Archives par mot-clé : culture

#SaveTheDate: Festival de la BnF !

La Bibliothèque nationale de France vous invite les 20 et 21 mai à venir célébrer la première édition de son Festival « Bibliothèque parlante »!

Cliquez sur ce lien pour accéder au programme complet:

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les interactions entre la culture et l’apprentissage de la langue

Dans mon mémoire, je travaille sur la littérature française, j’ai fait une enquête avec les apprenants chinois, j’ai découvert qu’ils ont beaucoup d’attentes différentes sur le fait littéraire. Parmi eux, 85.7% apprenants veulent connaître la culture française à travers la lecture des œuvres littéraire française, afin de favoriser leurs apprentissages du français. Donc, je m’intéresse aux relations entre la culture et l’apprentissage de la langue, pour que ensuite, nous puissions proposer des activités pédagogiques sur la littérature en s’adaptant les attendes des apprenants.

La culture embrasse un contenu très riche et varié, et la langue est aussi un système complexe et logique. Les deux se développent, s’échangent, apparaissent toujours en même temps dans notre vie. On pense logiquement qu’il y a d’étroites relations fonctionnelles entre un langue et la culture de ceux qui l’utilisent. Mais sur le plan anthropologique, selon Sapir (1967 : 42) on ne peut pas affirmer que les deux territoires ont un rapport complet et direct. Car « quoi qu’il en soit des autres types de comportement culturel, les formes du langage sont en tous lieux à la fois spontanées et nécessaires, à l’instar de toutes les productions artistiques. Les formes linguistiques n’ont aucun rapport avec les besoins culturels de la société où elles se manifestent, mais en tant que produits esthétiques, elles offrent une grande uniformité. » Ainsi, les formes du langage sont le résultat d’un système indépendant. Cependant, la langue et la culture sont malgré tout indissociables. Sapir affirme que les phénomènes linguistiques sont des phénomènes culturels, et les comportements linguistiques comme la parole, le langage écrit et l’écriture mathématique revêtent une dimension symbolique, « car les sons et les signes qu’on y utilise n’ont pas de sens en soi, mais seulement pour qui sait les interpréter en fonction de ce qu’ils représentent. » (Sapir, 1967 : 51). Globalement, on pense qu’une langue est un support et une représentation d’une culture. C’est aussi un phénomène social, avec une place spéciale. Elle est le résultat des grandes et nombreuses pratiques sociales respectant des conventions culturelles. Par conséquent, on peut dire que chaque langue peut traduire un phénomène culturel spécifique. C’est une des raisons pour laquelle on pense que la culture conditionne beaucoup les manières et les habitudes d’expression, mais quasiment pas les règles et la fonction de la langue. Ainsi, on se pose deux questions : « Comment la culture est-elle représentée par la langue ? », et « Comment la langue interprète-t-elle la culture ? »

Par rapport à l’enseignement du FLE, c’est dans les années 80 que l’on a commencé à établir progressivement un rapport entre la langue et la culture. (Louis, 2009 :52-54) Durant la première moitié des années 80, deux historiens Benadava (1982) et Galisson (1982) proposent que  « l’enseignement du FLE accorde enfin une grande place à la dimension socioculturelle de toute situation de communication. ». Galisson explique pourquoi il lui semble important de porter attention aux cultures en didactique des langues. Il évoque les travaux sur les pédagogies interculturelles initiées par le Conseil de l’Europe et il argumente en pointant les contextes d’apprenants et de société. Il parle des chocs culturels qui existent dans le contexte social de l’immigration. Dans les deux dernières décennies, les réflexions liées à l’enseignement et l’apprentissage de la culture sont en plein essor. Des théoriciens tels Besse (1993 :43) et Castellotti et De Carlo (1995 :82) se réfèrent à la pensée de Claude Levis-Strauss et analysent les relations entre langue et culture dans le domaine de l’ethnologie structurale. Selon Besse, « une langue peut être considérée, soit comme un produit de la culture ordinaire dans laquelle elle est en usage, soit comme une partie de cette culture, soit comme une condition de celle-ci. Elle en est le produit, en ce qu’une partie de son lexique reflète les réalités propres à la société où il est en usage. […] Une langue est une partie de la culture dans laquelle elle s’inscrit, parce qu’elle en constitue l’une de ses principales institutions sociales […]. Une langue, enfin, est condition de la culture qui lui correspond, parce que c’est surtout au moyen de la langue, que se transmet une culture de génération en génération […]. »

D’après Besse, on a perçu que ces deux thèses ne peuvent pas être séparées, même si l’on ne peut pas décider laquelle détermine l’autre, ou bien qu’une thèse en domine d’autres. On peut effectivement percevoir que, quelque fois, la langue conditionne et donc détermine la culture. En revanche si la langue est le produit de la culture, cela signifie que c’est celle-ci qui conditionne la langue. Il semble plus juste de se situer dans une position intermédiaire entre les deux idées.

En cours du FLE, l’enseignant envisage beaucoup de compétences différentes : la compétence linguistique, la compétence de communication, la compétence culturelle, etc. L’enseignant tente d’équilibrer les deux dans l’enseignement du FLE. Comment peut-on utiliser la langue pour introduire la culture, ou bien utiliser la culture pour vivifier la langue ? La langue et la culture sont-elles un but ou un outil ? En fait, d’après nos expériences, on découvre qu’il n’y a pas une unique façon de faire dans l’enseignement du FLE. Cela dépendra de la période d’apprentissage, selon l’objectif d’enseignement. Si la langue est à ce moment-là un but, la culture sera un outil opérationnel. Si l’objectif est culturel, la langue sera un support, une manière d’accomplir les tâches. Les deux se complètent. Dans l’apprentissage du FLE, la culture et la langue sont interdépendantes. Elles s’influencent l’une l’autre.

 

Bibliographie :

Benadava S. (1982), « De la civilisation à l’etho-communication », le français dans le monde : les voies de la communication interculturelle, N°170, p. 33-38.

Besse H. (1993), « Cultiver une identité plurielle », le français dans le monde, Paris, CLE, N°254, p.42-48.

Castelloti V. et De Carlo M. (1995), La Formation des enseignants de langue, Paris, CLÉ International.

Galisson R. et Alii (1982), D’autres voies pour la didactique des langues étrangères, Paris, Hatier-CRÉDIF.

Louise V. (2009), Interactions verbales et communication interculturelle en FLE : De la civilisation française à la compétence (inter)culturelle, Bruxelles, E.M.E.

Sapir E. (1967), Anthropologie 1 Culture et personnalité, Paris, Ed. de Minuit.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Festival des civilisations de l’Inalco: identités

Pour tous ceux qui font des recherches sur les relations entre la langue, la culture et les identités, la deuxième édition du festival des civilisations de l’Inalco peut vous donner des inspirations. Ce festival qui aura lieu du 25 au 31 mars 2017, « questionnera ces identités, personnelles, sociales ou collectives à travers des conférences, des débats, des projections, des créations artistiques et des spectacles vivants. ».

Parmi tous les programmes, je vous propose une lecture et aussi un débat s’intitulé « La poésie entre deux langues » organisé vendredi 31 mars 2017, surtout pour mes camarades qui travaillent sur la littérature et sur le plurilinguisme.

Pour tous les restes informations du programme, voici le lien du festival:  http://www.inalco.fr/actualite/festival-civilisations-identites

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Demi-journée d’étude : Approches postcoloniales et décoloniales de la culture


15542229_10154279502855914_1217746419406190867_n
A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication, la 
Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 organise une journée d’étude sur les approches postcoloniales et décoloniales de la culture. 

L’événement aura lieu au 04 rue des Irlandais, dans le 05ème arrondissement, salle Athéna.

Voici un lien vous permettant de prendre connaissance de la programmation:

https://www.facebook.com/events/1493244957367421/

J’ai déjà eu la chance d’assister à une conférence de l’anthropologue Emmanuel Parent qui s’intéresse à la représentation du Noir dans la culture contemporaine et c’était passionnant. C’est pourquoi je vous recommande vivement d’y assister !

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

une belle rencontre avec Voutch

J’ai eu l’occasion de rencontrer Voutch le 9 décembre avec Zoé dans Paris 17ème. Voutch, de son vrai nom, Olivier Vouktchevitch, est un dessinateur d’humour français, et qui travaillait dans les grandes agneces publicités, il y a quelques années. C’est lui qui m’a rappelé la rencontre que j’ai eu, il y a deux ans, à Paris, avec Lionel Brouk qui est dessinateur de presse depuis 30 ans et qui est mon dessinateur préféré. Alors, cette fois-ci, Monsieur Voutch m’a accompagné dans un monde de l’humour où je ne comprend pas tout à fait, même quelquefois, pas du tout.

Les dessins d’humour de Voutch touchent plusieurs domaines, comme les médias, la génétique, les nouvelles technologies,etc. et surtout mettent en scène des managers sans empathie, antipathiques, des chefs d’entreprise psychopathes, etc. Les sous-entendus apparaissaient énormément dans ses oeuvres et qui ont complément activée mes curiosités sur sa façon d’écriture et ses contenus des livres. Pour trouver son style, il a consacré beaucoup de temps pour trouver son chemin et enfin, il est connu pour ses caractères que le personnage droit a un grand nez.

 J’avoue que ses textes sont un peu difficiles à comprendre en tant que non natif. Peut-êtes, il faut que quelqu’un qui les comprenne et nous explique les sous entendus.  Il arrive quelquefois que Zoé a eu mal à m’expliquer. Dans le cas contraire, je peux comprendre quelques textes et images illustrées. Alors, je pense que c’est intéressant d’utiliser ses dessins en didactique des langues, c’est quand on regarde ses extraits et les images illustrées en haut qui nous oblige de comprendre le sens et le sous-entendu. De ce fait, dans un certain mesure, cela va renforcer notre mémorisation des mots inconnus et la structures des phrases et qui facilite l’apprentissage du français.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

compte rendu du colloque : prise en compte de la cuture d’autres

Vendredi 21 octobre 2016, c’était la première fois que je participais à un colloque professionnel qui est d’ailleurs international. Même si je ne présentais qu’en tant qu’auditeur, c’était un grand plaisir et honneur pour moi. « Ça devra être très utile et heuristique pour mon mémoire et pour bien d’autres ! » je me disais la veille du colloque. Lors du colloque, je suis aussi dans la salle M toute la matinée. En fait, tous les thématiques programmés dans le colloque m’intéressent, j’ai voulu originalement assister d’abord les deux premières communications à salle M et puis me déplacer à salle V pour les deux autres dans le but de participer aux deux thématiques autant que possible. Malheureusement, je l’ai pas pu puisque nous étions trop nombreux et le passage a été donc complètement bloqué. J’étais quand même heureuse que j’ai eu de la chance d’avoir une chaise et un table pour bien m’assoir et ainsi prendre des notes.

« Si seulement j’ai pu les comprendre mieux !» Je me disait à la fin de cette journée intensive. Je regrette beaucoup que ma compétence du français ne m’a pas permis de comprendre toutes les communications abordées. Les PowerPoint aidaient la compréhension mais souvent les professeurs faisaient passer les diapos trop vite et, par ailleurs, ils parlaient déjà très vite. J’avais même l’impression que, si je puis le dire, la personne monopolisait en quelque sorte. Je raconte ces difficultés non pas pour me plaindre (en revanche, c’est à moi de faire davantage d’efforts), mais je devrais avouer que, personnellement, c’était un peu décourageant. Malgré tout, j’ai quand même fait de mon mieux pour les suivre et prendre des notes et les communications m’ont toujours beaucoup d’idées et de pistes de réflexion pour ma mémoire.

Mme Paola RIVIECCIO a parlé du « jeu » et la « transgression » dans l’apprentissage d’une langue. Elle s’appuie sur les élèves qui apprennent le breton à l’école, certains entre eux « parlent la langue comme un jeu » et certains apprennent la langue simplement parce que leurs parents ont pris cette décision quand les élèves étaient petits et ces élèves s’engagent passivement à ce choix. Cela peut aussi être la raison pour laquelle il y a aussi des élèvent qui refusent d’apprendre le breton par une transgression de le choix parentale. Il est facile pour nous de poser la question du type « pourquoi vous apprenez telle langue ? », alors qu’il n’est pas aussi simple à y répondre et la réponse ne relève pas toujours d’un intérêt linguistique. Cela me fait penser aux élèves chinois qui apprennent le français en Chine. La plupart entre eux l’apprennent à l’université en suivant une formation de la langue française ou bien prenant le français que comme une deuxième langue étrangère. Qu’est-ce qui leur conduit à prendre le français, au lieu de l’anglais, la plus grande langue de service ? C’est d’une fidélité au choix des parents ? Sinon, pourquoi cette « transgression » de l’anglais ? Pour la beauté du français ? Une ambition professionnelle dans le domaine francophone ?… Il me parait assez important de tenir compte de ces raisons diverses afin de pouvoir les motiver autant que possible dans l’apprentissage sinon ceci ne serait pas efficace ou au pire serait pénible. Comme le disait Mme Véra DELORME dans sa communication « Vers une didactisation de l’éthique », en tant qu’enseignant, on dispose aujourd’hui pleins de modèles pédagogiques, mais on n’impose pas tel ou tel modèle auprès de nos élèves. L’enseignement demande la coopération entre l’acteur enseignant et les acteurs élèves. La prise en compte de la spécificité du public visé et une négociation en fonction de celui-ci seraient nécessaires.

Ce qui m’a beaucoup impressionné était pendant la dernière communication du jour, l’animateur nous a distribué des corpus qui s’agissent en fait de deux extraits des transcriptions de deux cours de FLE et les commentaires que les enseignants de ces cours ont faits sur les cours qu’ils sont abordés. Je pense que c’est d’une très bonne façon de se regarder et réfléchir sur notre pratique d’enseignement. On pourrait sans doute rencontrer des difficultés imprévues dans le déroulement du cours et on essayerait des les résoudre, on le réussirait ou pas. L’une des transcriptions mentionne un fait que l’on peut observer auprès des apprenants chinois : l’utilisation de l’appareil de traduction. L’enseignant-là remarque aussi que ses élèves utilisent  « trop » le traducteur pendant le cours et il leur demande de ne pas le faire. Dans son commentaire, l’enseignent explique que l’on peut très bien comprendre des choses sans avoir recours à la traduction mot-à-mot. D’autre part, l’enseignant se sent contradictoire aussi puisqu’  « ils ne font pas quelques choses de mal, ils veulent simplement comprendre.». Ce témoignage a suscité beaucoup de réactions. Une professeur a expliqué qu’en fait cela relève de leur habitude d’apprentissage qu’ils ont adopté depuis longtemps et, cette « stratégie » peut être aussi rationnelle pour eux. Cette dame a ajouté que cette habitude peut même naître d’une culture de l’apprenant : les apprenants d’aujourd’hui arrivent bien à suivre le cours tout en envoyant un message avec leur téléphone portable. Ils arrivent bien à gérer et à diviser leur attention. Ce fait demande alors une compréhension (ou tolérance?) intergénérationnelle.

En tant qu’apprenant chinois, j’ai vécu aussi cette expérience avec le traducteur et l’interdiction de la part de l’enseignant, néanmoins et je le fais toujours, même durant cette communication, j’ai utilisé plusieurs fois mon petit traducteur, puisque évidement je ne comprenais pas tous les termes soigneusement prononcés par les professeurs, si je ne cherchais pas l’explication des termes qui paraissaient souvent, mais que je ne comprenais pas, ma perception globale de la communication serait une catastrophe encore plus grave. Oui, j’ai bien sûr commencé par essayer de comprendre sans persister à chercher une traduction équivalente, pourtant, je me permettais aussi de profiter cet outil de temps en temps pour mieux comprendre. Une fois que j’ai eu l’explication, je reviens tout de suite et je suis mieux le professeur. Je pense que la prise en compte des habitudes d’apprentissage des élèves est assez fondamentale, surtout lorsque les élèves sont issus d’une même culture et alors ils ont probablement des mêmes habitudes. Voici l’importance de la négociation avec l’autrui. Enfin, une discussion autour du norme de « trop » émerge : une norme par rapoort à quoi ? Par rapport au niveau d’apprenant ? Au degré de difficulté du contenu du cours ? Je pense qu’au lieu d’obliger les apprenants à se défaire de cette habitude, il vaut peut-être mieux de l’exploiter et la révaloriser, par exemple, l’enseignant pourrait inviter l’apprenants à chercher dans son dictionnaire un mot difficile qu’il expliquera plus tard avec ses propres mots aux autres.

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Colloque: « le proche et le lointain » (9-10 juin, à l’INALCO)

De la part de Monsieur Szende, responsable de la PLIDAM à l’INALCO, je vous fais parvenir, ci-joint, le programme bien détaillé du colloque « le proche et le lointain » qui aura lieu le 9 et 10 juin à l’INALCO (oui…peut-être j’ai fait une diffusion récurrente, mais ça vaut le coup d’aller y participer). PROGRAMME.COLLOQUE.PLIDAM.9.10.JUIN.2016.VERSION.24.MAI

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les distances chez l’homme (Extrait de l’essai d’Edward T. Hall, La dimension cachée 1966.p.143-160)

L’auteur a notamment étudié la proxémie[1], ou autrement dit des distances sociales. Les distances chez l’homme indiquent les distances que nous observons dans nos contacts avec autrui. L’hommes ressent la distance tout comme les animaux. Pour l’homme, la perception de l’espace est dynamique parce qu’elle est liée à ce qu’on fait dans un espace donné.

L’auteur en a retenu quatre catégories principales de distances interindividuelles en fonction de la distance qui sépare les individus, qu’il a appelées distance intime, distance personnelle, distance sociale et distance publique. Pour chacune des distances, on distingue deux modes : proche et lointain. Ces 4 catégories sont établies à base de ses nombreuses observations sur un groupe de citoyens américains

Avant d’aller en détails ces 4 catégories, il me faut vous présenter un concept très important—bulle[2]

La peau n’est pas notre limite par rapport au monde qui nous environne: il y avait autour de nous un espace invisible accroché à nous comme « bulle», c’est une zone émotionnellement forte, si qn d’autre envahi dans cet espace, il est considéré comme une offense. L’existence et la dimension de cette bulle varie selon les cultures.

Ex : Elle est plus ample dans les pays occidentaux que dans les pays méditerranéens, et dans les pays arabes, il n’y a pas de bulle

Définitions :

  • Distance intime, distance réservée au contact intime avec ses amoureux ou ses enfants. Cette distance s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel.

Proche :corp à corp, acte sexuel, lutte, le contact physique domine la conscience des partenaire

A cette distance, la vision est souvent déformée, on peut percevoir la chaleur du corps de l’autre, le rythme de sa respiration et l’odeur de l’haleine.

Lointain:15-40cm, correspond à la longueur de l’avant-bras replié, relations familiales (comme entre enfants et parents) et amoureuses. Chuchotement est utilisé. on peut percevoir aussi la chaleur et  l’odeur de l’haleine de l’autre.

  • Distance personnelle : distance de bulle, créé autour de lui pour s’isoler les autres. Cette distance est utilisée dans les conversations particulières.

Proche :45-75cm, correspond à la distance d’un bras tendu, Distance qui désigne l’intimité et l’affectivité des personnes en public. Le volume de la face est accentué, le duvet du visage, les cils et les pores sont très visibles.

Lointain :75-125cm : 2 fois du long de bras tendu, c’est la imite d’emprise physique sur autrui. C’est la distance des discussions personnelles entre amis. A cette distance, on élève un peu la voix, l’odeur de l’haleine peut être parfois perceptible mais la chaleur corporelle n’est plus perceptible.

  • Distance sociale : utilisée au cours de l’interaction avec des amis et des collègues de travail

Proche : 1,25-2,10m : Distance des négociations interpersonnelles, le mode proche implique plus de participation que le mode lointain. Cette distance est souvent pratiqué par les personnes qui travaillent ensemble. (réunion informelle, personnes qui travaille sur un même projet, ect ). A cette distance, le détail de la peau et des cheveux est clairement perçu.

Lointain : 2,10-3,60m : Cette distance porte une caractère plus formel (entretiens…). Dans, les bureaux des personnalités importantes, la table de travail est les places de visiteurs sont placées selon le mode lointain de la distance sociale. Vision de tout le corps. L’ordure corporelle n’est plus perceptible. Le contact visuel maintien la performance du contact. Sur le plan proxémique, le mode lointain de la distance social peut servir à isoler ou séparer des individus.

  • Distance publique :utilisée lorsqu’on parle à des groupes. La prise de parole est hiérarchisée. Ex : la scène du théâtre.

Proche :3,60-7,50m, Le sujet a la possibilité de fuir. Mise en place d’un discours oratoire avec effet de voix et choix syntaxiques. A cette distance, la voix doit commencer à être soutenue. Perte de la précision des contacts visuels. C’est la posture qui commence à mettre en relief.

Lointain :Au delà de 7,50m, Distance oratoire. Position entre un orateur et un public. Forte implication des prises de parole dans un dispositif fortement hiérarchisé (meeting, distance avec les grandes personnalités). A cette distance, la vision corporelle est fondu dans le décor. Théâtralité des postures et de l’élocution.

 

Pourquoi quatre distances ?

L’hypothese qui sous-tend le systeme de classification proxémique est que: c’est la nature des animaux et de l’homme de montrer la territorialité, ils utilisent leurs sens pour differencier les distances et les espaces. La distance choisie dépend des rapports des individus, de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils font. (L’homme occidental a organisé ses activités et relations sociales dans une distance determiné auquel il a ensuite ajouté les notions de figure publique et de rapports publiques.)

Il faut souligner que ces observations ne consernent que les américains, notre proximité spatiale est différente selon notre culture. Ce sont donc  nos habitudes cultuelles qui nous font prendre différentes places spatiales. Et les rapports inter-individuels sont regis par d’autres structures. Ex: en Espagne ou au Portugal : on observe la structure dualiste—familiale/non familiale.(certes, un élément défini comme intime dans une culture peut devenir personnel ou même public dans une autre.)

[1] prxemie : la distance physique qui s’établit entre des personnes prises dans une interaction.

[2] Bulle : une zone émotionnellement forte ou encore un périmètre de sécurité individuel. Celui-ci est plus important en face de nous que sur les côtés ou par derrière.

J’ai résumé toutes les distances dans un tableau comme ci-dessous:

ds

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La langue ethnicisée

L’identité : « Caractère permanent et fondamental de quelqu’un, d’un groupe, qui fait son individualité, sa singularité. » (Larousse).

L’identité : « Le fait pour une personne d’être tel individu et pouvoir être légalement reconnue pour tel sans nulle confusion grâce aux éléments (état civil, signalement) qui l’individualisent ; ces éléments. » (Le Petit Robert).

L’identité : « Caractère permanent et stable d’un individu, d’un groupe. » (Dictionnaire Antidote).

Selon C. Melman (1990), l’identité est constituée, d’un point de vue psychanalytique, de quatre éléments (l’image, le symbole, le réel et le symptôme). Les quatre éléments représentent respectivement l’identité imaginaire, symbolique, réelle et symptomatique.
Si l’identité personnelle renvoie au caractère de ce qui est identique à soi-même (Le Robert), l’identité imaginaire concerne l’image renvoyée à l’individu par son prochain. De ce faire l’identité imaginaire des immigrés français est logiquement différente à celle des autochtones du fait que leur étrangeté soit visible.

« Même s’ils souhaitent se fondre dans la société environnante, ne revendiquent aucune caractéristique différente de celle des Français de souche, leurs phénotypes les désignent comme étrangers ou français d’origine étrangère et ce dans une société marquée par les rapports de domination passés et présents entre la France et ses anciennes colonies ». (Leconte : 1997 : 162).

Selon Leconte (ibid.), l’image renvoyée par les autochtones n’est pas toujours très valorisante. Le rapport colonisé-colonisateur hérité de la colonisation des pays d’origines continuent en France, l’ancienne puissance colonisatrice. Dans les quartiers populaires, les immigrés sont très souvent montrés du doigt par l’opinion publique comme les auteurs de tous les maux du quartier.

Les éléments de l’histoire personnelle, les origines, la famille, la religion, la formation culturelle et l’identité sexuée considérés comme les traits permanents de l’individu forment son identité symbolique. Nous trouvons forcément les langues et le groupes ethniques dans cette formation étant donné que l’enfant commence à s’intégrer à son groupe par la langue. La langue d’un sujet représente son histoire personnelle, un point incontournable dans la formation de sa culture. La langue du sujet renvoie très généralement à sa famille et à sa souche. (ibid.) « Bien que pour certains la langue ait « un rôle TRES secondaire dans l’aspect culturel d’un peuple », les « déracinés » citadins trouvent en elle un refuge idéal pour définir leur culture d’origine et contrer un processus d’assimilation ». (Canut, 2008 : 122). Au Mali, l’ethnicisation de la langue est ambiguë malgré que selon certains peuples la langue est la marque « d’identité première, l’âme d’un peuple ». (ibid.).

L’identité réelle, le désir et symptomatique, le symptôme névrotique relève essentiellement de la psychanalyse. (ibid. et Chabah, 2006 : 25).

La définition de la langue par Melman (1990) comme un élément de l’identité est partagé par des auteurs tels que Joshua Fishman et Jacqueline Billiez. Pour le sociolinguiste américain (1989), la langue que le sujet parle le relie à un groupe voire même à son groupe ethnique. Il ajoute à la définition de l’ethnicité un aspect phénoménologique « [… ] concerned not only with an actor’s descent-related being (paternity) and behaving (patrimony) but with the meanings that he attaches to his descent-related being and behaving (phenomenology).» (Fishman, 1989 : 30). La langue est pour Fishman l’excellent symbole représentant l’identité. Pour Billiez (1985) la langue est importante dans la définition de l’identité. A la suite d’une enquête menée au des immigrés dans un centre de didactique en France, elle s’était rendu compte que la langue d’origine est plutôt un marqueur d’identité et une composante d’héritage qu’un moyen de communication. Les deux énoncés suivants l’illustrent : «Ma langue c’est l’arabe mais je la parle pas.» et «l’espagnol c’est ma langue mais c’est pas ce que je parle.» (Billiez, 1985 : 101-102). Alors la langue relie fortement le sujet à ses traces, à ses racines… « C’est la langue d’identité », « C’est un héritage », « C’est mes racines »

Selon John Edwards (1985) la langue a à la fois une fonction symbolique (ethnicisation de la langue) et une fonction communicative (la langue outil de communication).
“[… ] there can be a distinction, within a language, between what l have called communicative and symbolic functions. [… ]. The basic distinction here is between language in its ordinarily understood sense as a tool of communication, and language as an emblem of groupness, as a symbol, a rallying-point” (Edwards, 1985: 17).

Chabah (2006 : 27) souligne que « […] la langue peut tout aussi bien disparaître de l’usage des locuteurs sans pour autant disparaître de la conscience collective et continuer à jouer un rôle symbolique dans l’identité ethnique. » C’est le cas notamment des Peuls de Wassoulou au Mali, malgré qu’ils portent les patronymes peuls : Diallo, Diakité, Sidibé et Sangaré (quatre enfants de pères différents mais de même mère) ne comprennent rien en peul, s’expriment en malinké ou en bambara. Pourtant ils respectent les coutumes peules en n’acceptant pas de se marier pas avec les forgerons ou de ne pas s’assoir en même temps sur la même natte que les « les premiers enfants du monde ».

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

La problématique, langue- identité- culture:  » Traumatisme d’une identité multiculturelle »

01-qui-suis-je-logo02

Dans cet article- un peu anthropologique- je vais essayer de mettre en face trois notions aussi difficiles et ambiguës les unes que les autres. La didactique contemporaine a essayé de réconcilier ces dernières pour l’enseignement apprentissage des langues et cultures, mais qu’en est-il du cas de l’Algérie? quelle politique linguistique faut-il adopter dans un pays plurilingue? multiculturel? et qui cherche constamment son identité depuis son indépendance?

La culture :
Les définitions dans ce domaine abondent, nous nous tiendrons aux plus généralistes. La culture procède des croyances d’une population; c’est un ensemble de mythes, de rites, de coutumes, de pratiques qui constituent des points communs et donc des repères.
Le quotidien a été longtemps un ensemble de pratiques hérité de la tradition. Cette culture tenait d’un fond tantôt à prépondérance berbère, tantôt relevant de l’arabité. Dans les années 80, le président Boumediene disparaît, homme utilisant un pouvoir fort et sans partage. Les différents clans s’affrontèrent alors pour le pouvoir. La lutte fut discrète, imperceptible pour le large public, du fait que les affrontements sans merci se déroulaient au sein du Congrès du Parti unique.
Joute de sérail, puisque régnait la pensée unique se prévalant de la raison d’état, toute contradiction évacuée. Le consensus se fit autour de l’homme jugé le plus faible, le plus maniable du milieu initié, Chadli Bendjedid. Chaque pôle d’influence espérait en faire sa créature. Il déverrouilla, brusquement et sans étape, non seulement le champ politique qui explosa en réaction à la coercition qu’il vivait, mais également les mécanismes économiques peu compétitifs, vétustés et rentiers.
Cependant, sa faiblesse permit à la corruption, jusqu’alors, confinée au niveau du cercle restreint des familiers de Boumediene, d’apparaître progressivement à tous les niveaux. Elle prit bientôt des allures de banalité et se généralisa. Dès lors, s’installa dans une fracture sociale de plus en plus béante, la crise. Une déstabilisation, résultant de la brusque transformation d’une économie socialisante et seule expérience sociale des masse, accentua un équilibre factice parce que s’appuyant sur des slogans unanimistes. Une économie de marché faite de réalités sans demi-teinte, prit forme de manière chaotique et surtout en se cherchant des bases juridiques adaptées, ce qui n’existait pas. Face à une corruption qui devint publique et généralisée, l’explosion populaire eut lieu en octobre 88. Elle permit aux idées fondamentalistes de se manifester et surtout de récupérer le mécontentement populaire. Parée de l’innocence religieuse et se prévalant du divin, l’adhésion fut foudroyante pour un pouvoir qui s’y trompa une fois de plus. Il adopta une position louvoyante car il voyait dans «la tendance religieuse» un moyen de contenir les idées de gauche et de démocratie moderniste. Le fondamentalisme s’immisça dans les pratiques, les habitudes vestimentaires, les relations les plus anodines. Tout s’imprégna d’une culture d’importation qui est toujours en train de bousculer la culture traditionnelle, naturellement exubérante et méditerranéenne, avec de plus en plus de férocité et de fascisme.

La langue :
La langue berbère a dû être celle de toute l’Afrique septentrionale, de la Libye à l’Atlantique marocain. Elle provient du phénicien qui se transforma en lybique puis en plusieurs dialectes berbères. Il y eut par la suite différentes langues qui s’installèrent dans le sillage des pouvoirs politiques. C’est le cas du latin des Romains, de l’Arabe véhiculant l’Islam, du Turc des Ottomans, et enfin du français.
Le peuple s’est arabisé pour les besoins de cette religion dans laquelle il se reconnaissait. Il a soit laissé tomber en désuétude des langues qui n’ont concerné que les élites comme le latin, les clients du pouvoir comme le turc, soit ignoré une langue qui lui a semblé contre ses croyances du moment, comme le français. L’arabe s’est maintenu sous forme de dialecte où on relève des formes adaptées. La langue arabe est loin d’être flexible du fait de la norme. Sa seule norme se veut éternelle, sans amendement du moins dans sa syntaxe, car elle se réfère au Coran, parole divine. A travers ces différentes situations chaque langue a été bien sûr un vecteur de communication, mais aussi souvent un facteur de démarcation, de rupture. Si le phénicien et le lybique ont été des outils de commerce entre des étrangers débarquant et des autochtones, ils ont été aussi un moyen de communication entre les tribus, un espace de qualification et de quantification des gestes d’un quotidien qui se donne par là un dénominateur commun. Ainsi se profile une communauté embryonnaire; une perception qui structure l’imaginaire autour d’une notion d’unité diffuse, un peuple éclaté en somme.
En parallèle, la langue a existé dans une dimension de particularisme. Elle a été un critère de différenciation entre ceux qui étaient là et ceux qui arrivaient. Ce schéma est aussi valable pour ceux qui ont vu débarquer les Phéniciens de Didon que ceux qui ont accueilli les janissaires Turcs ou subi l’assaut de la marine Française. Lieu de communication, espace de communion mais aussi critère d’identification, indice de délimitation, la langue en Algérie est un corpus où se décèlent toutes les invasions. Ainsi toutes les différentes langues des différentes périodes se retrouvent à un niveau ou un autre, dans le parler d’une région plutôt que dans celle de l’autre. L’arabe dialectal s’est maintenu grâce au concept qui le porte et le consacre : l’Islam. Le berbère a survécu parce qu’il a été originellement général et qu’il s’est réfugié dans les sommets rébarbatifs et les recoins isolés. Le français parce qu’il a été porté par le colonialisme conquérant, mais aussi par la modernité qu’il est censé incarner. Longtemps les trois langues ont coexisté, en tant que vecteurs d’échanges et dans leurs espaces distincts.
Systématiquement, pour parer au colonialisme et afin de donner une façade unanimiste, la langue arabe, porteur de l’idée ségrégative forte de la religion, a été préférée. Le berbère, langue d’une partie de la population a été «oublié» presque avec l’assentiment des berbérophones, premiers partisans de la Cause de l’indépendance. Le phénomène a accompagné les différentes révoltes qui ont jalonné la deuxième moitié du XIXe siècle. Puis sont venues les revendications suscitées par les autochtones qui ont eu l’occasion de voir «ailleurs» grâce à leur mobilisation militaire pour les deux guerres mondiales. Durant la guerre de libération, on utilisa la langue française pour toute sorte de document destiné à l’opinion internationale.
L’activité auprès des masses, les mots d’ordre, de propagande, les chants et les slogans de mobilisation étaient en arabe dialectal, compris par tous. Après l’indépendance, le problème de la langue s’articula autour du français, langue vernaculaire, et de l’arabe, marque identitaire différenciée. Au niveau de la guerre, puis au stade de la reconstruction du pays, se déploie encore l’ambivalence des langues : communication et opposition.
À partir de 1965, les berbères rappellent timidement leur différence linguistique. Mal leur en prit, face aux revendications de ce qui est devenu officiellement une minorité linguistique menaçante pour la cohésion et la stabilité; l’armée, seul ensemble structuré, s’est faite force publique contre le «désordre». La répression du pouvoir de l’époque a posé sur la berbérité une chape de plomb pour des décennies. Le français enseigné majoritairement à l’école commence à céder la place à une arabisation galopante rendue incontournable par une mesure de rétorsion de l’ex puissance coloniale à ne pas fournir assez d’enseignants de français à une école algérienne au désarroi. Cette arabisation fut encouragée par une majorité de rapatriés qui, durant les années de braise, s’étaient réfugiés dans les pays voisins ou étudiaient dans les universités de l’Orient. Beaucoup sont revenus avec des diplômes mais aussi avec des idéologies panarabiques et panislamiques plus ou moins avouées. Ils avaient des diplômes et qui plus est, les démarquaient du français assimilé à la puissance coloniale honnie. Ils s’installèrent aux commandes et à la périphérie du pouvoir. Ils jouissaient d’une confiance qui faisait défaut aux compétences produites par l’école française. Ces données et d’autres plus nuancées mais qui participent de la même logique ont installé un extrémisme linguistique qui vit d’amalgames : l’arabe doit être généralisé à tous sans exception, nous sommes tous des arabes, l’arabe est une langue sacrée, etc.
Actuellement, avec la mondialisation incarnée par les canaux de télévisions satellitaires, le français se réinstalle. Il est toutefois mis à l’index par une majorité de jeunes, formés à «l’école fondamentale», qui y voit un danger pour son avenir professionnel donc substantiel. Il y a lieu de remarquer qu’est couramment admis en privé l’ineptie d’un monolinguisme ringard. La jeunesse, écrasante majorité, a été arabisée dans les pires conditions et cède à une schizophrénie effarante qui fait du français, une langue anti-islamique, impie, donc à proscrire, mais aussi une langue admirée secrètement car passeport intellectuel sans pareil et atout d’un exil en Europe que la jeunesse entrevoit comme seule porte de sortie.

L’identité
D’une langue problématique et d’une culture aux abois, il résulte une identité disloquée. Mais la difficulté identitaire reste aussi et surtout la conséquence de l’absence d’un projet de société. Les différentes tendances, se relayant à l’ombre d’un Pouvoir dont la finalité est le pouvoir, les lois semblent se contredire, voire s’abroger les unes les autres. La manipulation, souvent elle-même manipulée, contribue à une confusion entretenue. L’école, dont les textes se sont arrêtés à la formation d’un militant socialiste et musulman des années de Boumédiène, n’arrive plus à remplir sa fonction. S’agit-il de focaliser des compétences et des volontés autour d’un projet social, indépendamment des croyances politiques, religieuses, en reléguant la question ethnique au rang de mythe, ce qu’elle n’aurait pas dû quitter? S’agit-il d’asseoir une population autour d’un dénominateur commun et fédérateur, la religion? D’une position à l’autre, l’opposition est diamétrale et les passions à l’ordre du jour.
Dans un cas, la centrante revient à la république et dans l’autre, l’état s’estompe dans une vastitude musulmane qui dépasse les nationalités. Quoique la donne islamique dans l’identité algérienne est incontestable, il y a des Algériens qui ne s’y reconnaissent pas ou ne s’y reconnaissent que partiellement. Les Algériens ont tendance à se déclarer «Arabes» avec conviction. Ceci se comprend aisément quand on relit l’Histoire tourmentée de la région. Mais la grande question est : est-ce que les arabes incontestables, ceux d’Orient, en particulier de l’Arabie
Saoudite, acceptent les maghrébins en tant qu’Arabes? Pour ma part à chaque fois qu’un Algérien de mes connaissances se prépare à aller en pèlerinage en Arabie, je ne manque pas de lui demander de questionner les autochtones sur notre «race». Je m’amuse systématiquement des réponses : pour ces Arabes, nous sommes ce que nous voulons, peut-être des « roums », jamais, au grand jamais, des Arabes. Et ils ont raison. Mais notre réseau informatif et de formation n’arrive point à engager la discussion là-dessus et notre Histoire reste à réécrire.

Qu’attendons-nous de nos enfants pour la société ?

Un regard comparatif à travers la culture sur l’enseignement entre la Chine et la France

L’individualisme et l’esprit innovant sont deux facteurs élémentaires dans la pensée française. Individualiste voire égocentrique, critique voire plaignard, créatif voire rebelle, confiant voire prétentieux sont des traits facilement remarquables chez les Français. A côté d’eux, les Chinois se font louer de tenace, sereins, laborieux ou respectueux, tout comme ils se font reprocher d’ambiguïté, manque de rigueur, menteur ou mauvais organisateur. Telle culture telle éducation, telle éducation tel peuple.

L’esprit rationnel des Grecs, l’entreprenariat des Hébreux et l’attitude gouvernementale à la romaine[1] (YANG, 1999) sont les sources de l’esprit français. La civilisation grecque attache une considération importante à la science et à l’art. Mais avant les années 60 du 20ième siècle, l’enseignement primaire en France, influencé par la pensée humaniste classique mettait un accent particulier sur les sciences humaines. A partir des années 1950, jusqu’à la réforme de 1985, l’enseignement de la science et de la technologie est désormais édifié, ce qui stipule que les écoles primaires françaises développent chez l’apprenant la curiosité, la créativité et l’esprit critique dans l’apprentissage.

Les enfants sont considérés comme la partie principale de l’enseignement. «Commencez par la connaissance de vos élèves !»[2](JJ.Rousseau, 1762) ainsi prêche Rousseau, fondateur de l’éducation naturelle selon laquelle la vie et la pratique font développer librement le corps et l’esprit d’une personne. Un autre éducateur H.Wallon[3](1934), pense que l’éducation est fondée sur une compréhension correcte des besoins, des capacités et des caractéristiques de l’enfant, il faut donc respecter la particularité de chaque enfant, qui est un individu à part entière.

Le collectivisme et le confucianisme ont exercé une influence fondamentale sur l’éducation chinoise. « L’enseignant est voué (vocation) à la transmission des valeurs, l’enseignement des savoirs et l’explication des doutes »[4] L’enseignant n’assume non seulement l’enseignement des savoirs mais la transmission des valeurs. « Respecter son enseignant»[5] ainsi dicte Confucius, pour qui la vocation de l’enseignement réside dans quatre matières ou valeurs : « la culture, l’action, la fidélité, la loyauté»[6].  «La culture» englobe la littérature et les rites. « L’action, la fidélité et la loyauté» font partie de l’éducation morale. L’éducation confucéenne combine donc l’éducation morale et l’enseignement de connaissances. Malgré le changement des temps et des mœurs, le thème de l’enseignement chinois n’a jamais changé puisque la nouvelle diction à l’école moderne demeure « devenir une nouvelle génération maître de rêves, de morale, des savoirs et de discipline ».[7] L’héritage de la pensée classique confucéenne se dévoile clairement.

Cependant, le grand Confucius n’est pas un dictateur et loin de là: « la connaissance est moins bonne que la volonté d’apprendre, la volonté d’apprendre est moins bonne que le plaisir d’apprendre ».[8] Ainsi confirme-t-il que l’apprentissage a trois degrés : savoir, vouloir savoir et aimer savoir. «Aimer savoir» est le plus haut niveau de l’apprentissage qui conduit à un résultat optimal, puisqu’il conforme parfaitement à la nature humaine. Malheureusement ‘l’enseignement pour les examens’ d’aujourd’hui contraint l’éducation chinoise en la phase primitive celle de «savoir ».

En parlant de la stimulation de l’intérêt pour les études, l’éducation élémentaire française se focalise plutôt sur les facteurs ‘non-intellectuels’, « intérêt, motivation, émotion, volonté, conviction et caractéristique’»[9](WU,1988) que sur les facteurs ‘intellectuels’. Elle sollicite chez l’enfant la motivation, l’autonomie et la confiance en soi et l’envie d’apprendre.

En revanche l’éducation chinoise actuelle met l’accent sur les facteurs intellectuels. Les enseignants attachent de l’importance à l’explication et l’endoctrinement des connaissances, mais négligent l’intérêt de l’enfant dans son apprentissage. Ces dernières décennies notamment, l’éducation visant à réussir le Gaokao, concours national pour entrer à l’université, conduit l’enseignement élémentaire s’oriente vers des connaissances et la répétition des exercices, ce système orienté vers l’examen restreint le développement de la personnalité de l’élève, va à l’encontre de la philosophie confucéenne : « L’apprentissage sans réfléchir, la pensée sans apprendre sont inutiles. »[10]

En Chine, la culture collective et le confucianisme veulent une société« unie en harmonie». [11] Ces deux concepts indiquent que la société nécessite l’unification des pensées, des connaissances, de la volonté et des actes. Cette unification reflète sur l’éducation sous forme de l’unification de plans éducatifs, d’objectif et des critères de recrutement des élèves. En outre, le collectivisme fait développer « la voie du milieu »[12], qui est le code de conduite du peuple chinois. Les enfants qui adoptent cette conduite réussiraient mieux leur vie de futur. Ce qui explique pourquoi ils ne s’efforcent pas de se distinguer, sont modestes devant les autres, maintiennent le sang-froid et vivent en harmonie dans la communauté.

L’esprit critique incite la réflexion mais il faut en fixer des limites sinon il pourrait dérailler vers l’esprit plaignad, c’est parfois le cas des Français. Si le monde extérieur se moque que la grève est le sport national de la France, ils n’ont pas tout à fait tort: « Plus de 1,4 millions de jours de travail perdus en 2008 pour cause de grèves en France. »[13](Guillaume, 2010) De même, autant une originalité sans borne pourrait conduire à un comportement indisciplinaire, autant les droits aux loisirs ne devraient devenir des prétextes de l’inapplication. L’abus des valeurs pourrait aller à l’encontre du développement social, économique ou politique d’une société de coopération et d’harmonie.

Il serait difficile d’imaginer une bonne communication entre l’apprenant et l’enseignant qui exige son autorité absolue, puisque cette relation est hiérarchisée, la soi-disant compréhension viendrait du haut en bas. Par conséquent, l’enseignement centré sur l’enseignant ferait perdre aux enfants la volonté de l’initiative et de l’autonomie. L’excès de la collectivité pourrait la peur de se distinguer et de recourir à la créativité.

L’ouverture de l’esprit et l’incitation à la créativité devraient constituer deux chaînons fondamentaux de l’éducation élémentaire. Or le collectivisme et l’idée de « l’unification » confucéenne restreignent le développement personnalisé. Car cette pensée qui fait l’éloge d’une « caractéristique commune » ne favorise pas la diversité et le développement des talents, c’est sans doute une des raisons principales du manque d’innovation des entreprises chinoises. La science et la technologie sont entrées dans une ère de plein essor, la concurrence entre les pays est avant tout une concurrence de l’innovation nourrie de l’esprit créatif. Il serait donc temps que l’éducation élémentaire en Chine réfléchisse et fasse des pas en avant.

De plus, les vieilles valeurs telle que «Les métiers intellectuels sont prééminents, tous les restes sont subalternes »[14], ont désormais envoyé les jeunes Chinois sur le pèlerinage des connaissances depuis deux mille ans. En conséquence, l’éducation chinoise d’aujourd’hui est fourvoyée dans la poursuite du succès intellectuel. Toutefois, les premiers à l’école ne sont pas forcément ceux qui sont les plus innovants ni les plus réussis dans la vie professionnelle.

Dans une société rapidement développée d’aujourd’hui, les quatre valeurs chinoises « la culture, l’action, la fidélité, la loyauté » qui expriment la vocation de l’enseignement, interprétée par les nouvelles devises « devenir une nouvelle génération maîtresse de rêves, de morale, des savoirs et de discipline », représentent en fait la direction optimale de l’éducation d’un enfant d’aujourd’hui: lui transmettre des connaissances, le mener en pratique, le munir de valeurs correctes, qui permettrait de réaliser non seulement sa valeur personnelle mais aussi son service de l’autrui.


[1] YANG Yue,Enquête sur l’éducation primaire en France,Nanjing, Université Normale de Nanjing,1999, p11

[2] JEANean-JACQUES Rousseau, Émile ou De l’éducation, 1762

[3] H.Wallon, Les Origines du caractère chez l’enfant. Boisvin, Paris, 1934, rééd. PUF-Quadrige, Paris, 2002

[4] Traduction de l’auteur. “师者,传道授业解惑者也”,韩愈(768—824),《师说》

[5] Traduction de l’auteur. “安其学、亲其师,乐其友、信其道”,乐正克,《礼记·学记》

[6] Traduction de l’auteur. “ 予以四教:文、行、忠、信”,《论语·述而》

[7] Traduction de l’auteur. “成为有理想、有道德、有文化、有纪律的一代新人”,L’annonce de réforme des plans d’enseignement élémentaire en Chine, l’Éducation nationale de la Chine, 2001-06-08

[8] Traduction de l’auteur. “知之者不如好之者,好之者不如乐之者”,《论语·雍也第六》

[9] Traduction de l’auteur. Intérêt, motivation,sentiment, volonté,croyance, caractère, WU Daguang,Les huits fonctions de facteurs non-intellectuels,Journal de l’Université Normale de Laining, 1988,période 4, p23

[10] Traduction. “学而不思则罔,思而不学则殆。”《论语·为政》

[11] Traduction. “大一统” :《春秋•公羊传》:“元年者何? 君之始年也。春者何? 岁之始也。王者孰谓? 谓文王也。曷为先言王而后言正月? 王正月也。何言乎王正月? 大一统也。”

[12] Traduction. “中庸之道”:《论语•庸也》:“中庸之为德也,其至矣乎。”

[13] GUILLAUME Guichard. Tour d’Europe des pratiques de la grève. Le Figaro. 23/09/2010.

[14]Traduction de l’auteur“万般皆下品,惟有读书高”,汪洙,《神童诗》

* Traduction de l’auteur : il s’agit des vieux proverbes chinois traduits par moi-même

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Une lecture de Dewey par Joëlle Zask : Situation ou contexte (en atlas)

L’objet de cet article est toutefois de creuser la différence qui sépare l’idée de contexte à celle de situation. Cette distinction importe dans la mesure où le contextualisme aboutit au relativisme, dont le pragmatisme semble exempt, bien qu’ils aient été souvent confondus.
Une première distinction entre situation et contexte en découle. La distance qui les sépare, sépare aussi l’environnement du milieu, l’adaptation de la conformation. Appelons « situation » tous les moments au cours desquels l’interaction entre un vivant et un milieu s’effectue sous la forme d’une action réciproque. En revanche, réservons le mot « contexte » aux moments menant à la conformation passive du premier aux conditions du second.
Alors qu’une situation est définie par le fait que certains aspects du milieu se prêtent à l’action, pouvant être utilisés comme des outils de persévérance dans la vie, un contexte exprime plutôt l’ensemble des conditions qui limitent l’action. La première augmente les possibles, et le second en restreint le nombre. Alors qu’un contexte est un préalable, une condition antécédente, une situation est un résultat. Le premier est immuable, le second change.
Une situation « troublée » engendre un doute. Dewey, comme Peirce, insistent sur son caractère existentiel. Le doute, écrit Peirce, est lié non à une décision de douter, mais à un trouble de la croyance qui se manifeste au cours d’une pratique. Une enquête est une réponse à une situation « troublée », c’est-à-dire une situation dont les traits cessent d’être suffisamment identifiables pour qu’ils puissent être convertis en un moyen d’action. […] Une situation problématique devient donc l’équivalent d’un « milieu », dont les éléments ne se connectent pas aux besoins concrets des individus et aux ressources que ces besoins devraient pouvoir mobiliser. Enquêter, explique Dewey, c’est avant tout tenter de « réunifier » une situation afin qu’elle soit propice à la continuité d’expérience, donc de vie, de l’individu enquêtant, continuité sans laquelle il y a la mort, dégradation, régression.
Les situations sont donc de deux types : elles sont soit « unifiées », soit troublées ou problématiques. Ces dernières ne constituent pas pour autant un contexte : celui-ci est a-problématique, celles-là sont définies par l’épreuve d’une difficulté d’agir ou de se maintenir dans la vie.
La seconde conclusion porte sur les modalités d’une enquête effective, modalités dont l’examen permet de creuser l’écart entre relativisme et pragmativisme. Une enquête, explique Dewey, implique une « reconstruction » du milieu : en effet, enquêter signifie sélectionner certains des traits de la situation problématique afin de les utiliser comme moyen de transformation : « knowing is doing ».
En cas de succès, la situation « réunifiée », donc « déterminée », est différente de la situation initiale, ce qui signifie que le milieu comme l’enquêteur a changé. [.. ] Ainsi, tout ce qui relève d’un contextualisme se révèle d’un obstacle à l’enquête (ou à la conduite générale).
[…] Depuis Montaigne, on tient pour acquis que les opinions varient en fonction des mœurs ou des coutumes, et que ceux-ci définissent les limites à l’intérieur desquelles s’expriment les goûts et les croyances. Si conflits et désaccords surgissent entre des sociétés de mœurs différentes, une entente spontanée serait assurée à l’intérieur du groupe.
Non relativiste, l’instrumentalisme de Dewey n’est pas pour autant universaliste ou objectiviste: sa théorie de la connaissance ne repose ni sur la quête d’une correspondance entre l’idée et une réalité supposée immuable, ni sur la quête de principes transcendants auxquels rapporter soit la logique générale de nos démonstrations, soit les contenus particuliers de nos propositions. Dewey propose une théorie expérimentale de la connaissance, en donnant au mot «expérience» un sens renouvelé qu’il puise dans une description des activités scientifiques modernes.
Afin d’insister sur le caractère pluriel des activités mobilisées par une enquête dont la conclusion dépend du degré de connexion établi entre elles, Dewey a sélectionné l’expression «waranteed assertion», moins ambiguë que les termes «belief» ou «knowledge»: tandis que la «croyance» se dit autant d’un état mental que d’un objet, et que la «connaissance» peut s’appliquer aussi bien au résultat d’une enquête qu’à une chose dont les liens avec une recherche particulière sont tus, une «assertion garantie» est un terme qui inclut les conditions auxquelles on peut parvenir à une connaissance de faits particuliers.
L’idée d’un fait est seulement hypothétique ou opérationnelle. Un accord valable est motivé par la compatibilité, la confluence et la continuité des conséquences pratiques de l’adoption commune de cette idée, donc des activités menées en vue de sa vérification.
Contrairement à un collectif, à une masse ou à une foule, une «communauté» repose sur l’accord entre les activités qui a été mentionné plus haut. D’un point de vue politique ou éthique (la démocratie met en jeu l’un et l’autre), un accord de ce type est impérativement requis dans la mesure où il est le seul à promouvoir des groupes humains dans lesquels l’individualité de chacun ne disparaît pas.
L’enquête scientifique et la méthode expérimentale que Dewey décrit et dont il préconise l’adoption dans des domaines restés imperméables à elles, notamment celui des relations sociales et de l’éthique, sont significatives; non parce qu’elles s’inscrivent dans la perspective d’un progrès des lumières, mais parce qu’elles s’insèrent ou plutôt devraient s’insérer dans la culture des pays industrialisés.
Les fondateurs de l’anthropologie culturelle qui sont contemporains de Dewey (Boas, Sapir, Benedict, Malinowski) se sont attachés à décrire les cultures, notamment primitives, dans des termes proches de ce qu’on a appelé ici une «situation». Sur cette base, ils ont rejeté tous les critères d’après lesquels on hiérarchisait alors les cultures entre elles (degré de civilisation, race, moralité, sexualité, complexité de l’organisation) ou d’associer une quelconque valeur surplombante aux diverses pratiques culturelles.
[…] Boas, Malinowski ou Sapir ne cessent d’y insister: une culture n’est pas une collection figée d’institutions, de coutumes, d’équipements matériels ou de symboles. Ces auteurs s’opposent à ce que Benjamin a appelé «une représentation chosiste de la civilisation», consistant depuis le 18e siècle à penser l’histoire comme une collection de faits atomisés au sein d’un processus présumé automatique de cumulation.
[…] Ce qui anime une culture particulière n’est ni un moteur (ou un mobile) transcendant, ni un développement purement mécanique, mais le fait que chacun de ses aspects, y compris les individus qui y prennent part, se modifie en fonction de l’impératif d’un maintien de cohérence et viabilité culturelle.
Les conceptions «communautaristes» ou «identitaires» actuelles de la culture ont fait perdre de vue l’apport des fondateurs23. Relativisme et incommensurabilité des cultures dérivent de thèses qui font d’une culture non une instance d’individuation humaine, mais un milieu dans lequel les individus sont passivement ou inconsciemment plongés.
Une culture saine n’est jamais un héritage du passé accepté passivement, mais implique la participation créatrice des membres de la communauté26». Sur cette base, les questions relatives à l’intégration des individus dans leur culture d’origine tendent à se confondre avec les questions touchant aux relations interculturelles.
«Une vraie culture refuse de considérer l’individu comme un simple rouage, comme une entité dont la seule raison d’être serait qu’il serve un but collectif dont il ne serait pas conscient ou qui n’aurait qu’une pertinence lointaine pour ses intérêts et ses efforts […].
[…] En effet, communiquer signifie créer du commun, ce qui suppose une contribution distinctive de tous les intervenants. De même que, dans l’enquête, entre les données d’un problème et les moyens utilisés pour le résoudre s’opère une mise en relation d’éléments disparates, entre des cultures différentes qui se trouvent en contact peuvent s’inventer et s’inventent de fait de multiples interactions […].

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Penser une expérience avec John Dewey

Pourquoi lire John Dewey aujourd’hui ? parce que c’est à la fois un philosophe de la connaissance et un pédagogue de l’apprentissage qui ne sépare pas ces deux démarches dans la société et pour chaque individu.

Il faut rappeler des billets antérieurs, dont des travaux d’étudiants, dans ce même carnet (la liste est à cette adresse : http://arlap.hypotheses.org/?s=Dewey&x=-1153&y=-233) et plus particulièrement ces deux billets :

– un sur la force artistique, selon John Dewey à cette adresse: http://arlap.hypotheses.org/1122

– un autre sur la notion d’expression :  http://arlap.hypotheses.org/1431

On peut avoir une vue synthétique de son oeuvre et de sa vie en lisant un article de Robert B. Westbrook (1993). John Dewey. Revue Perspectives, vol. XXIII, n° 1-2, p. 277–293, Paris : UNESCO, Bureau international d’éducation. La bibliographie qui est à la fin de l’article demande une mise à jour surtout en français. On peut télécharger cet article en bas de page à cette adresse: http://www.edu-tice.org/approche-théorique/auteurs-majeurs/dewey/

John Dewey, dans son ouvrage L’art comme expérience (1915, trad. coordonné par Jean-Pierre Cometti, Paris, Gallimard, 2010), s’oppose tout d’abord à une « conception compartimentée des Beaux-Arts » (p. 37) pour lui préférer l’attention à « tout ce qui exacerbe le sentiment de la vie dans l’instant présent et qui devient un objet d’admiration intense » (p. 34). Ce qui motive sa recherche c’est de « rétablir la continuité de l’expérience esthétique et les processus normaux de l’existence » (p. 41). Pour cela il lui est nécessaire de « faire un détour par un retour à l’expérience que l’on a du cours ordinaire ou banal des choses, pour découvrir la qualité esthétique que possède une telle expérience » (p. 41). Notons que le qualifiant esthétique est l’équivalent pour Dewey d’artistique car il a toujours le souci des interactions entre l’homme et son environnement, l’intérieur et l’extérieur de l’expérience mais également la production et la réception des oeuvres… Aussi s’interroge-t-il sur ce qu’est une véritable expérience: une « forme de vitalité intense » (p. 54) , autrement dit « un commerce actif et alerte avec le monde » (p. 55) qui implique une « interpénétration totale du soi avec le monde des objets et des événements » qui est également la « manifestation d’une stabilité qui n’est pas stagnation mais mouvement rythmé et évolution » (p. 55). Par conséquent « même dans ses formes rudimentaires, l’expérience contient la promesse de cette perception exquise qu’est l’expérience artistique » (p. 55).

Une telle perspective renouvelle même l’anthropologie et surtout les travaux ethnographiques puisque, par exemple, les mythes et les rituels dits « primitifs » mais nous pourrions les étendre à toutes les croyances qui organisent les pratiques sociales voire professionnelles et didactiques, Dewey constate ce fait crucial qu’ « en dépit d’échecs dans la pratique, c’est parce qu’ils enrichissaient de façon immédiate le vécu » que ces rituels et mythes entretenus comme croyances pratiques répondent à « l’inquiétude ressentie face tous les faits étranges » et jouent « sans doute un grand rôle ». « Mais », ajoute-t-il, »le plaisir provoqué par le récit lui-même et le développement d’une longue histoire, joue alors le rôle dominant qu’il joue dans la diffusion de plus en plus large des mythologies populaires de nos jours » (p. 71-72). Aucun mépris chez Dewey mais tout au contraire une acceptation de la vie et de « l’expérience avec toutes ses incertitudes, ses mystères et ses doutes, et sa connaissance imparfaite » pour la « faire retourner sur elle-même pour en approfondir et en intensifier les qualités, pour atteindre ainsi à l’imagination et à l’art » (p. 79). Voilà donc l’enjeu de cette attention aux pratiques les moins visibles qui ouvrent à l’expérience artistique et avec elle à l’expérience didactique, à la théorie de la connaissance, tout un chacun…

Alors comprendre ce que c’est que « vivre une expérience » c’est d’abord considérer la non-séparation entre « phase d’action » et « phase de réflexion », c’est « comprendre la relation réciproque qu’entretient l’art en tant que production avec la perception et l’évaluation en tant que facteurs de plaisir » (p. 98). On aperçoit cette pensée relationnelle à l’oeuvre chez Dewey ou plutôt cette exigence du continu (« sans coupure », p. 99) des aspects de l’expérience : « l’art unit les deux phases, flux et reflux de l’énergie, unité qui fait qu’une expérience est une expérience » (p. 101). Sans compter la vision humboldtienne de l’activité artistique et esthétique puisque « sans la signification du verbe, celle du nom reste vide » (p. 106), écrit Dewey rappelant la fameuse distinction de Humboldt entre energeia (production) et ergon (produit).

Un très beau passage réfère à ce que j’aime appeler la réénonciation: « créer sa propre expérience qui, une fois créée, doit inclure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’oeuvre. Celles-ci ne sont pas littéralement semblables » (p. 110-111). L’expérience qui associe les dimensions pratique, intellectuelle et émotionnelle (p. 111) devient expérience parce qu’elle est une organisation dynamique: « la forme du tout est présente dans chacune de ses parties » (p. 114). C’est pourquoi, les développements de l’expérience constituent son rythme qui lui « apporte variété et dynamisme » (ibid.).

Il faudrait suivre plus loin la réflexion de Dewey pour d’ores et déjà comprendre qu’avec lui aucune notion universelle ne peut rendre compte d’une expérience ; laquelle ne peut être comprise qu’en situation, qu’en réénonciation.

Resteraient bien des problèmes soulevés par Dewey qu’un article de Joëlle Zask nous permet de poursuivre autour de la dissociation entre deux notions : situation et contexte. L’article st disponible à cette adresse: https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RIP_245_0313

Quelques pistes de réflexion avec cet article:

1. comment différencier les termes suivants : « milieu » et « environnement »; « situation » et « contexte » ? essayer de donner un ou deux exemples pris à la didactique du FLE ?

2. comment et pourquoi penser « la vulnérabilité de l’expérience » (p. 316) ? quelles tâches les chercheurs peuvent-ils concevoir pour tenir compte d’une telle « vulnérabilité »? est-ce que la politique de la recherche est toujours soucieuse de cette « vulnérabilité » quand elle modélise ou classe dans des catégories peu existentielles ?

3. comment et pourquoi l’enquête fait relation (p. 318) ?

4. les notions de « culture », de « communauté » peuvent-elles se « requalifier » (p. 320) dans les situations d’enquête et comment ? quels sont les enjeux et les processus de telles requalifications ? en quoi la notion de « pluralité » (p. 320 et p. 322) est-elle décisive ?

5. une enquête construit des « faits » mais Dewey demande qu’ils soient des « assertions garantis » (p. 321) ? qu’est-ce à dire ? qu’est-ce que cela demande comme travail précis pour l’enquêteur dans sa relation aux enquêtés, dans l’activité même de ces derniers (p. 322) ?

6. l’article dissocie « point de vue » et « expérience » (p. 322): quelles conséquences pour l’enquête, pour sa dynamique (p. 323) ? y a-t-il encore des « enquêtés » dans une telle conception ?

7. créer des « communautés » demande plus que de constituer des « collectifs » (p. 323) ? pourquoi et comment ?

8. quelles seraient les moyens de la « méthode ethnographique » (p. 325) en tenant compte des remarques d’Eric Chauvier (voir billet: http://ver.hypotheses.org/1278) pour que l’enquête participe à l’augmentation des « ressources d’individuation » ?

9. à quelles conditions peut-on parler de culture pratique, en didactique du FLE par exemple, sans tomber soit dans le relativisme (« toutes les pratiques se valent car cela dépend des contextes ») soit dans l’identitarisme (un certain technicisme ou scientisme groupa qui impose telle méthode pour tel contexte) ? que serait la « vitalité culturelle » e tla « participation des individus » à une didactique expérientielle ?

Pour continuer avec Joëlle Zask, un autre article en ligne : https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=TELE_020_0053

On peut également écouter une récente conférence-débat enregistrée le 29 octobre 2014, au Lieu-dit, avec les intervenants suivants : Joëlle Zask & Philippe Pignarre.

Qu’est-ce que John Dewey peut nous aider à penser ? Avec Joëlle Zask : Partie I

Qu’est-ce que John Dewey peut nous aider à penser ? Avec Joëlle Zask : Débats

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus