Archives par mot-clé : crise des humanités

Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

La présentation du colloque « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités » qui s’est tenu les 4 et 5 décembre 2017 annonce une crise symbolique portant sur la question de l’utilité des études littéraires (comme si les études étaient un outil) et leur reconnaissance. Pour parer cette crise, il semble vital désormais de rénover les humanités et de ne plus recourir à la segmentation des savoirs, un manière ancienne et datée d’organiser les champs de recherches. Le maître mot est bel et bien transdisciplinarité : que les recherches se nouent, se dénouent, conversent.

Table ronde présidée par Valérie Spaëth : Jean-Louis Chiss (Paris 3), Francis Marcoin (Université d’Artois) et Gilles Siouffi (Paris IV)

Je ne ferai pas un compte-rendu des prises de paroles ou de l’intégralité de la discussion. Je souhaite par ce billet partager une thématique qui m’a particulièrement intéressée.

Il a été question des « nouvelles humanités » et de leur accès qui se trouve changé de fait.

La voie d’accès aux ressources documentaire a changé, et cela pour toutes les générations. Continuer la lecture de Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Parade à la crise dans le domaine des humanités

La communication de M. Emmanuel Fraisse (professeur des universités à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, DFLE) “Aspects français de la crise mondiale des humanités” dans le cadre du colloque du 4 décembre “Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités”

Continuer la lecture de Parade à la crise dans le domaine des humanités

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Comprendre le néolibéralisme pour contrer la crise des humanités

C’est avec grand plaisir que je suis venue assister à cette journée d’étude, « Paroles possible – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures », organisée par les membres du groupe LAPAD, mercredi 15 octobre 2014. Lors de cette journée, les intervenants et les étudiants se sont réunis pour réfléchir ensemble dans un premier temps sur les pratiques d’enseignement de la littérature en didactique du FLE, des langues et des cultures puis, dans un second temps sur la constatation de la crise des humanités et celle de l’enseignement de la littérature en général. Il s’agit là de deux observations qui commencent maintenant à dater.

Aujourd’hui, cette crise de la littérature est partout même si, comme nous l’a fait remarqué Dominique Rabaté, la littérature française ne se porte pas mal et le nouveau prix Nobel attribué à Patrick Modiano redonne espoir. Cependant, tout comme la crise des humanités, la crise de la littérature et du livre est présente tous les jours en Occident : les gens utilisent de moins en moins les livres ; les outils numériques remplacent le papier et le poids de la littérature, à notre époque, est beaucoup moins lourd que pendant toute la première moitié du XXe siècle. Encore aujourd’hui, en regardant la chaîne « Bloomberg », une publicité m’a particulièrement marquée. Cette publicité que vous pouvez visionner à l’adresse suivante https://www.youtube.com/watch?v=MRZxZsMd5jw crée par l’ONG Room to Read pour lutter contre l’illettrisme, a pour but de sensibiliser les téléspectateurs et les surfeurs en montrant qu’il n’est plus possible de vivre dans notre monde sans pouvoir lire. Le problème de cette vidéo est qu’elle minimise, bien sûr, la culture lettrée et valorise fortement la culture écrite ordinaire. Dès le début de la publicité, la littérature (représentée par le livre) est chassée du problème de l’illettrisme en lisant la phrase suivante (traduite de l’anglais) : « ne rien lire ça semble facile ? cela ne se ramène pas seulement aux livres ». A la suite de cette phrase, les mains d’une personne referment un livre ; un acte symbolique pour la valeur de la littérature aujourd’hui dans nos sociétés. On en déduit qu’apprendre à lire aujourd’hui c’est « pratique » et « indispensable » pour vivre et gagner sa vie. Cette déduction est aussi valable pour l’apprentissage des langues qui s’inscrit maintenant, malheureusement trop souvent, dans cette optique de mondialisation : apprendre les langues pour le côté pratique ; voyages, business, carrière etc. Bref, tout ce qui est utile dans notre époque néolibérale. D’ailleurs, Serge Martin fait référence à ce problème au début de son article « Poétique de la relation et didactique des ré-énonciations»(paragraphe 5).

Lors de cette journée d’étude, après une première intervention d’Emmanuel Fraisse qui a explicité la situation actuelle de la crise des humanités en France et aux Etats-Unis, une réflexion s’en est suivie afin de proposer des solutions et de repenser l’enseignement de la littérature en didactique des langues, du FLE et des cultures. Il est important d’ajouter qu’en général, les problématiques évoquées durant cette journée ne concernent pas seulement le domaine du FLE et la littérature mais bien sûr toutes les disciplines des sciences humaines. D’ailleurs, les interventions de la journée ont rendu compte de cela.

Cette crise des humanités, on en a entendu parler et on en entend parler encore et toujours puisque telle est la situation actuelle. Au vu des articles, colloques et réunions des différents enseignants-chercheurs en Occident, il semblerait « qu’on ait passé l’heure » de se demander seulement pourquoi les humanités sont en crise. Se focaliser sur les solutions à apporter semble plutôt à l’ordre du jour. Cependant, il ne faudrait pas perdre de vue la réponse à cette question quelque peu datée Pourquoi les humanités sont-elles en crise aujourd’hui ? afin de voir si ces solutions proposées par les différentes communautés de chercheurs dans le monde sont bel et bien recevables .

Alors, pourquoi les humanités sont-elles en crise à notre époque ? Il semblerait très judicieux pour nous, étudiants de master, de nous poser cette question. Y répondre de manière purement synthétique n’est pas possible. C’est en se replongeant dans l’histoire que nous pouvons comprendre pourquoi les humanités sont en crise. En effet, cette crise est apparue depuis les quinze/vingt dernières années. Il semblerait que les humanités soient en crise principalement car les diplômes reçus d’études en sciences humaines ferment plus de portes qu’elles n’en ouvrent dans le monde du travail. Mon hypothèse principale est alors la suivante : les humanités sont en crise depuis le triomphe de la pensée néolibérale en Occident ; les humanités sont en crise à cause du néolibéralisme. Se replonger dans l’histoire du néolibéralisme apporte non seulement la réponse à cette première hypothèse, mais comprendre exactement ce que l’on entend par néolibéralisme, en sciences politiques, nous donne aussi la possibilité d’appréhender les solutions proposées pour un renouvellement de l’enseignement de la littérature. Je propose de développer ce deuxième objectif.

Je souhaiterai faire référence à un texte de Wendy Brown, dont le titre en français est le suivant, « Le cauchemar américain : le néoconservatisme, le néolibéralisme et la dé-démocratisation des Etats-Unis » afin de développer l’hypothèse exprimer ci-dessus. Wendy Brown, professeure de science politique à l’université de Berkeley et dont les travaux se concentrent principalement sur les effets néfastes du néolibéralisme nous explique, dans ce texte, que la pensée néolibérale depuis la fin du XXe siècle « ne se réduit pas à une série de politiques économiques de marché » (Brown p69). Elle ajoute à cette explication :

La pensée néolibérale englobe « les sphères politiques et sociales comme étant dominées (..) par des préoccupations de marché et comme étant elles-mêmes soumises à une rationalité de marché. C’est-à-dire que l’Etat lui-même n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques et de promouvoir ou promulguer une culture politique où les citoyens sont envisagés comme des acteurs économiques rationnels dans toutes les sphères de l’existence. » (Brown p71).

Ainsi, on comprend bien que le néolibéralisme place l’individu au cœur du marché, au cœur de l’économie et façonne la propre pensée d’un individu. Au vu de cette explication, nous savons pourquoi les humanités sont en perte de vitesse depuis les vingt dernières années en Occident. En effet, les humanités et la littérature traitant de thème comme la vie, la mort, l’amour, la jalousie, la justice, etc. et qui permettent une véritable réflexion sur ce qu’est la vie et ce qu’est l’homme ne sont pas nécessaires à la survie d’un individu à l’époque néolibérale. Il est ici intéressant de constater que les intervenants de cette journée d’études ont tous démontré que la littérature est bel et bien intrinsèque à l’homme de par ses conséquences sur nos sociétés à travers le temps. Cependant, on voit bien que cette idée même, que la littérature est propre à l’homme, est complètement paradoxale avec la pensée néolibérale qui fait de l’individu un « acteur économique » pour reprendre les termes de Brown. Ainsi, on peut dire que la pensée néolibérale arrache la littérature à l’homme ou qu’elle arrache une partie de l’homme.

Le néolibéralisme insiste aussi beaucoup sur l’individu et les responsabilités des personnes et ainsi, prône un individualisme assez saillant. Ne soyez pas tous pessimistes chers camarades en lisant cela car je pense que c’est au travers de cet individualisme que nous pouvons trouver des solutions. D’ailleurs, il me semble que les propositions de Serge Martin et d’Aline Bergé qui recentrent sur l’expérience individuelle de la lecture ou de l’apprentissage des différentes disciplines des humanités sont des propositions tout à fait recevables pour les individus de nos sociétés néolibérales en Occident. Rappelons-le, Serge Martin a expliqué durant cette journée d’étude qu’il fallait désormais penser l’enseignement de la littérature comme un art langagier contenant plusieurs passages de voix, plusieurs passages de vies et expériences. Cependant, les pistes didactiques qu’il nous propose dans son article« Poétique de la relation et didactique des ré-énonciations» mettent en évidence ce désir de commencer toujours par l’expérience individuelle des apprenants : « raconter sa lecture; vivre sa lecture; écrire sa lecture; poursuivre sa lecture» pour ensuite trouver les autres voix et paroles possibles que le texte transmet. Quant à Aline Bergé, sa théorie de la «classe carrefour» pour enseigner l’histoire et la littérature nous prouve bien que le professeur part d’abord des expériences individuelles des apprenants pour ensuite élargir sur l’histoire du monde et/ou la littérature francophone. L’intervention de Dominique Rabaté me semble aussi convenir si l’on réfléchit toujours à la crise des humanités et de la littérature par rapport à la pensée néolibérale puisqu’il a parlé de pédagogies à doubles ou différentes vitesses. Cette pédagogie permettrait aux individus d’acquérir une connaissance dense et générale de la littérature pour pouvoir faire des liens et en discuter. Ceci semble très valorisant, pour les apprenants, dans certaines situations comme lors d’entretiens ou de prises de paroles et ce qui, selon moi, va de paire avec la rationalité néolibérale économique ; acquérir toujours plus de richesse et être connecté au monde de plus en plus vite.

Pour conclure, si la pensée néolibérale arrache à l’homme la littérature, il faut donc penser à la manière dont nous pouvons intéresser à nouveau les individus par la littérature et les humanités. Aborder les cours par les expériences personnelles des apprenants pour ensuite ouvrir à l’universel semble donc primordial. Aussi, pour l’enseignement de la littérature, élargir le contrat pédagogique classique me semble une bonne solution. Le contrat pédagogique, en cours de littérature, pourrait s’étendre à la création d’un programme commun avec les élèves pour une classe donnée. Au jour de l’époque néolibérale, et surtout aux Etats-Unis, par exemple, les étudiants à l’université choisissent eux-mêmes leurs parcours ; ils organisent leur «majeure et mineure» comme ils l’entendent. Alors pourquoi ne pas créer des programmes personnalisés dans certaines classes ? Créer un cours de littérature FLE par rapport aux désirs des apprenants serait une bonne solution pour redonner goût à la lecture et pouvoir enseigner à nouveau la littérature francophone, sa culture qui en découle et promouvoir la réflexion à la fois personnelle et universelle.

Références :

BROWN WENDY (2007). « Le cauchemar américain : le néoconservatisme, le néolibéralisme et le dé-démocratisation des Etats-Unis». Raison politiques. N°28, pp. 67-89.

COUTURIER BRICE (2013). « Les humanités en crise ? ». L’Hebdo des idées, France Culture. https://www.franceculture.fr/emission-l-hebdo-des-idees-les-humanites-en-crise-2013-11-29

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts