Archives par mot-clé : définition

La notion de collocation

Les collocations, un terme provient de l’anglais collocation, sont des unités polylexicales qui apparaissent souvent ensemble dans le discours et manifestent « un statut sémiotaxique différencié » (Gonzaley, 2015:71). Le débat autour de la notion de collocation n’a pas définitivement cessé, ce qui contribue à une évolution sans cesse de sa consolidation. Généralement, nous faisons face à deux visions différentes : la vision statistique et sémantique.

La vision statistique de la notion de collocation

La vision statistique sur la notion de collocation est surtout soutenue par des linguistes qui travaillent dans le domaine de la linguiste de corpus. Cette notion a été employée par Firth (1957) pour désigner « le phénomène de coapparition d’unité lexicale relié par une valeur sémantique et stylistique spéciale ». Mais son étude sur la notion de collocation reste moins développée, ce sont ses disciplines Halliday et Sinclair qui ont vraiment ouvert un nouveau chapitre dans la consolidation de la notion de collocation. Halliday pense que les collocations sont des combinaisons entre des unités lexicales qui dépassent la limite de la grammaire et accorde un rôle central aux collocations dans l’apprentissage du lexique ( Małgorzata, 2004). Quant à Sinclair, il a élaboré une notion des collocations fondée sur la fréquence des unités lexicales dans le corpus. Pour il, les collocations sont :

La cooccurrence de deux unités dans un contexte à l’intérieur d’un environnement spécifié. UNE

COLLOCATION SIGNIFICATIVE est une collocation habituelle entre deux unités, telles qu’elles se trouvent ensemble plus souvent que leurs fréquences respectives et la longueur du texte dans lequel elles apparaissent ne peuvent le prédire (Sinclair, 1970, p.150, cité et traduit par Williams,2003, p.37).

Les unités lexicales qui forment une collocation s’appellent les collocates, elles disposent de même statut.

Cette vision, prenant en compte la caractéristique statistique de la fréquence des unités lexicales en cooccurrence dans le corpus, ne permet pas de creuser plus poussé sur l’aspect syntaxique et l’aspect sémantique des collocations. C’est la raison pour laquelle les linguistes qui travaillent sur les collocations en français ne prennent pas cette vision, mais se penchent davantage à la vision sémantique de la notion de collocation.

La vision sémantique de la notion de collocations

Quand on parle de la définition sémantique des collocations, trois linguistes se distinguent par leur contribution sur la consolidation de la notion de collocation. Mel’čuk (1989, 2003), un pionnier dans ce domaine, a jeté les fondements par distinguer quatre classes majeures des phénomènes phraséologiques. Elle préfère le terme phrasème. Une collocation correspond au semi-phrasème : une collocation est constituée de deux éléments, l’un est la base qui est sélectionnée par le locuteur, l’autre est choisi en fonction de la base. Le sens global est compositionnel. Ensuite, Hausmann et  Blumenthal (2006) ont renfoncé la définition de Mel’čuk en précisant que la base garde son sens habituel et le collocatif a un sens figuré pour construire le sens global d’une collocation. Leur définition a mis en lumière le statut inégal entre les constituants et souligné la dissymétrie sémantique des constituants. En acceptant la définition de Mel’čuk et Hausmann (1989), Tutin et Grosmmann (2002) ramifie la typologie des collocations en trois branches :

  1. Collocations opaques : la base garde le sens habituel lorsque le collocatif a un sens dérivé de sons sens habituel, le sens global n’est pas prédictible ni à travers la structure syntaxique ni à partir du sens origine des constituants : peur bleu, rire jaune.
  2. Collocations transparentes : la base garde le sens habituel lorsque le collocatif est prédictible sémantiquement, mais la structure syntaxique reste difficile à expliquer : avoir faim, prendre peur.
  3. Collocations régulières: la base et le collocatif manifestent un sens habituel, le sens global est donc prédictible, la syntaxe correspond aux règles grammaticales.

Conclusion

Aujourd’hui, à force du développement de la linguistique de corpus, les recherches sur les collocations sont principalement basées sur les corpus de grande taille afin de dégager la représentativité des combinaisons privilégiées entre des unités lexicales, de ce fait, les linguistes acceptent aussi la définition statistique comme un critère lors du repérage des collocations dans le corpus, d’une manière plus profonde, ils analysent des collocations en s’appuyant sur la définition sémantique afin de mieux décrire les caractéristiques des collocations tant sur le plan syntaxique que sur le plan sémantique.

Bibliographie:

– Firth, J. R. (1957). Papers in Linguistics 1934-1951. Oxford: Oxford University Press.

– Gonzalez-Rey, I. (2015). La phraséologie du français. Toulouse: Press Universitaire du Mirail

– Hausmann, F. J. (1989). Le dictionnaire de collocations. In F. J. Hausmann, O. Reichmann, H. E. Wiegand, & L. Zgusta (éd.), Wörterbücher, Dictionaries, Dictionnaires (p. 10101019). Berlin/New York: Walter de Gruyter

– Hausmann, F. J., & Blumenthal, P. (2006). Présentation : collocations, corpus, dictionnaires. Langue française, (150), 313.

– Małgorzata Martyńska. (2004). Do English language learners know collocations? In Investigationes linguisticae, vol XI, Poznaṅ.

– Melcuk, I. (1993). La phraséologie et son rôle dans l’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère. Études de Linguistique Appliquée, 92. Consulté à l’adresse http://search.proquest.com.ezproxy.univ-paris3.fr/docview/1307652747/citation/DF2D361F75D04CB5PQ/1

– Mel’cûk, I. (2003). Collocations: défintion, rôle et utilité. In Les collocations. Analyse et traitement (Vol. 1, p. 2331). Amsterdam: De Werelt.

– Tutin, A., & Grossmann, F. (2002). Collocations régulières et irrégulières : esquisse de typologie du phénomène collocatif, Abstract. Revue française de linguistique appliquée, VII(1), 725.

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Dialogue d’échauffement

Je tiens mes notes. Le haut de mes fiches est corné. Mes yeux passent sur les NOMS, les Prénoms, les Titres, les éditeurs, « collections » et les dates. Il ne faut pas négliger la bibliographie. Pas de biblio, pas de mémoire !

Groensteen, Thierry. Groensteen. Gro-en-steeeeeen, et non Grosterne. A ne pas confondre avec l’autre Thierry, Smolderen celui-là. L’un est le spécialiste de la bande dessinée en France, l’autre… C’est l’autre.

« C’est bon ! » appelle une voix derrière la porte. J’entre. En face de moi, elle est assise sans prétention dans un gros fauteuil. Son chandail est jeté sur ses épaules. Elle ne sourit pas.

« Bonjour, madame Machine, nous avions rendez-vous pour parler de mon mémoire…

  • Oui, oui, je me souviens. »

J’étouffe un gloussement et m’assieds.

« Alors je voudrais travailler sur la BD dans le contexte de l’enseignement du FLE.

  • Heu, oui… Donc j’aime bien la BD et je trouve que c’est un bon support à étudier parce que ce n’est pas si exploité que ça…
  • Qu’est-ce que vous appelez la « bédé » au juste ?
  • Alors oui, justement, la BD, bande dessinée aussi dité « bédé », b.é.d.é. est un genre de littérature, souvent considéré comme un sous-genre. Töpffer, l’inventeur de la BD selon Thierry Groensteen, définissait ses œuvres comme « une littérature en estampes[1]». Will Eisner parle de la BD comme d’un « art séquentiel[2] » et Thierry Smolderen montre que la BD depuis Tintin et Hogarth – qu’il considère comme les « BD canoniques[3] » – a bien changé et est désormais confondue avec le roman graphique, mais le principe général c’est le lien entre l’image et le texte, entre l’art visuel et la littérature. Justement, le texte est…
  • En résumé ?
  • En résumé il s’agit d’une histoire publiée en album, en livre ou bien en ligne, dont la narration s’effectue par la corrélation entre l’image et le texte.
  • D’accord. Là c’est plus clair. Bon. Et le mémoire ?
  • Mon mémoire, je voudrais le diviser en trois parties. Dans la première, je vais décrire le médium et en expliquer les tenants et les aboutissants…
  • C’est-à-dire ?
  • C’est-à-dire que je veux proposer une histoire rapide de la BD afin de mieux comprendre le support. Cela devrait me permettre de présenter son univers, son vocabulaire, ses maîtres, ses courants et ses spécialistes. Le but de cette première partie un peu descriptive est de discuter de la pertinence de l’utilisation d’un tel support dans le cadre de l’enseignement du FLE, et en conséquence, le défendre.
  • Très bien. Ensuite ?
  • Ensuite, je voudrais étudier un certain nombre de manuels de FLE. Je choisirai des manuels qui correspondent à mon terrain de recherche, soit l’enseignement à l’université, et j’étudierai quelle exploitation de mon support en est faite. En d’autres termes, est-ce que la Bd est peu ou pas exploitée, et si elle est exploitée : quel type de BD est proposé, comment elle est exploitée, est-ce que par exemple on étudie la BD comme un texte, est-ce qu’elle sert d’illustration, ou bien est-ce qu’on la lit comme on ferait une lecture d’images ? Tout ça, quoi.
  • Tout ça, quoi…

Elle leva la main et l’agita pour dire « bof bof ».

  • Qu’est-ce que j’ai dit ?
  • Bah, dire « tout ça quoi » à ton directeur de recherche, c’est moyen. Ca fait pas très pro.
  • Nan, mais maman, on révise là, je dirai ça mieux. Et autrement, t’aimes bien ?
  • Oui, oui. Bon continue là !

Son geste avait fait tomber son chandail. Elle le balança sur ses épaules et se remit dans la peau de Madame Machine.

  • Où j’en étais… ? Ah oui, et donc, en fin de deuxième partie, je vais critiquer l’exploitation de la BD dans les manuels de FLE pour proposer en troisième partie des pistes didactiques. Je n’ai pas encore de corpus, mais j’ai déjà mon terrain de recherche parce que j’ai obtenu un stage !
  • Bon, voilà, c’est bien. Tu veux manger quoi ce soir ? »

[1] GROENSTEEN, Thierry, La bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Skira, Flammarion, La cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Paris, Angoulême, 2009.

[2] EISNER, Will, La bande dessinée, art séquentiel, Vertige graphic, Paris, 1997.

[3]SMOLDEREN, Thierry, Naissance de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Paris, 2009.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts