Archives par mot-clé : contexte hétéroglotte

Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ?

Peut-on acquérir une langue étrangère ? Quels sont les facteurs déterminants cette acquisition ? L’âge ? Le contexte ? Le travail cognitif et métacognitif ? Les inputs ? Autant de questions qui se posent lorsqu’on tente d’analyser en profondeur le processus d’apprentissage et d’acquisition d’une langue étrangère et d’essayer de le comprendre.

Le premier facteur qu’on évoque souvent lorsqu’on parle d’acquisition d’une langue étrangère reste celui de l’âge. Le sujet a suscité bon nombre de spécialistes du champ dont Chomsky. On a donc déterminé, après plusieurs études,  que l’exposition précoce à une langue étrangère favoriserait son acquisition.

Ce qui nous intéresse ici, n’est pas seulement l’âge, mais surtout le contexte dans lequel se déroule l’apprentissage/acquisition d’une langue étrangère. Nous soutenons déjà la thèse que l’exposition à une langue dans un contexte homoglotte mènerait à son éventuelle acquisition. Mais qu’en est-il alors du locuteur qui désire acquérir une langue étrangère se retrouve dans un contexte hétéroglotte ?

Telle est la question que je tenterai de répondre lors de mon mémoire de fin d’études. Certes, ces interrogations ont déjà été posées antérieurement mais ce que j’aspire à faire ici, c’est d’axer mon étude sur une communauté linguistique précise que je ciblerai avec des apprenants partageant les mêmes conditions d’apprentissage. Autrement dit, j’effectuerai mon étude sur des sujets appartenant à une même communauté linguistique, du même niveau scolaire, ayant le même âge et surtout partageant approximativement les mêmes motivations. Ce n’est pas aisé de trouver plusieurs apprenants  ayant le même profil, néanmoins, je me concentrerai notamment sur ce qui lie ces derniers en faisant une étude comparative.

J’établirai, toutefois,  un questionnaire au tout début pour cerner le type d’apprenant et pour pouvoir tirer les informations dont j’ai besoin dans ma recherche. Celle-ci sera donc divisé en trois parties, la première générale et plus réflexive où j’évoquerai les recherches et les études qui traitent cette question. La seconde assurera la transition entre la réflexion et la pratique où je donnerai éventuellement mon avis sur le sujet, et comme on peut le deviner, la troisième évoquera les enquêtes et les pratiques que j’ai pu mener tout au long de ma recherche.

Cela reste très vague et vaste tant que je n’ai pas encore cibler un public. Cela dit, le sujet me passionne et je me réjouis déjà de l’entamer.

Entre politiques linguistiques éducatives et patrimoine francophone : la place du français dans l’enseignement primaire et secondaire en Nouvelle Angleterre

Aux États-Unis, la Constitution américaine ne déclare aucune langue officielle. En matière d’éducation, l’état fédéral se porte garant de tous les citoyens américains et a la responsabilité de promouvoir l’éducation selon la loi de l’Ordonnance du Nord-Ouest de 1787. Les actions de l’état fédéral concernant l’éducation restent cependant limitées. En réalité, en ce qui concerne les politiques linguistiques et éducatives, le système fédéral américain, comme tout système fédéral, confère de grandes libertés aux différents états américains. Ceci, bien sûr, engendre beaucoup de différences dans le système éducatif américain en fonction des régions et des états. D’ailleurs, les journaux et autres médias américains témoignent de ces écarts et l’éducation est un sujet qui n’a jamais cessé d’intéresser et de préoccuper les américains.

Sur la côte Est des États-Unis, et plus précisément en Nouvelle Angleterre (le second foyer de peuplement d’origines françaises et francophones après la Nouvelle Orléans), la langue française et la culture francophone ne sont pas seulement appréciées par les New Englanders mais elles font parties du patrimoine culturel et de l’histoire de cette région. Rappelons-le, les toutes premières colonies au XVIIe siècle, établies dans ce qui correspond maintenant à l’état du Main, étaient des colonies françaises. Quelques siècles plus tard, les états de la Nouvelle Angleterre connurent une forte immigration d’origine franco-canadienne de part la proximité géographique de la région avec le Canada. Ainsi, les New Englanders ont toujours entretenu une forte relation avec la culture francophone. Cependant, qu’en est-il de l’enseignement du français dans le primaire et le secondaire en Nouvelle Angleterre? Comment les politiques linguistiques éducatives de ces états influence l’enseignement du français ? Enfin, retrouvons-nous ce patrimoine francophone à travers les politiques de ces six états en comparaison avec d’autres régions aux États-Unis?

Afin de répondre à ces questions posées, il s’agira ici d’étudier les relations entre les politiques linguistiques éducatives et le patrimoine francophone de la Nouvelle Angleterre dans ce contexte relativement hétéroglotte mais non absolu contrairement à d’autres régions aux États-Unis. Il conviendra de faire référence à la constitution de ces états de la Nouvelle Angleterre. Puis, dans un premier temps, une comparaison avec le premier foyer de peuplement d’origine française, la Nouvelle Orléans, et, dans un deuxième temps une ou plusieurs comparaisons avec d’autres régions américaines qui n’ont pas de patrimoine francophone. Enfin, le but ultime de ce projet est de comprendre ce qu’il se passe sur le terrain, en Nouvelle Angleterre, au niveau de l’enseignement du français dans le primaire et le secondaire.

Bibliographie
HAUBENREICH JOHN E. (2012). « Education and the Constitution.  » Peabody Journal of Education. Volume 87, Issue 4, pp. 436-454.

MONNIER ALAIN (1987). « Franco-Américains et francophones aux Etats-Unis ». Population (French Edition). 42e Année, No. 3, pp. 527-542

POTRIQUET GHISLAIN PIERRE-YVES (2009). La politique linguistique de l’Etat de New York. Thèse. Université de la Sorbonne Nouvelle. Paris ; Ecole doctorale Etudes anglophone. Paris – ED 384; Centre de recherche sur l’Amérique du Nord – EA 3978.

VALDMAN ALBERT (2000). « Comment gérer la variation dans l’enseignement du français langue étrangère aux Etats-Unis », The French Review, Vol. 73, No. 4, pp. 648-666.

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts