Archives par mot-clé : corée du sud

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

L’enseignement précoce du français en Corée du Sud et en France

https://drfhlmcehrc34.cloudfront.net/cache/a/6/3783b50610a1a27d2a6b78eb1d8c84.png

Le français en Corée du Sud est une langue qui n’a pas été imposée mais qui est apprise pour « sa beauté » et pour sa culture. Contrairement au japonais qui a été une langue imposée par le Japon pendant l’occupation du territoire coréen (1900-1945) ou à l’anglais imposé aussi pour le business (et aussi parce que le territoire coréen est toujours sous l’occupation de l’armée américaine depuis la fin de la guerre de Corée 1950-1953). L’amitié franco-coréenne, qui a commencée en 1885, est aussi un facteur quant à l’influence de l’enseignement du français en Corée du Sud.

En Corée du Sud, le français est une langue qu’il est possible d’apprendre en tant que FLE dès le collège jusqu’à l’université aussi bien dans les établissements scolaires, dans les 학원 (« hakwon », établissement privé scolaire), dans les alliances françaises ou encore via des cours particuliers. Pour les enfants, il est possible d’apprendre le français au Lycée Français de Séoul (LFS), à partir de la maternelle (avec une majorité d’enfants Français, une petite part de Coréens et quelques autres nationalités). Mais, cet enseignement correspond à l’acquisition du français en tant que langue maternelle. Il est donc intéressant de voir les techniques d’enseignement du français langue maternelle sur ce public d’enfants (pour cette étude sur les enfants Coréens).

A contrario, en France, le français en tant que langue étrangère est possible dès le plus jeune âge (enseignement précoce du FLE, Gaonac’h, 2006) et jusqu’à l’université ou même plus tard.

Cette étude consistera donc à mettre en avant les différences entre l’enseignement du français langue étrangère et langue maternelle en Corée du Sud (contexte hétéroglotte) et en France (contexte homoglotte) sur un public d’enfants (de l’école maternelle jusqu’à la fin de l’école primaire). Nous pourrons aussi nous intéresser à l’enseignement du coréen en France avec l’éveil aux langues (même si cela n’est pas un enseignement en tant que tel mais une découverte de la langue et de la culture).

De nombreuses questions peuvent alors se poser dans différents domaines :

  • la question de la motivation (pourquoi apprendre le français dans un pays aussi lointain ?),
  • celle des techniques d’apprentissage (en France, il a été « prouvé » que nous étions dans une approche actionnelle, qu’en est-il de la Corée du Sud ?),
  • la question de la place de la langue dans les institutions (voire les études de Han M.-J., 2001, 2010, 2001 et Son J.H., 2010),
  • celle de l’interculturalité (Kim T.H., 2010),
  • ainsi que la question de la culture (la culture joue-t-elle un rôle dans l’apprentissage d’une langue ? Forcément, quand nous apprenons une langue nous apprenons aussi une culture, la culture fait partie de la langue, la langue fait partie de la culture références livres, Abdallah-Pretceille, 1998, Beacco, 2000 et Zarate, 1986).

Cette recherche sur l’enseignement précoce du français en Corée du Sud et en France, ainsi que sur l’éveil au coréen en France, doit prendre en compte toutes les questions soulevées afin de pouvoir comparer deux systèmes à première vue différents (mais qui ne le sont peut-être pas).

 

BIBLIOGRAPHIE

Abdallah-Pretceille, M. (1998). « Apprendre une langue, apprendre une culture », In Cultures pédagogiques n° : 360, Paris.

Beacco, J.-C. (2000). Les dimensions culturelles des enseignements de langue. Paris : Hachette.

Gaonac’h, D. (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère. Paris : Hachette Education.

Han, M.-J. (2001). « Pour une nouvelle politique linguistique en Corée du sud : enjeux et perspectives ». Dialogues et Cultures, n°46, Actes du 10ème Congrès de la FIPF.

Han, M.-J. (2010). « Réorganisation du contenu culturel dans l’enseignement secondaire du français ». Actes du séminaire pour la réorganisation du contenu scolaire dans l’enseignement secondaire du français en Corée, KICE, ORM 2010-31.

Han, M.-J. (2011). « Réflexions sur l’enseignement du français en Corée : pour une nouvelle orientation ». In Synergies Corée, n°2, pp. 45 – 55.

Kim, T.H. (2010). « L’interculturel dans les cours de la culture française en Corée ». Les actes du colloque conjoint international des associations coréennes.

Son, J.H. (2010). « L’enseignement de la culture française dans les universités coréennes ». Les actes du colloque conjoint international des associations coréennes.

Zarate, G. (1986). Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Johanna Clausse

Diplômée d’une licence de coréen et d’une licence de didactique du FLE.
Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts