Archives par mot-clé : colloque

“Les imaginaires de la traduction”

1ère journée : vendredi 3 mars 2017/9h-18h

Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche. 4 rue des irlandais 75005 Paris

J’ai eu l’occasion d’assister à cette journée d’étude qui était organisée par Christina Bezari (Ghent University), Riccardo Raimondo (Université Sorbonne Paris-Cite) et Thomas Vuong (Universite Paris 13-SPC/Pleiade)

9h : Accueil des participants et petit-déjeuner au buffet

9h15 : Introduction de Pierre Civil (Sorbonne Nouvelle)

9h30 : Riccardo RAIMONDO – Prélude : traduction, herméneutique et imaginaire

10h00 Panel « POÉSIE ET IMAGINAIRE », présenté par Carole Birkan-Berz (Sorbonne-Nouvelle)

Miriam ROSSI (Tallinn University) – Imagined Translations in the Soviet Eighties, Samizdat and Poetry Translation

L’article ici nous suggère une exploration de la traduction poétique à Leningrad, durant le régime soviétique, en étudiant plus particulièrement la période des années 1980. Cet article interroge, développe et analyse en outre différents points :

  • Quelles fonctions remplissent, implicitement ou non, les poètes traducteurs ?
  • Qu’est-ce qui se joue quant à la représentation de l’Autre, durant l’acte de traduction ?

A noter également que cet article nous invite à étudier ce phénomène au travers du développement du système clandestin de circulation d’écrits dissidents, réseau informel, le Samizdat.

Selon Rossi, la traduction aide à transmettre les idées des autres. De plus, la traduction peut être considéré comme une résistance contre la censure. C’est un moyen d’expression. Au fur et à mesure où nous avançons dans cette investigation, il nous est proposé une étude sur la célèbre poète-traductrice, Olga Sedakova, emblème d’activisme dans le champ de la poésie et de la traduction. Olga était forcée à aller dans un hôpital psychiatre à cause de ses pensées par rapport à la traduction. La censure a forcé plusieurs écrivains à ne pas exister. Mais la traduction est devenue un refuge pour les écrivains russes.

Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade) – Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?

Figure emblématique du second XXème siècle, le français Yves Bonnefoy (1923-2016) s’est dessinée une renommée autant pour ses essais critiques sur la littérature ou l’art, que pour la poésie. . Les travaux historiques et critiques commencèrent à partir de 1954, avec une monographie consacrée aux Peintures murales de la France gothique. Ils se développèrent beaucoup par la suite et portent principalement sur l’histoire de la peinture, la relation des arts à la poésie, l’histoire de la poésie et son interprétation, la philosophie de l’œuvre et de l’acte poétiques. Ils vont de pair avec une activité de traducteur de Shakespeare (une quinzaine d’ouvrages), de William Butler Yeats (Quarante-cinq poèmes de Yeats, 1989), de Pétrarque et de Leopardi, ainsi que du poète grec Georges Séféris à qui l’a lié une longue amitié ; il a conduit une réflexion sur l’acte du traducteur, réflexion engagée dans les préfaces qu’il a données à ses traductions de Shakespeare (Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, 1998 ; La Communauté des traducteurs, 2000.) Pour ces traductions, la question première est de se rapprocher de la personne de l’auteur. Bonnefoy parle à leur sujet d’empathie, d’admiration, d’affection, d’amour même. À partir de cette intimité avec l’auteur, le traducteur peut recréer, de par son propre mouvement, le texte de l’auteur en toute fidélité.

Cette communication interrogera donc les modalités selon lesquelles Bonnefoy pratique, commente et théorise la traduction poétique comme une trahison du poème traduit, au nom de la poésie. Il définira la poésie comme étant une « articulation entre une existence et une parole ». Toute œuvre poétique est le fruit d’une existence. Il y a continuité entre l’être du poète, de la poétesse, et sa poésie. La parole se distingue du langage, qui est un système ; elle est une présence, par laquelle se manifeste cette existence. La parole a un caractère vivant, car elle est indissociable de l’être qui la prononce

Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne) – Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire

Pour quelles raisons les poètes traduisent-ils les poètes ? La particularité de l’œuvre du poète syrien Adonis relève de son grand nombre de traductions de poètes français vers l’arabe, mais aussi de sa qualité d’acteur dans le processus de traduction de ses propres œuvres vers le français. Adonis est un des auteurs arabes le plus traduit. Adonis écrit pour un lectorat francophone. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands poètes arabes vivants, notamment suite à la disparition de Mahmoud Darwich. Il est un autodidacte influent, voire iconoclaste, quant à la réévaluation critique de la tradition poétique arabe vis-à-vis des pressions intellectuelles, politiques et religieuses du monde arabe actuel, l’exemple le plus frappant étant La Prière et l’Épée. Son œuvre révèle plusieurs thèmes : injustice, dictature, guerre, misère… Il se saisit des évènements contemporains pour en faire des mythes, sans pourtant devenir un « poète engagé ».

Christina BEZARI (Univ. de Gand) – « Traduire par amour authentique du beau » : la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.

Cette communication nous invitera à porter attention sur la vision romantique de la traduction telle qu’elle a été articulée dans les Fragments de Novalis. Bezari a procédé à une analyse des passages visant l’acte de traduire en se focalisant sur la triple dimension grammaticale, transformante et mythique de la traduction littéraire. Selon Bezari, la traduction n’imite pas le poète, il imite l’imagination du poète.

11h30-12h00 : Pause-Café

12h00-12h30 : Guillaume METAYER (CNRS) – Les imaginaires du traducteur de la poésie de Nietzsche

La poésie est considérée comme la partie ratée de Nietzsche. Selon les gens il était ni poète ni philosophe. Bachelard était le premier à écrire un article sur la poésie de Nietzsche. Il trouve un élément d’imaginaire dans sa poésie. Les poèmes de Nietzche constituent un corpus contrasté et assez peu travaillé.

12h30-13h30 : Déjeuner – buffet

13h30h-14h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 1 » présenté par Christina Bezari (Univ. de Gand)

Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté) – Dostoïevski traducteur de Balzac

À travers la traduction russe d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac par le jeune Fiodor Dostoïevski, l’étude ici porte à s’interroger sur l’impact et les conséquences qui ont pu découler de ce premier travail pour le futur romancier : en quoi et comment cette traduction peut être perçue telle une création artistique, en mesure de démarrer une carrière littéraire du traducteur ? Voire d’être à l’origine du succès ultérieur de ses propres écrits ?

Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers) – Les référents culturels et la traduction créative (Monénembo et Mabanckou)

Cette intervention était fondée sur les enjeux interculturels de la traduction des romans Pelourinho (1995) du Guinéen Tierno Monénembo, et Verre Cassé (2005) du Congolais Alain Mabanckou au Brésil. M. BOTARO nous présente une analyse comparée de ces deux romans sous le prisme de la traduction, afin de nous amener à une réflexion sur les circulations littéraires sur l’axe sud-sud.

14h30-15h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 2 », présenté par James Archibald (McGill University)

Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine) – Cartographier l’imaginaire d’un auteur (Olivier Rolin)

Laude propose de spécifier la cartographie des traductions (14 traductions) des œuvres d’Olivier Rolin. Elle met que les choix des traducteurs sont influencés par les sujets des romans et contribuent à ratifier la position revendiquée par l’auteur.

Marianna BRAUX (Adelaide University) – La liberté du traducteur face au roman hétérolingue

Cet exposé suggère la traduction dans sa dimension pragmatique visant à ramener, au style (indirect) libre, un discours antérieur à un tiers qui n’y a pas accès directement. Il s’agira alors, dans un panorama énonciatif et à partir de l’exemple de trois traductions du roman hétérolingue Pas pleurer de Lydie Salvayre, de s’interroger sur la dynamique dialogique de la traduction, ceci dans l’objectif de ressortir et valoriser sa fonction testimoniale.

15h30-16h00 : Pause-Café

16h00-17h00 : Panel « TRADUIRE LES TEXTES FONDATEURS » présenté par Antonio Sotgiu (Sorbonne-Nouvelle)

Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne) – Raconter l’aventure en traduction, le mytho d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée

Ulysse est, dans l´Iliade et l’Odyssée, un partisan du mytho et de la peitho : il convainc rois et guerriers, est reconnu pour sa ruse, voire comme un fieffé menteur. Grâce à cette présentation, on est en mesure d’analyser entre elles l’ensemble des traductions produites en France entre 1541 et 2008, et de disséquer comment le mythe d’Ulysse est perçu à travers les traductions.

Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne) – Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)

C’est un texte (le Coran) intraduisible. Déjà, les grands poèmes sont intraduisibles.” Cette citation de Jacques Berque, sociologue et anthropologue orientaliste français, souligne la difficulté constante à traduire le Coran. Cette résistance se manifeste parce que ce sont d’abord non seulement les paroles de Dieu, autrement dit, des paroles sacrées mais aussi des paroles en langue arabe classique, une langue estimée très contraignante à apprendre et de surcroît à retransmettre. Donc le texte religieux peut avoir plusieurs interprétations. En conséquence comment un traducteur peut le traduire sans introduire ses propres imaginaires ? A noter que les versets ne sont pas ambigus, mais c’est la traduction qui est influencé par l’imaginaire des traducteurs. Dans la traduction de Zainab Abdul Aziz, on note une pensée féministe, une ouverture d’esprit, une imaginaire idéologique. Patiente et plus respectueux de la femme.

En gros, c’était une journée d’étude très intéressante. Le niveau d’intérêt a atteint le maximum pendant la dernière communication.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

“J’ai cherché l’altérité des hommes là où ils se trouvent”

Rencontre d’hommage au poète Mahmoud Darwich à l’occasion de la parution du numéro spécial de la revue Europe qui lui est consacré

Le samedi 25 février 2017 à partir de 14h

Auditorium

Inalco 65 rue des Grands moulins 75013 Paris

Organisateur : Khadhim Jihad Hassan

J’étais sceptique à l’idée d’assister à ce colloque quand une amie et moi avons vu l’annonce à INALCO. Appartenant de l’Asie du sud, il existe des grands écrivains des autres pays hors de mon pays avec lesquels je ne suis pas familière. Cependant, l’enthousiasme que j’ai vu sur le visage de mon amie m’a encouragé à assister à cette réunion des spécialistes de Darwich.

Mahmoud Darwich, pour ceux qui sont comme moi et ne le connaissent pas, était un écrivain palestinien né en 1942 en Palestine et mort en 2008 aux Etats-Unis. Tout au long de sa poésie il retrace la souffrance qu’il a ressenti pendant l’expulsion massive en 1948 des musulmans de sa ville natale Al-Birwa. Pourtant, il continua à souffrir toute sa vie, car la tristesse qu’il a ressenti pendant l’expulsion ne l’a jamais quitté.

14h00-14h50

1ère table ronde : la revue Europe et l’actualité de Darwich

Modérateur : Farouk Mardam-Bey (historien et éditeur, directeur de la collection Sindbad aux Éditions Actes Sud)

1er intervention – Jean-Baptiste Para (poète, critique littéraire et traducteur, directeur de la revue Europe) et Kadhim Jihad Hassan (poète, critique littéraire et traducteur, professeur des universités au département d’Études arabes à l’INALCO) : Présentation du numéro de la revue Europe consacré à Mahmoud Darwich

Para nous a donné une vision globale de Darwich : sa dimension humaine ainsi que poétique et politique. Hassan a traité le côté poétique de Darwich : le côté lié à sa nostalgie, tristesse, et sa mélancolie. Darwich a traité la thématique d’exil tout au long de sa poésie. Il a collé des portraits de Ramallah et sa souffrance dans ses vers.

2eme intervention- Carole Boidin (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université de Nanterre Paris-X ; a publié plusieurs recherches sur la littérature arabe classique et moderne) : Présentation de l’ouvrage Formes de l’action poétique, René Char, Mahmoud Darwich et Federico García Lorca, Neuilly, éd. Atlande, 2016, écrit par elle en collaboration avec Ève de Dampierre-Noiray et Émilie Picherot

Boidin mentionne une très belle journée qu’elle avait passé avec Darwich. Elle nous indique que Darwich était un grand médiateur des problèmes palestiniens. Elle nous dit avoir été fortement touchée par la poésie de Darwich.

Ce qui est remarquable à propos de ce colloque était de savoir que la plupart des intervenants ont déjà rencontré Darwich. C’était intéressant d’entendre leurs expériences avec cet écrivain.

3eme intervention- Subhi Hadidi (critique littéraire, traducteur, commentateur de l’actualité politique et culturelle et traducteur) : Témoignage sur Mahmoud Darwich

Subhi Hadidi qui était une amie très proche de Darwich nous a lu quelques passages de son œuvre. Elle l’a rencontré plusieurs fois dans les endroits différents : Dubai, Ramallah, pour l’écouter réciter sa poésie. Elle nous a brièvement décrit à quel point elle était visiblement émue de la formidable prestance de Darwich pour réciter sa poésie. Selon elle, le texte de Darwich apporte la forme d’un témoignage de la détresse de Darwich ainsi que les autres palestiniens.

4eme intervention – Tahar Bekri (poète tunisien francophone et arabophone ; maître de conférences honoraire d’Études d’arabe à l’Université de Paris-Nanterre) : Épopée du thym de Palestine (poème dédié à la mémoire de Mahmoud Darwich)

Tahar Bekri nous a lu son poème « Epopée de thym de Palestine » à l’hommage à Darwich. Tous les vers de ce poème étaient fabuleux et émouvant, l’un d’entre eux étant :

Et l’hiver couvert par les pleurs des sirènes

Les maisons comme des tombes sans sépulture

Parmi les cris sombres parmi les décombres

Je consolais les étoiles réveillées en sursaut

Affolées par les traînées de vos poudres

Mes feuilles tendres martyres de vos incendiaires

14h50-16h10

2e Table ronde : Exil et poésie, l’exemple de Darwich

Modératrice : Chantal Verdeil (maître de conférences en Histoire du monde arabe contemporain et directrice du département d’études arabes à l’INALCO, Membre de l’Institut universitaire de France)

1er intervention- Elias Sanbar (historien, essayiste, traducteur en français de l’œuvre de Darwich, ambassadeur de Palestine auprès de l’UNESCO) : La voix, la respiration, la musique

Sanbar a divisé son intervention en trois parties : la voix, la respiration et la musique. Il a raconté que Darwich parlait par rapport à la naissance de la poésie qu’elle a commencé comme une forme de musique. Pendant l’intervention de Sanbar, ce qui a attiré mon attention était quand il a expliqué l’étymologie du mot « troubadour ». Cela fait quelques années que j’ai lu que le terme est venu d’un mot arabe « tarab » qui veut dire « l’enchantement par la musique ». C’est intéressant que Sanbar ait évoqué ce fait intéressant. La voix a joué un rôle très important dans la récitation par Darwich de sa poésie. De plus, la présentation de Sanbar nous a considérablement éclairé sur l’importance de respiration auprès de Darwich. Darwich composait selon sa respiration. Ainsi lorsqu’il récitait sa poésie, il était en harmonie avec sa respiration. En abordant le thème de la traduction d’un des poèmes de Darwich, Sanbar nous a parlé des problèmes qu’il a rencontré. Il expliquait qu’il était difficile de garder les mêmes mots et structures du poème d’origine.

2eme intervenant était par Rima Sleiman (ancienne élève de l’ENS de Lyon, chercheuse en littérature arabe et comparée, maître de conférences au département d’études arabes à l’INALCO) : Mahmoud Darwich et la poétique du lien

3eme intervenant – Farouk Mardam-Bey : Mahmoud Darwich, le mouvement perpétuel

Bey nous a présenté sous forme chronologique, les évènements signifiants dans la vie de Darwich.

1960 : à l’Age de 19 ans, Darwich a publié son premier recueil de poésie

1970 : il est allé s’installer à Moscou

1973 : il est allé s’installer à Beyrouth ou il a commencé le mensuel Shu’un FIlistinniya (Les affaires palestiniennes)

1982 : il raconte la détresse des Palestiniens dans ses poèmes Qasidat Bayrut et Madih al-xill al’ali

1995 : il est allé en Palestine pour voir sa mère et pour les funérailles de son ami Emile Habibi

4eme intervention – Aurélia Hetzel (Professeur de Lettres Modernes dans un collège d’Aubervilliers, spécialiste en littérature comparée et sciences religieuses, auteure de plusieurs recherches sur les mythes littéraires et les rapports entre Bible et littérature) : Mahmoud Darwich le Galiléen

Hetzel nous a présenté une unique perspective de la situation de Darwich. Elle le compare à Jésus Christ : tout comme Jésus Christ était tourmenté en Galillée, Darwich a également été soumis à des souffrances odieuses.

16h10-16h20 : Pause

16h20-17h00

3e table ronde : Présentation de la Chaire universitaire et culturelle Mahmoud Darwich, récemment créée à Bruxelles

Modératrice : Perrine Pilette (chargée de recherches en études orientales au F.R.S.- FNRS, affectée à l’Université catholique de Louvain)

1er intervention – Rajae Essefiani (ancienne conseillère diplomatique du ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Actuellement, conseillère auprès de la Secrétaire générale de la Francophonie)

La mission d’Essefiani était de connaître l’œuvre de Darwich à travers plusieurs traductions.

La 2eme intervention était celle de Tarquin Billiet (musicologue, anciennement Secrétaire général à l’Opéra de Lille, Directeur artistique du Festival Ars Muscia et de Flagey à Bruxelles, actuellement directeur des projets artistiques transversaux à Bozar)

– Edouard Delruelle (philosophe, Professeur de philosophie politique à l’Université de Liège, dernier ouvrage paru : De l’homme et du citoyen. Une introduction à la philosophie politique, Bruxelles, De Boeck, 2014)

– Xavier Luffin (professeur de langue et littérature arabes à l’Université libre de Bruxelles) a traduit en français plusieurs romans arabes, dont Le Messie du Darfour d’A. Baraka Sakin, éd. Zulma, 2016)

– Johannes den Heijer (professeur d’études arabes à l’Université catholique de Louvain. Récente publication : J. den Heijer, Andrea Schmidt & Tamara Pataridze, eds., Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve : Institut Orientaliste / Peeters, 2014)

Ces quatre intervenants ont présenté le rôle des différentes institutions académiques et gouvernementales de la Fédération Wallonie–Bruxelles ayant participé à la création de la Chaire Mahmoud Darwich, son horizon culturel et les activités prévues. Ils nous ont informé que l’œuvre de Darwich fait partie du cours de la littérature en Belgique. De plus, en ce moment, il y a deux doctorants qui travaillent sur Darwich. Le but de la Chaire Mahmoud Darwich est de faire connaître la littérature moins connue en Belgique.

Vers 17h00 il y a eu une projection d’un film sur et avec Mahmoud Darwich. Le film de Darwich m’a énormément touché. Même si je ne comprends pas l’arabe, les émotions et sentiments étaient évidentes sur les paroles et la façon de parler de Darwich. Quand il récitait la poésie dans le film, on croyait voir la « musique » dans sa voix, qui était évoquée par Sanbar. On a vu sa maison et les puits de sa maison en Palestine couverts et en ruine. Il me semblait un évènement très émotionnel. Je n’ai jamais imaginé qu’un colloque pouvait évoquer tant d’émotions et produire des larmes. On connaît que c’est un écrivain formidable quand son écriture est visible par sa voix, par les tremblements dans sa voix. Les expressions du visage, la vérité de ses émotions se sont manifestées dans ses paroles et sa contenance.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu « Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations »

Journée d’étude de la manifestation Précis et les regards sur les représentations sociales, vendredi 17 février 2017, 9h à 17h, INALCO – Paris

Organisation: Genevieve Zarate, George Alao, Elli Suzuki

Cette journée d’étude était divisée entre une partie matinée et une partie après-midi. La matinée était consacrée au Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008)

Ce n’était pas la première fois que je me rendais au sein des locaux de l’INLACO m’ayant déjà été inscrite auprès de sa bibliothèque, il y a déjà quelques mois (et à ce point-là j’avais oublié mon identifiant ainsi que le mot de passe de mon compte de la bibliothèque). Néanmoins c’était la première fois que j’entrais dans une de ses salles pour assister à une journée d’étude.

La journée d’étude organisée par INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) et PLIDAM (pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) s’est attachée dans un premier temps à rendre hommage à l’œuvre Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008), puis dans un deuxième temps à mettre l’attention sur les représentations sociales d’abord à travers le didactique, puis ensuite à travers la sociolinguistique.

9h30 : Dans la première communication (« Traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du PPP) Fu Rong (Université des études étrangères de Pékin, Chine) s’enquit des raisons pour traduire. Selon lui, la traduction est faite grâce à la mondialisation. La mondialisation exige un échange, un partage et une mutualisation de nos idées, expériences et pratiques en didactique des langues-cultures. Il a également présenté les définitions des termes multilinguisme et plurilinguisme en chinois. Selon lui, « isme » veut dire pensée et réflexion en chinois. Au terme de son intervention, il a parlé des stratégies de la traduction en précisant qu’une fois on a compris le sens du mot, il faut alors chercher à aller au-delà de son sens : il faut donc avoir la fidélité dans le sens clair, fidélité dans le sens juste et fidélité dans l’exactitude.

10h05 : Dans la deuxième communication, Joël Bellassen (INALCO, PLIDAM) s’est entretenu sur La didactique d’une discipline, un long fleuve peu tranquille : le cas de chinois. A son avis, le CLE (chinois langue étrangère) doit sortir de Chine, cela doit être expatrié. Néanmoins il existe des difficultés fondamentales lorsqu’il s’agit d’enseigner le chinois langue étrangère à l’école élémentaire, le plus fondamental étant combien d’unités en didactique en chinois ? Ce qui m’a attiré l’attention pendant cette communication était la citation de Ferdinand de Saussure par rapport au chinois : « Pour le chinois, l’écriture est en quelque sorte une autre langue. »

Vers 10h35, Bernard Allanic de Université de Rennes est intervenu avec sa communication intitulée : Le chinois : langue du lointain, langue du voisin. Allanic a souligné la valorisation de savoir d’où vient quelqu’un, parce que c’est précisément cela qui aide énormément à comprendre sa situation langagière et culturelle de cette personne. Selon lui, l’origine des étudiants chinois est très diversifiée.

A 11h05 on a eu une petite pause.

A 11h25, Danielle Lévy de l’Université de Macerata, Italie était censée présenter Les dynamiques de la traduction dans la construction du Précis du P & P (sous réserve) mais n’étant pas en mesure d’assurer sa contribution à cette journée d’étude, sa communication a alors été lue par Geneviève Zarate.

A 11h55, Martine Dervivry de l’Université de Bordeaux/ESPE a examiné Le Précis du Plurilinguisme entre harmonies et disharmonies. Dans sa communication Dervivry a abordé la notion de la multiplicité des langues. A son avis, nous existons dans un monde multilingue et multiculturel.

12h05 : Thomas Szende qui est le directeur de l’équipe PLIDAM a présenté Mon « Précis » : une lecture cursive. Il nous a informé que cela fait 10 ans que le Précis était publié en France, et en 2011 il était traduit en anglais. Cet ouvrage symbolise l’esprit intellectuel et la partage des connaissances ; un ensemble de démarches scientifiques. Une remarque a éveillé mon intérêt : « Chaque langue est une vision différente de monde. La langue n’est pas la réalité, c’est la perception de la réalité. »

12h35-14h15 : pause déjeuner

14h15 : Collaborations scientifiques internationales comme projet interdisciplinaire était le thème présenté par Anthony Liddicoat d’Université de Warwick, Royaume Uni. Selon Liddicoat, le choix des langues n’est pas banal, c’est s’engager dans une aventure où les obstacles et les défis constituent l’essence même de cette volonté d’atteindre une nouvelle compétence. Liddicoat a présenté le défi lorsqu’il s’agit de la traduction entre l’anglais et le français. Il a cité l’exemple suivant : comment traduit-on en français « testing is not assessment » ? Ainsi « Évaluation n’est pas évaluation » ? C’est un exemple intéressant qui montre le défi de la traduction d’une langue à l’autre. Lorsqu’il s’agit de mettre une citation, Liddicoat partage son avis de laisser la voix à l’auteur (écrire la citation dans la langue originale), parce que selon lui, c’est important de montrer le plurilinguisme / donner place à la voix de l’autre.

A 14h40 : Geneviève Zarate, INALCO, PLIDAM a exposé son discours intitulé Au-delà du Précis / Handbook : des prolongements inattendus

Et ici termine le premier volet de la journée.

Vers 14h55 Elie Suzuki a fait une petite présentation sur la collaboration entre PLIDAM et DILTEC en 2014.

A 15h05, Françoise Le Lièvre, Université Catholique de l’Ouest, Angers présente Pratiques et représentations sociales des langues et de l’enseignement. Il a abordé les notions suivantes :

Dans le premier temps : la notion de représentation. La notion de représentation est venue de la philosophie. Elle est convoquée par la philosophie aussi.

Dans le deuxième temps : traiter des pratiques sociales d’anglais en France.

Dans le troisième temps : questionner les liens mis en pratique entre l’anglais et le français. D’après Lièvre, la question qui se pose quand on évoque les notions de représentation et pratique est de traiter le lien qui existe entre les deux. Les langues n’existent pas sans les locuteurs et les représentations de ces locuteurs.

Dans le quatrième temps : l’anglais est-elle une langue de la France ? Le statut de l’anglais d’un point de vue sociolinguistique avec la notion de plurilinguisme. Selon Lièvre, il existe une grande présence de l’anglais dans le monde ainsi que la France. Lièvre explique que l’anglais n’est pas comme les autres langues à cause des raisons historiques. L’anglais occupe une position d’hégémonie.

Pour conclure, Lièvre exprime qu’il est important de travailler dans l’avenir sur la didactique de l’anglais et le plurilinguisme.

16h10 : Pause-café

16h25 : Danièle Moore, Université Simon Fraser, Vancouver (Canada), Représentations sociales et/du plurilinguisme

Moore a également présenté sa vision sur des représentations sociales. Elle est coordonnatrice du chapitre 6 du Précis et en conséquence elle a fait un retour à sa propre trajectoire. Les thèmes abordés dans sa communication étaient : comment les représentations sont traitées/lues dans la recherche de didactique des langues. Elle avait également fait une analyse des pratiques dans et autour de la classe. Pour aborder cela, elle a pris les exemples des travaux des enfants chinois.

Enfin, les interventions ont été l’occasion de mener une réflexion générale sur plusieurs notions assez importantes comme le plurilinguisme, le statut de l’anglais en France, la traduction et la médiation.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque international en termes de l’éthique et de la responsabilité

Étant baignée dans l’environnement académique du quartier latin, j’ai eu de la chance de participer au colloque international de « l’éthique et de la responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècles ». Durant deux jours, ce colloque a été organisé par DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures).

Le 21 octobre 2016 dans Salle V de 16h à 17h, le symposium « Formation et Accompagnement à la Réflexivité dans la Recherche (FARR) : Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité » a été mis en place par Myriam Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cécile Bruley, Paola Gamboa Diaz, Véronique Laurens, Muriel Molinié et Pascale Trévisiol. Il y avait nombreux participants dans la salle où les échanges intellectuels étaient chaleureux.

Le symposium se concentre sur la formation d’enseignants en devenir en M1 et devenir chercheur. Le public ciblé appartient à master-doctorant, surtout aux étudiants  qui apprennent le français comme langue étrangère. Ce symposium a pour objet de transformer les savoirs en actes, actions et pratiques professionnelles et de former autant à la contextualité. D’un part, la réflexivité socio-formative montre l’histoire de la relation individuel plurilinguisme. D’autre part, la réflexivité professionnelle se focalise sur l’activité d’enseignement, ainsi que l’approche inductive.

En appuyant sur les questions « Quelle approche de la technicité dans les écrits produits ? » et « Quel développement de la réflexivité par rapport à ces contenus techniques (didactiques et méthodologiques) ? », les chercheurs prennent l’entretien de compréhension (EDC) comme outil de formation / recherche afin d’interroger par rapport à l’apprentissage de l’approche inductive de la langue.

A travers plusieurs observations de classe et les rapports de stage, l’approche déductive est en fait la plus répandue même en France dans la dimension interculturelle. « Je sais que l’approche inductive est la meilleure, mais je ne sais pas vraiment comment l’introduire » reste un des obstacles qui causent la stratégie d’évitement pour enseigner la grammaire. Par rapport aux explications des règles, des enseignants natifs ou non natifs se confrontent à leur propre insécurité linguistique. Cela montre une nécessité incontournable de maîtriser ses connaissances grammaticales sur la langue française.

En termes des itinéraires plurilingues, dialogisme et politique, chercheurs analysent les caractéristiques des textes du corpus. En apportant la question « Quelle légitimité de l’intime dans le discours scientifique ? », les chercheurs remarquent des traces de l’intimité. Par exemple, l’abandon du « nous » académique pour « je », le choix des thèmes, l’énonciation des difficultés rencontrées, l’auto-évaluation publique (auto-évaluation n’est pas solo évaluation), etc.

Pour conclure, en ce qui concerne la singularité et transversalité, la relation entre chercheur et terrain, ainsi que des apports scientifiques et effets de l’exercice posent l’importance sur la formation, le contexte et la légitimation.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Hétérogénéités en classe de chinois: atout ou inconvénient?

Aujourd’hui, le 11 Mai, une journée d’étude s’est organisée à Inalco par Plidam ( Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) sur l’hétérogénéité dans la classe de langue : comment et pourquoi différencier.  Parmi plusieurs enseigants-locuteurs, ce qui m’a impressionné le plus, c’est la présentation de Min LIAO, qui est enseignante du chinois à Inalco. En effet, avant du commencement de sa présentation, nous avons eu une courte discussion avec elle. Elle nous a dit que cette présentation était fondée sur ses propres expériences pendant ces dernières années, mais peu de théories là-dessus.  Personnellement, bien que les théories soient importantes, mais sans pratique, elles vont perdre ses valeurs.

Retour à notre mouton ,  elle a montré quelques raisons en citant la théorie de Benoît Galand (2009) de l’hétérogénéité dans la classe de langues : l’âge, le profil d’acquisition, le niveau scolaire global, les acquis dans une matière, l’origine sociale, la diversité de la motivation des élèves à travailler et à apprendre, etc.  Elle a classifié en 3 représentations d’hétérogénéité observées :

  • L’hétérogénéité d’âges
  • L’hétérogénéité des origines socioculturelles
  • L’hétérogénéité des compétences linguistiques

En fonction de leurs propres expériences, dans un cours de chinois en expression orale en Licence 2 à Inalco, il y a des étudiants russe, italien, français, chinois dans sa classe. Les jeunes étudiants sont plus rapides, ils ont les esprits vifs, alors que les retraités sont plus lents, mais plus assidus. Ils s’entraident plus entre eux par rapport aux jeunes. Les plus âgés encouragent les jeunes à prendre la parole dans la classe. Donc, dans ce cas-là, hétérogénéité d’âges  est un facteur avantageux pour le progrès de toute la classe.  Par ailleurs, l’hétérogénéité des origines diverses aussi comme un atout lors des discussions en classe sur les différences culturelles et traditionnelles. Alors que pour les étudiants d’origine étrangère , la langue à apprendre pourrait être un blocage. Dans ce cas-là, on va trouver quelle stratégie à adopter ?

L’enseignante LIAO a nous partagé leur expérience dans le cours de chinois commercial en M2 à l’Université de Cergy- Pontoise, il y a 7 étudiants, dont :

  • 3 Français ayant un niveau chinois B1, qui souhaitent d’améliorer la compétence en expression orale en chinois,
  • 4 Chinois souhaitent de renforcer leur capacité d’exprimer en français.

En fonction des objectifs différents, LIAO a proposé une stratégie de réconcilier les besoins de deux groupes. C’est-à-dire, quand à la production orale, les Chinois parlent avec les Français en français, afin de répondre aux questions,  dans le cas contraire, les Français parlent avec les Chinois en chinois. Les élèves entre eux auto-corrigent.

Cette présentation m’a rappelée tout de suite, de notre contexte de recherche. Le chinois, en tant qu’une langue étrangère pour les Français a le même statut  pour nous, en tant que Chinois, qui apprend le français comme une langue étrangère. Partant de ses expériences concrètes, nous pourrions pénétrer dans les stratégies d’apprentissage du français dans le contexte cohérent.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Perdue au milieu de mes notes … : La Journée ASDIFLE à l’Alliance Française

En reprenant mes diverses notes, je me suis rendue compte que je ne vous ai toujours pas fait part de mon expérience de la journée consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle. Je rectifie donc mon oubli via ce billet : vaut mieux tard que jamais me direz-vous !

La journée ASDIFLE s’est tenue le vendredi 31 Mars 2017 dans les locaux de l’Alliance Française de Paris à Raspail. Ce fut pour moi l’occasion de découvrir ces locaux. Il est  essentiel de préciser que l’ASDIFLE est une association de didactique du français langue étrangère qui s’est constituée dans les années 1980. Madame Véronique Laurens, qui enseigne dans notre Master de Didactique des langues et des cultures en est la directrice actuelle.

Cette journée a débuté à 8h30, afin de nous enregistrer : il était impératif de s’inscrire via un formulaire afin de participer à cette journée.  Des éditeurs étaient présents afin de présenter leurs derniers ouvrages, cela fut l’occasion d’aller à leur rencontre une seconde fois.

A 9h, la journée a officiellement débuté avec une première conférence donnée par Alexandre Holle concernant « La formation en français à visée professionnelle ».  Cette intervention fut suivie d’une table ronde trente minutes plus tard, qui a réuni neuf personnalités du monde du FLE occupant divers postes dans diverses institutions. Cette table ronde fut intéressante car elle m’a permis de me rendre davantage compte que le monde du FLE est extrêmement vaste.

Après une courte pause café, il fut l’heure de nous rendre dans les divers ateliers qui nous étaient proposés. Pas moins de neuf ateliers étaient accessibles tout au long de l’après-midi, à condition de s’y être inscrit via le formulaire. Regroupés dans trois « grands » groupes thématiques, il était possible d’assister à trois d’entre eux.

Personnellement, j’ai fait le choix de m’inscrire à l’atelier qui m’intéressait le plus, à savoir « Formateur en école d’ingénieurs ». Il était animé par Cathy SABLÉ, professeur de FLE à l’IMT – Atlantique, Bretagne – Pays de la Loire, École Mines -Télécom. Nous étions une petite dizaine de personnes dans la salle.
Voici un résumé de ce que nous y avons appris : Les écoles d’ingénieur sont typiquement françaises.
Les cinq pays au monde accueillant le plus d’étudiants sont les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie, l’Allemagne et la France.
Cette école située à Brest compte 40 % d’étudiants étrangers dans ses rangs. Sur ces 40%, 41% viennent du Magreb (principalement du Maroc), 16% d’Afrique Subsaharienne, 13% de Chine, 10% d’Amérique du Sud, 8% du Brésil, 6% d’Europe (principalement d’Espagne, de Roumanie, de Pologne…), 4% du Moyen-Orient (Egypte et Liban), 3% du Vietnam et 3% d’autres pays.
Il est primordial de prendre en compte cette grande hétérogénéité. Il n’y a aucune exigence concernant leur niveau en français lors de l’admission dans cette école d’ingénieur. Le niveau observé le plus couramment est le A2 (du CECRL). Afin que les étudiants étrangers ne soient pas pénalisé par leur niveau peu avancé en français, les cours sont dispensés en anglais lors du premier semestre de L1 (première année de licence).
Après cette partie théorique, nous sommes invités à choisir entre deux modes d’examens à proposer à ces étudiants de FLE d’après les éléments concernant leur profil. Il est possible d’avoir recours au DELF, qui est valable à vie ou au TCF, qui n’est reconnu que 2 ans, ce qui implique que l’étudiant doit le repasser régulièrement s’il veut le faire figurer sur son CV.
Par la suite, l’intervenante nous a proposé de nous mettre dans la peau de recruteur d’enseignant de FLE. Trois CV nous ont été distribués et nous devions choisir un des trois, celui qui nous semblait le plus pertinent et justifier notre choix en nous appuyant sur des éléments précis du CV.
Je vous joins le programme de cette journée afin que vous puissiez consulter les noms des personnes qui lui ont donné vie : http://www.asdifle.com/sites/default/files/Programme_JourneeProASDIFLE2017.pdf
Cette journée fut riche en informations, en découvertes et en rencontres.
Par ailleurs, afin de faire un lien entre ce qui vient d’être dit et les évènements actuels, je vous propose de retrouver le billet de Marija Apostolović concernant un évènement portant sur l’hétérogénéité en classe de langue qui aura lieu demain, jeudi 11 Mai à l’INALCO : https://arlap.hypotheses.org/9154#comment-25777

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

À la recherche de col(l)ocations

Vu que la phraséologie occupe une place importante dans ma recherche, j’ai assisté au colloque Repenser le figement : enjeux et perspectives en phraséodidactique des langues, dans le cadre des Conférences du samedi de l’École doctorale 268 Langages et langues, en novembre 2016.

Parmi les conférenciers invités, se trouvaient María Isabel González Rey, de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle, et Serge Verlinde, de l’Université catholique de Louvain-KU Leuven. Il s’agit de deux spécialistes dont les études sur la phraséologie sont analysées par ceux qui s’intéressent à ce domaine.

Les mots d’ouverture ont été prononcés par Dan Savatovsky, directeur de l’École doctorale. Vers 10h00, les participants se sont réunis dans la salle D21 pour la conférence plénière Phraséodidactique : du couple dictionnaire-exercices à l’aide à la rédaction en ligne. Serge Verlinde a organisé sa présentation autour de trois expériences : 1/le DAFLES (Dictionnaire d’Apprentissage du Français Langue Étrangère ou Seconde) ; 2/Les exercices adaptatifs en ligne (ALFALEX) et 3/L’aide à la rédaction SOS Fr. Il a présenté un exemple de continuum pour montrer la place des collocations au sein de la phraséologie (à mi-chemin entre les constructions libres et les structures totalement figées). Les apports d’Igor Melčuk quant à la combinatoire des mots et aux fonctions lexicales syntagmatiques qu’il propose, ont été mis en valeur. De cette présentation, nous avons retenu les références aux contributions de Melčuk et la méthodologie suivie pour la création du DAFLES.

À 14h00, Araceli Gómez Fernández, de l’Université nationale d’enseignement à distance de Madrid, a présenté la communication J’ai de sérieuses raisons de croire …à la phraséodidactique plurilingue. Pour son étude, elle a choisi Le petit Prince comme corpus. Les critères que cette auteure a suivis sont : la fréquence, le figement et l’opacité sémantique des collocations (ici définies comme phrasèmes sémantiquement compositionnels et semi-contraints). Elle a expliqué le travail mené à Salamanque à partir de la consultation de textes parallèles (traductions en espagnol). Dans cette communication, Gómez a analysé la fonction lexicale Magn (pour l’intensité). Elle a tenu à préciser que la collocation et la comparaison vont de pair dans le cas des expressions véhiculant l’intensité.

À 15h45, après une journée de travail sur plusieurs expériences d’études sur la phraséologie, tous les participants se sont réunis pour la conférence plénière de María Isabel González Rey : La dimension phraséologique du discours et sa didactisation. González Rey a rappelé l’évolution de la notion de collocation, à partir des groupements usuels de Charles Bally jusqu’à la création du terme par John R. Firth en 1957. Elle a insisté sur les contributions didactiques autour de la phraséologie, notamment en Espagne. Sa présentation m’a permis de mieux comprendre ses analyses dans ses ouvrages La phraséologie du français et Outils et méthodes d’apprentissage en phraséodidactique.

À la fin de cette journée, je suis partie, mieux armée, à la recherche de collocations…

 

Tous en tandem !

23 & 24 Mars 2017, de 9h à 17h, Cité Universitaire, Paris

Lors de ces deux jours a eu lieu le colloque international de l’ALCTES sur l’apprentissage des langues et des cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire. L’expérience du tandem était vraiment au rendez-vous, qu’elle soit entre apprenants, entre enseignants ou entre participants du colloque.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le tandem est une expérience dans laquelle des apprenants, ayant des langues maternelles différentes, sont regroupés en binômes ou en « couples », et apprennent sans qu’il y ait vraiment d’expérience d’enseignement. Dans le cadre des tandems, les participants échangent verbalement sur des sujets de leur choix et se corrigent entre eux, ce qui favorise le développement de la compétence interculturelle, de compréhension mais aussi de production orale. Les participants en viennent à acquérir le langage non-verbal de l’autre et à avoir accès à un niveau de réflexion métacognitive supérieur car non seulement ils prennent compte d’aspects de la langue cible qu’ils ne connaissaient pas mais cela les amène à réfléchir sur la langue maternelle qu’ils parlent. L’expérience du tandem est aussi sociale car elle demande de l’adaptation, de la tolérance vis-à-vis autrui ainsi que de la curiosité.

Le tandem peut prendre différentes formes, car il peut tendre davantage vers l’institutionnel ou s’en détacher complètement pour reposer sur les participants. Un certain équilibre reste toutefois nécessaire dans l’expérience. En effet, afin que l’expérience soit bénéfique aux deux participants, il est mieux de pratiquer les langues cibles de manière égale dans le temps. L’aspect de correction entre aussi en jeu, de manière assez naturelle, généralement, car le participant ne veut pas surcharger l’autre par des corrections ou alors créer une relation de conflit ou de rejet.

Lors des conférences plénières et des ateliers, différents thèmes et versions du tandem ont été abordés. Ce colloque a commencé par une présentation, effectuée par Lars Schmelter, sur l’autonomie ou plutôt sur l’échafaudage de l’autonomie lorsque les apprenants sont encadrés par un enseignant. Il substitue alors le terme d’autonomie pour le terme d’apprentissage autodirigé qui correspondrait davantage à un tel contexte, par les stratégies mises en place par les apprenants, mais surtout par l’impossibilité d’une utilisation du tandem isolée des contextes sociaux, institutionnels  et de la subjectivité des participants. D’autres communicants ont évoqué des utilisations du tandem différentes de celle énoncée ci-dessus, comme un tandem entre enseignants (un enseignant étant natif et l’autre non-natif),  un tandem dans le cadre du Français à Objectif Spécifique (FOS)  voire même d’un lien possible entre le tandem et le numérique avec le « e-tandem », rendant le tandem possible partout dans le monde (du moment que la connexion internet le permet…) ! Après les présentations de divers projets dans l’objectif du tandem, une table-ronde avec des anciens participants ou des participants actuels à l’expérience du tandem a permis l’échange sur les bienfaits qu’ils ont ressentis dans le tandem mais aussi sur les difficultés, matérielles, langagières ou stratégiques qu’ils ont rencontrés. Bien qu’il existe toujours des difficultés, chacun des participants a perçu l’expérience du tandem comme enrichissante dans l’appropriation d’une langue cible mais aussi dans la connexion interpersonnelle avec l’autre, éléments qu’ils ont considérés comme renfonçant leurs motivations à poursuivre leurs études dans les langues cibles.

 

Pour plus d’informations :

book-of-abstrats-alctes-version-finale-1-

(source : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp?RH=1236178100008 )

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Un écrivain voyageur ? Un écrivain qui voyage

Une collection de master class littéraire organisée par France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre qui s’intitule « En lisant en écrivant ». Comme mes recherches du mémoire de M2 s’intéressent à la transmission du plaisir de lecture et à l’introduction de la littérature française dans la didactique du FLE, je suis très curieuse d’écouter et de découvrir des pensées, des intentions et des expériences des écrivains français. Pourquoi écrivent-ils ? Qu’est-ce qu’une vie d’écrivains pour eux ? Qu’est-ce que c’est le plaisir de lecture et d’écriture d’après un écrivain? Je suppose que ces questions peuvent m’aider à adopter une autre vision non seulement du côté du lecteur mais aussi de l’auteur sur la littérature française.

Le 7 mars 2017, à 18h30, J’ai donc décidé à assister à une des conférences dont le sujet est l’interview d’un auteur français : Jean Rolin, qui est écrivain mais aussi journaliste français, c’est-à-dire, il a d’une part, effectué des reportages pour Libération, Le Figaro, L’Événement du jeudi etc. d’autre part, il est l’auteur de récits de voyage, de chroniques, de souvenirs, de romans et de nouvelles. Pour bien connaître ses ouvrages et son style avant de cette conférence, j’ai lu une de ses œuvres qui s’appelle L’organisation, qui nous raconte une histoire par rapport à la vie d’un groupe de maoïstes des années 70. Ce n’est pas un livre difficile à comprendre, mais l’histoire est un peu obscure pour moi: malentendus, alcool, drogue, trahisons, heurt, prison, ces sujets apparaissent largement dans cet ouvrage. Néanmoins, une mélancolie et une élégance qui s’inscrit au creux du mot et de la phrase m’a impressionné. Il ne semble ni un recueil de reportages, ni un roman historique, il y a des choses très réelles, mais aussi des choses qui semblent fictives. Ainsi, je me suis apportée ces curiosités et ces interrogations en entrant dans la Bibliothèque nationale de France.

En fait, c’est ma première fois de visiter la Bibliothèque nationale de France, même auparavant, je suis passée plusieurs fois à ces bâtiments magnifiques. J’ai bien trouvé l’auditorium, et me suis bien installée. Jean Rolin a été interviewé par Olivia Gesbert, qui a posé beaucoup de questions très intéressantes et réflexives. Tout d’abord, Olivia Gesbert a demandé Jean Rolin sur son double statut et comment équilibrer ces deux rôles, « Qu’est-ce qu’il fait l’écrivain pour vous ? Dès que vous changez de statut ? ». C’est exactement la question que je voudrais lui poser. Jean Rolin a répondu que en fait, il a commencé à rédiger le reportage et le livre en même temps, pour lui, il n’y avait pas de confrontations entre ces deux formes d’article, et non plus entre la réel et la fiction, puisque ses romans fictifs s’appuyaient toujours sur des données réelles, donc, les deux formes d’article étaient cohabites dans son écriture. Par ailleurs, La rédaction des reportages était aussi un de ses points de départ de ses livres, il a dit que, très souvent, un reportage pouvait lui donner des idées, des envies et des projets du livre, qui pouvaient approfondir dans l’écriture des livres suivants. Quant à l’existence d’un point d’arrivée dans son écriture des livres, Jean Rolin a dit qu’il n’y avait pas nécessairement un point d’arrivée quand il a commencé à écrire, souvent il avait une idée sur l’aboutissement de l’histoire, mais il pouvait parfaitement dévier cette trajectoire en écrivant. Après ces discussions, je découvert que n’import quelles formes d’article, les écritures de reportage ou de livre se basent toujours sur des vécus, des réflexions et des visions du monde d’un auteur. Donc, quand nous lisons les livres, nous ne pouvons pas seulement focaliser sur le contenu et l’histoire que l’écrivain construit, mais aussi ses idées et ses visions du monde, je pense que c’est une des raisons pour lesquelles nous devons lire des livres continuellement, afin d’adopter des angles divers du monde.

J’aime bien aussi une question posée par Olivia Gesbert, elle a cité une phrase de Jean Rolin, « je ne suis pas un écrivain voyageur, mais un écrivain qui voyage. » elle a demandé « alors, pour vous, quelle est la différence entre un écrivain voyageur et un écrivain qui voyage? » Jean Rolin a dit « la moitié de mes livres se déroule dans des lieux qui ne sont pas du tout exotiques, comme à Paris ou dans la banlieue parisienne. Donc, ce n’est pas forcement une recherche du lointain. J’aime voyager, et surtout parce que justement j’avais une idée que je voulais rapporter ce voyage, pas seulement pour voir les choses lointaines et pittoresques. ». Effectivement, la vie est comme un voyage, et tout le monde pourraient devenir un « écrivain qui voyage », parce que l’objectif n’est pas d’aller ailleurs, et que l’histoire ne se passe que dans le lointain, l’histoire se déroule maintenant et ici. Donc, peut-être l’écrivain ne désigne pas des gens qui voyagent beaucoup, mais des gens qui réfléchissent beaucoup

Cette rencontre avec l’auteur français me conduit à réfléchir sur l’objectif et les méthodes de l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE en Chine. Est-ce que l’objectif pédagogique est de transmettre le sens que l’auteur veut dire ou bien de laisser interpréter les ouvrages à l’apprenant soi-même?  Je me demande aussi si l’enseignant doit découvrir et choisir une position plus variable et plus souple dans l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE, pour que la littérature soit évoluée, transformable et interprétable?

 

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (II)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le plat principal de la journée était annoncé pour l’après-midi : les ateliers. Juste après la copieuse entrée et le déjeuner organisé par la start-up Meet My Mama (des femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées).

À 14h00, rendez-vous dans l’auditorium pour l’atelier Mobilité internationale : un moyen pour s’ouvrir à la citoyenneté mondiale, animé par Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus + France. Lors de l’atelier, des anecdotes, des expériences et des réflexions autour des points du guide des compétences transversales AKI (Acquis de la Mobilité Internationale) : l’ouverture d’esprit, l’adaptation au changement, la confiance en soi, le sens des relations interpersonnelles et le sens des responsabilités. De ces échanges, j’ai retenu ce que les expériences à l’étranger avaient permis de développer: la capacité à comprendre ce que l’autre veut dire, ce qu’il est en train de dire et ce qu’il a dans son cerveau et n’a pas dit. Ce dernier point m’a fait penser à l’écoute ‘avec nom de famille’ (cette écoute attentive que mobilise le chercheur dans les dialogues, dans les entretiens, dans ses observations). Et de ces récits de brassages culturels, on est passés au plurilinguisme.

Le second atelier de cet après-midi, Le plurilinguisme, une richesse dans la classe était animé par Mercè Bernaus, Professeure émérite de l’Université de Barcelone et Martine Kervran, Maître de conférence en Didactique des langues de l’Université de Bretagne Occidentale. Ces deux professeures ont une grande expérience de coordination de projets et de recherches sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Leur objectif n’était pas de nous faire théoriser là-dessus, mais de nous proposer des activités à mettre en place afin de sensibiliser les élèves au plurilinguisme. Chacun a pu mettre en valeur sa ou ses langue.s et réfléchir sur la manière dont on apprend et enseigne les langues étrangères. Vers la fin de l’atelier, on s’accordait sur le fait que l’erreur majeure était de penser que pour apprendre la langue de l’école il faut gommer les autres langues parlées.

Ce plat principal m’a invitée à lire les ouvrages des deux spécialistes et leurs expériences dans les salles de classe. Même si ce n’est pas le sujet de ma recherche, les discussions sur l’intercompréhension et le plurilinguisme m’interpellent et en bonne gourmande, je vais essayer de rassasier ma curiosité dès que possible.

Les expériences de création

Compte rendu du séminaire Les expériences de création du 3 mars 2017

Je pense que nous avons tous connu des moments où nous étions tout seuls en train de réfléchir tout au début de notre raisonnement mais que finalement, ne sachant pas où aboutir, nous nous sommes contentés de remanier des choses…  Ainsi, je m’interroge depuis longtemps sur la question de l’expérience créative. Je me suis demandée si le fait de réfléchir sur l’acte créatif développait la capacité à créer. Par conséquent,  je recherchais la réponse à ma question.

Le 3 mars 2017 j’ai eu la chance d’assister au séminaire public de recherche Les expériences de création qui s’est déroulé au sein du Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam). Conçu par la chaire Unesco Formation et Pratiques Professionnelles du Cnam et l’organisation l’AFDAS (Fond d’Assurance Formation des Activités du Spectacle), ce séminaire public de recherche était organisé afin de ne pas autonomiser l’expérience de la recherche, de le faire en écho avec des acteurs professionnels et sociaux. En effet, au niveau professionnel, ce genre de séminaires permet de mieux comprendre le concept d’innovation, de le lier au concept de la création.  Ainsi, les organisateurs recherchent à entendre des expériences dans les domaines les plus divers : la création artistique, la création industrielle et la création scientifique.

Lors de ce séminaire j’ai pu écouter le témoignage de Cédric Villani – le mathématicien français, médaillé Fields, directeur de l’institut Henri Poincaré – sur son expérience de création. Il faut ajouter que Cédric Villani est également co-auteur de l’ouvrage Les coulisses de la création où il parle de son expérience en matière d’activité créative, de la notion de travail d’effacement du créateur, de la solitude… J’ai choisi de refléter ce témoignage dans mon compte rendu, car, même s’il reflète l’expérience créative des scientifiques, je pense que ces constats peuvent être applicables dans les domaines non-scientifiques.

Cédric Villani a commencé son témoignage par l’exposition du processus de création reposant sur quatre « moteurs » principaux. Le premier moteur c’est la nécessité d’un problème à résoudre, le deuxième moteur c’est le rêve, le troisième moteur est la curiosité et le quatrième moteur le hasard. Selon Cédric Villani ces quatre moteurs ne sont pas exclusifs, parce que l’on trouve le plus souvent leur combinaison. Ensuite il a donné des exemples illustrant l’expérience de création pour chaque moteur.

Afin d’illustrer le moteur de la nécessité, Cédric Villani a évoqué le début du projet Manhattan : le projet de la création de la bombe atomique du gouvernement américain. Il a expliqué que le gouvernement américain s’était lancé dans ce projet parce que c’était une question de nécessité majeure. En effet, les meilleurs scientifiques du moment étaient persuadés que la bombe atomique était en cours de développement du côté allemand. Ainsi, pour le gouvernement américain, il fallait avoir de quoi contre attaquer les allemands, mettre au point la bombe atomique était une nécessité vitale.

Pour illustrer le deuxième moteur, le rêve, Cédric Villani a évoqué un autre moment de l’histoire américaine : l’alunissage. Il a souligné que cet évènement – d’une résonance phénoménale, qui se réinvite régulièrement dans le discours quand il s’agit de l’avenir du pays – reste aujourd’hui l’exploit technologique dont la culture américaine est la plus fière.

Pour illustrer le troisième moteur, la curiosité, Cédric Villani a évoqué Claude Shannon, le célèbre père de la théorie de l’information. En effet Claude Shannon disait toujours lors de ses interviews que tout ce qu’il a fait, il l’a fait avant tout pour satisfaire sa curiosité et le sentiment de devoir rendre service au monde.

Selon Cédric Villani, le quatrième moteur, le hasard, joue un rôle important dans la quantité de découvertes. Cédric Villani reprend l’exemple du projet de la création de la bombe atomique, Manhattan, qui a bouleversé toute la conception qu’un être humain peut se faire de la science, de son pouvoir et de son danger. Dans le cadre de ce projet, Cédric Villani a évoqué Leó Szilárd, le physicien hongrois, exilé en Angleterre. En effet, en 1930, il s’est promené dans les rues de Londres avec l’idée fixe de résoudre la question de l’extraction de l’énergie des atomes. Alors qu’il traversait une rue, le feu en face de lui passait au rouge, il eut une illumination : le mécanisme de réaction en chaîne. Les neutrons dans la matière fissile – comme l’uranium, que l’on découvrira plus tard – cassent l’atome en deux émettant plusieurs neutrons et un peu d’énergie et puis chacun de ces neutrons va casser un atome en deux émettant à son tour d’autres neutrons et un peu d’énergie et ainsi de suite. Le nombre de neutrons impliqués augmente exponentiellement vite, la quantité de neutrons devient importante et une portion de plus en plus grande d’énergie se retrouve émise. Cela peut produire l’explosion atomique et, à cette époque-là, Leó Szilárd, est peut-être le premier à avoir la conscience de ce qui est possible en utilisant cette très grande quantité d’énergie de la matière.

Selon Cédric Villani, Leó Szilárd a été curieux mais a également voulu travailler sur ce problème parce qu’il a été agacé par la pensée qui régnait à l’époque : les scientifiques disaient qu’il y avait tellement peu d’énergie dans les atomes que l’on ne pourrait jamais en faire quoi que ce soit. Ainsi, Leó Szilárd a voulu démontré le contraire. Cédric Villani a souligné que, de façon générale, beaucoup de nouvelles idées arrivent sur les faits que les chercheurs ont vraiment envie de démontrer ou quand ils sont en compétition avec autrui.

Leó Szilárd pense, en 1933, que l’Allemagne est mieux placé pour réaliser la bombe atomique et alerte tout le monde afin d’avancer les travaux, sans le moindre succès. Il s’écoule quelques années avant que finalement il soit pris au sérieux suite à une autre découverte qui attestait que l’uranium était effectivement une matière fissile. En résumé, Leó Szilárd a en effet connu beaucoup de hasard et avait une idée qui était bonne mais qui n’était pas prise au sérieux. Néanmoins, plus tard, Leó Szilárd va écrire la lettre qu’Einstein enverra à Roosevelt pour lancer le fameux projet Manhattan.

Cédric Villani termine cet exemple en relevant que cette découverte repose également sur la motivation basée sur les savoirs erronés, car, à la fin de la guerre, en écoutant l’enregistrement des allemands on découvre qu’ils n’étaient pas du tout au point sur la bombe atomique et cela a été une énorme surprise pour les scientifiques américains. Ainsi, selon Cédric Villani il est important pour les chercheurs de travailler dans un environnement ouvert, et de ne pas être contraints par des problèmes d’insécurité liée à la guerre.

À la fin de ce séminaire Cédric Villani nous a montré également une sorte de ballon sphéroïdal appelé Gömböc. En effet, Gömböc qui signifie le sphéroïde en hongrois, a été créé par le mathématicien hongrois Gabor. Gömböc est une réponse à un problème mathématique qui porte sur les formes convexes et homogènes. Pour le dire clairement, Gömböc n’a pas de renfoncements et il est tout en extérieur, il n’y pas de partie qui soit plus dense qu’une autre. Ainsi, quelques soit la configuration dans laquelle on met le Gömböc, il va revenir vers sa position d’équilibre stable.

Cédric Villani avec Gömböc

Cédric Villani a expliqué que pour trouver cette forme, Gabor a fait une recherche de plusieurs années. Au début il a cherché de l’inspiration dans la nature en collectant des galets par milliers. En remarquant qu’aucun galet ne s’approchait de la propriété recherchée, Gabor a abandonné ses recherches dans le milieu naturel. Cédric Villani raconte ensuite, que c’est finalement une rencontre de cinq minutes par hasard, au congrès international des mathématiciens, qui a changé toute la trajectoire de la recherche de Gabor. Il s’associe ensuite avec un ingénieur et fait dix ans de recherche qui aboutissent et ouvrent tout un domaine. Ainsi, Cédric Villani conclut, que dans le domaine de recherche il y a également beaucoup de facteurs qui se reposent sur la contingence.

Cédric Villani a ajouté qu’en réfléchissant à son processus créatif, il le décrit en employant plutôt des termes relevant du domaine militaire et architectural comme l’attaque, contournement, encerclement. Il a souligné aussi qu’il soutient la conclusion des neuro scientifiques et pense que la réflexion mathématique est non verbale. Cédric Villani a ajouté que Chomsky avait le point de vue opposé. En effet, selon Chomsky, le langage mathématique se développe à partir du langage courant grâce aux abstractions des concepts ; pour aboutir au concept mathématique, le langage apporte de la structuration par abstraction des liens structurels.

Au sujet de la créativité, Cédric Villani a remarqué, qu’il y a plusieurs catégories de génies scientifiques. Selon lui Il y a un groupe de génies qui ont plus de « capacité » et l’autre groupe des génies, qui sont parfois lents, incapables de dire comment ils ont réussi à avoir leurs idées et quel raisonnement ils ont suivi. Cédric Villani, a donné l’exemple de George Nash, qu’il a côtoyé en soulignant qu’il avait un côté prophétique dans ses analyses sans aucune maîtrise de son processus créatif.

Cédric Villani a également ajouté que pour bien comprendre une chose il faut l’expliquer et que selon lui, ce serait la seule méthode qui marche. Cédric Villani a insisté sur la nécessité de mettre la compréhension au premier plan, car la mettre au second plan est caractéristique pour un être humain. En effet, un être humain peut faire et refaire quelque chose même s’il voit des indices indéniables de l’inutilité de l’acte, son aspect de croyance va prendre le dessus sur la compréhension.

En ce qui concerne les rencontres des chercheurs, Cédric Villani a souligné qu’à l’heure actuel les points de rencontre les plus féconds sont ceux qui viennent au confluant entre deux domaines. Il a également accentué l’importance des rencontres physiques, car, selon lui Skype, l’Internet n’ont pas pu supplanter le fait d’être dans la même pièce lors d’une conférence.

Cédric Villani souligne qu’il y a également un point commun entre toutes les bonnes nouvelles théories : elles échappent à leurs créateurs et se retrouvent finalement développées par d’autres plus loin et plus vite.

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Compte rendu du colloque  Le FLE/S dans tous ses états : dialogues avec Louis Porcher

 

Ce colloque organisé par l’Asdifle en partenariat avec le laboratoire Diltec (Didactique des langues, des textes et des cultures) s’est tenu du 4 au 5 novembre, à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

On sait que Louis Porcher – professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, agrégé de philosophie, sociologue et écrivain – a été une figure majeure de l’enseignement du FLE. Il a fondé l’Asdifle et donné au FLE un cadre disciplinaire. Louis Porcher a également travaillé pendant plusieurs années comme expert en langues vivantes auprès du Conseil de l’Europe.

Il faut préciser que l’association de Didactique du Français langue étrangère (l’Asdifle) tient un rôle important dans le domaine de la didactique du français langue étrangère et seconde. Cette association est née en 1986 suite au constat d’un réel besoin de mieux spécifier le champ disciplinaire du FLE. En effet, dans les années quatre-vingt on voit apparaitre les nouvelles filières universitaires entièrement consacrées à la didactique du FLE ainsi que les certifications en langue destinées aux étrangers (DALF/DELF). Depuis sa création l’Asdifle enrichit le champ disciplinaire du FLE en menant des recherches sur les sciences du langage, la didactique des langues et les sciences de l’éducation.

Le colloque marquant le 30ème anniversaire de l’Asdifle a eu pour objectif de rendre hommage à la mémoire de Louis Porcher et de travailler autour des trois grands axes de réflexion suivants :

–          L’axe Philosophie, sociologie, éducation ;

–          L’axe Sémiotique, communication et médias ;

–          L’axe Didactique du FLE/S

Je me suis intéressée plus particulièrement aux travaux de recherche d’une ancienne étudiante de Louis Porche, Lidwien Van Dixhoorn : De la génération zapping à la génération Snapchat : l’utilisation des médias au monde connecté. Etant en poste chez Radio France Internationale Lidwien Van Dixhoorn participe à l’élaboration de leur stratégie digitale et mène ses recherches sur les relations entre société et médias (radio, télévision, téléphonie mobile).

numerique

Lidwien Van Dixhoorn constate que le digital est à la fois une opportunité et un risque pour notre société. En effet, la révolution numérique entraine une vraie remise en question du métier de journaliste. Dans notre société hyper connectée on préfère désormais avoir de l’information gratuite et immédiate : on est connecté dès notre réveil pour consulter différents réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

Lidwien Van Dixhoorn souligne que le téléphone portable est le seul média totalement interactif. En effet, grâce aux différentes applications, on peut diffuser de l’information pertinente en temps réel vers la téléphonie mobile et recevoir les réactions de la part de l’audience. Selon Lidwien Van Dixhoorn, suite à cette accélération du temps les éditeurs ont également une réputation à tenir sur les réseaux sociaux. Lidwien Van Dixhoorn donne l’exemple d’une marque d’ameublement violemment critiquée par les internautes suite à sa collection de meubles baptisée Colonie, qui invitait à un voyage exotique 

En ce qui concerne le domaine du FLE, je pense que l’on peut accompagner encore plus l’apprentissage par le numérique. En effet cela implique l’invention des nouvelles pratiques pédagogiques et le renouvellement des modes d’apprentissage.

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

« Vivre une expérience » – John Dewey

Normalement ce qui assiste à un colloque commence avec l’écoute des communications et ensuite des débriefings autours des thèmes abordés pendant le colloque. Néanmoins, le 8 décembre 2016 vers 17h je venais de passer un partiel à la Sorbonne Nouvelle. Toute la journée, j’avais le programme du colloque international prévu le 8 et 9 décembre 2016 intitulé « Vivre une expérience : L’œuvre de John Dewey. Pour penser/enseigner les langues et les littératures » dans mon sac. Dès que j’ai fini le partiel, j’ai consulté le programme et remarqué que j’avais du temps pour une visite libre au Palais de Tokyo. Après avoir trompé de 3 endroits j’ai finalement trouvé le bon endroit. J’ai attendu avec impatience mes camarades, mais c’était que mon amie et moi qui ont rencontré notre professeur Monsieur Serge Martin. Nous étions tous assis à la table pour le diner. C’était comme le colloque a commencé en sens inverse. Le diner qui a dû être à la fin du colloque, a fait commencer le colloque pour moi. C’était une excellente occasion de découvrir un nouvel endroit. Je n’étais pas au courant de ce restaurant ni cet endroit.

Le 9 décembre, après avoir un cours à la Sorbonne Nouvelle, je suis allée assisté la seconde partie du colloque. Un doctorant à Paris 3, Raphael Costa Mendes a fait une présentation sur Dewey et Meschonnic : traduire comme expérience vers 11 h30. Dans cette présentation il a abordé le sujet de traduction d’abord selon Meschonnic et puis selon Dewey. Il a donné des références du livre « Pour la poétique » (édition 1973) d’Henri Meschonnic. De plus, il a parlé de l’oralité comme opposition de rythme. Ensuite il a parlé de l’expérience en citant des exemples du livre « Art comme expérience » (édition 1934) de John Dewey.

La deuxième communication était par Marina Krylyschin intitulé « Avec Dewey, l’expérience esthétique au détour de sa verbalisation ». Krylyschin nous a montré des images d’un manuel. Concernant cela, elle a abordé les thèmes de l’exposition des images, les commentaires autour des images, l’usages des noms particuliers pour décrire les réactions autour ces tableaux.

A 12h15 on a eu un compte rendu risqué. Je trouve que c’était une idée innovatrice. On a fait un débriefing en petits groups. Cela nous a donné occasion de partager nos réflexions sur ce qu’on venait d’écouter.

A 13h nous sommes allé déjeuner.

L’après-midi était animé par Madame Muriel Molinié. Monsieur Jean-Christophe Sampieri nous a présenté « Expérience des modernes, expérience des classiques : Dewey et les Lumières » Dans cette communication, Monsieur Sampieri a exprimé la notion d’expérience par rapport à John Dewey ainsi que par rapport à Fénelon avec son œuvre « Les aventures de Télémaque » et Prévost avec son œuvre « Manot Lescaut ». Ce qui m’a interpellé par cette communication était la diversité des expériences abordées. Télémaque était aidé par son Mentor et Chevalier de Grieux par Manot Lescaut. C’était intéressant d’avoir une vision de l’expérience présenté par des œuvres classiques.

A 14h30 il a eu deux ateliers. Le premier par Sonia Delmas (Paris 3) « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique. Le second atelier était « Dewey, Meschonnic : la lecture de Shelley comme expérience de la pensée » par Shungo Morita. Pour sa communication Sonia Delmas a pris le cas des apprenants japonais qui ont travaillé sur le poème « Aube » de Rimbaud. La première expérience qu’elle nous a montré était lié à la reformulation de ce poème en décrivant le lever du soleil en un endroit précis. Delmas a fait ressortir la motivation des apprenants japonais concernant de FLE en nous montrant les réponses de ces apprenants. La façon dont les apprenants avait personnalisé le poème de Rimbaud a retenu mon attention. C’était remarquable.

Vers 16h on a eu un autre petit débat entre nous concernant nos réponses et réflexions. Après une discussion de vingtaine de minutes, on est arrivé à la fin du colloque. Un jour très bien passé.©

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’écoute : une compétence puissante

L’écoute. L’écoute fait référence à l’ouïe. L’ouïe fait partie des cinq sens du corps humain. L’écoute est une compétence le plus importante et merveilleuse. Le bébé qui est dans le ventre de sa mère ne voit rien, il sent rien, mais il écoute. Il écoute la voix de sa mère. Il la reconnait en l’écoutant. Quand on chante, on doit écouter bien le rythme pour savoir où commencer. Pareil est le cas lorsqu’on dance. Les grands danseurs du monde ne manquent pas du tout le rythme de la chanson/musique. Il écoute bien les changements dans les rythme et coule avec eux.

L’écoute s’ouvre à un monde d’imagination. Lorsqu’on écoute, on commence à peindre des images, des personnages, des couleurs, des mouvements dans notre esprit. On entre dans un nouveau monde grandiose. On crée. On est des créateurs. On peut créer tout. Tout est possible.

C’est bien connu que d’écouter de la musique diminue la stresse. Les enfants veulent toujours qu’on les lit des histoires avant qu’ils dorment. C’est l’envie de l’écoute. L’écoute nous mène d’une expérience physique à une expérience métaphysique.

Quand j’étais petite, ma sœur et moi écoutaient des chansons sur la radio ainsi que des animateurs radio. Nous imaginions toujours leurs traits physiques par leur voix. Nous écoutions attentivement leur voix, leur parole, leur rire. Même lorsqu’ils souriaient, nous le savaient. Les changements dans la voix – donc tout ce qu’on ne remarque pas quand on est train de parler face à face de quelqu’un. Ma mère travaillait pendant 20 ans dans la radio. Elle recevait des lettres de tous les côtés du monde dans lesquelles on a admiré sa voix. C’est fascinant, c’est fascinant de connaitre quelqu’un que par la voix.

Lorsque d’enseignement de français langue étrangère, ce que j’ai remarqué est que les apprenants aiment mieux les activités d’écoute. Pendant un cours d’été pour les apprenants de l’âge 11 à 14, les apprenants ont vite mémorisé toutes les paroles des chansons françaises que j’ai utilisé pendant le cours. C’était un peu surprenant pour moi parce que c’était leur tout premier cours de français. Même chez les adultes, j’ai remarqué, que les activités concernant l’écoute sont plus appréciées et ces activités ont un bon résultat en comparant aux autres activités concernant d’autres compétences.

Concernant le sujet d’écoute, le 16 novembre 2016 a eu lieu une journée d’étude intitulée « Expériences d’écoute » à la maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon.

A 9h du matin, Valerie Spaeth, qui est la responsable du master « Didactique des Langues » et directrice du DILTEC, a ouvert le colloque.

Ce qui m’intéressait était la communication-atelier de Serge Martin, Paris 3, intitulé « L’écoute de ce qui ne peut s’entendre ». J’ai trouvé cet atelier très animé. On a dû lire une page d’un livre et donner un titre. Ensuite, nous avons tous collé les papiers sur le mur. C’était un collage très divers sur le mur. On a tous lis notre titre et ce qui est digne d’intérêt était de remarqué la diversité des titres selon la diversité des gens présents à cette journée. Ensuite, dans les groupes de trois, on a créé notre propre écriture de quelques lignes en reliant 3 textes. On a tous présenté notre rédaction et encore c’était intéressant d’écouter la formulation des autres.

Ensuite, une autre communication-atelier captivant était celle de Muriel Molinié de Paris 3, intitulé « L’écoute avec le récit de vie ». En binômes, un qui était le communicant, l’autre le communiqué (et vice versa), on a fait une activité où le communicant dirige les actes sans parlé et le communiqué lui suit (et vice versa). Ce qui m’a paru fascinant dans cette activité était qu’on a communiqué sans la voix. On a « écouté » l’un et l’autre sans dire quelque chose.

Après, il y a eu une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh qui était animé par Serge Martin vers 11h. Malika Ferdjoukh est un écrivain français de la littérature jeunesse. C’était très enthousiasmant à écouter ses points de vue sur les sujets et thèmes de ses œuvres, sa façon d’écriture et ce qui l’a inspiré au début et pendant sa rédaction.

A midi, on est allé prendre une pause déjeunée.

A 13h30, on a témoigné la conférence-atelier de Ivan Jimenez Garcia (maitre de conférences en espagnol à Créteil-Paris-est et chercheur en danse et littérature) animée par Nathalie Borgé (Paris 3). Les activités liées aux rythmes, l’écoute et l’action m’ont fascinées. Garcia a distribué des formes en papier, et il a demandé deux personnes a chanté une comptine. Une personne a chanté en espagnol, et ceux qui avait la forme des oiseaux avait dû bouger le papier selon le rythme de la comptine. Ensuite Garcia a demandé une autre personne a chanté dans une autre langue, et ma chère amie m’a encouragé de chanter en anglais. Et voilà, la première fois à Paris devant beaucoup de gens, j’ai chanté « Baba Black Sheep » en me sentant très enfantin à ce moment-là.

Vers 14h30, Carla Campos Cascales (Paris 3) et Charlotte Guennoc (Paris 3) ont animé une table ronde-atelier sur le thème de « Ecrire un mémoire, une expression d’écoute ? » avec des M2 de la promotion 2015-2016 : Shiman Jiao (M2, spé 1), ; Amal Khaleefa (M2, spé 1) ; Thais Poisson (M2, spé 2) ; Virginie Verhaeghe (M2 Distance). Cette table ronde a prouvé avantageux en ce qui concerne les anciens M2 et leur expérience avec l’écoute. Evidemment, tout au long de ma cherche pour mon sujet de mémoire j’ai écouté. J’ai écouté des thèmes et sujets abordés pendant les cours, les colloques, les débriefings, afin de procurer un sujet de mémoire.

A la fin de cette journée extraordinaire, on avait occasion de voir un théâtre partagé avec de la compagnie « Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne Nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltés : recréation avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennos (metteurs en scène). On a écouté ce théâtre dans le noir. Je veux rebondir sur ce que j’ai déjà précisé au début, que pendant l’écoute de ce théâtre, je me suis mis en imaginant chaque mot, action, ambiance et description dont parlait Simon.

C’était une journée très révélatrice.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu Colloque DILTEC 2016

Voici un petit récit qui retrace mon expérience du Colloque DILTEC 2016. Le colloque intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 (de 9h à 18h) et le samedi 22 octobre (de 9h à 13h30) 2016 dans les locaux de la Sorbonne Nouvelle. C’était la première fois que j’ai assisté à une conférence ici à Paris. De plus, quelques intervenants étaient venus ailleurs que la France aussi, plus précisément l’Université de Mohammedia, l’Université de Tunis et l’Université di Macerata. Les intervenants locaux venaient des universités prestigieuses de la France à titre exemple l’Institut Pasteur, l’Université Jean Monnet et la Sorbonne Nouvelle parmi d’autres.

C’était mes professeurs qui ont mentionné le colloque et les utilités qu’il peut porter pour nous aider à notre choix de sujet de mémoire de M2. De plus, on a dû écrire un compte rendu du colloque. La veille du colloque, j’étais très enthousiasmé pour le lendemain. J’ai choisi un carnet pour prendre les notes, j’ai vérifié que la batterie de mon portable était bien chargée et j’ai confirmé le chemin de chez moi jusqu’à 14 rue Cujas sur un appli.

Le vendredi j’étais dehors la Sorbonne Nouvelle à 8h45. J’ai rencontré d’autres camarades et nous sommes entrés à 8h 50. J’ai montré ma carte d’étudiante à la porte et je suis entré dans les locaux.

-« Uhh Monsieur, on doit aller où ? »

-« Oui c’est à gauche et puis tout droit, ensuite vous prenez les escaliers et c’est le 1er étage à gauche»

-« uhhhhhhh d’accord merci beaucoup »

C’était la première fois que je suis entré la Sorbonne par 14 rue Cujas pour aller à l’Amphithéâtre Durkheim. Cela me parait un labyrinthe. Je ne suis pas du tout bon lorsqu’il s’agit des directions. J’ai apprécié ce labyrinthe fabriqué de bois d’un couleur parfait du chocolat. On aurait dit qu’on marchait dans les sentiers d’histoire vers un sommet de la connaissance et sagesse. Le moment où je suis entré dans l’Amphithéâtre Durkheim, j’étais fasciné par la grandeur de la salle et du fait que tout était fourni du bois.

A 9h a commencé la conférence de Jean-Pierre Changeux intitulé « Vers une neuroscience de la personne humaine ». Jean-Pierre Changeux est un neurobiologiste très connu qui travaille sur le système nerveux et les fonctions cognitives. J’étais émerveillé par son conférence. Les rapports entre la neuroscience et les cognitions linguistiques étaient un aspect de la science sur lequel je n’ai jamais réfléchi. A ce moment-là, j’ai pris la résolution de rédiger mon mémoire sur ce thème.

A 10h15 nous sommes tous allés à Saint Jacques pour prendre une collation. Et voilà, devant moi était la deuxième spécialité de la France que j’adore : les pains au chocolat et les pains aux raisins. L’ambiance de Saint Jacques était complètement transformée des locaux où les étudiants venaient chaque jour, assistaient aux cours et partaient, à un endroit où tout le monde discutait leurs réactions autour du colloque et les conférences qu’ils assisteront plus tard.

J’ai choisi la salle V où Javier Suso Lopez a présenté « La dimension éthique dans la didactique éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique » à 10h45. Dans cette communication, Lopez nous a montré l’enjeu entre éthique et responsabilité de XVI à XIX siècle. Pendant ces siècles on examinait le métier de professeur du français. De plus Lopez a abordé les thèmes de la langue française elle-même, ce qui ça veut dire en fait d’être enseignant de français, les qualités d’un bon enseignant, la méthode et la liberté qu’on a lorsque l’application de cette méthode d’enseignement du français. Finalement les responsabilités d’un enseignant et un étudiant.

La deuxième communication à laquelle j’ai assisté était celle de Florimand Rakatoenelina « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements. » Dans cette communication Rakatoenelina relie le thème d’éthique aux discours médiatiques. Il a analysé les formes langagières des discours médiatiques pour éviter des raccourcis culturels.

A 11h45 j’ai assisté à la communication de Cécile Bruley, Mariela De Ferrari et Branislav Meszaros, « De l’analyse de l’expérience à la professionnalisation des enseignants. Quels enjeux, quels principes, quels périmètres en formation initiale en Master FLE.» Ces trois chercheurs projettent l’éthique comme un système de valeurs et la philosophie de la morale. Ensuite étaient présentés les types d’ethnique, les exemples de posture déontologique des enseignants. Suivant le modelé de Lopez, ces intervenants ont aussi présenté les responsabilités au niveau de l’individu ainsi que de l’institut de formation.

Toujours dans la même salle, à 12h15 j’ai participé à la communication d’Amélie Leconte « Politologie linguistique scolaire et didactique des langues : d’un rapport épistémologique à une éthique des pratiques ». Cette communication a abordé la notion de la politologie linguistique surtout ses notions théoriques au sein d’un organisation de formation. A travers ces théories, Leconte a mis en regard les notions de l’ethnique et la responsabilité dans le domaine de la didactique des langues

A 13h on a eu une pause d’une heure et demie pour un repas. Mon amie et moi sommes allées manger une bonne cuisine chinoise.

A 14h30 le table ronde « Une didactique des langues » éthique et responsable » animé par Margeret Bento, Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes à l’Amphithéâtre Durkheim s’est articulé autour du thème d’éthique en Didactique des langues. De plus, la distinction et la contradiction entre l’éthique personnel et l’éthique comme notion générale dans l’enseignement des langues était également traité. Evidemment, les intervenants étaient de bons amis et c’était vraiment très intéressant de témoigner des petites blagues entre eux.

On a eu notre prochaine pause à 15h30 à Saint Jacques. A ce moment-là, j’ai reçu la réponse de la raison pour laquelle on a eu beaucoup de petites pauses pendant le colloque : j’avais très faim. C’est fatiguant d’assister à un colloque, même si on est là que pour écouter.

La prochaine communication qui a retenu mon attention était à 16h, animé par Myrium Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cecile Bruley parmi d’autres « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnements ? ». Ce colloque a abordé la notion des productions écrites réflexives des apprenants FLE. Les chercheuses impliquées dans cette communication ont montré les extraits des corpus, suivit par la tendance des apprenants. Cette communication m’a beaucoup plu parce que cela m’a rappelé de mes cours de M1.

A 17h la communication par Brahim Benberkane, Gratianne Richer-Onate et Magali Ruet intitulé « Devenir chercheur : itinéraires plurilingues, dialogisme et politique » a eu lieu. Si je ne me trompe pas, ils étaient les doctorants. L’étude de ces chercheurs a mis en regard les sociobiographies des chercheurs, des difficultés rencontrés et la place pour la réflexion dans le domaine de la recherche.

Le soir je suis rentrée exceptionnellement fatiguée. Je n’avais la moindre idée qu’assister à un colloque pourrait être si épuisant.

Samedi 22 octobre, le colloque a commencé à 9h par la communication de Martine Pretceille « De la didactique des langues à l’éthique de l’altérité et de la diversité ». L’intervenant a parlé également de la didactique des langues mais avec son lien à la culture qui se situe entre les notions opposées d’éthique d’altérité et celle de la diversité.

Ensuite, la communication qui me semblait très captivant était en salle M à 10h15 par Mathilde Anquetil intitulé « Portfolois et profils de l’enseignante des langues, de la prise de conscience des dimension éthiques de la profession au formatage d’une éthique sous contrainte. ». Cette communication a tracé des réflexions sur des valeurs de la profession dans le processus de formation. Elle a fait une analyse du discours et dimension sociale des documents.

Grace Ranchon « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire ». Ranchon a examiné attentivement les outils de la didactique comme vecteurs de rapports de pouvoir : appel à « penser le genre » et les obstacles d’un « projet genre » dans la didactique des langues. Ranchon a examiné quelques manuels afin d’étudier les rapports sociaux de sexe dans une classe d’une langue.

Il y a eu une pause à 11h15 pour nous revigorer.

A 11h45 Nathalie Borgé s’est interrogé sur l’« Ethique et responsabilité dans l’encadrement de la formation professionnelle en didactique des langues». Elle a étudié les taches d’un conseiller pédagogique. Ensuite elle a présenté sa recherche de 66 textes écrits par des étudiants, des rapports de stage ainsi que des questionnaires afin de faire une conclusion sur les qualités du conseiller pédagogique attendu par les étudiants interrogés.

Enfin il y a eu la dernière communication du colloque à 12h15. C’était la table ronde 2 « Une didactique des langues éthique et responsable » animé par Veronique Castellotti, Joachim Dolz, Geneviève Zarate et Serge Martin. Pendant cette table ronde, les enseignants qui ont fait partie ont interrogé sur des définitions d’éthique, responsabilité et la déontologie. De plus, l’axe centrale de cette communication a tourné autour de deux questions « A quelle conditions les concepts d’éthique et de responsabilité peuvent-ils migrer vers la didactique des langues ? Au service de quels débats et quelles situations ? »

Le colloque a pris fin vers 13h30. Ensuite, étonnamment, il y a eu un buffet pour tout le monde. Au premier temps, j’ai pensé que c’est que pour les professeurs, mais c’était également une bonne expérience de partager un repas avec les intervenants.

Ce colloque m’avait donné plusieurs idées pour mon travail étant que chercheuse dans le domaine de didactique de FLE. Je suis contente d’y assister.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook