres. Et puis si je te parle c’est parce que je dois me connaître moi –même avant de connaître une science ou d’écrire un mémoire n’est ce pas ? La phrase « Connais-toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » te dit que quelque chose ?

A : Égocentrique et en plus ethnocentrique ! Tu n’arrêtes pas de parler dans tes articles et tes commentaires sur Arlap de la Grèce et de ses philosophes!  Bien sûr que je connais Gnothi seauton de Socrate qui est devenue une inscription du Temple de Delphes.

E : On en a presque tous de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme mais ce n’est pas tout le monde qui a le courage de l’avouer comme moi !

A : Oh là là !

 

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts