Archives par mot-clé : cinéma

Accès libre.

Bonjour à mes chères(chers) camarades. J’aimerais partager avec vous une petite information sur le cinéma, ici, plutôt cinéma du réel.

Mercredi 29 mars, à 17H, dans Salle 49, à Censier!

En présence de Fayçal HAMMOUM, qui est réalisateur du documentaire « Vote Off » sur les élections présidentielles d’avril 2014.

L’entrée sera libre. Si vous êtes toujours intéressé par la projection du « Vote Off », vous pouvez y aller. Communiquez avec ce jeune réalisateur.

 

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Tant d’expériences dans une en partage

youssefLe samedi 28 janvier 2017, à 15h, au Pavillon du Carré Baudoin, dans le 20ème arrondissement de Paris, était projeté le premier film du festival ciné Ménilmontant https://www.facebook.com/festivalcinemenilmontant/. Il s’agissait du documentaire de Sylvain Piot, au titre énigmatique de Youssef le Guembri1. Il y manque quelque chose… un verbe… une copule… un connecteur… c’est certain, il manque au moins une virgule… ou même un point d’exclamation ! L’histoire, elle, est très facile à retenir : Youssef fabrique l’instrument avec lequel il va jouer sa musique. Voilà tout. Le réalisateur a donc filmé le musicien, que l’on découvre ici dans son costume de luthier-menuisier-ébéniste.

Youssef est arrivé d’Essaouira, on ne sait ni quand ni comment. Toujours est-il qu’il est maintenant ici, et que de là-bas, il a rapporté avec lui tout son vécu, constitutif de son histoire et de son être. Son expérience de l’exil, il la réduit à ces quelques mouvements : « Essaouira – Paris ; Paris – Trappes 78 ; Trappes – Strasbourg-Saint-Denis ». Les déplacements et le déplacé sont alors comme vidés de leur.s sens, désincarnés, dés-assujettis, réduits à des noms de lieux qui eux-mêmes se réduisent à un assemblage de lettres. Cette perte de sens indique une direction : Youssef est ici et il l’est maintenant. C’est partout pareil, en quelque sorte. Et bien qu’il ne soit pas parvenu à reproduire sa vie d’avant, ici, en région parisienne : « J’ai essayé d’ouvrir une boutique, mais ici, ça marche pas pareil. », il n’a pas pour autant renoncé à son identité – plurielle et singulière. Car s’il raconte une ville, c’est bien celle d’Essaouira : « Les murs d’Essaouira, ils jouent le gnawa, le vent il joue la musique. T’as le rythme. ». C’est cette ville qui l’habite. C’est elle qui l’a vu devenir ce qu’il est et qui a fait de lui ce qu’il est. « Le gnawi, c’est un statut, c’est un visage. (…) Moi je fais partie de ça, moi. » Et où qu’il soit, « ça » fait partie de lui. Où qu’il soit, avant tout, il est un gnawi. Cette culture gnawa est constitutive de son être, plus que n’importe quelle autre expression culturelle ou cultuelle. Y renoncer, ce serait renoncer à toute sa personne. C’est sa façon d’être au monde et il veut rester au monde. En cela, il se réincarne, il se ré-assujetti. Un gnawi fabrique son instrument, alors il va le fabriquer : « J’ai décidé de faire mon instrument comme les anciens. Pas besoin de machines électriques. » Il va fabriquer son instrument du début – du film – jusqu’à la fin – du film. Nous le verrons choisir les baguettes de bois, les scier, les assembler, au bord de la Seine, au bord du Canal, dans des parcs, dans la rue… Peu importe où, puisque c’est lui qui fait lieu.

Il fabrique son instrument et il raconte l’histoire de cette fabrication. Il raconte à celui qui le filme. Et celui qui le filme nous le raconte à son tour. Nous n’entendons pas cette voix et pourtant c’est sa voix qui parle, dans ce documentaire. C’est sa voix qui porte celle de Youssef, qui ne soliloque pas, puisqu’il s’adresse à lui qui s’adresse à nous. Ce sont encore les voix prises alentour qui portent le film : cet enfant qui, observant la caisse brute de l’instrument, s’exclame « un bateau ! » et sur laquelle Youssef rebondit en souriant mais sans s’adresser directement à l’enfant, qui est déjà loin : « L’instrument, à la base, c’est un bateau. » Ou encore cette voix d’un comédien en représentation, en plein air, et qui demande depuis l’autre rive : « Est-ce que les choses arrivent d’elles-mêmes ? Sont-elles déjà écrites ? » Ces questions en suspens dont on n’aura pas la réponse, mais que l’on voit s’énoncer sous nos yeux : Youssef écrit son instrument autant que l’instrument l’écrit. Il fabrique un instrument, et il sait que de lui seul dépendra le son qu’il parviendra à en faire sortir. Il ne fabrique pas seulement un instrument : il fait vivre une musique qui, sans l’instrument, ne pourrait pas vivre. C’est cette responsabilité qui lui incombe. Et en même temps qu’il fabrique le guembri, il se fabrique lui-même. Et sous nos yeux se déploient non seulement la musique mais aussi l’homme, le musicien. L’une – la musique – et l’autre – Youssef le gnawi – sont co-existants de l’instrument. Sans lui, ni l’une ni l’autre ne peuvent s’exprimer, exister et vivre. Le processus de fabrication d’un instrument c’est celui de soi : l’instrument fabrique le musicien tout autant qu’il est fabriqué par lui. C’est ce processus de co-construction qui est saillant dans le film. Le musicien, la musique, l’instrument, les trois ne font qu’un. Et l’on comprend qu’au titre, il ne manque rien, pas la moindre virgule : c’est bien lui, Youssef le Guembri.

1Youssef le Guembri, Sylvain Piot, France, 2016, film documentaire

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

35e FESTIVAL INTERNATIONAL JEAN ROUCH

Pour tous les amoureux des films documentaires, mais aussi pour nous, rédacteurs de mémoire de recherche (ou les deux), à ne pas rater le cinéma ethnographique à Paris du 4 novembre au 6 décembre 2016 !

Le festival est en honneur de Jean Rouch, cinéaste ethnologue français, connu pour sa pratique du « cinéma direct ». Son œuvre très riche et plusieurs fois récompensée consiste en documentaires ethnographiques (Maîtres fous ; Sigui synthèse), sociologiques (Chronique d’un été), mais aussi de fiction (Moi, un Noir ; Cocorico Monsieur Poulet). [1]

a-walnut-tree2-1024x576Cette année, le festival sera le lieu de rencontres, d’échanges, de débats, de 64 projections dont 26 films en compétition de tous les continents ! Le jury international va déscerner 8 prix de différentes catégories.

On peut y trouver toute une panoplie des thèmes socio-culturels et des sujets éternels de polémique tels que la migration, les préjugés, les stéréotypes, les différences etc.

Accès libre et gratuit.

Le programme du festival :

http://comitedufilmethnographique.com/wp-content/uploads/2016/10/FIJR2016_programme.pdf

Toutes les informations sur le festival :

http://comitedufilmethnographique.com/event/festival-international-jean-rouch-2016/

Lieux :

  • Musée du quai Branly

37 quai Branly, 75007 Paris

  • INALCO

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

  • EHESS

105 Bd Raspail, 75006 Paris

  • Musée de l’Homme

17 Place de Trocadéro, 75016 Paris

 

[1] http://comitedufilmethnographique.com/jean-rouch/

Source d’image: http://comitedufilmethnographique.com/film/a-walnut-tree/

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Festival Ecrans de Chine 2016 à Paris

La sixième édition du festival de films documentaires chinois du 3 novembre au 6 novembre 2016, à Paris. Le festival les Ecrans de Chine met en lumière de jeunes cinéastes Chinois indépendants qui nous racontent leur pays de l’intérieur.

La programmation officielle du festival à Paris est la suivante :

JEUDI 3 NOVEMBRE 2016 :

VENDREDI 4 NOVEMBRE 2016 :

SAMEDI 5 NOVEMBRE 2016 :

DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2016 :

  • 20H00 – L’ENTREPÔT : film « MONTAGNES DE POUSSIÈRES«
  • 22H00 – L’ENTREPÔT : film « HÉROS OU REBELLE? » / CLÔTURE DU FESTIVAL
  • Plus d’infos sur les sites:
  • http://www.ecransdechine.com/
  • http://www.ictv.fr/fr/event/festival-ecrans-de-chine-2016/
  •  Cinéma Entrepôt se  trouve au 14eme arrondissement, 7 rue Francis de Pressensé, 75014, Paris

 

 

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Les aventures de Itzel et Sonia : Un film qui éduque ? Qui ? À quoi ? Comment ?

Les aventures de Itzel1 et Sonia à la recherche des gardiens de l’eau2

Le sujet est posé : le film traitera de l’eau, ce qui peut sembler de prime abord bien inquiétant pour qui s’attend à s’entendre dire une fois de plus qu’il-faut-bien-refermer-le-robinet-après-s’être-brosser-les-dents-en-ayant-utilisé-un-verre-à-dents-après-avoir-pris-une-douche-très-courte. Mais rapidement, le spectateur est rassuré : il ne recevra pas l’habituel sermon moralisateur et culpabilisant. Il ne sera pas montré du doigt dans sa vie quotidienne, accusé et acculé, mais interpelé par une petite fille (un personnage d’une grande force d’identification) et sa grand-mère et, comme elles, il sera concerné et consterné ; assailli d’une grande curiosité et d’un intérêt acquis pour son pays, sa géographie, sa mythologie et ses langues, des cultures qui lui sont dans le même temps familières – il en est l’héritier – et étrangères – elles lui sont lointaines et souvent méconnues. Les personnages incarnent des forces constructrices (les gardiens de l’eau) et des forces destructrices (le sans visage) qui coexistent et luttent. Il n’est pas ici question de bien et de mal, mais de forces en opposition. La voie off étaie le discours et nous rappelle à la véracité des mythes quand la réalité invisible nous échappe et nous fait croire à une pure invention fictive.

Mais il est déjà temps maintenant de sauter dans le courant de l’histoire…

Tout commence dans une salle de bains d’une maison de Mexico. « Grand-mère, y’a plus d’eau ! »3 crie Itzel qui prend son bain avec sa grenouille Sonia. L’eau ne coule plus et elle ne reviendra pas. C’est la grand-mère – figure emblématique d’un Mexique confronté à une situation économique qui expliquerait une inter-dépendance générationnelle dont les membres d’une famille tirent partie – qui prendra la décision d’aller à la recherche des gardiens de l’eau, soient des vieux amis que mamie n’a pas vus depuis longtemps.

Les voilà parties : la grand-mère, sa petite-fille et l’animal de compagnie, la grenouille. Entre parenthèse, le choix de l’animal n’est évidemment pas hasardeux puisque la survie immédiate et à court terme de l’amphibien dépend de la proximité d’une source d’eau.

Nous sommes embarqués très rapidement aux confins d’un Mexique traditionnel sinon disparu, du moins menacé et/ou en mutation. Elles vont y rencontrer de nombreux personnages qui vont les aider et les accompagner, chacune dans leur parcours initiatique. La petite fille va découvrir qui elle est et comment vivre avec l’absence de sa grand-mère qui elle, aura pris le temps de mourir. La grenouille va intégrer la mythologie contemporaine du Mexique en rejoignant les « gardiens de l’eau » qui semblent en être un des nouveaux visages.

Leur tour du Mexique – non exhaustif mais digne d’un tour opérateur spécialisé dans les cultures précolombiennes – nous fera passer par le Chiapas, l’Etat de Veracruz, l’Etat de Mexico, l’Etat de Querétaro, l’Etat de Oaxaca, l’Etat de Campeche, le Yucatan, pour terminer dans le Quintana Roo. Pour chaque région visitée, les langues indigènes locales seront représentées ; excepté le mam qui sera identifiée, toutes les autres langues en présence dans le film seront parlées, sous-titrées mais non identifiables à moins de les (re)connaître ou de faire des recherches en aval. L’usage intensif qui en est fait est justifié par l’histoire et son propos : faire parler les protagonistes dans la langue des origines est une façon de donner corps aux éléments et aux événements. C’est aussi un moyen de les faire entendre à de jeunes spectateurs qui n’ont pas nécessairement l’occasion de les fréquenter et d’en saisir l’étrangeté, voire la beauté. C’est enfin une manière de rappeler que l’espagnol, s’il est une langue du Mexique, n’en reste pas moins une langue parmi plus de soixante langues du Mexique.

Tout au long de ce voyage, les protagonistes vont entrer en contact avec le folklore mexicain et la mythologie maya, les jetant dans une œuvre qui peut s’inscrire dans le courant du réalisme magique.

Les chaneques, qui « reflètent notre nature combattive et nous enseignent que comme l’eau, on peut s’adapter à tous les changements » sont bien sûr présents dans l’inventaire. Les animaux emblématiques, réels ou imaginaires, tels que le caïman, le puma, le cerf et la sirène seront un lien entre le monde visible et le monde invisible. Les éléments naturels seront omniprésents : la lune accueillera la grand-mère ; le mancenillier, l’arbre le plus dangereux du monde, blessera Itzel qui saura trouver l’antidote qui la guérira ; les cenotes – ces puits naturels – contiennent l’eau ; le ceiba, l’arbre sacré des mayas, sur le tronc duquel apparaîtra l’image de la Vierge de Guadalupe, patronne du Mexique.

On pourrait y voir une volonté de transmettre aux jeunes générations l’idée qu’elles sont les héritières d’un patrimoine dont elles assurent en permanence la re-création continue et qu’elles transmettront à leur tour aux générations suivantes. Peut-être aussi, l’idée que chaque individu fait partie d’un tout et qu’il n’est ni le centre ni au centre mais le maillon – à la fois simple et irremplaçable – d’une chaîne. Les mythes passés ne sont pas morts, ils n’ont pas disparus : ils se réactualisent chaque jour, en nous et dans le monde qui nous entoure sous des formes nouvelles. C’est ainsi que ce film nous enseigne un monde depuis l’échelle macro-sociale – la culture – jusqu’à l’échelle micro-individuelle – les décisions prises par les individus. (Desjeux 2004)

C’est aussi l’illustration d’une expérience humaine : les morts continuent à vivre à travers nous, dans la mémoire et dans le coeur. Itzel l’apprendra bien vite quand sa grand-mère morte lui dira « Je te guiderai et je t’aiderai quand tu en auras besoin. » alors qu’elle sera, elle, encore vivante. Ce lien entre le monde des vivants et celui des morts est bien réel au moins à l’échelle de deux ou trois générations, puisque nous avons cohabité avec ceux qui sont maintenant morts et que nous cohabitons avec ceux qui nous survivront.

On pensait voir un film didactique sur la préservation de l’eau, et l’on se retrouve dans un conte à la fois didactique et initiatique où s’entremêlent le réel et l’imaginaire, le rêve et la réalité, le monde des vivants et celui des morts, à l’image de(s) (la) culture(s) mexicaine(s) au sein de laquelle coexistent deux mondes omniprésents, à l’intérieur desquelles cohabitent les dieux mayas et les saints catholiques, les rêves chamaniques et la médecine traditionnelle.

La fonction éducative du film, pour réductrice qu’elle est, n’en est pas moins évidente, si l’on écoute les propos de Hannah Arendt (1972) :

« L’éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité et, de plus, le sauver de cette ruine qui serait inévitable sans ce renouvellement et sans cette arrivée de jeunes et de nouveaux. »

Le propos du film est probablement plus qu’une invitation à surveiller sa consommation d’eau et il serait plus sage de chercher du côté d’une invitation au voyage où la connaissance de soi est intimement liée à la connaissance de sa propre culture. L’eau ne fut-elle ici qu’un filet conducteur ?

Quand la grand-mère invite l’enfant à l’introspection « Itzel, regarde en toi, tu y trouveras la vérité. » avec l’illustration d’un cœur qui bat dans un corps, on peut se demander qui est ce « toi » et quelle est cette « vérité ».

Quand Itzel, pour conclure, affirme « Je suis une gardienne de l’eau. », elle affirme par là son inscription dans une historicité et donc une culture à laquelle elle n’a pas échappée puisqu’elle (la culture) ne lui a pas échappée et qu’elle (l’histoire) s’écrit et s’écrie à travers elle. On peut se demander si les spectateurs qui se seront identifiés à Itzel percevront leur inscription dans l’histoire et l’inscription de l’histoire en eux.

1Nom de la déesse de la lune dans la mythologie maya

2Las aventuras de Itzel y Sonia : en busca de los guardianes del agua, (Les aventures de Itzel et Sonia : à la recherche des gardiens de l’eau), María Fernanda Rivero, Mexique, 2015, film d’animation, 59 mn

3Ibid (toutes les autres citations du texte sont tirées de ce film)

Bibliographie :

DESJEUX D. (2004) Les sciences sociales Que sais-je ?, Paris, PUF, pp. 6

ARENDT H. (1972), La crise de la culture, La crise de l’éducation, Paris, Gallimard, pp. 251

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Festival de cinéma mexicain

L’édition 2016 du festival de cinéma mexicain en France débute le mercredi 5 octobre et court jusqu’au mardi 11 octobre.

Il se déroule au cinéma Luminor Hôtel de ville (ex-Latina), rue du Temple, métro Hôtel de ville.

Pour ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux langues et aux cultures mexicaines, au cinéma, voici le lien :

http://www.viva-mexico-cinema.org/edition-2016/

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Festival international du film des droits de l’homme

A vos places!

C’est parti et c’est à Paris depuis hier!

Un festival des films qui a pour but de défendre la dignité humaine.

Depuis hier jusqu’au 12 avril le Festival présentera 21 longs métrages et 11 courts.

Au programme :

image prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH

Lieu:

Luminor – Hôtel de Ville

20 rue du Temple

75004

Paris

métro : ligne 1 ou 11 Hôtel de ville ou Rambuteau

Sitographie

http://www.festival-droitsdelhomme.org/paris/

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Un regard juste

Au bord du monde

Avant « le regard bienveillant » du film Claudine Bauries et Patrice Chagnard (Les règles du jeu, 2014), on est heureux de trouver dans le documentaire de Claus Drexel Au bord du monde (2014) un regard juste dans les deux acceptions du terme: au sens d’un regard qui rend justice en donnant voix à ces invisibles qui peuplent les grandes villes du monde privilégié, mais aussi d’un regard fin, réel, qui est en accord avec ce qu’il voit.

Il s’agit là d’un dialogue avec des « sans domicile fixe » (ainsi qu’ils se décrivent eux-mêmes à plusieurs reprises) dans la nuit Parisienne. Splendeurs des monuments et sous-sols de la ville Lumière sont mêlés dans ce voyage à l’intérieur d’un Paris qu’on méconnaît volontairement.

Le choix de filmer avec une caméra immobile, toujours placée en bas par rapport au regard des sans-abris ou juste à leur hauteur oblige le spectateur à regarder en face ces hommes et ces femmes qui meublent le décor de notre quotidien.

Connaître l’inconnu : tel semble être la volonté de ce réalisateur qui a pris le parti de ne pas soulager notre curiosité ou justifier notre peur. Le projet n’est pas de comprendre ce qui amène quelqu’un à être exclu de la société, à vivre dans la rue, mais plutôt d’entendre ce que ces personnes riches de leur expérience ont à dire sur le monde et sur la vie.

L’étonnement que provoque en nous l’humanité profonde qui habite ces personnes nous oblige à nous interroger nous-mêmes : et oui, ce sont là des êtres capables de beaucoup plus de réflexion et de sens commun que la plupart des gens que nous connaissons. À la question de ce qui fait leur bonheur nous sommes presque bouleversés de ne pas entendre une seule allusion au matériel qui se dévoile être, par contraposition, le joug sous lequel s’essouffle notre vie. « L’amitié, l’amour, le respect des autres », la grande camaraderie qui surgit de ces bouches fatiguées, durcies par le froid et la solitude problématise l’utilisation que l’on en fait, nous, et surtout, qui en est faite la plupart du temps par le cinéma.

Assassin du cliché et amoureux du réel, le film de Claus Drexel est comme un miroir qui reflèterait notre ignorance et bousculerait notre idée de la société et finalement de nous-mêmes. Une belle secousse.

 

http://www.auborddumonde.fr/?chemin=./home/080-CLAUS-DREXEL&langue=fr

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

Le regard « bienveillant »

 Juste à côté de chez nous, au cinéma Reflet Médicis, a eu lieu cette semaine une projection du film Les règles du jeu de Claudine Bauries et Patrice Chagnard. Ce film se présente comme un « documentaire » : l’intention était d’« accompagner » pendant huit mois un groupe de jeunes en difficulté bénéficiant d’un contrat d’autonomie (plan du gouvernement adressé au jeunes des quartiers défavorisés pour les aider à chercher un emploi) et les conseillers qui les préparent à être « job-ready ». Tout cela au sein de la société privée Ingeus, entreprise soutenue par l’état en raison de ses bons résultats en ce qui concerne l’insertion dans le monde du travail de jeunes issus de zones dites prioritaires et ayant entre 18 et 25 ans. Les réalisateurs, déjà reconnus pour Les Arrivants (2010) engagent un regard difficile et délicat : ils filment des personnes provenant du Nord Pas de Calais qui ont abandonné tôt les études ainsi que tout espoir de trouver un travail et qui connaissent de lourdes difficultés dans des familles déstructurées.

Le fait de revendiquer leur film comme un « documentaire » fait émerger une question qui serait moins sérieuse s’il s’était modestement (et peut-être honnêtement) désigné comme fiction.

Dès les premières images, on est bouleversé par la place que prend la construction d’une intrigue : les gros plans sur les personnages lors des entretiens, la recherche photographique très poussée de la caméra, le choix de personnes qui deviennent des personnages, incarnant malgré eux le cliché d’« une vie pourrite » comme dit Lolita, une des jeunes, en parlant de la sienne ; des personnes qui ont du mal à ne pas jouer devant cette caméra qui entre dans leur réalité et qui, malgré ce qu’a affirmé Patrice Chagnard après la projection, ne se fond pas dans l’environnement « comme une photocopieuse », sinon au moins un des invidividus aurait osé, ne serait-ce qu’une seconde, fixer l’objectif…

Un manque de distance et une recherche esthétique qui problématisent cette auto-catégorisation générique du « documentaire ». S’il est vrai qu’aucun documentaire n’est entièrement neutre et que la marque du réalisateur est inévitablement posée sur son œuvre, c’est le fait de dénier cette participation active qui est inquiétant. Soutenant énergiquement que leur place dans l’entreprise était de seuls observateurs, qu’ils n’ont jamais rien demandé aux personnes filmées, qu’ils se fondaient parfaitement dans le décor, les réalisateurs semblent avoir oublié que, ne serait-ce que dans leur découpage du film, dans leur choix de certains plans plutôt que d’autres, dans l’insistance sur certains détails et surtout dans leur attitude envers les participants qu’ils ont qualifiée de « bienveillante et sans jugement », ils ont plus qu’arrangé une réalité qu’ils s’étaient proposés de présenter telle quelle.

Le problème qui germe derrière ce refus de toute intentionnalité et même responsabilité est celui de ne pas reconnaître que la vie de ces jeunes (leur présentation, leur langage…) est passée sous un certain angle (et finalement, un angle assez fermé). La limite entre la bienveillance et la condescendance s’est montrée trop fine et la parole des personnages a arrêté d’être voix pour devenir scénario d’un film dramatique.

Difficile de ne pas se souvenir de ce texte d’Éric Chauvier (Anthropologie de l’ordinaire – voir http://ver.hypotheses.org/1278 ethttp://arlap.hypotheses.org/2674) dans lequel s’expose le texte sur la découverte, de la part de l’anthropologue Evans-Pritchard, du « mauvais esprit Nuer » : menant une enquête chez ce peuple Africain, il nous présente une conversation qui aurait eu lieu en dehors de l’enquête elle-même, comme s’il s’agissait des coulisses qui dévoilent un secret. Chauvier nous fait le résumé de la lecture de ce passage telle qu’elle s’est toujours faite : « De toute évidence, l’indigène rétif cherche à manipuler l’anthropologue afin que celui-ci ne parvienne pas à percer ses secrets. Par extension, il semble aller de soi que tous les Nuer sont des manipulateurs. ». Ce que Chauvier nous invite à faire ensuite, c’est à « débusquer les latitutes interprétatives » de la thèse de Pritchard, latitudes que l’anthropologue lui-même refuse de voir, puisqu’il présente son idée comme une thèse objective valable pour tous les Nuer.

Evans-Pritchard croyait avoir donné et pris la parole à ses « informateurs » en donnant à voir de façon objective une donnée empirique ; mais il avait en fait tronquée, scindé, réduit la voix des acteurs de son enquête précisément parce qu’il n’a pas tenu compte de cette conversation comme d’une partie de l’enquête elle-même : il n’a pas été critique à ce moment-là. En refusant de prendre une posture critique non pas envers le Nuer mais envers son attitude même, envers ce qu’il était entrain de faire lorsqu’il participait de ce dialogue, il a trouvé dans les mots de cet informateur ce qu’il avait finalement voulu y voir.

De façon tristement analogue, cette étrange position d’observateurs invisibles dont se réclament les réalisateurs des Règles du jeu, nie les intentions préalables et l’interprétation de la réalité qui a surgi de cette « bienveillance » que ceux qui étaient derrière la caméra n’ont pas su identifier. Voulant mettre en avant la difficulté d’une certaine nouvelle génération à acquérir le langage technique d’un monde duquel ils se sentent exclus, et en croyant dévoiler quelque chose de particulier, ils ont en fait généralisé une thèse autour du manque d’espoir que peut avoir une certaine catégorie sociale : si on suit leur regard en tant que spectateur de la même façon que beaucoup ont lu le texte d’Evans-Pritchard en suivant son attitude, difficile de ne pas stigmatiser le langage ordinaire de ces jeunes et leur situation.

Il est compliqué alors de recevoir ce « documentaire » sans en interroger les douteuses intentions qui émergent du refus d’admettre ses « latitudes interprétatives ». D’une certaine façon, on pourrait dire qu’il s’agit d’un film « sourd » à la réalité.

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

Ce que l’école fait avec le cinéma

Voici un ouvrage qui devrait intéresser non seulement les étudiants qui ont pour sujet le cinéma à l’école mais également tous ceux qui veulent réfléchir aux liens forts entre langage – en particulier les pratiques d’écritures en classe  –  et pratiques artistiques et culturelles parce que les apprentissages et les subjectivations s’y font de concert au coeur de toute politique éducative en matière d’art et de culture. On pourra regretter néanmoins l’absence de références à John Dewey ou plus proche de nous à Michel de Certeau ainsi qu’à des travaux récents relevant des cultural et adaptation studies :

voir, entre autres

– Glevarec Hervé et alii, Cultural Studies. Anthologie, Armand Colin, 2008;

– Gaudreault André, Groensteen Thieery, dirs., La Transécriture, pour une théorie de l’adaptation. Littérature, cinéma, bande dessinée, théâtre, clip, Québec, éd. Nota Bene / Angoulème, CNBDI, 1998).

Serge Martin

Caroline Archat-Tatah, Ce que l’école fait avec le cinéma, Enjeux d’apprentissage dans la scolarisation de l’art à l’école primaire et au collège, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Présentation de l’éditeur:

Ce livre propose une réflexion sur les apprentissages et les enseignements en jeu dans les dispositifs d’éducation au cinéma à l’école primaire et au collège. En portant le regard sur les conceptions et les valeurs qui sous-tendent l’idée d’une fonction éducative de l’art, puis sur ce que font concrètement les élèves en situation, l’auteure interroge la place du cinéma dans le curriculum scolaire. L’expérimentation du logiciel Lignes de temps ouvre une piste de recherche sur ce que les techniques numériques d’annotation offrent comme possibilités.

Le sommaire:

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1357828471_doc.pdf

L’introduction:

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1357828453_doc.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quel est l’intérêt de l’apprentissage des arts dans l’enseignement élémentaire à travers l’exemple du cinéma ?


Je souhaite travailler sur l’enseignement de l’histoire des arts à l’école primaire, au cycle 3, en m’appuyant sur le cinéma. Le cinéma, bien qu’art et tout à la fois moyen d’expression déjà ancien, puisqu’il est désormais plus que centenaire, demeure encore trop souvent peu abordé à l’école ou, quand il l’est, c’est fréquemment de façon très limitée et volontiers utilitaire. J’ai réorienté le sujet de mon TER, non plus sur le cinéma comme outil et support à l’enseignement mais pour le cinéma en tant qu’art légitime.

 

Instrumentalisation du cinéma ?

 

En effet, on observe que l’école à tous les niveaux, premier et second degrés confondus, peine encore très largement à intégrer, au quotidien, le cinéma et l’audiovisuel autrement que sur le mode de leur instrumentalisation au service des apprentissages scolaires. De plus, sur le terrain, les enseignants évoquent leur manque de formation pour pouvoir aborder de façon cohérente le cinéma avec leurs élèves.

 

Dans les textes officiels

 

D’après le site education.gouv.fr « Tout au long du parcours des élèves, l’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel est présente sous différentes formes. Elle contribue à l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences que chaque élève doit maîtriser à l’issue de la scolarité obligatoire. […] L’école donne une place importante au cinéma et à l’audiovisuel dans le cadre plus large de l’éducation à l’image. La première pratique culturelle des jeunes est celle de l’image : cinéma, photo, télévision, jeux vidéo, Internet. Dès l’école primaire, l’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel permet aux élèves d’acquérir une culture, d’avoir une pratique artistique et de découvrir de nouveaux métiers ».

L’éducation à l’image tient une place très importante dans les programmes de 2002. En effet, d’après sa définition dans Le Petit Larousse Illustré, le mot « regard » signifie  : action, manière de regarder. Il s’agit donc d’apprendre aux enfants à regarder différemment en aiguisant leur esprit critique face à la prolifération d’images qu’ils reçoivent.

 

« École au cinéma »

 

Je pense m’appuyer sur le dispositif « École au cinéma » qui a pour mission de sensibiliser les élèves du 1er degré au 7e art, sur le temps scolaire. Le CNC définit le rôle de l’association ainsi : « École et cinéma propose aux élèves, de la grande section de maternelle au cours moyen (CM2), de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Ils commencent ainsi, grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, une initiation au cinéma ».

L’initiation au cinéma consite tout d’abord à montrer le chemin des salles de cinéma ainsi que des films qu’ils n’iraient pas voir d’eux-mêmes. Le but est d’enrichir la culture des élèves, afin qu’ils aient une culture commune, mais aussi de découvrir le cinéma comme un art à part entière. Le cinéma devient un lieu d’échange d’une pratique culturelle, de partage et de lien social qui rend l’enfant non plus passif mais spectateur actif.

Comment exploiter de façon pédagogique la vision d’un film?

  • Sera-t-il sujet de discussion, d’appréciation, de réflexion ou encore d’analyse?
  • Comment conduire en classe de telles discussions, réflexions ou analyses?
  • Comment amener les jeunes spectateurs à dépasser le simple plaisir cinématographique pour tirer un enseignement – au sens le plus fort du terme – de ce qu’ils ont vu?

 

Un cas concret : Hugo Cabret

Affiche du film Hugo Cabret.

 

De plus, afin de m’appuyer sur un cas concret, je prendrai l’exemple du film Hugo Cabret de Martin Scorsese sorti en salle en 2011. C’est un film d’aventure mais aussi un hommage de Martin Scorsese aux pionniers du 7e art, et surtout à l’un de ses visionnaires, George Méliès. Ce film permet ainsi la mise en place des repères fondamentaux de l’histoire du cinéma, la sensibilisation des élèves à la construction et aux enjeux du récit filmique ainsi qu’une approche critique. Hugo Cabret offre une occasion précieuse de sensibiliser les jeunes élèves à ce qui est sans doute la forme cinématographique la plus exotique et inaccessible qui soit pour eux : le cinéma muet. A travers les aventures palpitantes d’un garçon de leur âge, ils découvriront les débuts du cinématographe et comprendront que le cinéma a une longue histoire.

 

 

 

 

  • Comment documentaire et fiction peuvent-ils se chevaucher au sein d’une même œuvre ?
  • Comment la continuité narrative est-elle modifiée avec l’utilisation de flashbacks ?
  • Quel est l’intérêt historique et cinématographique du film ?

Bibliographie

BERGALA Alain, L’hypothèse cinéma : petit traité de transmission à l’école et ailleurs, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, Paris, 2006.

Ce livre suggère des propositions concrètes pour une initiation au cinéma. La question centrale est de savoir comment enseigner le cinéma comme art dans le cadre de l’école.

 

DALMAIS Hervé, Cinéma à l’école, école du cinéma, A. Colin-Bourrelier, collection Pratique Pédagogique, 1988.

 

Dossier : « Éducation au regard : l’exemple du 7e art. Quand l’école fait son cinéma », in Animation et Éducation n°229-230, Juillet-Octobre 2012, pp 17-68.

Dossier consacré à l’éducation artistique où le cinéma tient toute sa place.

 

Accompagner « Le Roi et l’Oiseau » en Histoire (cycle 3)

D’un côté l’histoire des régimes autoritaires/tyranniques/despotiques, avec leurs caractéristiques et leurs excès. Dans un second volet l’instruction historique à l’École, ses devoirs et ses transpositions/aménagements au public scolaire. Et d’autre part, le long métrage d’animation, Le Roi et l’Oiseau. Comment mixer ces trois données pour obtenir l’essence d’un cours d’histoire compréhensible et illustré pour pouvoir instruire des enfants du primaire à l’histoire troublée du XX° siècle ?

Je dois d’abord faire comprendre aux enfants l’intérêt de l’Histoire. Le but étant de les instruire intelligemment, et en règle générale c’est en ayant du plaisir que les enfants aiment apprendre. L’Histoire a l’avantage de pouvoir être travaillée avec de très nombreux documents de natures différentes, le film en étant un. Le film de fiction, prenant souvent une forme de conte ou de fable, a un véritable pouvoir évocateur pour les enfants, il va leur permettre la réflexion à partir d’une image qui leur est familière et compréhensible (le dessin animé principalement). Mais pour rendre ce support valable pédagogiquement parlant, l’instituteur doit faire un énorme travail en amont. Le Roi et l’Oiseau est un de ces films de fiction exploitable en classe de fin de primaire. C’est un film unique, de part ses deux réalisateurs (Prévert et Grimault), de part son contexte de réalisation (contexte de l’après-guerre), et de part l’histoire contée en elle même. L’instituteur a donc un réel travail d’extraction d’informations a faire, des informations à mettre en connexion avec d’autres (réels cette fois-ci) sans pour autant trop extrapoler. Ce film nous laisse de nombreuses pistes exploitables du point de vue historique: culte du chef, propagande de masse, répression, exploitation des populations, résistance au pouvoir, etc.

Ici, mon objectif en tant qu’institutrice est d’étudier en classe l’autoritarisme et l’absolutisme ; mais comment intéresser les jeunes élèves au passé ? Et comment aborder avec eux certains traits parfois complexes et violents de ce passé ? Pour cela, j’ai donc décidé de me pencher sur le cas du film Le Roi et l’Oiseau et de voir pourquoi et en quoi serait-il exploitable avec une classe de primaire. Quels sont les atouts pédagogiques du film en tant que document ? Et quelle est la légitimité historique de ce film en particulier ?

Pour répondre à toutes ces questions et mener à bien ce projet, je fais diviser cette recherche en 3 axes. Tout d’abord, il convient de voir en quoi le film, comme objet d’étude, est un document. Dans un second temps, il faudra mettre en évidence la tradition qu’entretient la fable avec l’Histoire. Et pour finir, entrer un peu plus dans le concret en trouvant des exemples dans le film et des faits historiques à mettre en relation d’un point de vue pédagogique.

Le cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau

Marion JOUAULT

L’utilisation du cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau, une étude des régimes tyranniques pour une classe de cycle 3.

Dans ce TER, j’étudierai l’utilisation du film en classe d’histoire. Comment l’utiliser? Quelles précautions prendre? Quels en sont les avantages pédagogiques? Pour illustrer mes propos, et ceux des chercheurs s’étant penchés sur le sujet, je me baserais sur le long-métrage de Grimault et Prévert: Le Roi et l’Oiseau.

Il convient tout d’abord de s’interroger sur les didactiques de l’histoire à l’école primaire. L’outil qui nous intéressera ici sera le support cinématographique pour transmettre des savoirs historiques à l’enfant.

La fable Le Roi et l’Oiseau est particulièrement intéressante à analyser pour une classe de cycle 3. Le thème brûlant des excès d’un régime totalitaire/tyrannique est traité ici avec une poésie et une esthétique sublimes. Regarder ce long métrage avec une classe de CM2 par exemple permet à l’instituteur d’aborder des sujets historiques proches, violents et parfois difficiles à bien comprendre pour des enfants, comme celui de la Seconde Guerre Mondiale et des fascismes. Le Roi et l’Oiseau illustre bien les grands traits de ces régimes. Ils sont ici facile à distinguer pour des enfants. On peut y voir :

  • le culte du chef et la propagande

  • l’importance donnée à la construction de monuments et d’édifices somptueux et de taille disproportionnée (références à l’antiquité ou aspect futuriste)

  • l’omniprésence militaire et l’espionnage (plus le robot, véritable arme de destruction massive)

  • la délation

  • les doctrines de races, d’inadaptation, d’infériorité et de supériorité de certains individus sur d’autres (ghettos de la ville basse, amour impossible entre une Bergère et un Ramoneur, …)

  • le travail forcé et la sanction (mise à mort systématique, traque, …)

 

Alors comment faire comprendre à des enfants ces faits d’histoire, parfois durs, fondateurs de l’histoire actuelle? Quelle leçon d’histoire peut-on retirer de Le Roi et l’Oiseau?