Archives par mot-clé : compétence orale

Et si on allait au cinéma ?

En allant à la Bibliothèque Nationale de France, je suis tombée, par hasard, sur l’affiche de l’avant-première d’un film, dont le titre, Á Voix Haute – La force de la parole, a éveillé ma curiosité. La promesse de la présence du réalisateur a été suffisante pour me séduire complètement et, me voilà, dans l’ambiance feutré de la salle de cinéma, en train de rire et de me questionner devant un film passionnant, drôle, dramatique et surtout tellement proche du monde estudiantin.

Pour éclairer le contexte, le film Á Voix Haute est un film documentaire de Stéphane de Freitas qui reflète la préparation d’un groupe d’étudiants de l’université de Saint Denis Paris 8 au concours Eloquentia, crée afin d’élire le meilleur orateur de Saint Denis. Ainsi, tout au long du film on suit le groupe d’étudiants, venus de tous les horizons disciplinaires, lors de leur préparation intensive au concours. Ce groupe devient presque la famille Eloquentia, la famille de cœur. On découvre leur parcours personnel semé d’embûches et, en passant par des exercices d’éloquence, de slam, de jeu de rôle, on découvre également que notre parole est une arme de combat.

Le film reflète une aventure humaine un peu à part car les étudiants révèlent leur talent exceptionnel et, ayant un sens aigu de l’esprit d’équipe, progressent très vite. Avec sincérité, ils nous décrivent leur rapport à la parole, qui s’avère plus difficile que celui à l’écrit. En effet, l’écrit est solitaire, la parole, il faut la partager et, pour cela, il faut trouver une voix. Si on n’arrive pas à trouver notre voix, les rapports aux autres mutent. Comment trouver ces phrases justes qui sonneront comme un coup de tonnerre dans la nuit ? C’est le but de la préparation au concours.

Cette formation a eu lieu tous les samedis et a duré six semaines, ce qui était un délai très court pour apprendre à argumenter, à convaincre et à avoir aussi une parole libre pour pouvoir parler sans ses notes. Une centaine des candidats d’Eloquentia se sont battus dans les salles de TD de Paris 8 afin d’accéder à la finale et ainsi devenir ambassadeur de la liberté d’expression. Lors du concours les étudiants se penchent sur les sujets de débats comme, par exemple, L’erreur est-elle un droit ? ou bien La réalité est-elle mieux que le rêve ? Les étudiants qui ont participé au film étaient également présents dans la salle. Selon eux, les sujets de concours étaient assez vastes, ainsi, grâce aux « pirouettes verbales », ils ont pu débattre sans aller à contre-courant de leurs idées. Par exemple, en défendant, que le meilleur n’est pas à venir, ils ont avancé que le meilleur n’est pas à venir mais à chercher…Selon eux, ils ont pu garder leur esprit d’équipe car personne ne perd Eloquentia s’il y en a un d’entre eux qui gagne.

Grâce à l’intervention de Stéphane de Freitas on en apprend plus sur les coulisses de cette aventure humaine. En effet, il y a cinq ans, avant que le projet du film ne soit né, il a eu l’idée de créer le concours Eloquentia visant un double objectif. D’une part, Stéphane de Freitas a voulu créer une formation de préparation au concours qui met en place une pédagogie de développement personnel via la prise de parole en public. Cette formation, comme a précisé le réalisateur, a été créée non pas pour développer l’éloquence des sophistes, mais pour permettre aux étudiants de gagner en confiance en soi. Ainsi, l’axe majeur de la pédagogie est de faire un « voyage » à travers différents contextes de prise de parole. Par exemple, les étudiants doivent se familiariser avec la prise de parole en milieu professionnel, ainsi qu’aux discours classiques, ils font également du théâtre. Cette formation de préparation est appelée également à transmettre aux étudiants trois valeurs fondamentales. La première est le respect des opinions des autres. La deuxième est le questionnement : tout au long de la formation on incite des étudiants à commenter les prestations d’autres étudiants, cela les aide à nourrir la réflexion sur leurs prestations. La troisième valeur est la bienveillance, car, dans une société où le dialogue s’avère parfois tendu, il faut accepter de recevoir la parole de l’autre.

D’autre part, venant lui-même du 93, Stéphane de Freitas voulait montrer que l’image que l’on crée de la jeunesse de banlieue est caricaturale. Par conséquent, son film Á Voix Haute traduit non seulement son engagement artistique mais aussi son engagement militant. En effet, il voulait déprogrammer les concepts que l’on fait des jeunes de banlieue, à la suite desquels on finit par les convaincre que l’échec est imminent. Ainsi, afin de détruire, en restant dans la réalité, ces stéréotypes et de donner l’image de la banlieue comme on devrait la voir, Stéphane de Freitas a décidé de créer un film documentaire sur les jeunes ordinaires qui sont loin de la violence.

Aujourd’hui, le projet Eloquentia ne fait que monter, Stéphane de Freitas reçoit des centaines de demandes provenant de collèges et de lycées de toute la France et espère faire d’Eloquentia le plus grand concours de prise de parole en France. Selon Stéphane de Freitas, même si le concours discerne le meilleur orateur de Saint Denis, cette distinction est purement symbolique car il y beaucoup d’autres jeunes talentueux qui auraient pu l’être. Le concours permet juste de créer un moment culturel symbolique important. En effet, la formation de préparation n’est ouverte qu’aux jeunes inscrits à l’Université Paris 8 mais le concours est ouvert à tous les jeunes du département de Saint-Denis qui ont entre 18 et 30 ans. Parti du 93, Eloquentia se développe à Nanterre, à Limoges et à Grenoble. Le réalisateur a ajouté que, malheureusement, aujourd’hui tout le monde parle sur Instagram, Twitter et Facebook mais personne ne s’écoute, il n’y a presque plus d’espace pour le dialogue réel. Le temps du concours est le moment où tout le monde se ressemble et s’écoute.

Grâce à ce documentaire on apprend beaucoup de choses sur la parole, par exemple, que le public retient plus l’attitude d’un orateur : ses gestes et son regard. On apprend comment s’articulent les parties du discours et comment on produit le slam, les mots qui claquent. On réfléchit également à notre rapport à la parole, à son pouvoir et si les bons mots, pour défendre nos idées, nous ont déjà manqué…J’ai réfléchi également, au contexte du FLE et au rôle du français parlé. Je peux dire qu’en regardant le film Á Voix Haute on vit une aventure, tant éducative qu’humaine.

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

La revalorisation de l’évaluation de l’oral dans le secondaire en Algérie.

Mots clés : Compétence, oral, communication, interaction, évaluation, approche par compétences, pédagogie par projets.

Apprendre une langue vivante c’est avant tout savoir la parler, savoir l’utiliser pour communiquer dans différents situations de communication de la vie quotidienne ; c’est surtout un moyen d’échange et d’interaction avec l’autre. C’est pourquoi, j’ai choisi de diriger mon travail de recherche principalement vers la communication orale en classe de FLE, dans un contexte algérien. Sans minimiser l’écrit, mon choix s’est porté sur l’oral car : « […] c’est d’abord sous forme orale que se réalise le langage verbal » (KERBRAT-ORECCHIONI, La notion d’interaction en linguistique : origine, apports, bilan, 1998, p.55).

L’idée de ce thème de recherche est née d’une interrogation qui m’est venue lors de mon stage d’enseignement effectué dans le cadre de ma formation initiale de future professeure de FLE au sein d’un établissement secondaire en Algérie. En effet, pendant les cours de français, j’ai constaté un manque d’aisance et d’autonomie dans la prise de parole des élèves durant les échanges en classe dans la mesure où ces derniers, d’une part, ne prenaient pas l’initiative de s’exprimer oralement et d’autre part, ne manifestaient pas une grande importance à l’apprentissage ainsi qu’à la pratique de cette compétence langagière.

Dans le cadre de mes études de master 1 à l’université de Tours, j’ai eu l’occasion de réaliser un travail de recherche qui a porté sur « L’enmémoire-master-1seignement et l’évaluation de l’oral dans le secondaire en Algérie ». Ce mémoire a été donc consacré, comme son titre l’indique à étudier la place de l’oral et de son évaluation dans l’enseignement du français au secondaire en Algérie. Pour étudier les notions de l’évaluation et de l’oral en classe de FLE, je me suis basée sur l’ouvrage de : Emmanuelle Huver, Claude Springer, L’évaluation en langues : Nouveaux enjeux et perspectives, 2015 et celui de : Corine Weber, pour une didactique de l’oralité ‘enseigner le français tel qu’il est parlé, 2013.

Le but essentiel de cette recherche était de montrer que même si les nouveaux programmes de français en Algérie (Boubaker Benbouzid, la réforme de l’éducation en Algérie : enjeux et réalisations, Edition Casbah, 2009) semblent accorder une place importante à l‘enseignement de l’oral, cette compétence ne trouve toujours pas sa place dans la certification. Toutefois, cette recherche reste un travail d’investigation pour la préparation d’un mémoire de master 2 qui portera sur « La revalorisation de l’évaluation de l’oral au secondaire en Algérie » et dont l’objectif est de montrer l’intérêt et l’impact d’une revalorisation de l’évaluation de l’oral dans l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère (dans le cas de l’Algérie).

Afin de mener à bien ce travail, je compte mener une recherche fondée non seulement sur mes observations en classe de FLE mais aussi sur une démarche expérimentale que j’envisage mettre en place à travers des enquêtes par questionnaire et/ou pas entretien que j’effectuerai auprès des professeurs de français, des apprenants et pourquoi pas viser plus loin et aller voir du côté des responsables de l’éducation pour avoir leur point de vue concernant la mise en place d’une certification de l’oral.

En somme, proposer une certification de l’oral dans l’école algérienne me semble une idée à prendre en compte et à mettre en place, vu l’importance de la compétence orale dans l’apprentissage d’une langue étrangère. A ce stade, l’idée de mener un projet de recherche autour de cette idée m’impressionne davantage, m’encourage et me pousse à continuer sur la voie de la recherche. C’est pourquoi, j’ai cette volonté d’aller voir de plus près dans un but d’arriver à confirmer ou à affirmer mes hypothèses de départ et à trouver des réponses à mes interrogations.

Bibliographie:

  • BENAMAR R. valorisation de l’oral dans les nouveaux programmes de FLE au secondaire algérien : enjeux et perspectives.

  • Boubaker Benbouzid, la réforme de l’éducation en Algérie : enjeux et réalisations, Edition Casbah, 2009.

  • Claudine Garcia-Debanc, évaluer l’oral, pratiques N° 103/104, novembre 1999.

    http://www.pratiques-cresef.fr/p103_ga1.pdf

  • Corine Weber, pour une didactique de l’oralité ‘enseigner le français tel qu’il est parlé, 2013.

  • El mistari. H. l’enseignement / apprentissage du FLE en Algérie : une nouvelle méthodologie pour quelle pratique de classe ; 2013 http://gerflint.fr/Base/Algerie18/article2_Habib_El_Mistari.pdf

  • Emmanuelle Huver, Claude Springer, L’évaluation en langues : Nouveaux enjeux et perspectives, 2015.

  • La refonte de la pédagogie en Algérie : défis et enjeux d’une société en mutation ; 2005. http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001498/149828f.pdf

  • Mansour. A. Approche par compétences, 2012.

    http://numerisation.irem.uni-vmrs.fr/WR/IWR12007/IWR12007.pdf

  • Ouardia Ait Amar Meziane, de la pédagogie par objectifs à l’approche par compétences : migration de la notion de compétence, 2014.

    http://gerflint.fr/Base/Chine9/Amar_Meziane.pdf

     

 

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche.
Parcours:
* Diplôme de professeur d’enseignement secondaire de langue française à l’ENS d’Oran (Algérie).
* Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l’université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook